Son
0

Sous-sol – Martine Pouchain

A cause d’une catastrophe à l’échelle de la planète, toute vie a été anéantie. Avec ses parents et sa sœur, Leslie s’est réfugiée dans le sous-sol de leur maison, attendant le moment où il sera possible de revenir à la surface, où les Elus comme elle et sa famille pourront reprendre possession du monde et le façonner à leur image. Mais l’attente est longue pour deux jeunes filles qui rêvent d’un avenir grandiose…

Enfermée dans le sous-sol de leur maison depuis qu’elle a quatre ans, Leslie ne se souvient pas de grand-chose du monde d’Avant. Seules les histoires racontées par son père et les horribles photos sur le mur pour se souvenir de l’apocalypse lui permettent de se rappeler, peut-être, quelques éléments de ce monde que les bombes et les virus ont dévasté. Avec sa grande sœur Amy, elles n’ont plus que quelques livres de contes, et notamment celui de Rapunzel (Raiponce), pour occuper leurs journées monotones dans cet espace confiné tandis que seul leur père remonte à la surface – avec un masque – pour cultiver leur potager dans une serre protégée. Alors que les années passent et que les filles grandissent, leur impatience de retourner En Haut se fait de plus en plus grande. Et lorsque la puberté arrive pour Amy, la fébrilité est à son comble. Mais leur père ne cesse de leur expliquer que le moment n’est pas encore venu, que le monde est toujours aux prises de loups dégénérés, et qu’il faut encore attendre. Mais combien de temps encore ? Alors qu’Amy tient tête à son père et que sa mère perd espoir, Leslie tente de garder la tête froide mais les choses ne se passent pas aussi bien que le père le voudrait…

Dans ce court roman aux accents post-apocalyptique dont il est bien difficile de vous parler sans vous révéler le fin mot de l’histoire, sachez en tous cas que Martine Pouchain ne manquera pas de vous rappeler ces sensations parfois étouffantes du confinement pour une mise sous tension très réussie. Le dénouement pourra vous surprendre ou pas du tout et aura peut-être un goût de trop rapide (c’est le cas pour moi) mais tout le développement de l’histoire est captivant. Car il est avant tout question de comment s’articule un groupe de personnes, une famille, dans un environnement aussi resserré et accablant, comment on grandit dans cet espace où il n’y a jamais de nouveauté, jamais de stimulation extérieure, seulement la solitude et l’entre-soi, la croyance d’un paradis qui s’ouvrira pour une poignée d’élus. C’est fascinant et glaçant, et bien plus encore lors de la résolution et de la note de l’autrice en fin d’ouvrage. Diablement efficace !

Sous-sol, Martine Pouchain (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 2 février 2022
9782377317219 – 16€
à partir de 13 ans
Son
0

Mauvaises graines – Benoît Minville

Vasco, trente ans, vit de petits boulots sur la côte portugaise. Pendant les vacances d’été, il retrouve par hasard une ancienne camarade de classe, Mélissa, dont il était aussi fou amoureux. Prof de français en région parisienne, elle gère aussi le club de futsal mixte de la ville qui a vécu un gros bouleversement au printemps dernier et se trouve aujourd’hui dans la tourmente. Sur un coup de tête, Vasco lui propose de devenir le coach de l’équipe…

Après Les belles vies, quel plaisir de retrouver Vasco et son bagout, une bonne douzaine d’années plus tard, confronté à un nouveau défi de vie. Et encore plus de retrouver Benoît Minville dans le registre de la comédie sociale après l’aventure fantastique et horrifique de Héros. C’est donc au Portugal que l’histoire commence, où Vasco vivote un peu difficilement, jonglant entre son caractère de cochon et la précarité. Son projet de vie ? Pas loin du néant. Alors quand il retombe sur Mélissa, et que vient l’idée de coacher son équipe des Furyôs, ses projets prennent un tournant conséquent. D’abord parce qu’il va falloir rentrer au bercail (et retrouver sa mère), ensuite parce qu’il va falloir reprendre une formation (coach ne s’improvise pas), mais surtout parce qu’il va falloir relever une équipe de jeunes qui s’est cassé la figure bien comme il faut (et dont la moitié du groupe a tout bonnement abandonné le navire). Et, au passage, tenter peut-être de déclarer enfin sa flamme à Mélissa… Bref, notre Vasco a du pain sur la planche mais, assurément, rien ne va entamer son énergie débordante et les « mauvaises graines », c’est bien un truc qu’il connaît !

