Son
0

Lucienne Eden ou l’île perdue – Stéphane Jaubertie

Sur une île déserte vit Lucienne Eden, une jeune fille qui rêve de rejoindre sa mère, star à Las Vegas, et qui, en attendant, partage sa solitude avec un vieil homme un peu doux-dingue. Mais voilà qu’un jour s’échoue sur sa plage une masse de déchets en tout genre…et de laquelle émerge un adolescent complètement perdu, à la recherche de son père.

Lucienne Eden, c’est l’histoire d’une rencontre qui commence plutôt mal. D’un côté, une gamine solitaire qui ne mâche pas ses mots et de l’autre, un garçon échoué qui semble un peu choqué par ce qu’il vient de vivre, nous offrant une première scène vivifiante et drôle à souhait faite d’incompréhension, de colère et d’entêtement. Bien sûr, nos deux jeunes gens vont peu à peu s’apprivoiser alors que Lucienne fait découvrir à « Machin », qui s’appelle en réalité Gaspard (l’occasion d’un comique de répétition durant toute la pièce ultra bien dosé et toujours à propos), son île aussi fantasque et étonnante qu’elle, qui se trouve de plus en plus menacée. Entre les leçons avec Andris, vieillard lunaire mais enthousiaste, les balades sur l’île où poussent des forêts de brocolis géants et où l’on doit faire attention aux pandas mangeurs de grizzlis, et l’apprentissage de l’autre, la pièce se déroule sous nos yeux dans un joyeux enchaînement de scènes aussi drôles que sensibles !

S’il est question d’écologie, de questionnements sur l’avenir de la planète, la pièce de Stéphanie Jaubertie est aussi une réjouissante et piquante comédie qui explore les bouleversements de l’adolescence, et notamment le désir. Les personnages sont diablement attachants et gentiment dingos, le style est enlevé et impertinent et on ne cesse de glousser à mesure que se déroulent les péripéties tantôt extraordinaires, tantôt sensibles, de Lucienne et Gaspard. Un véritable petit bonheur de lecture ! ❤️

Lucienne Eden ou l’île perdue, Stéphane Jaubertie (Théâtrales)
collection Théâtrales jeunesse
disponible depuis le 18 février 2021
9782842608507 – 8€
à partir de 12 ans
Son
0

Bleu jardin – Clémence Sabbagh et Teresa Arroyo Corcobado

Bienvenue dans le jardin avec cette toute nouvelle collection à destination des tout-petits : « Couleurs jardin » ! Des cartonnés documentaires qui invitent à découvrir ce qui se cache dans nos jardins à partir d’une couleur. Pour ce Bleu jardin, c’est la mésange bleue que nous allons suivre alors qu’elle vient tout juste de se poser sur l’une des fleurs – bleue également – qui embellit le jardin. Et il va s’en passer des choses pour cette mésange, qui va rencontrer un compagnon puis installer son nid dans un arbre du jardin. Toutes les conditions sont ainsi idéalement rassemblées pour observer son comportement, ses habitudes alimentaires et tout ce qui fait la vie d’un oiseau.

Dans ce texte poétique raconté comme une histoire, Clémence Sabbagh interpelle également les enfants qui sont invités à participer s’ils le désirent : elle leur pose des questions, leur propose de suivre le vol de la mésange du doigt ou de l’aider à gratter l’écorce d’un arbre pour trouver de la nourriture. On se prête volontiers au jeu qui nous rapproche un peu plus de cet oiseau aussi familier qu’insaisissable.

Quant aux illustrations de Teresa Arroyo Corcobado, elles sont tout simplement sublimes ! Ses oiseaux sont dessinés avec une précision raffinée, les couleurs sont chatoyantes et les décors de jardin nous font bien rêver en ces temps de confinement !
Et pour inviter les enfants à prendre soin de la nature qui les entoure, une petite activité est proposée en fin d’album : fabriquer une guirlande gourmande pour les mésanges qui ont parfois du mal à trouver de quoi se nourrir en hiver. Une bien jolie manière de terminer cet album joyeux et interactif qui sent bon le printemps ! 🐦

Bleu jardin, Clémence Sabbagh, illustré par Teresa Arroyo Corcobado (Le diplodocus)
collection Couleurs jardin
disponible depuis le 2 avril 2021
9791094908211 – 11,90€
à partir de 2 ans
Son
0

