Galerie
0

Puffy et Brunilde, t1. Soupirs magiques – Barbara Cantini

Puffy est un petit chat noir, dodu, à la pointe de la queue blanche. Jusque là, rien de spécial. Mais quand Puffy, en proie à une désir, soupire… il lui arrive des choses très étranges ! Mais le temps passe et Puffy n’est adopté par aucun humain. Il décide alors de quitter son panier pour trouver sa voie.

De l’autre côté, nous avons Brunidle. Une jeune apprentie sorcière qui n’attend qu’une chose : l’apparition de son chat, le compagnon indispensable pour son premier vol sur une balais. Même si vous l’aurez deviné (rien qu’au titre de cet album) nos deux personnages vont se retrouver mais vous serez surpris de l’aspect inattendu que va prendre cette aventure ! Le scénario est jubilatoire, le texte est travaillé, cet album sera je l’espère le premier d’une longue série.

Barbara Cantini nous offre un album tendre, drôle et ensorcelant qui ravira les enfants et les plus grand ! Avec ses crayons et son style inimitable, Brunilde et Puffy prennent vie dans un tourbillon de couleurs et d’espièglerie. Les illustrations fourmillent de détails surtout lorsque l’on découvre la vie de la sorcière Brunilde : potions, livres magiques, mixture… vous prendrez plaisir à décortiquer sa maison. Un album à découvrir pour mettre un peu de magie dans sa vie !

Puffy et Brunilde, t1. Soupirs magiques,Barbara Cantini, traduit par Béatrice Didiot (Albin Michel jeunesse)
disponible depuis le 2 mars 2022
9788804731856 – 12,90€
à partir de 6 ans
Son
0

Le jour et la nuit

Hasard des parutions, en cette rentrée littéraire ado, deux romans de science-fiction nous proposent d’imaginer notre planète qui connaîtrait un jour perpétuel ou, au contraire, une grande nuit. Entre le soleil toujours à son zénith et la nuit noire, quelle étrange vie vous séduirait le plus ? ☀️🌑

Les Nuées, t.1 Erémos

Après des polars et des romans historiques se déroulant en Amérique du Nord, Nathalie Bernard nous fait la surprise de nous proposer un récit entre anticipation et dystopie avec Erémos, premier tome d’une duologie. Le roman nous invite à découvrir les récits entrecroisés de Lisbeth, jeune fille qui vit sur une Terre où le soleil ne se couche jamais et où la vie est parfaitement réglée pour chacun, et de Lucie, une astronaute de l’an 2025 qui effectue sa première mission dans l’ISS et nous raconte son quotidien. Mais cette même année, un événement terrible se produit, réduisant à néant toute vie sur Terre et faisant des astronautes les seuls survivants… Quant à Lisbeth, la disparition soudaine de sa mère va semer le doute chez elle, jusqu’à enclencher le début d’une rébellion.

De ces deux destins que des siècles séparent, Nathalie Bernard tisse un récit aussi haletant que passionnant. L’alternance des voix apporte un rythme et un attachement aux deux personnages tandis qu’on découvre avec curiosité leur évolution et les liens qui vont progressivement se faire dans la compréhension de ce nouvel environnement. Si la dystopie est un univers qui présente souvent une société totalitaire – et c’est le cas ici aussi – Nathalie Bernard nous invite à découvrir les prémices de sa formation, et comment les décisions d’une poignée de survivants animés par la volonté de reconstruction d’un monde – et de bien faire ! – vont les mener à celui de Lisbeth. Il nous faudra attendre le tome 2 pour en saisir toute la mesure, mais les indices et les conjectures sont déjà nombreux dans ce premier tome efficace. Un récit habilement mené, donc, à l’univers original et fascinant dans son hypothèse scientifique de départ, et des personnages qui nous accompagnent dans leur cheminement vers l’espérance ou la liberté et la vérité. Je suis personnellement très curieuse du destin de Lisbeth et de ce que nous réservent ces fameuses Nuées… Vivement la suite !

