Galerie
0

Scarlett et Browne, t1 : Récits de leurs incroyables exploits et crimes – Jonathan Stroud

Scarlett sait que le secret d’une hors-la-loi, c’est sa rapidité. Voyager léger, n’avoir ni attache, ni allégeance. Elle pille une ville, passe à la suivante. Dans cette Angleterre post-apocalyptique tout a été anéanti par des catastrophes naturelles. La nature est peuplée de monstres mais les villes ne sont pas des endroits sécurisées pour autant. La rencontre avec l’étrange Albert Browne va changer le cours de l’existence de Scarlett… et la transformer en véritable course-poursuite.

Western sanglant, univers hostile, aventures prenantes, mystères, pouvoirs surnaturels… ce roman ne laisse absolument aucun répit ! Attention aux coeurs sensibles, certaines scènes (de manière très sporadique) sont dignes de scènes d’horreurs. Véritable page-turner ce roman de Jonathan Stroud, l’auteur de la Trilogie de Bartiméus et de Lockwood & Co, nous offre un premier tome très percutant ! Il s’agit d’une immense course poursuite, un concentré d’action, de combat, de vol à mains armée. Cependant, ce shot d’adrénaline interroge également sur la liberté, la sécurité et par dessus-tout la tolérance.

L’univers de ce roman se découvre petit à petit, au fil de l’avancé des personnages. L’auteur nous dévoilera les dangers, les lois qui peuplent ce nouveau monde, les religions qui s’y développent. Albert est à l’image de la découverte de ce royaume, il n’est pas aussi inoffensif qu’il n’y paraît au premier regard. Scarlett va vite découvrir que ce garçon naïf cache de sombres secrets qui mettent leurs vies en danger !

Ce duo improbable fonctionne très bien, et de nombreux mystères sur leurs passés et sur leurs personnalités restent à découvrir. On imagine Scarlett comme une jeune Calamity Jane, sans foi ni loi qui refuse de se plier aux règles d’une société arbitraire. Albert serait un mélange de Sheldon (Big Bang Theory) et de Eleven de Stranger things (mais j’en dis déjà trop…). J’espère que la suite des aventures sera centrée sur le développement des personnages plus que sur l’univers hostile.

Pour conclure, ce roman est une aventure explosive dans un monde combinant Far West et une Angleterre post-apocalyptique inondée. Une aventure palpitante dans un nouveau monde inventif qui s’adressera à des très bons lecteurs.

Scarlett et Browne, Tome 1 : récit de leurs incroyables exploits et crimes , Jonathan Stroud, traduit par Laetitia Devaux (Gallimard jeunesse)
disponible depuis le 1 avril 2022
9782075158992 – 17,50 €
à partir de 16 ans
Galerie
0

Puffy et Brunilde, t1. Soupirs magiques – Barbara Cantini

Puffy est un petit chat noir, dodu, à la pointe de la queue blanche. Jusque là, rien de spécial. Mais quand Puffy, en proie à une désir, soupire… il lui arrive des choses très étranges ! Mais le temps passe et Puffy n’est adopté par aucun humain. Il décide alors de quitter son panier pour trouver sa voie.

De l’autre côté, nous avons Brunidle. Une jeune apprentie sorcière qui n’attend qu’une chose : l’apparition de son chat, le compagnon indispensable pour son premier vol sur une balais. Même si vous l’aurez deviné (rien qu’au titre de cet album) nos deux personnages vont se retrouver mais vous serez surpris de l’aspect inattendu que va prendre cette aventure ! Le scénario est jubilatoire, le texte est travaillé, cet album sera je l’espère le premier d’une longue série.

Barbara Cantini nous offre un album tendre, drôle et ensorcelant qui ravira les enfants et les plus grand ! Avec ses crayons et son style inimitable, Brunilde et Puffy prennent vie dans un tourbillon de couleurs et d’espièglerie. Les illustrations fourmillent de détails surtout lorsque l’on découvre la vie de la sorcière Brunilde : potions, livres magiques, mixture… vous prendrez plaisir à décortiquer sa maison. Un album à découvrir pour mettre un peu de magie dans sa vie !

