Son
0

Le chapeau rouge – Rachel Stubbs

Un grand-père offre à sa petite-fille son chapeau. Un beau chapeau rouge, bien grand et large, qui pourra l’accompagner partout où elle voudra aller, la protègera autant du soleil que des intempéries, lui permettra de se fondre dans la masse comme de ressortir du lot. Bref, tout est possible avec ce chapeau rouge, jusqu’à raconter à son grand-père les merveilleuses aventures que l’on aura vécu avec…

Vous ne pensiez pas qu’il était possible de vivre tant de choses avec un accessoire de mode somme toute très banal ? Et pourtant ! Notre petite héroïne, poussée par son grand-père qui va lui montrer toutes les possibilités offertes par ce chapeau qu’il lui offre, va se lancer dans des aventures à travers le globe et vivre par elle-même tout ce que lui promet ce cadeau. Une façon, peut-être, de perpétuer cet héritage laissé par ce grand-père aussi affectueux qu’encourageant. Car il est évidemment question ici de transmission, à la fois d’un objet mais également de toutes les expériences de ce grand-père, de tout ce qu’il a pu vivre lui-même avec ce chapeau rouge.

Le texte de Rachel Stubbs est tout en simplicité et en tendresse, son rythme est en parfaite adéquation avec les illustrations mêlant crayons de couleur et digital. Du noir et des variances de bleu et de rouge confèrent à l’ensemble une ambiance toute particulière : entre des doubles aux détails foisonnants et d’autres plus épurées, on oscille entre les moments de partage entre le grand-père et sa petite-fille et ceux de leurs aventures, de leur imaginaire. Un album doux et sensible sur la transmission, et les moments inoubliables vécus par un grand-père avec sa petite-fille. C’est vraiment très beau !

Le chapeau rouge, Rachel Stubbs, traduit par Emmanuelle Beulque (Sarbacane)
disponible depuis le 2 septembre 2020
9782377314454 – 14,90€
à partir de 3 ans
Son
0

Pour la beauté du geste !

Nos deux héroïnes du jour ont en commun la réalisation d’exploits sportifs remarquables. Traverser les Etats-Unis d’ouest en est en courant, grimper sur le plus haut sommet du monde : ça vous en bouche un coin, hein ? Heureusement, ces incroyables efforts qui nous font déjà suer sont littéraires et, s’ils vous laisseront peut-être pantelants après votre lecture, vous en ressortirez en revanche sans courbatures et avec deux modèles d’une jeunesse engagée ! Prêts ? Partez !

A en perdre haleine – Deb Caletti

Un soir, après être allée chercher un burger, Annabelle décide de tout laisser en plan, et se met à courir. Elle ne s’arrêtera pas avant d’avoir atteint Washington, la capitale, soit l’exact opposé de sa position sur la carte. Accompagnée par son grand-père qui la suit en camping-car, Annabelle court car elle a quelque chose à dire, un combat à mener.

Et ce combat, on le découvrira au fur et à mesure des révélations qu’Annabelle nous confiera. On le devine en filigrane, une tragédie a frappé la vie de l’adolescente et la course devient sa façon de réagir, de se sortir de ce statut de victime qu’on lui attribue depuis lors, de faire passer un message, d’accepter, peut-être, ce qui lui est arrivé, et de trouver une forme d’apaisement. Le roman nous tient en haleine, de la même manière qu’Annabelle travaille son souffle pour tenir un marathon de près de cinq mois. La façon de toucher du doigt le cœur du sujet, avant qu’Annabelle ne le repousse, est parfois un peu agaçant pour le lecteur, mais participe à l’attachement pour cette héroïne qui n’a pas conscience d’inspirer, que son message peut aller au-delà de sa propre expérience. De jolies rencontres émaillent l’aventure d’Annabelle, mettent en perspective son histoire et montrent l’intérêt grandissant du grand public pour son combat. Deb Caletti nous offre un roman sensible, aux réflexions sociétales fortes, même si parfois un peu trop appuyées (les attentes de la société sur la façon dont « doivent être » les filles, par exemple, sont clairement indispensables, mais ce n’est pas toujours amené très subtilement). Engagé et inspirant !