Les Nuées, t.1 Erémos, Nathalie Bernard (Thierry Magnier)
disponible depuis le 26 août 2021
9791035204679 – 14,80€
à partir de 13 ans

Nos jours brûlés, t.1

Quittons la chaleur et l’éclat du soleil pour la Grande Nuit. Nous sommes cette fois en 2049 et voilà vingt ans que l’astre solaire a disparu au profit d’une nuit perpétuelle. Elikia, née dans ce monde sans soleil, n’a jamais connu que ça et, pourtant, avec sa mère Diba, elles se sont lancées dans une quête pour ramener le jour. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle d’une cité mythique abritant des dieux et des esprits, elles sillonnent le continent africain à la recherche de témoignages pouvant les mettre sur la voie de Juddu, la fameuse cité. Mais si les humains se sont habitués à vivre dans cette longue et interminable nuit, celle-ci est aussi pleine de dangers et, très vite, Elikia va devoir en affronter bien des aspects…

Si les premiers abords de ce roman relèvent aussi de l’anticipation, on bascule assez vite dans un univers plus fantastique et magique qui va nous mener au cœur de croyances et mythologies africaines. C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce roman qui nous fait découvrir des cosmogonies peu souvent rencontrées en littérature jeunesse. Et c’est avec Elikia et son apprentissage de ce monde étrange et envoûtant que l’on va peu à peu découvrir les dessous de cette Grande Nuit et des raisons de la disparition du soleil, puis de son propre héritage. Une quête initiatique passionnante servie par la fluidité d’une écriture très visuelle qui nous projette dans un univers où esprits créateurs, magie et créatures hybrides seront autant de découvertes que de redoutables dangers ! Un premier roman assurément à découvrir !

Nos jours brûlés, t.1, Laura Nsafou (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 15 septembre 2021
9782226460349 – 16,90€
à partir de 13 ans
Son
0

Moi aussi je sais voler – Amy Reed

Dans le comté de Fog Harbor, on n’a pas beaucoup de choix de la vie. Ou on travaille au Big Mart, ou à la prison. Billy et Lydia sont deux adolescents qui font leur entrée en terminale après la fusion des lycées de leurs deux villes rivales. Complètement en marge de leurs congénères, ils vont se trouver et, alors que tout semble se déliter autour d’eux, apprendre à se connaître et à se pousser, l’un l’autre, hors de leurs habitudes et de leur petite vie sans histoire… ou presque !

Voilà une expérience de lecture bien singulière ! Dès les premières pages, Amy Reed nous transporte dans une Amérique alternative mais clairement inspirée de la gouvernance de Trump, où c’est un roi imbu de lui-même et inconscient qui est à la tête du pays. Alors que l’on découvre le lieu de vie de Billy et de Lydia : deux villes qui s’affrontent depuis toujours – l’une revendiquant sa rock star mondiale (et accessoirement oncle de Billy) l’autre sa série de romans de fantasy à succès (faite de dragons et de licornes) – et qui semblent tomber en décrépitude, d’étranges phénomènes vont peu à peu perturber nos personnages tout comme nos propres sensations. Et c’est sans doute la force de ce roman qui nous ballote entre l’étrangeté et le réalisme social, qui brouille la frontière entre le fantastique et le réel pour nous offrir une lecture vraiment originale et marquante.

Critique sans équivoque de l’Amérique de Trump, Moi aussi je sais voler et aussi, et surtout, le magnifique portrait de deux jeunes gens en perte de repères, qui se sentent différents et pour qui l’avenir n’existe pas en dehors de leur environnement immédiat. Malgré l’optimisme et la naïveté de Billy, auquel on s’attache dès les premiers pages, la vie ne lui fait aucun cadeau et son horizon est aussi bouché que celui de Lydia, jeune fille cynique qui garde tout en elle. Leur rencontre et leur amitié naissante va tout chambouler autour d’eux et, bien sûr, les amener à s’ouvrir et à prendre leurs propres décisions.

Une lecture très étonnante, qui rappelle certains romans de Patrick Ness dans cette étrangeté et la symbolique du propos. C’est à la fois drôle et désespérant, passionnant et oppressant mais surtout, une très belle histoire d’amitié, d’émancipation et d’acceptation de soi. A découvrir !

Moi aussi je sais voler, Amy Reed, traduit par Valérie Le Plouhinec (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 6 janvier 2021
9782226443809 – 19,90€
à partir de 14 ans
Son
0

J’ai vu un magnifique oiseau – Michal Skibiński et Ala Bankroft

1939. Michal a huit ans. Pour pouvoir passer dans la classe supérieure et progresser dans son orthographe, son instituteur lui demande de tenir un cahier dans lequel il doit écrire chaque jour une nouvelle phrase. Ce qu’il vit, ce qu’il voit, ou ce qu’il ressent. Pendant ses deux mois de vacances, Michal notera consciencieusement toutes les choses qui lui sont arrivées.