Puffy et Brunilde, t1. Soupirs magiques,Barbara Cantini, traduit par Béatrice Didiot (Albin Michel jeunesse)
disponible depuis le 2 mars 2022
9788804731856 – 12,90€
à partir de 6 ans
Son
0

Grim, fils du marais – Gaël Aymon

Grim est un garçon muet qui a toujours vécu dans la dangereuse Forêt Mouvante. Après un terrible événement, il est contraint de fuir et découvre enfin le monde qui ne se limite pas à sa forêt. Il y découvre un système de castes, où chacun à son utilité – Nourrice, Construisant, Combattant ou encore Guérissant, Dame et Sieur, etc. Mais il se retrouve aussi bientôt mêlé à un vaste complot qui vise à renverser la Reine, leur mère à tous, et se lance avec de nombreux compagnons dans un périple pour la prévenir du danger qui la menace.

Quel univers ! Quel souffle et quel style ! Dès les premières pages de ce roman d’aventure singulier, oscillant entre fantasy et dystopie, on est complètement happé par le récit. Dans la peau et l’esprit de Grim, on découvre en même temps que lui ce monde étrange, construit autour d’une Reine toute-puissante qui a créé chaque être et leur a assigné des tâches précises et utiles au bon fonctionnement de leur civilisation et à la survie de l’humanité. Si l’univers présenté ressemble à ce que vous connaissez des sociétés de fourmis ou d’abeilles, ce n’est pas un hasard et l’analogie se dévoile tout le long du roman. Malgré le handicap de Grim, qui se trouve être bien gênant quand on veut comprendre, se faire comprendre et que l’on est détenteur de secrets, le garçon va s’attirer la protection et la sympathie de plusieurs personnages qui vont l’accompagner dans une quête aussi dangereuse qu’essentielle à la survie de tous ! Et, surtout, son regard neuf, voire naïf, sur le monde qu’il découvre sera le point de départ d’une réflexion juste et fascinante sur la notion de singularité et de collectif.

Car au-delà de l’aventure passionnante et haletante, le roman de Gaël Aymon est avant tout une magnifique réflexion sur la force de l’amitié. Qu’importe l’étrangeté de l’un, la différence de l’autre, l’important réside dans le respect et l’amitié que l’on porte à l’autre, l’acceptant dans son entier, avec ses qualités et ses défauts. Une notion simple et universelle qu’il n’est jamais inutile de rappeler… La singularité et la réussite de ce roman tient aussi au style, une écriture très visuelle qui éveille tout de suite notre imaginaire pour une immersion immédiate dans cet univers marécageux, et une voix curieuse qui se démarque, rappelant ce qu’a pu faire Patrick Ness dans Le chaos en marche. Elle est aussi dans la description de cet univers et de ces castes à la création et l’utilité aussi terribles que fascinantes, qui offre quelques bons moments de frissons et une certaine exigence qui provoque la réflexion. Enfin, les illustrations de Violaine Leroy qui accompagnent le récit. Toujours trop rares en littérature ado, elles apportent ici une vision de l’univers et son style au crayon et à l’encre adoucit l’âpreté du monde de Grim. Un roman palpitant et profond comme on les aime. Ne passez pas à côté ! ❤

Grim, fils du marais, Gaël Aymon, illustré par Violaine Leroy (Nathan)
disponible depuis le 9 septembre 2021
9782092492079 – 16,95€
à partir de 13 ans
Galerie
0

