A la vie, à la mort de Celia Bryce

viemortIl fallait que ça arrive : il y en a assez de lire des romans sur des adolescents cancéreux. Nos étoiles contraires était unique, d’un nouveau genre et l’écriture de John Green sublimait un thème controversé puisqu’assez difficile à aborder. Puis, les bandeaux publicitaires sont apparus sur une majorité de romans pour adolescents nous poussant à la consommation de lectures présumées dignes de John Green : « une histoire fabuleuse. John Green » ou encore plus récemment sur le livre A la vie, à la mort : « Vous avez aimé Nos étoiles contraires ? Vous allez adorer ce roman ». Raté.

☆☆☆☆☆

Megan Bright doit suivre une chimiothérapie afin de soigner sa tumeur au cerveau. Une fois à l’hôpital, elle se rend compte qu’elle n’est entourée que de jeunes enfants. Seul un garçon de son âge se démarque et l’attire : Jackson Dawes…

Je vous épargne la présentation de l’éditeur qui n’est absolument pas attractive et je ne vais pas être douce pour la suite :
* On tente de nous vendre une histoire d’amour, soit. Où est-elle ? Megan et Jackson ne passent pas suffisamment de temps ensemble pour tomber amoureux, on nous narre tout au plus un vague béguin. Rien que le titre A la vie, à la mort est surréaliste : cette expression n’est-elle pas censée représenter un serment qui durera pour l’éternité ? Celui que peuvent se faire deux enfants en classe de CP qui s’échangent leurs billes à la récré est déjà plus fort que le titre.
* Les personnages sont antipathiques : Megan est agaçante, elle a 13 ans. Bien sûr elle a un cancer donc on s’attend à ce qu’elle soit en colère mais ses petites crises contre tout et n’importe quoi sont si ridicules qu’elles mettent en péril la crédibilité de l’histoire, déjà faible. Quant à Jackson, nous n’en apprenons que très peu sur lui : il est rebelle, aime la musique et amuse les enfants à l’hôpital. Personnage creux au final et tellement cliché.
NON, juste NON. Outre l’histoire sans intérêt, l’écriture en plus est pauvre. A la vie, à la mort n’est qu’une pâle copie de Nos étoiles contraires. A noter que ce roman (ou peu importe ce que c’est) est destiné aux plus jeunes – 11-12 ans – est-il vraiment nécessaire de tenter de les divertir avec le cancer et ses implications ? « Il lui rase la tête parce que de toutes façons elle va perdre ses cheveux » (je cite la quatrième de couverture). C’est merveilleux : impossible de comprendre comment cette lecture pourrait représenter un divertissement. Ce choix éditorial est purement commercial, ce qui a le don d’attirer nos foudres. Avec Bob, nous apprécions les éditeurs qui prennent des risques, qui osent publier de l’originalité et qui n’ont pas froid aux yeux. Pour cette fois-ci, Albin Michel on passe l’éponge mais faites un effort s’il-vous-plait. Surtout lorsqu’on fait partie du grand groupe Hachette, je pense qu’on peut se permettre de publier autre chose que des romans aussi ineptes.

A la vie, à la mort, Celia Bryce (Albin Michel)
collection Wiz
en librairie depuis le 2 janvier 2015
9782226258748 – 13.50€
à partir de 11 ans

sansprevenirUne autre nouveauté que nous n’avons pas eu le courage de lire et qui nous rebute : Sans prévenir de Matthew Crow où un adolescent de 15 ans va brutalement découvrir qu’il a une leucémie et qui va rencontrer à l’hôpital Ambre, malade également mais qui est différente des autres (évidemment). « une histoire d’amour extraordinaire » est-il mentionné sur le site de Gallimard Jeunesse. Nous n’en doutons pas. Mais nous ne le lirons pas. Pour les adolescents qui surfent encore sur la vague « amour/maladie », pourquoi pas.

Sans prévenir, Matthew Crow (Gallimard Jeunesse)
collection Scripto
en librairie depuis le 15 janvier 2015
9782070658770 – 11,90€
à partir de 13 ans

2 thoughts on “A la vie, à la mort de Celia Bryce

  1. Eh ben, tu as craqué ton slip, mon Jean-Mi ! :D
    Très bon article, et si ça peut apporter de l’eau à ton moulin, j’ai une ado à la bib qui a lu « Sans prévenir » et qui est arrivée également à la conclusion que ce n’était pas aussi bien que John Green…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>