Nos elles déployées – Jessie Magana

En 1974, Solange a 15 ans et marche fièrement avec sa mère Coco et les amies de celle-ci alors que la loi sur l’avortement est en passe d’être votée. Mais Solange se cherche aussi beaucoup : sa mère prend beaucoup de place et elle doit également composer avec son désir qui s’éveille. Quelques décennies plus tard, en 2018, c’est au tour de Sido, la fille de Solange, qui a hérité de l’engagement de ses aînées, de se heurter à son modèle familial et de tenter de trouver sa propre voie…

Quel roman ! Jessie Magana nous emmène à la rencontre de trois générations de femmes qui ont choisi de s’engager, d’ouvrir la réflexion sur leur société et leur corps, d’interroger l’amour et la famille. Une véritable saga familiale et féministe qui nous happe dès les premiers instants avec cette manif’ pour le droit des femmes à disposer de leurs corps. Nous sommes alors en 1974 et le moment est historique. L’écriture de Jessie Magana nous emporte comme un souffle, on ne lâche dès lors plus cette histoire de famille, de femmes et de désirs alors que Solange se cherche, essaye de comprendre Coco et son histoire, et se trouve en proie à des envies et des contradictions qui vont l’amener à entrer en opposition avec sa mère. Et peut-être qu’il lui faut alors partir… Vient justement l’été, Solange part en Algérie et y découvre la Kabylie qui va changer complètement sa vie. Le bond se fait jusqu’en 2018, où l’on découvre Sido, en lutte contre la réforme du lycée, en plein mouvement des gilets jaunes ou encore de #metoo. L’engagement est de famille et, tout comme sa mère avant elle, Sido s’est construite avec Coco et ses amies féministes tandis que Solange est bien loin de l’adolescente qu’elle était…

Parfaitement documenté et ancré dans les événements passés et actuels, Jessie Magana nous offre là un magnifique récit d’éveil au militantisme, au féminisme, et à la sexualité. Une mention spéciale, d’ailleurs, pour toutes les scènes de sexe et de découverte de la sexualité féminine qui sont très réussies ! Les personnages sont tout en nuances et en sont ainsi particulièrement attachants, à tel point que l’on aurait presque envie de continuer à marcher à leurs côtés. C’est percutant et intelligent, sensuel et émouvant, authentique et bienveillant, et c’est un roman assurément indispensable. Un coup de cœur ! ❤️

Nos elles déployées, Jessie Magana (Thierry Magnier)
disponible depuis le 3 mars 2021
9791035204433 – 14,80€
à partir de 14 ans
Son
0

Kiosque – Anete Melece

Depuis toujours, Olga travaille dans un kiosque à journaux. Ce minuscule espace, c’est toute sa vie. Elle connaît ses clients par cœur : ceux qui viennent acheter chaque jour leur magazine, ceux qui viennent simplement pour parler, ceux qui lui font signe en passant ou encore les touristes, qui lui demandent systématiquement le chemin vers le musée. Mais le soir, quand elle ferme le rideau de fer, Olga se met à rêver de soleils, de mers et de plages lointaines…

Le quotidien d’Olga, c’est une routine constante. Chaque matin, elle est livrée de son nouveau stock de journaux, elle ouvre son rideau et son premier client, comme toujours, est ce monsieur au teint jaunâtre de bien trop fumer ! Puis s’ensuivent tous ses clients habituels, qu’elle a appris à connaître et qui rythment sa journée jusqu’au soir. Et lorsqu’elle baisse le rideau, Olga se plonge dans ses propres magazines, et rêve de voyager et de voir le monde, loin de ce petit kiosque étriqué. Il suffit d’un matin et du livreur de journaux qui pose le nouveau stock trop loin de sa porte pour que cette journée soit complètement chamboulée ! Car alors que des jeunes en profitent pour lui piquer des bonbons, Olga se rue vers eux à travers sa trop petite fenêtre et fait basculer son kiosque avec elle ! Surprise, voilà maintenant qu’elle peut se déplacer et commencer à vivre sa propre aventure…

Avec Kiosque, Anete Melece nous offre un album plein de tendresse qui nous invite à poursuivre nos rêves. Comme Olga, on est parfois incapable de sortir de notre quotidien et de notre train-train et il suffit alors d’un petit coup de pouce pour découvrir que l’on peut faire tout ce qu’on veut et poursuivre ses rêves. C’est aussi un album qui nous touche particulièrement en ce moment car il met en scène un personnage dont le travail est essentiel pour tous ces gens qui passent et s’arrêtent devant son kiosque chaque jour. Une jolie manière de mettre en lumière le rôle parfois très social des commerçants de proximité. Le tout avec des peintures colorées et un peu naïves qui ajoutent le soupçon de magie qu’il faut !