A en perdre haleine, Deb Caletti, traduit par Maud Desurvire (PKJ)
disponible le 3 septembre 2020
9782266292962 – 18,50€
à partir de 14 ans

8848 mètres – Silène Edgar

Mallory a quinze ans et est la plus jeune alpiniste à tenter l’ascension de l’Everest. Avec son père, ils s’entraînent depuis toujours et, cette fois, ils se lancent dans cette incroyable aventure. Avec leur équipe, ils se préparent, évaluent les risques et découvrent ce parcours d’ascension qui ne ressemble à rien de ce qu’ils avaient fait jusqu’à présent…

Et Mallory va découvrir bien plus que le « simple » exploit sportif de gravir le sommet de l’Everest du haut de son adolescence. Car l’Everest, ce n’est pas n’importe quelle montagne. Alors que la jeune fille doit composer entre l’attention portée à sa santé, son oxygène et le froid capable de la tuer, elle est aussi malgré elle une curiosité qui pousse les médias à s’intéresser à son périple, lui demandant l’effort supplémentaire de réaliser des interviews. Silène Edgar nous invite ainsi à découvrir la manière dont se prépare une telle ascension, entre passages très descriptifs du trajet, de la façon dont tout cela s’organise, et des moments plus introspectifs qui nous emmènent aux côtés de Mallory et de la révélation que va être l’Everest pour elle. Car si, au départ, il s’agissait surtout de réaliser cet exploit avec son père, gravir l’Everest c’est aussi découvrir tout ce que cela recouvre : la pollution importante à quelques mètres du sommet et les effets du réchauffement climatique, la mort inéluctable au moindre faux pas, et la philosophie bouddhiste autour de la montagne. Un parcours initiatique qui va ainsi bien au-delà de l’exploit sportif pour se découvrir soi et le monde qui nous entoure. Un roman tout aussi engagé que le précédent, sur la préservation de la nature, avec une héroïne toute aussi attachante et déterminée.

8848 mètres, Silène Edgar (Casterman)
collection Ici/maintenant
disponible depuis le 10 juin 2020
9782203064317 – 16€
à partir de 12 ans
Son
0

Échappées imaginaires

Pour cette dernière chronique avant notre annuel repos estival, Bob vous propose de partir en voyage avec deux petites Alice : nous suivrons l’une en colonie de vacances et l’autre au cœur de la nuit. Emerveillements garantis !

Des vacances timbrées

Alice envoie à sa grand-mère une carte postale où elle raconte ses vacances en colonie. Elle y décrit ses activités, les autres enfants, les visites et les paysages… Mais si le texte semble tout à fait normal, ressemblant trait pour trait à ce que vous écriviez sûrement aussi à vos parents ou vos amis, les illustrations nous emmènent elles dans un tout autre univers, peuplé de créatures fantastiques, de paysages fantasmagoriques et d’activités étonnantes. Un décalage qui rend l’album particulièrement fascinant, jusque dans les dernières pages où la grand-mère d’Alice lui répond, nous surprenant encore un peu plus !

Un voyage magnifique, porté par des illustrations chatoyantes et inspirantes au crayon de couleur, qui rappelle par certains côtés l’univers d’Hayao Miyazaki. Mathilde Poncet mélange habilement la simplicité du quotidien à la richesse du fantastique dans un album qui nous invite véritablement à nous plonger dans les images, à voir et revoir ces petits détails merveilleux qui nous échappent à la première lecture, et à nous questionner sur ces étonnantes vacances : sont-elles le fruit de l’imagination de cette petite fille ou bien un voyage réel dans un monde fantastique ? En tous cas, on a très envie de vivre pareilles vacances !