Les âmes croisées – Pierre Bottero

Nawel vit dans le royaume des douze cités. Elle est une riche héritière issue de la caste des Perles, noble et dominante. Dans cette société inégalitaire, comme ses amis Philla et Ergaïl, elle va devoir décider de la caste correspondant à ses aspirations profondes et ce choix déterminera la fonction qu’elle occupera jusqu’à la fin de ses jours. Pourtant quelques jours avant cette cérémonie, elle va provoquer une tragédie… Est-elle un monstre ? Jusqu’où la société la forge-t-elle ? Nawel va se rendre compte que toute sa vie est planifiée et va s’interroger sur la voie qu’elle doit suivre…

Dès le début du livre, le tempérament suffisant de Nawel est très antipathique. Elle a un caractère strict, prétentieux et froid. Tellement assurée de sa posture de Perle que lorsqu’une Cendre, une moins que rien dans cette société, la bouscule, Nawel demande à ce qu’elle soit fouettée, ce qui provoquera sa mort… Suite à cet accident, Nawel va découvrir la vérité sur le fonctionnement de sa famille, ce que sont capables de faire ses proches et à quel point elle a été manipulée, comme ses amis, pour choisir sa caste. Son statut de puissante Perle va être mis à l’épreuve… puisque Nawel va décider d’aller à l’encontre de son choix initial et familial et va demander d’intégrer une caste très particulière…celle des Armures.

Outre le monde incroyable dans lequel l’auteur nous plonge – dont je parlerai d’ici quelques lignes – le plus intéressant à mes yeux dans ce roman est l’évolution du personnage de Nawel, très complexe. En même temps qu’elle se découvre elle-même, en cherchant le sens qu’elle veut donner à sa vie, son caractère change. Et la magie opère, on se prend d’amitié pour elle, on s’attache. Ces deux amis Philla et Ergaïl sont des personnages très secondaires à mes yeux qui ne sont présents que pour mettre en avant les réflexions profondes de Nawel sur le destin et la responsabilité, l’ambition et la sincérité.

Mais attention, ne croyez pas qu’il s’agit d’un livre avec beaucoup d’introspection. Les batailles, les retournements, les dangers se glissent dans les chapitres très courts qui rythment le roman. (Vous savez le genre de chapitre où on se dit « plus qu’un »… et on termine le livre finalement). L’univers est très riche et original avec son système de société, ses peuples et son bestiaire. L’auteur nous offre un univers foisonnant, que l’on prend plaisir à parcourir. Cette construction du monde fantastique est remarquable, comme on peut s’y attendre quand on connaît les merveilleuses séries de l’auteur. Note pour les fans : ce livre est également lié aux autres trilogies notamment à L’Autre. Malheureusement, beaucoup de questions restent en suspension dans cette aventure, puisqu’il s’agit d’un premier tome d’une trilogie qui ne sera jamais finie puisque Pierre Bottero est décédé avant.

Les âmes croisées, dont on ne découvrira le sens du titre que tardivement dans le roman, a été réédité cette année par les éditions Rageot en version poche afin de permettre à un jeune lectorat de le redécouvrir. C’est un réel plaisir de retrouver la plume très poétique de Pierre Bottero, qui est aussi acérée et tranchante quand il le faut : « Vivre, c’est se mettre en danger, réalisa-t-elle de la même façon qu’apprendre à marcher, c’est d’abord accepter l’idée de tomber. » La qualité du papier et la magnifique couverture, réalisée par Noëmie Chevalier, est à la hauteur de cette quête, pleine de rebondissements et de la plume de son auteur, immortelle.

Les âmes croisées, Pierre Bottero (Rageot)
disponible depuis le 10 février 2021
9782700274295 – 8,20€
à partir de 12 ans
Galerie
0

Le Cinérêve, t.1 Le mystère Hortensia – Anne Didier, Roland Garrigue et Catherine Duval

Augustin Poussin a 9 ans et adore aller espionner son étrange voisine mademoiselle Hortensia, surtout qu’elle fait pousser des fleurs abracadabrantes. Un jour Augustin, accompagné de sa chienne Croquette, l’entend parler de l’inauguration d’un Cinérêve. Qu’est-ce que cela peut être ? Est-ce que sa voisine a des pouvoirs magiques ? Le mystère est trop tentant pour Augustin qui décide de mener l’enquête !