Préexistant à l’album, il y a un court-métrage d’animation, réalisé par Anete Melece, que je vous invite à aller voir pour profiter plus longuement encore de son magnifique travail d’illustration.

Kiosque, Anete Melece (L’école des loisirs)
collection Pastel
disponible depuis le 10 mars 2021
9782211305686 – 13€
à partir de 5 ans
Son
0

Ash House – Angharad Walker

Ash House est le lieu de la dernière chance pour Sol, un garçon qui a enchaîné les hôpitaux sans trouver l’aide appropriée à son mal. Mais alors qu’il découvre son nouvel environnement, il est frappé par son étrangeté. Entre cette maison que l’on dirait faite de cendres, ces enfants certes accueillants mais aux drôles de prénoms et, surtout, il n’y a aucun adulte ! Se peut-il que cet endroit hors du temps et inédit soit le seul où on puisse le sauver ?

A l’instar de ce jeune garçon à qui est attribué le nom de Sol, pour Solitude, on découvre l’univers d’Ash House avec autant de circonspection que d’angoisse. Arrivé un peu de manière abrupte, sans explications, presque sans se souvenir de comment tout cela s’est déroulé, on rencontre avec lui tous ces enfants aux prénoms étranges, donnés d’après des « Obligeances », sorte de qualités ou de dispositions que tous les enfants d’Ash House sont censés montrer et apprendre. Car malgré qu’il n’y ait aucun adulte, le programme est clairement établi chaque jour, avec son emploi du temps strict et ses assignations, édicté par un coup de téléphone du Directeur, seul adulte responsable et pourtant absent depuis plusieurs années… Vous n’en serez pas étonnés : malgré l’accueil chaleureux de Freedom, avec qui il va se lier, Sol est surtout plutôt perplexe et peu rassuré par cette vie qui l’attend ! Et, surtout, comment est-ce possible qu’il guérisse dans un endroit pareil ? Les cendres de la maison pourraient-elles avoir un pouvoir particulier ? Ou bien le Docteur, qui arrive soudainement à Ash House et inquiète les autres, sera-t-il capable de le soigner ?

Je ne vous en dirai pas plus sur ce roman à l’atmosphère aussi fascinante que pesante, qui nous fait très agréablement frissonner (pour ceux qui aiment se faire peur !), comme le laisse deviner cette couverture à l’ambiance fantomatique. Difficile également de vous parler des thèmes abordés par le roman sans vous dévoiler sans doute le nœud de l’histoire – bien qu’il laisse également toute latitude à interprétation. En tous cas, si vous aimez les romans qui filent les chocottes et interrogent notre santé mentale, le sinistre parfum d’étrangeté d’Ash House devrait assurément vous plaire !

Ash House, Angharad Walker (Casterman)
disponible depuis le 3 mars 2021
9782203222519 – 16€
à partir de 13 ans
Son
0

Confettis – Adèle Jolivard

En septembre, à la rentrée, une petite fille se rend à l’école à vélo et apprend à lire, puis à faire des dictées. Aux vacances de la Toussaint, elle part dans un gîte avec ses parents. Puis vient Mardi Gras et ses déguisements, son carnaval et les parades organisées dans le village. Au printemps, elle part en classe verte et découvre le Cantal. Puis la fin d’année, tout est un peu plus relâché et les vacances arrivent…

Dans ces cinq petites histoires, rythmées par des événements qui marquent les grandes étapes de l’année pour cette petite fille, Adèle Jolivard nous offre le portrait incroyablement juste et sensible de l’enfance – son enfance ? En tous cas, certaines anecdotes du quotidien de cette petite fille, ou les événements qu’elle vit, m’ont rappelé plein de souvenirs de ma propre enfance (les chars au carnaval de mon village que j’avais complètement oubliés !!!) C’est toute la magie de son écriture, au plus proche des sensations de l’enfance, qui nous enchante : tous ces petits moments qui semblent anodins, ces réflexions qui passent d’un sujet à un autre ou d’un sentiment à son contraire. Une simplicité et une fluidité de la narration qui nous émeut autant qu’elle nous fait sourire.