Véritable cahier d’écolier tenu par l’auteur quand il était enfant, J’ai vu un magnifique oiseau est un témoignage fort de l’entrée dans la Seconde Guerre mondiale du point de vue d’un enfant. Tout le cahier de Michal Skibiński ne figure pas dans le livre, comme en témoigne le fac-similé de quelques pages du cahier original à la fin de l’album, mais permet de se rendre compte du changement progressif de la vie du petit garçon, d’abord très insouciante, faite des petites joies quotidiennes puis soumise à l’invasion allemande et à la guerre qui débute, accaparant toute son attention et sans doute sa peur.

Chaque phrase du cahier de Michal est accompagnée d’une illustration en double-page. Et quel magnifique travail que celui d’Ala Bankroft, qui nous propose des peintures impressionnistes à couper le souffle ! Malgré toutes les personnes de l’entourage ou de la famille citées par l’auteur dans son cahier, l’illustratrice a pris le parti de ne jamais représenter de personnages et nous offre uniquement les décors, les objets, les paysages qui rythment la vie estivale de notre petit écolier. Elle donne ainsi à voir tout ce que Michal ne dit pas de son environnement, tout ce que notre imaginaire peut offrir en lisant ses quelques phrases d’enfant, et accompagne de ses couleurs et ambiances la progression de l’histoire. Ainsi les peintures du début de l’album sont-elles ensoleillées et verdoyantes avant que la guerre ne vienne assombrir les ciels et les paysages. Une vision d’artiste superbe qui accompagne à merveille l’apparente naïveté de ce cahier d’écolier. Un album sensible et délicat, magnifique témoignage du basculement de l’insouciance à l’horreur de la guerre. Indispensable !

J’ai vu un magnifique oiseau, Michal Skibiński, illustré par Ala Bankroft, traduit par Lydia Waleryszak (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 16 septembre 2020
9782226451231 – 14,50€
à partir de 6 ans
Son
0

Baisers polaires – Janik Coat

Il y a pas loin de dix ans, Janik Coat nous faisait découvrir Clotaire, une sorte de pingouin un peu rond et pourvu d’un gros nez qui s’amusait à se déguiser en puisant dans une galerie de personnages aussi hétéroclite qu’inattendue. Pour notre plus grand plaisir, Clotaire est de retour !

Dans cet album qui semble démarrer comme un imagier, on découvre le froid, le silence et les lumières si spéciales de la banquise. Sur chaque double page, une illustration est proposée pour chaque concept. Et petit à petit, l’imagier bascule pour devenir une histoire. Une histoire dans laquelle Clotaire vit dans sa maison sous-banquisaire, prend tranquillement son bain, fait du sport, cuisine…et s’ennuit quand même un peu ! Jusqu’à ce que la sonnerie retentisse et qu’une certaine Nine débarque dans le quotidien bien huilé de Clotaire. Et toujours, la narration se fait avec une complémentarité du texte – un seul mot, un seul concept – et de l’image – qui illustre et raconte, tout en laissant une large place à l’imagination, cette improbable et inoubliable rencontre. Car cette rencontre, c’est celle qui préfigure l’amour et, à travers tout l’album, Janik Coat explore toutes les facettes du sentiment amoureux et nous en dresse l’inventaire, depuis la gêne, la pudeur, le partage, jusqu’à la séparation, le manque, les retrouvailles…et enfin l’amour !

Un petit format d’album dans lequel Janik Coat nous émerveille par la douceur et la précision de son trait au crayon de couleur. Il y a de l’émotion, de la poésie, de l’humour avec ce Clotaire à la mine impassible, mais surtout de véritables petits moments de grâce. C’est vraiment très très beau ! ❤

Baisers polaires, Janik Coat (Albin Michel Jeunesse)
collection Trapèze
disponible depuis le 12 février 2020
9782226448170 – 18€
à partir de 3 ans
Son
1

Broken things – Lauren Oliver

Il y a 5 ans, Summer, 13 ans, est retrouvée assassinée dans une mise en scène macabre. Sont accusés trois autres jeunes gens, Owen, son petit ami, et Brynn et Mia, ses deux meilleures amies. Ils sont alors surnommés les Monstres de Brickhouse Lane et font la une des journaux. Pourtant, ils ont toujours proclamé leur innocence… Cinq ans plus tard, alors que la ville commémore la mort de Summer, les trois amis sont de retour chez eux.