Notre duo de héros très curieux et débrouillard va rapidement pouvoir rentrer au Cinérêve. Dans ce lieu incroyable, sont proposés des rêves à vivre comme si l’on choisissait son film sur un catalogue de VOD. Voulez-vous rêver de chevalerie ? De tapis volant ? Ni une, ni deux, Augustin va réussir à se faufiler dans un rêve incognito. Le voilà grand chevalier ! Dans son rêve, il peut se venger de son professeur M. Poincaré et de son camarade de classe Maxime qui ont tendance à le persécuter. Le lendemain, pour la première fois son maître le laisse tranquille. Drôle de coïncidence ? Notre cinéphile rêve (et c’est le mot) de retourner au cinéma mais celui-ci est réservé aux enchanteurs…

Ce premier tome d’une trilogie fut réjouissant. En parallèle de cette échappatoire fantastique qu’offre le Cinérêve pour Augustin, loin de l’école où il est harcelé, celui-ci va se se créer des amitiés féminines à l’école (qui je pense auront encore plus d’importance dans les prochains tomes). Cette BD se lit d’une traite et nous donne envie de découvrir rapidement les nouvelles aventures d’Augustin… surtout que le scénario se termine en plein suspense ! Du côté des illustrations, Roland Garrigue, s’il a déjà mis en couleurs des bandes dessinées, cette nouvelle série est la première qu’il signe en tant que dessinateur. Son trait assez rond nous plonge dès les premières pages dans une ambiance mystérieuse et pourtant familière. Les planches sont très harmonieuses et le rythme trépidant de l’histoire vient apporter un côté dessin animé, très rapide et prenant.

Augustin et Croquette se feront adopter très rapidement par les jeunes lecteurs. Le scénario est classique mais diablement efficace, on a envie de découvrir la suite et pourquoi pas nous aussi aller faire un tour au Cinérêve !

Le cinérêve, tome 1 : Le mystère Hortensia, Anne Didier, Roland Garrigue et Catherine Duval (Casterman)
disponible depuis le 21 octobre 2020
9782203181168 – 11,95€
à partir de 8 ans
Son
0

La ville sans vent – Éléonore Devillepoix

A Hyperborée, Lastyanax vient de terminer sa formation de mage. S’il a des ambitions, il ne s’attendait pas à devenir Ministre du Nivellement à 19 ans seulement, suite à la mort mystérieuse de son mentor… Alors qu’il prend ses fonctions, son chemin croise celui d’Arka, une gamine débarquée de loin qui a tendance à provoquer des situations malencontreuses dans sa recherche d’un père qu’elle n’a jamais connu. Tous deux vont devoir apprendre à s’apprivoiser pour déjouer les nombreux complots qui menacent la ville.

Car à Hyperborée, cité construite sur plusieurs niveaux et protégée d’un dôme magique – d’où son surnom de « ville sans vent » – la politique est un art qui se joue habilement et sournoisement. Si l’essentiel de l’action se déroule dans la ville, il est également question des autres cités de ce monde aux inspirations diverses, entre mythologie grecque et fantasy médiévale. Et Hyperborée est d’ailleurs un personnage clé, tout autant que Lastyanax ou Arka. Sa construction complexe et étonnante, basée bien évidemment sur ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas, en fait le terrain de jeu parfait pour des intrigues tantôt mystérieuses et retorses, tantôt drôles et improbables. C’est d’ailleurs toute la force de ce premier roman d’Eléonore Devillepoix de proposer un roman de fantasy qui mêle habilement une intrigue politique passionnante à des personnages et des situations bourrés d’humour. Certains éléments m’ont d’ailleurs fait penser au fameux Disque-Monde de Terry Pratchett (les mages, même s’ils sont tout de même moins bras-cassés, les tortues qui ont un usage pas si éloigné de la Grande A’Tuin…). Bref, un univers riche, que l’on découvre au fur et à mesure des conflits qui se jouent, ou du passé d’Arka qui se révèle, et qui sera sans aucun doute exploré dans le deuxième tome de ce diptyque.