Et si la force des émotions est là dans les mots, que dire des illustrations ! Un trait noir fin et délicat, avec des touches de couleur, qui apporte tantôt de la poésie, tantôt de l’humour, et toujours cette tendresse de l’enfance, des souvenirs et des moments si précieux qu’elle referme. On observe avec délice les petits détails de certaines images en pleine page et on s’émerveille de son talent à croquer les situations, qui raviront tant les enfants que les adultes.

Avec sa tendresse et son graphisme, Confettis nous fait bien sûr penser au Björn de Delphine Perret (le format en est d’ailleurs le même), mais l’album d’Adèle Jolivard nous offre en plus cette délicieuse sensation de nostalgie de notre enfance. Un très grand coup de cœur pour ce magnifique album ! ❤️

Confettis, Adèle Jolivard (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 18 mars 2021
9782369021384 – 13,50€
à partir de 4 ans
Son
1

Histoires d’ours

C’est bientôt le printemps durant lequel on espère pouvoir sortir de notre hibernation qui dure depuis bien longtemps… Mais avant de quitter définitivement l’hiver, Bob vous propose de découvrir trois (ou presque) albums des éditions Père Fouettard avec les pro de l’hibernation : nos amis les ours, compagnons intemporels des histoires.

Mon grand ours, mon petit ours et moi

Une petite fille nous présente les deux ours qui sont dans sa vie : le petit, celui en peluche avec qui elle partage ses jeux et son imagination ; et puis le grand, celui qui l’accompagne quand elle sort, la prend sur ses épaules ou la protège du froid dans son grand manteau bien chaud. Ses deux ours sont toujours là pour elle et elle est toujours là pour eux…

Quelle mignonitude que cet album qui nous offre une petite capsule de vie quotidienne aussi douce que joyeuse ! La petite fille de ce récit familial nous fait découvrir son quotidien avec son doudou préféré et…son papa ! Une chute qui ravira évidemment les jeunes lecteurs à qui cette histoire est destinée et les adultes qui la leur liront en ayant tout deviné (mais en ne révélant rien, bien sûr !). Le texte tout en simplicité de Margarita del Mazo est un véritable plaisir et les illustrations de Rocio Bonilla, tendres et complices, lui apportent une pointe d’humour et de malice. On est complètement charmé par cet album qui nous offre une jolie chronique de la journée parfaite d’une petite fille et de son papa. Absolument mignon !

Mon grand ours, mon petit ours et moi, Margarita del Mazo, illustré par Rocio Bonilla, traduit par Gaïa Mugler (Père Fouettard)
disponible depuis le 7 janvier 2021
9782371650503 – 16€
à partir de 3 ans

Grand Blanc

Aujourd’hui, Saski a huit ans et a enfin le droit d’aller pêcher toute seule et montrer à son père comme elle aussi peut rapporter plein de poissons ! Sur la banquise, l’hiver est rude et l’ourse a du mal à trouver de quoi se rassasier pour nourrir également ses petits. Alors que la tempête se lève, faisant perdre les repères de la petite fille comme de l’ourse, leurs trajectoires vont se croiser…

Histoire d’une rencontre, de celle de l’humain et de l’animal, Grand Blanc nous fait découvrir la banquise, ses dangers et ses instants de grâce. Le texte d’Adèle Tariel, entre légèreté et suspense un tout petit peu angoissant, nous emporte tout de suite dans ce récit d’une petite fille qui grandit, pleine d’enthousiasme, de courage et de bonté, et de cette ourse à la recherche de quoi sauver ses petits d’un rude hiver et capable elle aussi de se montrer bienveillante lorsque le danger les prend toutes les deux. Les magnifiques illustrations de Jérôme Peyrat nous transportent dans ce grand blanc et nous font ressentir la tempête comme le froid grâce à ces papiers et calques découpés qui donnent du relief au paysage enneigé et tempétueux. Une technique qui convient merveilleusement à l’ambiance de cet album vivant et vivifiant. Une réussite !