Notre année commence bien avec ce thriller bien mené dans lequel la fascination pour un univers littéraire fictif devient responsable d’un drame. Un peu à la manière du monde inventé par les héros du Royaume de la rivière, de Katherine Paterson, pour échapper à la dure réalité de la vie (mais la comparaison s’arrête là), Summer, Brynn est Mia se plongent dans celui de Lovelorn, monde magique fictif issu d’un roman qu’elles vénèrent toutes les trois. Un roman qui se termine sans réellement se terminer – en plein milieu d’une phrase – et que les trois jeunes filles vont tenter de continuer à travers une fanfiction de leur cru. Mais Summer n’est pas une amie comme les autres : enfant placée, dite « à problèmes », elle mène Brynn et Mia par le bout du nez, attisant la flamme chez l’une, rabaissant constamment l’autre plus timide. Une amitié étrange, qui a ses hauts et ses bas et qui est justement finissante lorsque Summer est lardée de coups de couteaux dans un étrange rituel rappelant celui qu’elles décrivent dans leur fanfiction sur Lovelorn. L’horreur frappe la communauté, et l’amitié, les secrets et la difficile séparation entre la fiction et la réalité font de Brynn, Mia et Owen les coupables parfaits. Mais le sont-ils vraiment ? Cette cérémonie de commémoration cinq ans plus tard permettra-t-elle de lever le voile ? Après des années à enchaîner les cures de désintoxication pour Brynn, à suivre des cours à domicile avec une mère qui s’effondre pour Mia et à passer le reste de son adolescence à l’étranger pour Owen, nos trois suspects vont découvrir de nouvelles informations…

Un roman dense, vous l’aurez compris, qui explore la dissociation entre réalité et fiction, l’emprise exercée par une incroyable jeune fille sur deux autres, et toutes les difficultés à se reconstruire ou continuer à vivre avec le poids d’une accusation, d’une mise au ban de la société. Articulé entre le maintenant et l’autrefois, entre la voix de Brynn et celle de Mia, et entrecoupé d’extraits du roman fictif Le chemin de Lovelorn et de la fanfiction des trois filles, le roman est particulièrement prenant, et servi par une très belle écriture de Lauren Oliver. On est complètement happé dans l’ambiance et dans cette enquête de nos trois protagonistes, à la recherche de la vérité…et de leur innocence !

Broken things, Lauren Oliver, traduit par Alice Delarbre (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 2 janvier 2020
9782226442505 – 19€
à partir de 13 ans

Son
0

Les raisons de la colère

On ne vous parle pas de Steinbeck aujourd’hui, mais bien de ce qui nous motive parfois à nous mettre en colère. C’est pas toujours jojo comme sentiment, mais nos deux albums du jour parviennent à en parler avec beaucoup de justesse, et surtout, à l’évoquer à travers des images aux styles diamétralement opposés mais tout autant puissants.

Le jardin d’Evan

Evan, un fermier faisant pousser des citrouilles, passe ses journées avec son chien. Ils font tout à deux : déblayer la neige du chemin l’hiver, jouer, aller voir les copains d’Evan et, surtout, s’occuper du magnifique jardin ! Jusqu’au jour où le chien s’endort pour ne plus jamais se réveiller. A ce moment-là, la peine d’Evan est si grande qu’elle en devient colère. Tout lui est insupportable et Evan commet l’irréparable : il détruit de rage son précieux jardin, qui devient le vivier des mauvaises herbes, des plantes qui piquent, qui empoisonnent… Un jardin qui correspond parfaitement à l’état de son propriétaire. Jusqu’à ce qu’une racine de citrouille trouve son chemin sous la clôture du jardin…

Après le très bel album Plus, qu’il illustrait chez Minedition, Brian Lies revient avec un album sublime et d’une grande force émotionnelle. Rien que cette couverture, très forte visuellement, en dit beaucoup, et ne laisse pas indifférent. Sur un thème éculé, Brian Lies nous propose cette fois de parler du deuil dans tout ce qu’il peut avoir de rageant, de la colère qui se mêle à la tristesse et qui veut nous faire tout détruire de ce qui nous fait penser à l’être perdu. Des émotions extrêmement fortes que l’on retrouve dans ses peintures hyper réalistes, avec un magnifique travail de lumières et de couleurs automnales, et où un renard n’aura jamais été mieux incarné que dans cette histoire. Un album bouleversant sur la résilience.