Mais le cœur de ce roman, ce sont aussi ses personnages. La ville, bien sûr, mais également Lastyanax et Arka. Si l’on ne se passionne pas tout de suite pour le mage, plutôt antipathique au début, on soutient tout de suite la quête d’Arka, son caractère aventureux et déterminé, son passé tout en mystères. La relation entre les deux va se mettre en place avec méfiance mais promet un très chouette développement qui change des codes du genre. Les dialogues sont savoureux, à l’image de ce duo que tout semble opposer. Comme dans toute bonne fantasy, nos héros ne sont pas seuls et un grand nombre de personnages gravitent autour d’eux. Si certains sont un peu trop en retrait (coup de cœur pour Pyrrha qu’on aimerait bien découvrir plus), d’autres apparaissent volontairement très peu de fois pour des ressorts comiques plutôt bien vus ! Mais tous apportent une densité à l’univers et à l’attachement que l’on porte à nos deux héros.

Bref, le plaisir de lecture est clairement là, on est dans une fantasy de qualité, un univers, des personnages et une intrigue qui nous embarquent dès les premières pages. Et que dire de cette magnifique couverture toute en dorures ! J’ai en tous cas bien hâte de découvrir la suite et fin de cette histoire captivante !

La ville sans vent, Éléonore Devillepoix (Hachette)
disponible depuis le 3 juin 2020
9782017108443 – 18€
à partir de 13 ans
Galerie
0

L’épouvantable bibliothécaire – Anne-Gaëlle Balpe et Ronan Badel

Suzanne est un petit rat de bibliothèque (mais c’est une petite fille de 11 ans et demi, pas de confusion). Quand elle apprend qu’elle va passer ses vacances dans la ferme de sa tante Églantine avec UN seul roman, c’est la catastrophe ! Heureusement, une fois sur place, entre deux corvées à la ferme, elle apprend qu’un vieux manoir abrite une bibliothèque. Bizarrement, tout le monde semble avoir peur de cet endroit : la bibliothécaire serait une vieille sorcière acariâtre…

Découvrir une nouvelle bibliothèque, c’était pour elle comme accéder à une pâtisserie où elle aurait le droit de goûter à tous les gâteaux et de manger ses préférés en entier, gratuitement, sans restriction. L’amour de Suzanne pour les livres n’est pas sans rappeler le formidable personnage de Roald Dahl, Matilda. Ces deux héroïnes ont en commun le courage, la ruse et d’être un peu asociales. Heureusement Suzanne ne sera pas seule face à cette épouvantable bibliothécaire. Il faut souligner le côté démoniaque de la méchante bibliothécaire, elle est véritablement épouvantable ! Rapidement, elle va faire la connaissance, à son arrivée à la ferme, de deux personnages déjantés : Mo, une jeune fille bourrue et Marin, un garçon hypocondriaque. L’amitié est au coeur de l’intrigue et l’union fera la force.

L’histoire est déjantée et très drôle. En plein coeur de l’aventure, on retrouvera des pauses « infos insolites » sur les moutons, les bibliothèques ou les microbes – instructives et amusantes. Les illustrations de Ronan Badel apportent une chouette dynamique.

Un roman rythmé pour rire et trembler devant une aventure inattendue qui comprendra : fantôme, boule de feu, disparition. Un titre parfait pour les jeunes lecteurs – même pour ceux qui ne vont pas souvent en bibliothèque !