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 9 juin 2020
9782369021216 – 17,90€
à partir de 4 ans

La belle échappée

A la tombée de la nuit, Alice fait la rencontre d’un petit chat sauvage. Mais c’est déjà l’heure d’aller se coucher et le petit chat rejoint ses amis dans la forêt pour leur proposer d’aider la petite fille à s’échapper de sa chambre et l’inviter à découvrir les mystères de la nuit. Une balade nocturne faite d’escalades, de dégringolades pour respirer la nuit, jusqu’au moment où celle-ci s’efface au profit du jour, ramenant Alice dans sa chambre…et accompagnée du chat ! L’album alors bascule, puisque cette fois, c’est le chat sauvage qui va découvrir une incroyable journée auprès d’Alice et de ses amis…

Maylis Daufresne nous surprend dans cette histoire où les rôles sont inversés. Ici, c’est l’animal qui veut ramener l’enfant chez lui, dans son univers. Puis une parfaite symétrie s’opère quand c’est au tour du chat de découvrir l’univers de l’enfant, y découvrant des activités similaires à celles vécues pendant la nuit. Une histoire qui aborde ainsi l’amitié et la découverte de l’autre et de son monde dans une échappée tendre et mystérieuse. Les magnifiques et foisonnantes illustrations de Magali Dulain, au crayon de couleur et à l’aquarelle, illuminent cette nuit et cette journée magiques. On apprécie le petit clin d’œil aux Musiciens de Brême et on se laisse surtout happer par ses couleurs et sa nature aussi douce que merveilleuse. Une échappée magique !

La belle échappée, Maylis Daufresne, illustré par Magali Dulain (Le diplodocus)
disponible depuis le 7 mars 2020
9791094908167 – 13,50€
à partir de 4 ans

Sur ces magnifiques albums, nous vous souhaitons un été flamboyant et onirique !

Son
1

La cavale – Ulf Stark

Le grand-père de Gottfrid est à l’hôpital à cause de son cœur. Il lui rend visite chaque samedi, avec son père, même si les deux adultes s’entendent difficilement. Grand-père est toujours en train de rouspéter et de dire des gros mots et ça, Gottfrid adore, mais sûrement pas son père ! Alors le jour où le garçon se rend tout seul auprès de son grand-père, ils ont une riche idée : prendre le large et permettre à Grand-père de retourner dans sa Maison de la Falaise.

Oh quel joli texte que ce roman d’Ulf Stark, auteur suédois de renom que l’on connaît peu par chez nous. C’est une histoire universelle qu’il nous raconte, celle de l’attachement d’un enfant pour son grand-père, en dépit des relations tendues avec le reste de la famille. Celle d’un enfant qui va tout faire pour permettre à ce grand-père de quitter son triste hôpital pour une dernière aventure, celle qui le ramènera sur les traces de sa femme décédée avant lui, de ses souvenirs à chérir. Gottfrid n’a que dix ans mais a déjà plus d’un tour dans son sac : il sait se rendre tout seul à l’hôpital et son don pour le mensonge n’a nul autre pareil ! A tel point qu’il pense à chaque détail et, le jour où il raconte la vérité, on ne le croit pas ! Aidé de Ronny, un boulanger-mécanicien d’une grande générosité, Gottfrid va mettre en place un plan sans failles et passer le meilleur week-end de sa vie avec son grand-père.