Grand Blanc, Adèle Tariel, illustré par Jérôme Peyrat (Père Fouettard)
disponible depuis le 7 janvier 2021
9782371650664 – 16€
à partir de 3 ans

Ours, ours, ours

Dans cette histoire, attendez-vous à être bousculés ! On commence sur la banquise, avec un ours blanc…hum, autant vous dire qu’un ours blanc sur une banquise immaculée, on ne voit pas trop l’animal… Bon, alors ce sera l’histoire d’un ours brun sur la banquise. Certes, on le voit bien, mais l’ours brun n’est pas spécialement chaud pour se geler les miches sur ce continent de glace… Bref, notre ours blanc et notre ours brun vont faire fi du narrateur de cette histoire pour nous raconter la leur…

Si vous êtes friands de ces histoires où tout est chamboulé, l’album de Camille Tisserand est fait pour vous ! Une histoire drôle et amusante qui se termine sur un beau moment d’amour et de douceur qui fera la surprise des lecteurs, servie par des illustrations qui en font aussi toute la saveur. Camille Tisserand s’amuse ainsi des couleurs et des motifs pour fondre ses ours dans un décor ou les faire ressortir grâce à des traits malins et tout de suite identifiables. Un album en quatre couleurs (bleu, noir, brun et blanc) qui lui donnent une atmosphère toute particulière et qui annonce avec originalité et tendresse l’arrivée du printemps !

Ours ours ours, Camille Tisserand (Père Fouettard)
disponible depuis le 4 mars 2021
9782371650527 – 14€
à partir de 3 ans
Son
0

J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelle – Jo Witek

Alors qu’elle rentre du collège pour les vacances scolaires, Efi retrouve avec joie ses amies et sa famille au village, comme n’importe quelle adolescente. Mais ses résultats scolaires exemplaires ou la vie à la ville n’intéressent pas les siens. Car Efi est désormais nubile : elle est bonne à marier. Son rêve de continuer ses études pour devenir ingénieure n’a alors plus aucune importance car son destin est désormais entre les mains de son père…puis de son futur mari.

J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelle : sous ce titre qui interpelle se découvre un texte qui ne nous laisse pas indifférents. Jo Witek aborde ici le sujet des mariages forcés, le lot de bien trop nombreuses jeunes filles de par le monde. Bien qu’issue d’une famille relativement pauvre et traditionnaliste, Efi a pu aller au collège, apprendre, s’éduquer, et rêver d’apporter le progrès dans son village où l’électricité n’est pas courante, le Wi-Fi impossible à capter et les médecins bien trop loin pour espérer des consultations. Elle revient donc chez elle avec la fraîcheur et l’insouciance de celle qui pense seulement retrouver son enfance. Mais elle a désormais 14 ans et ne peut plus porter ses vêtements confortables, parler à n’importe qui ou se comporter…comme n’importe quelle adolescente ! Les retrouvailles sont ainsi vite ternies et Efi réalise lentement ce que tout le monde sait sauf elle : elle va devoir se marier. Elle n’est désormais plus qu’une transaction marchande entre sa famille et celle de son futur époux qui est bien plus vieux qu’elle ! En dépit de son consentement et de ses rêves, Efi doit se soumettre et, malgré ses nombreuses tentatives de fuite, épouser l’homme qu’on lui a choisi.

Un roman court mais tout en émotion, dont la force réside dans cette universalité voulue par l’autrice, le lieu où se déroule l’histoire n’étant jamais précisé. Efi est l’incarnation d’une jeune fille moderne et optimiste qui se heurte au poids de l’archaïsme et des traditions séculaires qui brisent des vies. Sans aucun soutien – hormis celui silencieux et inattendu d’un très beau personnage que je vous laisserai découvrir – elle ne va pouvoir compter que sur elle-même et ses propres ressources pour aller à l’encontre de ce terrible destin. Un roman sensible et édifiant qui se fait la voix des millions de jeunes filles qui sont encore aujourd’hui mariées de force et privées de leur liberté. Nécessaire !

J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelle, Jo Witek (Actes Sud Junior)
collection Ado
disponible depuis le 3 février 2021
9782330145217 – 13,50€
à partir de 13 ans
Son
0

Si tu vois le Wendigo – Christophe Lambert

Dans l’Amérique des années 1950, en plein été, David et son ami Bobby Lee s’ennuient et s’amusent dans leur quartier parfait où rien ne se passe jamais. Mais un soir, alors qu’ils s’apprêtent à rentrer, ils voient une femme hagarde, complètement nue, la bouche en sang, se diriger vers eux… Il s’agit de leur voisine, Ruth Bannerman, qui fait une crise de somnambulisme selon son mari. Si Bobby Lee oublie vite l’incident, David, lui, n’y parvient pas et, bientôt, l’étrangeté s’invite dans sa vie…