L’épouvantable bibliothécaire, Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Ronan Badel (Sarbacane)
collection Pépix
disponible depuis le 5 février 2020
9782377313761 – 10,90€
à partir de 9 ans
Galerie
0

La fille qui pouvait voler – Victoria Forester

Les McNimbus sont une famille très traditionnelle. Betty est une fervente croyante qui pense que si les choses arrivent c’est de la faute à la Providence et son mari Joe est un mari discret, qui s’occupe beaucoup de la ferme dans laquelle ils vivent. Toutes les années pour ce couple se ressemblent jusqu’à l’arrivée très tardive d’un bébé : Piper. Elle arrive après 25 années de mariage. Imaginez ! Avec une arrivée aussi inattendue, comment cet enfant pourrait-elle être autrement que bizarre ?
Dès son berceau, Piper flotte dans les airs… et en grandissant (malgré les prières enfiévrées de sa mère pour que sa fille soit normale) va développer son don jusqu’à voler littéralement dans le ciel. Terrifiés de voir la nouvelle de cette anomalie se répandre, les parents essayent de dissimuler ses talents aux yeux du monde… sauf que ce pouvoir ne passe pas inaperçu. Du jour au lendemain, Piper qui n’a jamais été à l’école, n’a jamais eu d’amis, va se retrouver dans une école top secrète réservée aux enfants dotés de capacités hors du commun. Malheureusement l’école ne sera pas de tout repos pour Piper qui va devoir gagner sa place !

Piper est une héroïne terriblement attachante. Lumineuse, curieuse, naïve elle n’est pas sans rappeler l’héroïne Pollyanna de Eleanor H. Porter, un modèle d’optimisme. Les jeunes lecteurs prendront beaucoup de plaisir à découvrir l’école à travers son regard naïf, ses observations, son envie irrésistible de se lier d’amitié. Nous sommes très loin d’Harry Potter ou d’X-men ici. Les personnages secondaires, à savoir les élèves sont originaux, nous avons par exemple Conrad, un génie qui terrorise les plus jeunes, Bella Bonheur (la préférée de Lisette) qui a un don avec les couleurs, des jumeaux qui peuvent contrôler la météo ou encore Violette qui peut rapetisser à volonté.

L’intrigue est assez évidente mais comprend des trouvailles très originales. Je trouve cependant que parfois le rythme pourrait être plus effréné encore, il y a des longueurs au début notamment. L’autrice a eu le volonté première d’écrire cette histoire sous forme de scénario pour le grand écran et ensuite l’a adapté en roman (les petits incohérences de rythmes viennent peut-être de là). Même si ce roman se présente comme une saga (avec une suite donc?), je trouve que ce premier tome ne nous laisse pas sur notre faim et se suffit à lui-même. Un chouette roman pour les enfants qui parfois rêvent d’aller toucher les nuages !

La fille qui pouvait voler, Victoria Forester (Lumen)
disponible depuis le 19 mars 2020
9782371022683 – 16€
à partir de 10 ans
Galerie
0

Bordeterre – Julia Thévenot

Prenez place à bord du livre à destination de Bordeterre. Ce voyage de 536 pages vous amènera dans des contrées inconnues, où nul auteur n’avait jamais mis les pieds avant Julia Thévenot. Pour ce voyage vous serez accompagnée d’Inès, 12 ans et de son frère autiste Tristan, 16 ans. Attachez bien vos ceintures car nous allons passer dans des zones de turbulences littéraires (et ça fait des guili-guili joyeux dans le ventre).

Bordeterre. Ville perchée comme une plante sauvage sur une faille entre deux plans de réalité. Inès et Tristan tombent (littéralement) dans ce monde parallèle alors qu’ils promenaient leur chien. A peine arrivés nos deux héros se retrouvent poursuivis par un monstre à trois yeux, qui veut leur suçoter la tête…(Cliffhanger)

La terre vous soutienne, le bord vous retienne.