C’est LE roman de la bonne humeur pour commencer ce début d’année avec panache et optimisme. Dialoguiste génial, Benoît Minville nous régale de son écriture furieusement rythmée, drôle et d’une grande justesse d’émotion. Si le récit se concentre beaucoup sur Vasco, les jeunes de l’équipe des Furyôs prennent progressivement le lead, nous permettant ainsi de découvrir ces ados, leurs histoires personnelles et leurs espoirs, pour nous les rendre aussi attachants qu’ils vont le devenir pour leur nouveau coach. Que celles et ceux qui n’aiment pas le foot (en salle ou à l’air libre) se rassurent : malgré les nombreuses scènes de matches qui rythment le roman, celles-ci ne sont jamais inutiles et, avec toute l’intensité et la passion que Benoît Minville met dedans, elles sont ainsi le révélateur de ce qui se joue aussi en dehors du terrain entre les ados, des valeurs qui animent chacun d’entre eux et que le sport tend à leur apporter.
Mauvaises graines, c’est un roman vivant et généreux, sur la force du collectif et de l’amitié, sur la passion et l’envie de se surpasser, aux personnages profondément justes et attachants. Une véritable bouffée d’air frais ! Go, Furyôs, go !

Mauvaises graines, Benoît Minville (Sarbacane)
collction Exprim’
disponible depuis le 6 octobre 2021
9782377317158 – 17€
à partir de 13 ans
Galerie
0

Une vieille histoire – Susie Morgenstern et Serge Bloch

« Mémé, est-ce que tu aimerais être jeune encore une fois ? Elle n’a pas besoin de réfléchir pour répondre. Sans aucune hésitation, elle dit : Non, j’ai eu mon tour d’être jeune et maintenant c’est mon tour d’être vieille. J’ai eu ma part de gâteau et mon ventre est plein. » C’est l’histoire d’une petite vieille, si occupée toute sa vie qu’elle n’a pas vu le temps passer.

Hey toi ! Oui toi qui me lis. Tu connais l’histoire de la vieille dame ? Mais si. La vieille dame qui prend TOUT son temps aux courses, qui paye avec des pièces de 10 centimes en prenant son temps… Celle que tu as vu passer devant toi en soufflant, avec des gestes lents. La vielle dame qui t’a impatienté dirons-nous poliment. Une vieille histoire c’est le récit de cette grand-mère.

« Elle voit sa peau fripée. Elle sent ses os fragiles, ses muscles épuisés. Jeune, elle pouvait cacher sa mauvaise humeur avec son rouge à lèvres, son fond de teint, sa belle robe ; mais maintenant, elle est contente de montrer son visage décoré de milles histoires, cent milles poèmes, cinq cent mille soucis et une bonne poignée de plaisanterie. »

L’album alterne entre des illustrations du présent et des souvenirs. Le présent de Mémé il est surtout composé de bribes du passé. Ses rêveries l’emportent dans les prémices de son premier amour, sa joie d’avoir construit une famille, les souvenirs de guerre. Serge Bloch (que l’on connaît pour la série Max et Lili) alterne des pages en noir et blanc et d’autres en couleurs. Comme si le passé et le présent se mélangeaient, comme si quand on vieillissait, en réalité le présent était essentiellement composé de fantômes. Les illustrations sont douces, simples, nostalgiques. Cette grand-mère, c’est peut-être la nôtre.