La sensibilité de l’écriture d’Ulf Stark, couplée à un humour qui nous a fait glousser dans le métro, fait tout le sel de ce sandwich aux harengs merveilleux roman sur la relation entre un enfant et un grand-parent. On y trouve de jolies réflexions sur la vie, la mort, la vie après la mort, à travers le regard de cet enfant débordant de malice et d’amour. C’est très fin, très drôle, et ça nous offre une jolie parenthèse de lecture. Et peut-être que le livre n’aurait pas la même puissance sans l’écrin cartonné offert par l’éditeur à ce roman, et les illustrations de Kitty Crowther. Son style si reconnaissable et ses crayons de couleurs nous transportent dans cette magnifique Suède et dans cette relation tendre et nostalgique. Une belle et touchante manière d’aborder la perte d’un être cher. Nous sommes conquises. ❤

La cavale, Ulf Stark, illustré par Kitty Crowther, traduit par Alain Gnaedig (L’école des loisirs)
collection Pastel
disponible depuis le 25 septembre 2019
9782211301671 – 14,50€
à partir de 9 ans
Son
0

Des grands-mères en danger

Ils ne sont peut-être pas pour le même public, mais nos deux romans du jour abordent la relation d’enfants et adolescents avec leurs grands-mères, surtout quand celles-ci sont en danger… Frissons garantis !

Peur dans la neige

Fleur et son frère jumeau Julius vivent temporairement chez leur grand-mère. Une nuit, Fleur remarque de la lumière dans la forêt et, poussée par la curiosité, décide d’aller voir ce qui se trame. Qu’elle n’est pas sa surprise quand elle découvre un trésor ! Persuadée que cela pourra venir en aide à ses parents, elle s’empare du butin…provoquant une terrible réaction en chaîne…

★★★★☆

Sandrine Beau nous avait déjà bien fait flipper avec Toute seule dans la nuit ou encore Traquées ! Elle réussit encore une fois à nous embarquer avec efficacité et grelottements dans un polar bien ficelé, à destination des jeunes lecteurs. Un huis-clos aussi glaçant que la saison durant laquelle l’histoire se déroule, qui fait la part belle à des jeunes adolescents débrouillards et courageux et à une grand-mère peut-être en fauteuil roulant mais certainement pas « diminuée » ! Une mamie à la fois drôle et bravache qui fera tout aussi pour protéger ses petits-enfants. Décidément, Sandrine Beau est vraiment très forte quand il s’agit d’associer le suspense haletant du roman policier à la sensibilité des relations familiales. Idéal pour frissonner par temps de canicule ! On en redemande… 😀

Peur dans la neige, Sandrine Beau (Mijade)
collection Zone J
disponible depuis le 21 mars 2019
9782874231094 – 6€
à partir de 10 ans

 

La maison des oiseaux

Pour Zoé, harcelée par sa cousine, ses camarades et incomprise par ses parents, sa grand-mère est sa seule amie et elle se réfugie dès que possible chez elle, à la maison des Oiseaux. Mais mamie perd la tête, et les parents de Zoé décident de la placer dans une maison de retraite. Inimaginable pour Zoé comme pour sa grand-mère, qui souhaite mourir chez elle. Alors Zoé décide de fuguer, et d’emmener sa grand-mère avec elle pour retrouver un oncle qu’elle croyait disparu…

★★★★☆

Les secrets de famille sont au programme du nouveau roman d’Allan Stratton ! Mais c’est surtout la relation fusionnelle entre une adolescente et sa grand-mère atteinte de démence qui nous touche, et la difficulté pour Zoé de faire entendre sa voix tant elle est écrasée par une cousine horrible et des parents que la précarité obnubile au point de ne pas voir le mal-être de leur propre fille. La solitude de l’adolescence et la solitude de la vieillesse se mêlent alors, ne trouvant aucune échappatoire et aucun soutien familial, à moins de retrouver cet oncle dont personne ne parle jamais et qui, selon les paroles de la grand-mère de Zoé, se serait occupé d’elle, lui… Le roman devient passe alors par la case road-trip, et montre toute les difficultés rencontrées – et le courage ! – d’une jeune fille qui ferait tout pour donner à sa grand-mère la fin qu’elle mérite. Un roman bouleversant, aux thématiques fortes et rugueuses, comme sait si bien les faire Allan Stratton.

