Galerie
0

Dans la cité électrique, Le cercle des veilleurs – Sarah Andrès

Oscar et sa soeur Livie Addington ont toujours habité dans une chic pension londonienne. D’aussi loin qu’Oscar se souvienne, l’établissement a toujours été sa maison, sa soeur son unique famille et le nom de sa défunte mère son seul lien avec son passé. Mais le jour de ses 12 ans, Oscar se voit remettre par le directeur une drôle de boîte contenant une montre ainsi qu’une lettre lui quémandant de traverser un miroir. Rien que ça !

Dans ce premier tome, à l’atmosphère steampunk, Oscar et Livie, vont se retrouver dans un Londres parallèle, appelé Londonium. Dans cette ville il ne faut pas se fier aux apparences : ici l’électricité est une arme et la lumière permet de créer des illusions aussi fantastiques que réelles. Cet univers très original, Oscar le découvre grâce aux Veilleurs. Ce regroupement de scientifiques, dont sa mère faisait partie, voyagent entre les mondes. Petit à petit, Oscar va en découvrir plus sur sa famille et sur les pouvoirs qu’apporte la science de la lumière. Mais, pour une mystérieuse raison, le dirigeant de la ville Sir Alexander s’intéresse beaucoup à Oscar et à sa soeur.

L’univers de La cité électrique est foisonnant et très complexe : complots, faux-semblants, mystères, secrets… ce premier tome est source de beaucoup d’interrogations. Certains rebondissements (sur la fin) sont dignes d’excellentes séries fantastiques… on sent que l’autrice sait parfaitement où elle veut nous emmener ! Le personnage de la petite soeur est à croquer, elle fait bêtises sur bêtises, aime regarder les livres à l’envers, colle des mouches sur son herbier. C’est une bouffée d’air frais dans ce monde que l’on imagine très sombre.

Ce roman faisait partie des trois finalistes du concours du premier roman organisé par Gallimard Jeunesse – RTL – Télérama en 2018. (A l’époque c’était Kamel Benaouda qui avait remporté le concours avec Norman n’a pas de super pouvoirs.) Ce récit d’aventures merveilleux dans un Londres rétro-futuriste n’a donc pas fini de parler de lui puisqu’il est annoncé comme le premier tome d’une trilogie ! Avis aux très bons lecteurs et amateurs de steampunk !

« Quand tout va mal, que vous n’avez sauvé personne, que vous êtes dans de sales draps, prisonnier dans un monde étrange, loin de chez vous, faire la fête pour oublier vos problèmes peut paraître une bonne solution. »

Dans la cité électrique, t.1 Le cercle des veilleurs, Sarah Andrès (Gallimard Jeunesse)
disponible depuis le 10 mars 2022
9782075148368 – 16€
à partir de 12 ans
Son
0

Demandez-leur la lune – Isabelle Pandazopoulos

Lilou, Samantha et Bastien sont en échec scolaire et ne passeront pas en seconde générale. Farouk est un jeune turc qui apprend le français dans l’attente de son audition pour avoir le droit de rester en France. Tous les quatre vont rejoindre le cours d’Agathe Fortin, une prof de français pas comme les autres qui leur propose de participer à un concours d’éloquence. Pour la première fois, la voix de ces quatre jeunes a une importance pour quelqu’un.

Après La décision et Trois filles en colère, Isabelle Pandazopoulos nous offre à nouveau un roman fort et riche en émotions. Nous sommes ici dans une campagne perdue, zone blanche autant pour Internet que pour les chances de poursuivre ses rêves pour des jeunes à qui rien ne semble possible. Lilou est effacée, sa famille et elle rongées par les actions d’un frère qui planent au-dessus d’eux ; Samantha doit composer avec une mère bipolaire qui projette ses rêves sur elle et l’aime pourtant d’un amour inconditionnel ; Bastien est quant à lui contraint de suivre les traces de son père, en dépit de ses propres envies ; et Farouk a fui la Turquie en laissant sa famille seule suite à l’arrestation de son père, et attend le jour de l’audience qui décidera de son droit ou non à résider sur le territoire français. Quatre jeunes qu’une jeune prof de français aux méthodes non orthodoxes doit remettre sur les rails de l’école, quitte à ne pas être spécialement soutenue par cette dernière… Car on lui demande de faire en sorte que ces gosses rentrent dans le moule, pas qu’ils fassent des exercices bizarres et pas dans les programmes.

Mais si Agathe Fortin est loin de ressembler aux autres profs et que ses méthodes sont sources de frictions pour les quatre élèves, elles vont pourtant révéler chacun d’entre eux. Et leur permettre de pouvoir enfin s’exprimer : la colère, les doutes, les espoirs, les problèmes et même l’amour ! Ça balbutie, au début, ça se heurte ou ça ne se comprend pas mais bientôt, les mots prennent le pas, la parole se libère et, surtout, le lien se resserre. Isabelle Pandazopoulos tisse un formidable roman, d’une grande justesse, entre cri d’espoir et bombe d’émotions (on est parfois vraiment pris à la gorge tant les personnages nous touchent et nous accompagnent). Un roman vibrant, qui donne de la voix à ceux qui pensent la leur inaudible, et qui leur offre une personne pour les écouter, pour les entendre, et pour les faire entendre. A mettre entre toutes les mains !

Demandez-leur la lune, Isabelle Pandazopoulos (Gallimard Jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 16 janvier 2020
9782075137287 – 12,90€
à partir de 13 ans
Galerie
0

Magic Charly, t.1 : L’apprenti – Audrey Alwett

Qui n’a pas envie en hiver de se faufiler sous une couette avec un thé et un bon livre, me jette la première citrouille ! Si vous cherchez un livre ensorcelant qui vous embarque dans des contrées magiques, Lisette vous conseille de vous ruer sur ce roman français d’Audrey Alwett – le premier tome d’une trilogie.