Susie Morgenstern invite avec une grande humanité et une belle dose d’amour à se pencher sur ce qui fait une vie. Elle parle certes de la vieillesse, du temps qui passe, de la nostalgie mais elle ouvre surtout un dialogue. Régulièrement des questions sont posées entre deux souvenirs au lecteur. Il est interpellé sans relâche : « Et toi, qu’est-ce qui est écrit sur ton visage ? As-tu déjà eu de mauvais jours ? Es-tu seul, des fois ? », tissant ainsi des liens forts, par-delà les générations. Ce qui nous relie surtout, ce sont les histoires, les émotions. Une manière de questionner les enfants sur la vie.

Attention cependant ici pas de regret, pas de « c’était mieux avant », la vie se fane, les couleurs s’éteignent doucement car c’est ainsi que va le monde. La vieille femme ne regrette pas sa jeunesse, elle parle avec tendresse de sa vie et nous rappelle la joie de vivre tout simplement.

Une vieille histoire, Susie Morgnestern, illustré par Serge Bloch (Sarbacane)
disponible depuis le 3 novembre 2021
9782377316502 – 13,90€
à partir de 6 ans
Image
0

Annie au milieu – Émilie Chazerand

Annie est la sœur de Velma et Harold. Au centre de la famille, elle irradie de son sourire et de sa fantaisie. Mais Annie est « différente » selon les autres, car elle a un chromosome en plus. Et c’est cette « différence » qui va être le motif de renvoi de son équipe de majorette, une passion qu’Annie adore plus que tout ! La sidération et la colère passées, la famille d’Annie ne va pas se laisser abattre et va au contraire faire équipe et se rassembler pour montrer leur propre équipe de majorettes et en mettre plein la vue à ces intolérants !

Liste de 21 raisons d’aimer le roman

· Un roman choral, raconté tour à tour du point de vue de Velma, Harold et Annie.
· Le ton du roman, certes décalé et drôle comme on connaît si bien Émilie Chazerand, mais avec une gravité qu’on lui découvre et qui apporte plus de profondeur que ses précédents romans.
· La question de la place dans la famille, ces voix de Velma et Harold qui peinent à exister, à se faire entendre, dans l’ombre de leur sœur qui mobilise toute l’attention, toute la famille.
· La voix d’Annie, si rare en littérature, qui donne sa vibration à tout le roman. (Une autre voix trisomique à découvrir dans le roman de Mel Darbon).
· Dalida, amie imaginaire qui scintille et apporte cette fantaisie aussi drôle qu’inattendue.
· L’univers des majorettes, une discipline plutôt inédite en littérature, qui contribue à l’humour du roman et au dépassement de soi d’une famille qui prend enfin le temps de se parler, se (re)découvrir.
· La galerie de personnages secondaires, qui apportent tous un petit quelque chose de plus à cette chronique familiale.
· La typographie qui se réduit lors des chapitres de Velma. Si discrète qu’elle ne prend pas trop de place dans la page… avec ses pensées si douloureuses « Aujourd’hui, j’ai un peu existé ».
· La passion d’Annie pour les paillettes.
· L’ouverture de cœur que procure ce roman, l’élan d’amour pour la vie quand on le referme.
· La relation entre la mère d’Annie et la grand-mère, une relation d’amour-haine, si pleine de répartie.
· L’amour d’Harold pour Camille.
· Marie-Claire, la grand-mère, qui résume assez bien l’idée globale du livre : « la famille, c’est un gilet pare-balles ».
· La recette de ce livre : un chouia de mal-être, une pointe de différence, une bonne dose de secrets et surtout beaucoup d’humour et d’amour.
· Les paris discrets entre les parents.
· La chanson Basique d’Orelsan
· Gigi l’amoroso, la poule.
· Les dimanches dans la famille.
· La fin est à la hauteur du reste du roman : réaliste et pleine d’espoir.
· Les listes de Velma, qui nous ont inspiré la nôtre, et qui se terminent invariablement avec la même raison.
· Annie.