Le jardin d’Evan, Brian Lies, traduit par Françoise de Guibert (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 27 mars 2019
9782226441232 – 13,90€
à partir de 5 ans
La ligne

Alors qu’un petit garçon lit tranquillement sur le banc de la cour de l’immeuble, une petite fille s’amuse avec son ballon, joue en faisant du bruit. C’est chiant, ça, quand on veut lire dans le calme, non ? Alors le garçon trace une ligne dans la cour. Facile : tu restes de ton côté, moi du mien. Mais la petite fille n’est pas d’accord et, bien vite, les choses s’enveniment…

Là aussi, un album aussi fort visuellement qu’émotionnellement, où la colère est le point de départ d’une situation terrible où la liberté et l’acceptation de l’autre sont mises à mal. Plutôt que de parler, le petit garçon choisit de délimiter une ligne à ne pas franchir, un mur symbolique. L’escalade de violence suit, jusqu’à ce que les deux enfants se rendent compte de ce qui est en train de se passer… Ce qui peut parfois ne pas être le cas chez des adultes, par exemple… ll ne faut que quelques mots à Frédéric Maupomé, qui apparaissent sur une place quasi blanche avant chaque image, pour rendre toute la puissance poétique de son propos, qu’il soit doux ou violent. Des mots qui font mouche et des illustrations de Stéphane Sénégas qui, elles aussi, nous interpellent. Un trait noir et vif, qui s’assombrit et se gribouille de colère à mesure que le conflit évolue, et qui rend parfaitement toute l’émotion de cette histoire. Un album percutant sur le vivre ensemble.

La ligne, Frédéric Maupomé, illustré par Stéphane Sénégas (Frimousse)
disponible depuis le 15 novembre 2018
9782352413806 – 15€
à partir de 5 ans
Son
0

Inspirants portraits de femmes

En ce dimanche d’une semaine bien choisie, ce sont deux albums documentaires consacrés aux femmes que nous vous proposons de découvrir, dans la lignée des Histoires du soir pour filles rebelles. 🙂

J’aimerais te parler d’elles

Avec J’aimerais te parler d’elles, on retrouve le principe des portraits de femmes qui ont marqué l’histoire : elles sont artistes, scientifiques, militantes ou aventurières. Certaines sont déjà très célèbres (Calamity Jane, Marie Curie, Simone Veil ou encore Emma Watson), d’autres un peu moins mais toutes ont été retenues pour leur contribution à l’évolution des droits des femmes. Grâce à leurs destins exceptionnels, ces 50 femmes du monde entier sélectionnées dans le 19e et le 20e siècle permettent à son autrice, Sophie Carquain, de délivrer aux plus jeunes lecteurs des messages positifs et inspirants. Les illustrations colorées de Pauline Duhamel enrichissent véritablement cet album, depuis les portraits en médaillon très ressemblants aux images pleine page proposant des scénettes humoristiques et optimistes.

J’aimerais te parler d’elles, Sophie Carquain, illustré par Pauline Duhamel (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 27 février 2019
9782226437785 – 15€
à partir de 6 ans

 

Les inventrices et leurs inventions

Du côté des éditions des Éléphants, ce sont les inventrices qui sont à l’honneur ! Dans cet album tout aussi passionnant, on découvre ainsi que de nombreuses inventions toujours utiles de nos jours (le lave-vaisselle, les essuie-glaces ou encore le Wi-Fi) ont été imaginées par des femmes ! Évidemment, toutes sont inconnues au bataillon, à part peut-être Hedy Lamarr pour les plus cinéphiles. Des textes courts et intelligents qui présentent à la fois l’inventrice (sauf quand on ne sait pas grand-chose d’elle) et les circonstances de son invention. Aitziber Lopez rend ainsi justice à ces femmes oubliées et démontre que les idées et les inventions scientifiques ne sont pas que l’apanage des hommes. Un album encore une fois inspirant, et joyeusement illustré par Luciano Lozano.