La maison des oiseaux, Allan Stratton, traduit par Sidonie Van den Dries (Milan)
disponible depuis le 29 mai 2019
9782745995872 – 15,90€
à partir de 13 ans
Son
0

La vie est une aventure !

Il suffit parfois d’un rien pour qu’un moment devienne mémorable ! Les personnages de nos albums du jour vivent tous une aventure à leur échelle, depuis le pas de la porte jusqu’au-delà de l’océan.

Courons sous la pluie !

Une famille rentre de la plage quand soudain, l’averse s’abat sur eux ! Vite vite, il faut se mettre à l’abri…mais c’est trop tard, tout le monde est déjà trempé. Pas grave, profitons de cette pluie, sautons dans les flaques, avant de se retrouver autour du déjeuner préparé par mamie. Un album parfaitement de saison qui, avec un texte joyeux et qui va droit au but, nous invite à vivre l’instant présent, trempé ou pas. Les illustrations de Cécile Becq, à la gouache et aux cadrages très cinématographiques, nous offrent des doubles pages éclatantes de couleurs. Un très bel album au doux parfum d’été – malgré la pluie – qui ravivra de jolis et précieux souvenirs de vacances.

Courons sous la pluie !, Stéphanie Demasse-Pottier, illustré par Cécile Becq (Sarbacane)
disponible depuis le 3 avril 2019
9782377312306 – 15,90€
à partir de 3 ans
Dimanche

Rendez-vous à nouveau chez mamie avec le nouvel album de Fleur Oury. C’est dimanche, et Clémentine rend visite à sa grand-mère avec ses parents. Ce n’est jamais très drôle chez mamie, il faut être poli et il y a toujours plein de brindilles dans ses poils. Alors que les adultes finissent le repas, Clémentine sort de table et cherche à s’occuper dans le jardin. Tiens, un trou dans les buissons ? La petite renarde s’y engouffre, pour découvrir un monde étonnant ! Quel régal que ces illustrations au crayon de couleur d’une incroyable délicatesse ! Et ce orange qui pète ! Fleur Oury nous montre encore toute sa sensibilité et son talent à représenter la nature et l’enfance dans cet album qui loue l’imagination, et crée une proximité toute nouvelle entre une grand-mère et sa petite fille. C’est touchant, poétique, et de toute beauté !

Dimanche, Fleur Oury (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 18 avril 2019
9782369021056 – 15,50€
à partir de 4 ans
Le grand voyage de Rickie Raccoon

Pour ceux qui sont un peu plus grands et savent lire tout seul, c’est avec un grand plaisir que l’on retrouve l’univers riche et plein d’humour de Gaëlle Duhazé. Après Chaton pâle, voici Rickie, une petite ratonne-laveuse (ça se dit sans doute pas, mais on fait ce qu’on veut ici) qui décide de quitter sa terre d’adoption pour partir à l’aventure. Un voyage qui va la mener de Vancouver au Japon, à la recherche du bonheur mais aussi de ses origines. Gaëlle Duhazé nous fait vibrer dans cette aventure étonnante et légèrement déjantée autour de l’estime et la recherche de soi, et du fait de grandir. Une Rickie drôle et attachante, grâce à qui nous découvrons le folklore japonais mais aussi des réseaux insoupçonnés de transports transpacifique (et ça c’est dingue !). On apprécie toujours autant les illustrations rythmées, aux couleurs chatoyantes, et à la précision qui fourmille de petits détails drôles et savoureux. Rickie Raccoon est d’une bien agréable compagnie et on se plaît à lire et relire son incroyable voyage à la découverte d’elle-même.