Et la bande-annonce du roman pour poser l’ambiance…

Annie au milieu, Émilie Chazerand (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 25 août 2021
9782377316953 – 17€
à partir de 13 ans
Galerie
0

Marie-Verte – Émilie Chazerand et Marion Arbona

Dans la famille Machin-Truc, tout le monde est blond comme des biscuits. Alors le jour où Marie-Verte est née, ses parents furent très surpris ! La petite fille avait la peau verte, et même verte-verte-verte, couleur pelouse anglaise. Désormais, dit le père, les photos de familles seront en noir et blanc. Rapidement cependant, Marie-Verte conquit le cœur de tout le monde, même à l’école, tellement elle est généreuse et originale. Mais elle se sent incomprise… est-ce qu’elle est la seule au monde à avoir cette couleur de peau ?

Cet album fantaisiste nous fait découvrir une petite fille indépendante et curieuse (qui aurait bien pu être copine avec l’héroïne Verte de Marie Desplechin dont elle partage une partie du prénom). Mais ici, point de magie ! Lorsque notre héroïne va découvrir l’existence d’une mystérieuse tribu à la peau verte comme la sienne, Les Tikunu, ni une ni deux, elle décide de partir seule dans la jungle profonde pour les rencontrer !

Émilie Chazerand (que l’on aime beaucoup beaucoup) qui nous offre un texte qui sent bon la liberté et la chlorophylle mais surtout qui joue sur les stéréotypes dans un univers complément décalé ! Une de mes pages préférées est notamment le voyage de Marie-Verte qui « traversa les airs pendant une journée entière, puis, une fois à terre, dut prendre un train, un taxi-bus, une pirogue trouée et un âne bâté (…) ». Le style de l’autrice est toujours désopilant et elle s’amuse à glisser parfois des références et des rimes improbables, par exemple Pierre-Mayeul avec épagneul. Les magnifiques illustrations de Marion Arbona nous transportent avec joie et bonne humeur dans les aventures de Marie-Verte, qui avec un nom pareil ne peut devenir qu’écolo ! Vous l’aurez compris un album qui ne se prend pas au sérieux mais qui parle de notre place dans le monde et de notre besoin de trouver sa propre tribu !

Marie-Verte, Émilie Chazerand, illustré par Marion Arbona (Sarbacane)
disponible depuis le 7 avril 2021
9782377316076 – 15,90€
à partir de 6 ans
Galerie
3

Lettre à toi qui m’aimes – Julia Thévenot

Après avoir écrit un premier roman Bordeterre qui n’est pas passé inaperçu… Julia Thévenot revient avec une comédie légère et toujours musicale.

Le groupe de musique Les Moonatics est à la recherche d’un guitariste – le précédent passait trop de temps à fumer. Arrive Yliès qui va rapidement être surnommé Roméo… tellement il se fond d’amour pour la chanteuse, Pénélope.
C’est flagrant. Indéniable. Tout le monde le voit qu’il l’aime d’un amour passionné… mais alors pourquoi Pénélope ne l’aime pas ? Pourquoi le laisse-t-elle s’approcher si elle ne veut pas de lui ?

Chère Julia,

Pour écrire cette chronique, j’ai eu envie de t’écrire une missive, loin de moi l’idée de reprendre la forme poétique moderne de ton roman, mais la lettre est un forme intime où les mots viennent aisément. Je viens de terminer ta comédie non sentimentale. Enfin, si, des sentiments il y en a, beaucoup en réalité, c’est une belle histoire d’amour non réciproque.

Ce roman a réussi la prouesse de me rappeler mes 17 ans. Qu’est-ce que l’on peut être cruelle – bête – humaine à cet âge-là ! Ton héroïne, Pénélope, dans sa non réciprocité m’a touchée, on voit si peu ce prisme de « celle qui n’aime pas », celle qui ne demande rien. Celle qui se retrouve avec un cœur lourd entre les bras, paquet trop encombrant dont on ne sait pas quoi faire. On aimerait mettre sur ce cœur un tampon « Retour à l’envoyeur » mais voilà, quand ce propriétaire est dans la sphère amicale, comment gérer cette tension dans un groupe ? On a peur de le poser de peur qu’il se brise. Et pourtant ta Pénélope aurait de quoi aimer ce bel Yliès (je reconnais bien là ton goût pour les prénoms littéraires) dont la répartie et les déclarations amoureuses vont faire succomber plus d’une lectrice. J’imagine les adolescentes jalouses de Pénélope : « mais pourquoi elle l’aime pas ? Il a l’air parfait ! »

Dans ce texte, tu rappelles quelque chose qui me paraît primordial : ce n’est parce que quelqu’un de bien nous aime qu’on doit l’aimer en retour. C’est un détail mais j’aurai aimé lire ce texte quand j’étais adolescente. De lire cette liberté sexuelle, cette amitié entre garçon et fille. Et j’espère un peu, je t’avoue que ce texte donnera envie à plein d’adolescentes de briser des cœurs.