Les inventrices et leurs inventions, Aitziber Lopez, illustré par Luciano Lozano, traduit par Sébastien Cordin (Éditions des Éléphants)
disponible depuis le 21 février 2019
9782372730723 – 14€
à partir de 6 ans
Son
1

La petite romancière, la star et l’assassin – Caroline Solé

Il y a deux ans, Caroline Solé sortait un premier roman percutant qui avait beaucoup plus à Bob. Cette année, elle récidive avec un roman au titre tout aussi long, toujours aussi percutant et avec une nouvelle manière d’aborder l’adolescence et la célébrité…

9782226396716,0-4034289

Cheyenne a quinze ans et décide de mettre à profit les vacances sans sa famille pour réaliser son funeste projet : en finir avec la vie. Mais voilà que la célèbre actrice qui vit en face de chez elle débarque dans sa belle villa et que, une nuit, Cheyenne est témoin d’une scène étrange : un homme enterre le cadavre d’un enfant dans le jardin…

★★★★☆

C’est un rapport de police, mentionnant la découverte du cadavre d’un enfant dans la poche duquel figurait le portait de la star, qui ouvre le roman où les trois personnages principaux vont être interrogés. On commence avec Cheyenne, jeune fille mal dans sa peau qui voulait profiter de l’absence de sa famille pour mettre fin à ses jours mais qui, faute d’un peu plus de courage, se met à jouer les Fenêtre sur cour. Puis c’est au tour de Tristan, assistant de la star qui vit en face de chez Cheyenne, de raconter sa présence dans cette histoire et son désir de devenir cinéaste. Et enfin l’actrice, celle dont tout le monde parle et dont personne ne sait véritablement rien de sa triste vie. Comment ses trois personnages totalement différents peuvent-ils être liés ? Ont-ils vraiment quelque chose à voir avec le cadavre repêché de cet enfant ?

C’est bien la question qui nous taraude jusqu’à la fin du roman. Car, de déposition en circonvolutions, chacun des personnages va nous révéler bien plus que ce qu’ils pensent. Cela ne sera sans doute d’aucune aide à la police pour résoudre son affaire, mais cela nous ravira, nous lecteurs, de découvrir l’envers du décor, comment l’une assiste à une scène terrible, comment l’autre révèle la vérité sur son geste et comment la dernière observe malgré son absence. Ce procédé du huis-clos de la salle d’interrogatoire où chacun parle sans s’arrêter, jamais interrompu, fonctionne particulièrement bien, faisant monter la tension, nous emmenant sur des fausses pistes et révélant petit à petit le fin mot de l’histoire. Mais là où Caroline Solé est vraiment forte, c’est dans sa dépiction de l’adolescence et de ses affres, la dépression terrible dont souffre Cheyenne, la marginalité (on remarquera d’ailleurs que Christopher n’est pas loin…), la solitude induite par la célébrité. Des thèmes déjà abordés dans son précédent roman, qui trouvent une toute autre dimension dans ce récit à plusieurs voix particulièrement touchant.

La petite romancière, la star et l’assassin, Caroline Solé (Albin Michel Jeunesse)
collection Litt’
disponible depuis le 29 mars 2017
9782226396716 – 12€
à partir de 13 ans
Discussion
0

Claudine Desmarteau, c’est…

Définir Claudine Desmarteau n’est pas une mince affaire. Pourtant à travers la lecture de quelques-uns de ses ouvrages  nous avons tenté de décrypter ce phénomène caché derrière ces cheveux de rock-star.

…Une vision honnête de l’âge ingrat

transformetoiClaudine a cette volonté de complicité avec son lecteur à chacun de ces livres. Elle lutte contre l’inactivité, l’haleine pourrie, l’abus de facebook et la malbouffe. Dans Transforme-toi elle surfe habilement sur les tendances en mentionnant Booba, Nabilla, Zlatan et DSK tout en tempérant avec sa culture des années 70-80 (David Bowie, Bob Marley et Serge Gainsbourg). Elle dédramatise cette période déshonorante en employant une vulgarité tempérée ainsi qu’un humour aussi incisif que désinvolte. S’aventurer comme ça dans les recoins culturels des ados…quelle intrépidité !

Si tu pouvais diminuer un peu...