Le grand voyage de Rickie Raccoon, Gaëlle Duhazé (HongFei)
disponible depuis le 21 février 2019
9782355581489 – 15,50€
à partir de 7 ans
Son
0

J’ai suivi un nuage – Maëlle Fierpied

9782211234795,0-4787515

Aujourd’hui, c’est la fête ! Marie Cotillon, célèbre actrice et amie d’enfance de maman, vient prendre le goûter à la maison. Rémi aide sa mère, radieuse, à sortir la jolie nappe, préparer des petits gâteaux en forme de poussins et faire en sorte que tout soit parfait lorsque Marie arrivera. Mais celle-ci ne vient pas et le lendemain, la maman de Rémi a totalement perdu sa joie de vivre…

★★★★☆

Après 4 ans d’absence et 4 romans fantastiques de très grande qualité, Maëlle Fierpied (originaire de la Comté, sans doute possible) revient dans un genre qu’on ne lui connaissait pas : le roman contemporain. Et c’est avec beaucoup de sensibilité qu’elle nous raconte l’histoire de Rémi et de sa maman dont les humeurs varient aussi rapidement que les nuages envahissent le ciel avant la pluie. Un jour, sa maman est d’humeur joyeuse, inventant des relations célèbres, faisant des gâteaux et préparant une journée inoubliable ; le lendemain, elle est incapable de sortir de son lit, de manger ou de s’occuper de son fils. Une situation difficile pour cet enfant qui comprend bien que sa mère n’est pas comme les autres, dont les « mensonges » le font passer pour un idiot auprès de ses camarades, et qui est parfois contraint d’aller vivre chez ses grands-parents quand elle ne va vraiment pas bien. Et le jour où la maman de Rémi se fait interner dans un hôpital, le garçon part chez son papé et sa mamé…

illu_1_800 illu_2_800

Maëlle Fierpied évoque la maladie d’un parent – la bipolarité, bien que le terme ne soit jamais dit – et la difficulté pour un enfant à comprendre et à faire face. Un roman court mais très réussi où les questionnements, le mal-être et l’amour de l’enfant sont rendus avec beaucoup de justesse et de délicatesse. La relation avec les grands-parents est particulièrement belle, tout comme les moments fugaces qui se déroulent à l’école. Enfin, il n’y avait bien qu’une spécialiste des nuages pour illustrer un tel roman et c’est Julie Guillem et ses aquarelles qui apportent encore plus de douceur et d’émotion à l’histoire. Un roman poétique et bouleversant et une nouvelle facette du talent de Maëlle Fierpied à raconter des histoires.

J’ai suivi un nuage, Maëlle Fierpied, illustré par Julie Guillem (École des loisirs)
collection Neuf
disponible depuis le 17 janvier 2018
9782211234795 – 12,50€
à partir de 9 ans
Son
0

Une somme de souvenirs – Thomas Scotto & Annaviola Faresin

Il y a quelques années, les éditions Escabelle proposaient un magnifique texte de Thomas Scotto, illustré par Peggy Nille. Mais la maison n’existant plus, M. Wilson n’était plus non plus… Heureusement, les éditions Notari se sont emparés de cette histoire de transmission et ont invité une nouvelle illustratrice, au doux nom d’Annaviola Faresin, à mettre en image les mots de Thomas Scotto, avec un tout nouveau titre : Une somme de souvenirs.

9782970115083,0-4374057C’est jour de braderie dans le quartier de Mr Wilson. Tout comme ses voisins, il installe sa table sur tréteaux devant chez lui et y expose ce qu’il compte vendre. Mais contrairement à ceux qui vendent des livres, des plantes ou des disques, Mr Wilson expose sur son étal des vieux souvenirs qu’il sort de sa tête…