J’ai hâte de te lire et de découvrir tes prochains textes, merci pour cette belle surprise littéraire.

Lisette

Lettre à toi qui m’aimes, Julia Thévenot (Sarbacane)
disponible à partir du 7 avril 2021
9782377315994 – 12,50€
à partir de 13 ans
Son
0

Un peu de philosophie

Il n’est jamais trop tôt pour se poser des questions sur soi, sur les autres ou sur ce qui nous entoure. Avec nos deux albums du jour, vous allez avoir matière à vous interroger, à observer et à contempler…

Parfois, on a l’impression qu’il ne se passe rien…

Un enfant entre dans un parc, promenant son chien. L’employé municipal balaye les feuilles mortes. Un couple d’amoureux se dispute. Une vieille dame nourrit les pigeons. Parfois, on dirait qu’il ne se passe rien, et que le temps passe, tout simplement… Jusqu’à ce que le chien se lance à la poursuite des pigeons, entraînant tout un tas de petites catastrophes… Et voilà qu’il se passe plein de petits riens !

Voilà un bel album pour s’intéresser au temps qui passe, ou qui ne passe pas, à ces instants où l’on s’assoit tout simplement sur un banc pour observer autour de soi : les gens, la nature et tout ce qui se passe devant nous. Comme cet enfant assis sur son banc, son chien couché à ses pieds, on se laisse entraîner par ces petites scènes de vie quotidienne, on s’interroge sur ces « petits riens » qui s’invitent à nous pour disparaître aussi vite, ou qui nous marqueront durablement. Comme le seront peut-être tous ces petits riens provoqués par le chien qui s’enfuit, petite tornade dans ce parc tranquille, qui amèneront l’enfant et la vieille dame à se parler et à partager ensemble un petit rien qui deviendra précieux. Le texte poétique et philosophique de Simon Priem nous invite à ralentir, à nous poser comme cet enfant et cette vieille dame et à regarder, à nous souvenir et à savourer tous ces petits riens qui font la vie. Avec ses magnifiques peintures à l’huile, Stéphane Poulin accompagne la douceur de ce texte et lui apporte également beaucoup d’humour grâce aux situations provoquées par la fuite de ce chien et à des personnages amusants et vivants. Une très belle manière de rappeler l’importance de toutes ces petites choses apparemment sans importance qui sont parfois de jolis souvenirs, de belles rencontres et des moments précieux.

Parfois, on a l’impression qu’il ne se passe rien…, Simon Priem, illustré par Stéphane Poulin (Sarbacane)
disponible depuis le 4 novembre 2020
9782377314621 – 15,90€
à partir de 5 ans

Le cadeau

A la veille de Noël, le père de Xiong lui offre une sortie au musée. Voilà un cadeau qui ne l’enthousiasme pas du tout : Xiong déteste les musées et ne comprend rien aux œuvres d’art. Mais peu à peu, le garçon découvre tout ce qui fait la richesse des musées et tout ce qu’il observe du comportement des autres visiteurs l’interroge sur l’art et le rapport que l’on entretient avec…