Si tu pouvais diminuer un peu…

Claudine est incorruptible quand il s’agit d’aborder les transformations corporelles (et c’est pour ça qu’on l’apprécie). On nous parle poils, parties génitales, voix mutante, caractère de merde. C’est bien l’honnêteté. Un carnet de dessin qui a la praticité de faire rire sur la condition difficile à un ado aux taux d’hormones qui crève le plafond. Si elle nous avait dit d’aller brosser nos dents à 14 ans nous l’aurions fait sans broncher tant son aura est grande. Claudine permet de relativiser la période difficile des premiers émois amoureux qui sont généralement peuplés de râteaux qui blessent. Elle nous propose aussi de devenir artiste et de dessiner moult crottes. Vous aurez également le privilège de voir un chat dessiné par Claudine (un chat probablement irradié).

« Certaines parties de ton corps grandissent moins vite que tes pieds […] la taille n’est en aucun cas une garantie des performances. »
Transforme-toi(Flammarion Jeunesse)
disponible depuis le 21 septembre 2016
9782081373945 – 12€
à partir de 12 ans

…Le langage chatoyant des adolescents

christophercolomboFaut pas prendre les jeunes pour des citrons, Claudine le sait. Grand gourou au style unique, chacune de ses illustrations possède ce trait vif quelquefois mal assuré, à l’image des adolescents bancals. Dans Christopher Colombo, elle met en scène un môme accroc à sa console embarqué par un saucisson à propulsion dans des mondes dangereux et totalement barrés. Christopher s’est-il fait confisquer sa console et s’enfuit dans les tréfonds de son imagination en guise de compensation ? Ou est-il devenu catatonique et baveux à force de trop jouer ? Toujours est-il que Mister Colombo se donne à fond dans ses aventures et ça compte, d’avoir un imaginaire développé.

Christopher Colombo,(Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 28 septembre 2016
9782226325167 – 13,50€
à partir de 11 ans

janAdmirative des jeunes, Claudine puise depuis des années au fil de ses livres leur langage à la mode. D’ailleurs on a trop le seum qu’une femme plus vieille que nous nous apprenne des expressions telles que OKLM t’as vu (nous aussi on peut être provoc’ Claudine)
Dans Jan, elle s’est lancée le défi de tenir jusqu’au bout de son roman la langue d’une enfant de 11 ans. C’est d’un réalisme social confondant, on se laisse totalement embarquer dans cette écriture, dans ce style, dans ces inventions de mots, d’expressions que tous les enfants de 11 ans entendent et déforment par incompréhension.

Jan(Thierry Magnier)
disponible depuis le 13 avril 2016
9782364748460 – 14,50€
à partir de 11 ans

…Du cinéma et des bandes-son

troublesClaudine c’est aussi le cinéma qui résonne dans ses textes : de Truffaut avec les 400 coups dans Jan – d’ailleurs vous l’avez lu ? qu’attendez-vous ? – en passant par des références telles que I love you Philip Morris, le Secret de Brokeback Mountain et de grands réalisateurs comme David Lynch dans Troubles, ces références font écho aux thématiques du roman telles que l’ambiguïté sexuelle, la jeunesse perdue, les incompréhensions intergénérationnelles et l’avenir incertain. Cet éclectisme nourrit son lecteur à coup sûr. Ce n’est pas un hasard si on referme ce roman avec un clap de fin.

Troubles(Albin Michel Jeunesse)
collection Wiz
disponible depuis le 29 août 2012
9782226242891 – 12€
à partir de 15 ans
teensong

La musique est mémorable dans certains romans, aussi au cœur de Teen Song on trouve Led Zeppelin qui tourne en boucle dans le mp3 d’une adolescente de 14 ans. Ça la regonfle à bloc quand elle écoute certaines chansons « à fond », son père lui offre les dvd de leurs concerts et une gratte n’est jamais très loin…Gainsbourg y est encore présent (ndlr : il est mentionné et dessiné dans Transforme-toi) sur les murs cette fois…Des portraits riches et inspirants toujours dans l’air du temps et Claudine est là pour nous le rappeler.

« Je déteste Sarkozy. En plus il est fan de Johnny Halliday. Alors que quand il était jeune, il aurait pu aller voir Led Zep en concert. La burne » – extrait de Teen Song –
Teen song(Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 25 mars 2010
9782226209580 – 12,70€
à partir de 12 ans

Claudine Desmarteau écrit des manuels de survie qui nous transportent par ses délires désopilants, ses aphorismes développés qui sont pour le moins addictifs. Les affres de l’adolescence sont impénétrables…sauf si vous lisez un de ses livres. Claudine est irrévérencieuse, on adore.