★★★★★

Dans cette Somme de souvenirs, donc, Thomas Scotto nous conte l’histoire d’un homme qui ne sait plus que faire de ses souvenirs, et profite d’une brocante de quartier pour les proposer aux passants. Ne serait-ce pas un cadeau original que d’offrir à des amis le souvenir d’un tango endiablé avec une jolie femme en robe rouge ? N’est-ce pas trop classe ce souvenir d’une voiture flambant neuve identique à celle de James Dean ? Et puis, acheter des souvenirs, n’est-ce pas plus simple que de les fabriquer soi-même ? C’est ce que pensent tous les acheteurs qui se précipitent sur le stand de Mr Wilson pour obtenir eux aussi leurs souvenirs. Jusqu’à ce qu’une petite fille surgisse, la petite-fille de Mr Wilson qui, curieuse de savoir tout ce que son grand-père a pu vendre, lui fasse aussi réaliser que tous ces souvenirs, ce sont ceux qu’il veut partager avec elle…

une-somme-de-souvenirs_13102017_p_302 une-somme-de-souvenirs_13102017_p_304

C’est avec une sensibilité et une poésie immenses que Thomas Scotto évoque la transmission et l’importance d’évoquer des souvenirs d’êtres aimés et disparus, notamment pour ceux qui ne les ont jamais connus, ou ne s’en souviennent pas… Son texte est délicatement mis en image par Annaviola Faresin, au crayon et à l’aquarelle, jouant avec le noir et blanc et des couleurs savamment apposées sur certains éléments de ses grands tableaux. Sans prendre le pas sur les images déjà si prégnantes du texte de Thomas Scotto, elle réussit pourtant à lui donner une émotion plus forte encore et à nous subjuguer par sa douceur. Si vous ne connaissiez pas ce livre sous son ancienne forme, précipitez-vous sur cette magnifique nouvelle édition ! ❤

Une somme de souvenirs, Thomas Scotto, illustré par Annaviola Faresin (Notari)
collection L’oiseau sur le rhino
disponible depuis le 23 janvier 2018
9782970115083 – 17€
à partir de 7 ans
Son
2

Les quatre gars – Claire Renaud

9782377310531,0-4690498

Ile de Noirmoutier. Les Fradet sont bien connus des gens de l’île qui les surnomment « la famille Dégâts », parce qu’ils font toujours tout de travers. Abandonnés par les femmes, ils sont quatre gars, trois générations, à vivre sous le même toit. Et c’est pas tous les jours facile, notamment pour le petit dernier, Louis, 9 ans, qui rêve d’une vie meilleure…

★★★★☆

Dans la famille Dégâts, je voudrais le papi. Pierre-Marie de son prénom, veuf depuis un certain temps mais convaincu que sa Raymonde lui parle au travers des éléments, et grand cuisiner de la famille. Je voudrais ensuite le père, Jean-Marie, saunier de métier (c’est le mec qui récolte le sel dans les marais salants pour ceux qui savent pas), bourru de nature, parfois même méchant depuis que sa femme est partie, un jour, sans prévenir et sans jamais revenir. Et enfin les deux fistons : Yves-Marie, futur soldat aux muscles saillants, accro à la musculation, qui draine dans son sillage un essaim de jeunes filles qui rient trop fort ; et Louis-Marie, maigrichon mais vif d’esprit comme son papi, qui aime autant les journées d’école avec les copains que d’entourlouper les Parisiens les jours de marché en leur vendant du sel deux fois plus cher (ou plus, c’est selon la tête du client). Une famille de bonhommes qui n’ont pas vu l’ombre d’une femme depuis des lustres et ne sont pas près d’en voir une…à moins que la jolie maîtresse de Louis n’y mette son petit grain de sel ? 😛

IL EST JOLI, MON LIVRE, IL EST FIN ET BIEN FRAIS ! C’est ce qu’on pourrait crier pour attirer le parigot crédule mais dépensier au marché de Noirmoutier, vantant les répliques bien salées de Papi, la touchante naïveté, vitalité, de Louis, les problèmes de cœur de Jean et d’Yves qui les transfigurent, pour le plus grand bonheur des lecteurs comme de notre petit narrateur et l’écriture pleine d’humour, de finesse, de sensibilité de Claire Renaud. Sauf qu’on vous filoute pas. Tout ça, c’est vrai ! Claire Renaud a un talent de raconteuse indéniable, on s’attache à Louis, à ses potes et à sa famille immédiatement, les dialogues sont savoureux et, si le sujet de la famille est le sujet le plus traité de la littérature, il en trouve ici encore une très belle variation, au travers de ces hommes marqués par le deuil ou l’absence (d’une présence, d’affection). La relation entre Louis et son papi est exceptionnelle, tout comme les moments où le garçon se retrouve bien malgré lui à être l’adulte de la famille, celui qui conseille et prend soin des autres. Ce qui nous offre souvent de bonnes tranches de rire avant de trouver toute son efficacité…