Rapidement, on apprendra qu’il existe trois plans, trois mondes : celui de Tristan et Inès (notre monde à nous), Bordeterre et le plan zéro où vivent des esprits. Dans ce plan zéro, qui se trouve être un lac très profond, on trouve des pierres très précieuses qui régissent la ville de Bordeterre. Mais ce n’est pas tout, les nouveaux arrivants (nos deux héros donc) deviennent transparents et leurs souvenirs de l’ancien monde s’effacent doucement grâce à un élixir goût grenadine. Il très difficile de résumer l’histoire tant j’ai envie de passer des heures à vous décourir l’univers dense et captivant. J’aimerais vous mettre le livre entre les mains et vous dire simplement : lisez-le ! Mais où est le côté fantasy vous demandez-vous d’un air curieux ? Dans le plan zéro ? Oui mais il y a beaucoup mieux : la magie est dans la musique ! La magie ici se chante (et en français s’il vous plaît !). Elle est cependant réglementée et ne peut pas être utilisée comme bon nous semble. Imaginez une monde où pour ouvrir une porte vous devez chantez Au clair de la lune. La magie est partout dans ce roman même dans les titres des chapitres. Et surtout elle est dans l’écriture de l’autrice.

Lisette n’a pas envie de vous dévoiler trop l’histoire car la richesse de ce livre vient de l’imbrication des récits, du plaisir de découvrir cette terre d’injustice. Mais il faut souligner la profondeur des personnages secondaires, les amours tordues et la rébellion qui gronde, monte crescendo. C’est un texte mené d’une main de maître(sse) par sa cheffe d’orchestre Julia Thévenot. (Coup de coeur intersidéral pour un dandy, amoureux de la poésie, coincé dans son château).

Ce premier roman est d’une très grande qualité, le style virevolte, chante, s’amuse à être littéraire pour le plaisir des mots. C’est un vrai roman fantasy jeunesse et j’insiste là-dessus ! C’est la jeunesse au grand coeur qui se révolte et aime.

Julia Thévenot entre avec fracas dans le paysage littéraire jeunesse et pour un premier roman, on ne peut qu’être époustouflé de sa qualité ! Et parce que Lisette avait très envie de pousser la chansonnette avec Julia, elle l’a questionnée sur ses goûts musicaux dont vous trouverez l’interview ici.

Bordeterre, Julia Thévenot (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 4 mars 2020
9782377312252 – 18€
à partir de 14 ans
Galerie
0

La terrible histoire de Petit Biscuit – Carl Norac et Magali Le Huche

Petit Biscuit est un petit beurre très particulier. Pour commencer, il est né dans une biscuiterie de luxe et vit dans une boîte Assortiment royal. Enfin « survit » car les biscuits savent que leur destin est de se faire croquer… Mais Petit Biscuit a une particularité : il a deux jambes qui peuvent marcher pour de vrai, le voilà décidé à échapper à son destin.

Amateur d’humour noir, ce livre est fait pur beurre pour vous ! Carl Norac nous dévoile un conte cruel terriblement craquant. Dès que ce biscuit va quitter sa boîte de luxe, il va se retrouver dans des aventures rocambolesques. Chacun des personnages irrésistibles qu’il va rencontrer va se retrouver en miettes… même son petit coeur de beurre va finir en morceaux lui aussi. Car Petit Biscuit va tomber amoureux d’une tendre Madeleine, qui se fera déguster sous ses yeux ! Là est le destin de toutes les mignardises…

Les dessins de Magali Le Huche sont pétillants, très vivants. Après cette lecture, Lisette a l’impression de devenir une tueuse en série à chaque goûter. Il faut souligner aussi l’extrême beauté de l’objet, l’album ressemble à un livre de luxe que pourrait publier une célèbre marque de macarons parisiens. C’est beau, c’est bon, encore !

Lisette tient à dire que des biscuits ont été blessés pendant cette lecture mais qu’elle espère que ce duo pourra nous offrir encore des albums à se mettre sous la dent ! Elle en salive déjà d’avance !

La terrible histoire de Petit Biscuit, Carl Norac, illustré par Magali Le Huche (Sarbacane)
disponible depuis le 4 mars 2020
9782377313150 – 15,90€
à partir de 6 ans