Si l’histoire se déroule dans les années 50, elle nous est en réalité racontée par un David beaucoup plus vieux, une soixantaine d’années plus tard. Déjà gamin, il aimait écrire des histoires, des petites nouvelles fantastiques et, désormais, le voilà un écrivain célèbre qui revient sur un souvenir inoubliable de son passé. L’hommage à Stephen King est bel et bien là et ne vous quittera pas tout le long du roman, où l’on sent l’influence du romancier américain. Ainsi, après cette rencontre un peu effrayante avec Ruth qui ouvre le roman, nous allons suivre David dans son questionnement sur ce qui a pu arriver à sa voisine et, par la même occasion, l’adolescent va se découvrir des sentiments pour une femme bien plus âgée que lui. S’il est compliqué de vous dire s’il s’agit d’un roman fantastique ou d’une histoire d’amour impossible, Si tu vois le Wendigo est en tous cas un roman à l’atmosphère particulière, qui ne nous laisse pas indifférent. Dans cette Amérique fantasmée des années 1950, où l’accès au rêve américain semble être à portée de mains, David va découvrir peu à peu que tout n’est pas aussi beau et aseptisé que ce lotissement tout neuf dans lequel il vit et où tout le monde se connaît. Le vernis se craquèle, tout comme l’insouciance de notre héros, et le Wendigo, cette étrange créature dont il fait bientôt la connaissance, apporte une dimension décalée et étrange qui interrogera David autant que le lecteur.

Christophe Lambert nous offre ici un roman à l’atmosphère fascinante et nous emmène dans des territoires littéraires complètement différents au fur et à mesure que l’on tourne les pages : chronique douce-amère d’une adolescence à une époque révolue (et parfaitement documentée, les petits détails sont un régal !), récit fantastique qui apporte une touche d’angoisse, thriller intense à la résolution mortelle. Envoûtant !

Si tu vois le Wendigo, Christophe Lambert (Syros)
disponible depuis le 11 février 2021
9782748527254 – 16,95€
à partir de 13 ans
Son
0

L’Infinuit, t.1 – Ross MacKenzie

Dans le Royaume d’Argent, les Sorciers sont détestés et traqués par Mme Hester, grande mage du pays. Pour les vaincre définitivement, elle a besoin du Dernier Sort qui lui permettra de contrôler l’Infinuit, une malédiction terrible capable de mettre fin à la vie entière. Mais ce sort est introuvable et l’impatience de Mme Hester grandit, quitte à mettre en péril tout le royaume… Dans la capitale, Larabelle, orpheline et glaneuse dans les égouts, pourrait bien se retrouver au cœur de cette guerre entre les Sorciers et Mme Hester…

Dans ce premier tome d’une nouvelle trilogie de fantasy sombre et passionnante, découvrez : une jeune orpheline débrouillarde et attachante au destin inattendu ; un djinn terrifiant ; une grande mage avide de pouvoir ; un petit glaneur plein de ressources et de bonté ; un jeune Mage Blanc privé de son âme et prisonnier d’une servitude qui se met à rêver de liberté ; et une Infinuit prête à prendre possession du monde entier si personne ne l’affronte… Et tout cela sans compter des alliés qui se révèleront ennemis ou inversement, des innocents contraints de rejoindre les rangs de la nuit et un combat pour l’égalité et l’acceptation de tous.

Si l’on retrouve tous les ingrédients d’un bon roman de fantasy classique, Ross MacKenzie nous propose ici une histoire bien plus sombre qu’habituellement pour le public visé. La violence du monde où vivent les personnages ne nous est pas épargnée, depuis les conditions de vie déplorables d’orphelins qui doivent survivre en glanant des objets perdus dans les égouts ou celle des Mages Blancs assujettis à la terrible Mme Hester à ce qui attend la population entière quand l’Infinuit est libérée de son sommeil millénaire. La magie du Royaume d’Argent, avec son petit côté steampunk où les sorts sont dans des fioles chargées dans le barillet d’une baguette-pistolet, peut être aussi magnifique qu’effrayante. Ainsi les personnages en seront-ils d’autant plus intéressants et profonds qu’ils seront soumis à des choix moraux tout au long de leur périple.

Ce premier tome de l’histoire de Larabelle est en tous cas un vrai page-turner, l’aventure et le danger nous attendant à toutes les pages et, chose assez rare, il peut se suffire à lui-même puisque l’intrigue principale trouve une conclusion tout à fait satisfaisante. Ou presque… Une série prometteuse, notre curiosité pour ce qui attend notre héroïne est piquée !

L’Infinuit, t.1, Ross MacKenzie, traduit par Marie Leymarie (Auzou)
disponible depuis le 21 janvier 2021
9782733885932 – 14,95€
à partir de 11 ans