Quel album insolite ! A travers le regard enfantin de Xiong, Page Tsou évoque avec beaucoup de tendresse et d’intelligence notre rapport à l’art et aux musées. Quel enfant – ou même adulte – n’a jamais été comme Xiong, traînant des pieds pour aller au musée, décidant qu’il n’y comprenait rien avant même d’avoir vu quoi que ce soit ? Ainsi l’enfant découvre-t-il que les œuvres peuvent avoir tout autant de significations que ceux qui les observent, que certains visiteurs peuvent être subjugués par tout autre chose que les tableaux au mur, ou encore qu’on n’est pas obligé de tout comprendre. Cette expérience intime et philosophique lui permet ainsi de changer son regard, d’accepter d’être touché par ce qu’il voit ou ce qu’il comprend et de laisser ses préjugés derrière lui. Et Le cadeau est également une véritable expérience graphique. Photographie, dessin et collage numérique forment des images étonnantes, à la saveur très vintage, qui servent admirablement le propos et apportent également pas mal d’humour. Un album sensible et atypique pour faire l’expérience de l’art. A découvrir !

Le cadeau, Page Tsou, traduit par Chun-Liang Yeh (HongFei)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782355581755 – 15,90€
à partir de 6 ans
Image
0

Gorilla Girl – Anne Schmauch

Léone est une pile électrique punk de 21 ans. Sa mère pense qu’elle va droit dans le mur avec ses conneries – en même temps, sa mère est flic… mais il ne faut pas que cela se sache ! En effet, quand on fait partie d’un groupe de filles punk qui s’appelle les Juicy Pussy, que l’on fait des graffitis anarchistes dans Paris et que l’on participe à des émeutes… Avoir une famille dans les forces de l’ordre, c’est la honte ! Surtout quand on devient raide dingue d’un squatteur qui a des activités très louches…

Lisette a envie d’avoir une crête et une couche-culotte fluo

Ce roman n’est pas qu’une comédie romantique punk ! (Même si je tiens à souligner la maîtrise du premier chapitre qui est digne des meilleurs quiproquo théâtral). Gorilla Girl aborde des questions très profondes comme la résilience face aux traumatises, le rôle des forces de l’ordre et l’intégrité, le tout dans un style enjoué et décoiffant. L’autrice déploie une écriture punk bien frappée qui entremêle paroles de chansons revisitées des Juicy Pussy pour faire la chronique d’une génération en colère mais tellement optimiste ! La qualité de l’écriture est au rendez-vous et les 370 pages du roman se lisent en un souffle. Anne Schmauch utilise un phrasé très parlé, brut, sauvage, qui correspond à la pugnacité de son héroïne qui ne veut faire aucune concession dans sa vie.

Leone est une héroïne féminine et combative qui m’a réellement embarquée dans ses combats et ses mésaventures amoureuses. Elle frappe (souvent) et fonce tête baissée dans le danger pour protéger ceux qu’elle aime ou pour se battre contre l’injustice. Tous les personnages secondaires sont atypiques. Les amis de Leone sont très attachants et les rencontres qu’elle va faire au fil du roman nous montrent des personnages sans demi-mesure. Elle va notamment se retrouver à vivre dans un squat d’intellectuels avec des grenouilles qui produisent du LSD ! Vous l’aurez compris, c’est un titre original où les marginaux font ce qu’ils peuvent pour survivre, nécessité faisant foi.

Bob tague des morses dans tout Paris

Après l’excellent La sauvageonne, Anne Schmauch continue de nous proposer des portraits de filles badass, pleines de rêves et de convictions. Léone nous est tout de suite attachante, notamment grâce à cette scène d’exposition hilarante dont parle Lisette qui donne le ton du roman. Drôle, punchy (dans tous les sens du terme), engagé, percutant, vivace, Gorilla Girl c’est tout ça à la fois tout en étant une véritable comédie romantique qui nous tient en haleine jusqu’au bout. Parce que oui, Bob a adoré cette histoire d’amour qui démarre par une bonne beigne et semble compromise avant même d’avoir commencée. Mais le talent d’Anne Schmauch, c’est de nous embarquer dans une histoire complètement dingue et survoltée, sans aucun temps mort, qui écorche un peu tout le monde au passage, mais sans jamais être complètement sombre. Pourtant, vu les sujets cités par Lisette, il y avait de quoi ! Une intrigue parfaitement maîtrisée, une galerie de personnages exceptionnels, une écriture vive, Gorilla Girl c’est cette excitation qui te prend quand le concert est sur le point de commencer, le crépitement que tu sens dans tes veines avant un moment exceptionnel. Bref, c’est une bonne droite qui te fait voir les étoiles.