Les quatre gars, ce sont vraiment des chouette gars, une petite famille qu’on était super contents de rencontrer et qui nous manquent déjà la dernière page tournée…
Vous noterez, contrairement à la plupart des romans de la collection, celui-ci est vraiment accessible pour des plus jeunes lecteurs que d’habitude. 🙂

Les quatre gars, Claire Renaud (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 3 janvier 2018
9782377310531 – 15,50€
à partir de 11 ans
Son
1

Barracuda for ever – Pascal Ruter

Alors que Le cœur en braille connaît le succès d’une adaptation au cinéma, Pascal Ruter nous offre un nouveau roman que vous trouverez aussi bien dans le rayon jeunesse que chez les vieux avec des couvertures très différentes ! Vous préférez laquelle ? 🙂

9782278059461, 0-3754806 9782709659123,0-4064426

C’est à 85 ans que le grand-père de Léonard, ex-boxeur de légende répondant au nom de Napoléon, décide d’entamer un « renouvellement de vie ». Autrement dit, il divorce de sa femme, adopte un chien qu’il appelle Point à la ligne, projette d’enlever le présentateur du jeu des 1000 euros sur France Inter et passe sa vie au bowling. Et pas question de se laisser « déporter » en maison de retraite ! Pour Léonard, cette décision est aussi étonnante que pleine de promesse de moments incroyables avec son grand-père…

★★★☆☆

C’est au rythme du tube de Claude François que Pascal Ruter nous embarque dans son roman un brin fou-fou aux côtés d’un vieil homme qui pète la forme et de son petit-fils qui ne demande rien de mieux que de passer du temps avec son super grand-père, ex-boxeur pro du bowling et amateur de jeux radiophoniques. C’est Léonard qui nous raconte le changement radical de Napoléon, ce passage chez le juge où on lui accorde le divorce pour « renouvellement de vie », devant une famille sidérée et une grand-mère qui n’a rien vu venir. C’est Léonard aussi qui va vivre avec Napoléon, son empereur, des aventures rocambolesques, tout en évoquant les souvenirs de sa vie passée, de son combat mythique avec Rocky, de la façon dont il a rencontré sa grand-mère, de son métier de taximan, etc. Et c’est toujours Léonard qui sera témoin des autres changements de Napoléon, ceux qu’il tient à cacher tout particulièrement mais qui, sournoisement, le prennent en embuscade, lui tendent des pièges…

Il y a dans les romans de Pascal Ruter toujours une grande tendresse dans les personnages et dans leurs relations. La force de Barracuda for ever, c’est bien le lien qui unit Léonard et son grand-père. Ce sont toutes les situations abracadabrantes dans lesquelles ils se retrouvent, toutes les idées farfelues de ce Napoléon énergique et bagarreur. Cette tendresse mélangée à un humour ravageur, ça donne ce roman plein d’émotions, dans lequel les personnages secondaires ont également toute leur importance, des lettres de la grand-mère de Léonard jusqu’à son amitié avec Alexandre, un drôle de garçon qui ne se sépare jamais de sa casquette et lui a raflé toutes ses billes…
Barracuda for ever et son histoire intergénérationnelle parviendra-t-ils à toucher autant les adultes que les plus jeunes ? 🙂

Barracuda for ever, Pascal Ruter (Didier jeunesse)
disponible depuis le 18 janvier 2017
9782278059461 – 17€
à partir de 12 ans