Gorilla Girl, Anne Schmauch (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 7 octobre 2020
9782377314690 – 16€
à partir de 13 ans
Son
0

Le chapeau rouge – Rachel Stubbs

Un grand-père offre à sa petite-fille son chapeau. Un beau chapeau rouge, bien grand et large, qui pourra l’accompagner partout où elle voudra aller, la protègera autant du soleil que des intempéries, lui permettra de se fondre dans la masse comme de ressortir du lot. Bref, tout est possible avec ce chapeau rouge, jusqu’à raconter à son grand-père les merveilleuses aventures que l’on aura vécu avec…

Vous ne pensiez pas qu’il était possible de vivre tant de choses avec un accessoire de mode somme toute très banal ? Et pourtant ! Notre petite héroïne, poussée par son grand-père qui va lui montrer toutes les possibilités offertes par ce chapeau qu’il lui offre, va se lancer dans des aventures à travers le globe et vivre par elle-même tout ce que lui promet ce cadeau. Une façon, peut-être, de perpétuer cet héritage laissé par ce grand-père aussi affectueux qu’encourageant. Car il est évidemment question ici de transmission, à la fois d’un objet mais également de toutes les expériences de ce grand-père, de tout ce qu’il a pu vivre lui-même avec ce chapeau rouge.

Le texte de Rachel Stubbs est tout en simplicité et en tendresse, son rythme est en parfaite adéquation avec les illustrations mêlant crayons de couleur et digital. Du noir et des variances de bleu et de rouge confèrent à l’ensemble une ambiance toute particulière : entre des doubles aux détails foisonnants et d’autres plus épurées, on oscille entre les moments de partage entre le grand-père et sa petite-fille et ceux de leurs aventures, de leur imaginaire. Un album doux et sensible sur la transmission, et les moments inoubliables vécus par un grand-père avec sa petite-fille. C’est vraiment très beau !

Le chapeau rouge, Rachel Stubbs, traduit par Emmanuelle Beulque (Sarbacane)
disponible depuis le 2 septembre 2020
9782377314454 – 14,90€
à partir de 3 ans
Galerie
0

Alice & Alex – Claire et Hugo Zaorski

Alice et Alex se croisent un jour chez le couturier alors qu’ils commandaient des tenues pour l’été. Un événement si insignifiant, qu’on pourrait ne pas en parler, cependant pour eux, c’est un événement important. Un trouble inconnu les saisit tous les deux. Malheureusement rien ne les retient ici, ils rentrent chez eux sans un mot, la tête en vrac. Les jours passent… Ils ne comprennent pas ce qui leur arrive, ils ne dorment plus, rougissent et enchaînent les catastrophes. Heureusement on leur diagnostique un joli coup de foudre ! Vont-ils se retrouver ? L’amour sera-t-il réciproque ?

Quel univers flamboyant que cet album ! Une rencontre amoureuse menée cheveux au vent, au rythme d’un texte dansant et chantant. La composition graphique est telle qu’Alice et Alex ont chacun leur page, tels des miroirs, ils sont reliés par un sentiment d’amour et de craintes identiques. Les plans symétriques nous montrent de manière subtile que les deux soupirants ont exactement les mêmes sentiments et désirs. (Oui même l’homme se languit d’amour !)

Les illustrations de Claire Zaorski sont captivantes et hypnotiques. Le lecteur n’aura qu’une envie : passer des longs moments à observer les motifs, les formes et les couleurs. L’univers est somptueux : végétaux et motifs sont les rois de cet album. Les couleurs sont magnifiques, le jaune, vert et rose se bousculent, se mélangent en une danse amoureuse. Une seule envie : avoir les dessins sur des cartes postales, des carnets, des tee-shirts pour prolonger le plaisir de l’illustration.

Alice & Alex, Claire et Hugo Zaorski (Sarbacane)
disponible le 2 septembre 2020
9782377314478 – 16,50€
à partir de 5 ans