Charly, notre jeune héros de 14 ans, n’a rien de « magic », il vit avec sa mère et un chat snob. Il 
a une vie tranquille, jusqu’au jour où sa grand-mère, qui avait disparu voilà 5 ans, refasse apparition, mais celle-ci est devenue amnésique. Charly va découvrir que sa mamie fait en réalité partie d’une confrérie de magiciens et qu’on lui a volé ses souvenirs (par un personnage qui n’est pas sans RAPPELER LA MORT DE TERRY PRATCHETT). S’il souhaite l’aider, il va devoir faire une formation express de magicier (oui oui vous avez bien lu) et déjouer un terrible complot.


C’est un plaisir que de plonger dans ce monde magique qui regorge de codes, de nouvelles inventions gourmandes et farfelues. Vous découvrirez par exemple une théière perpétuelle qui fait un thé différent à chaque tasse qu’elle sélectionne en fonction de votre humeur ; des librairies qui marchent ; des moyens de locomotions qui poussent dans le jardin… et d’autres délicieuses inventions que je vous laisserai découvrir. Mais l’autrice dénonce aussi un monde où la magie est rare et donc commercialisée ; où le pouvoir est concentré dans des institutions douteuses…

Charly est un héros très attachant, il est accompagné de deux personnages féminins Sapotille, apprentie magicier comme lui et June, sa meilleure amie sans pouvoir. Ces deux héroïnes (Sapotille est ma préférée, June râle trop) vont aider Charly à gérer de nombreux rebondissements : des balais volants (qui se transforment en buissons), des tartes-chercheuses (qui s’écrasent sur les figures de leurs victimes) ou encore un dragon (pétrifié). Cependant, je me méfie de June qui, sous son air rebelle, pourrait jouer des mauvais tours ; nous verrons si ma suspicion est justifiée dans les prochains tomes.

Attention! La lecture de ce livre pourrait vous donnez envie d’adopter une serpillière magique au doux nom de Pépouze, Lisette est entrain de négocier avec Bob pour l’ajouter à leur ménagerie magique ★.

Magic Charly, t.1 L’apprenti, Audrey Alwett (Gallimard jeunesse)
disponible depuis le 6 juin 2019
9782075121453 – 16,50 €
à partir de 12 ans
Son
0

L’aube sera grandiose – Anne-Laure Bondoux

9782070665433, 0-4261222

Un soir, Titania emmène sa fille Nine, 16 ans, dans une mystérieuse cabane au bord d’un lac. Toute la nuit durant, Titania va raconter à sa fille sa vie, depuis sa toute jeune enfance, jusqu’à cette soirée étonnante où l’attendent révélations et secrets cachés depuis des années…

★★★★☆

Dans son dernier roman, Anne-Laure Bondoux nous enchantait par son fabuleux et légendaire récit d’amour. Elle revient cette année dans un genre beaucoup plus réaliste pour nous faire découvrir l’histoire d’une famille. Une famille dont Nine n’avait encore jamais entendu parler jusqu’à présent. Elle qui pensait aller à la fête du lycée avec ses copines, peut-être réussir à se faire remarquer de Marcus, voilà que sa mère l’embarque pour une nuit particulière, dans une cabane perdue dans la végétation, tranquillement posée au bord d’un lac. D’abord réticente, boudeuse, elle se laisse finalement emportée par le récit de sa mère, qui l’emmène à la rencontre de Consolata, d’Octo, d’Orion, de Rose-Aimée et de leur(s) drôle(s) de destin.

Je ne vous révèlerai rien de ce que Titania va raconter à sa fille, pour vous laisser le découvrir au fil des pages. Car s’il y a bien une chose avec laquelle Anne-Laure Bondoux est très douée, c’est de réussir à nous happer dans son récit dès les premières pages, de doser ses révélations, ses effets de suspense, pour nous inviter à continuer notre lecture, à découvrir toujours plus du destin de cette famille. Entre souvenirs, anecdotes et références totalement inconnues ou nostalgiques, Anne-Laure Bondoux nous déroule toute la chronologie qui va mener à cette nuit blanche de secrets dévoilés. Mais la force du roman réside surtout dans ses personnages aux caractères atypiques, aux destins étonnants, qui se dévoilent à nos yeux comme à ceux de Nine, mais aussi par cette très belle relation mère/fille que l’on découvre à mesure que la nuit s’allonge. Un récit de la transmission, du poids de l’héritage familial et de l’amour, encore une fois. Un roman beaucoup plus intimiste que le précédent, et une expérience de lecture aussi intense que la nuit passée par Nine aux côté de sa mère qui raconte. Une très belle histoire !

L’aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux, illustré par Coline Peyrony (Gallimard Jeunesse)
disponible le
9782070665433 – 15€
à partir de 13 ans
Son
1

Rage – Orianne Charpentier

Rage_couv_J00276.indd

Rage. C’est le nom que lui a donné son amie, celui auquel elle se raccroche depuis son arrivée en France, pour oublier son véritable nom, celui de sa vie passée, de l’horreur et du pays qu’elle a fui. Mais en France, elle ne se sent toujours pas en sécurité, se méfiant de tout et de tous. Jusqu’au jour où, lors d’une soirée, sa route croise celle d’un chien dangereux mais blessé, comme elle…

★★★★☆

Une nuit. C’est la durée de cette histoire d’une force et d’une émotion intense. On ne sait pas d’où vient Rage, on ne saura ni son véritable nom ni ce qu’elle a vécu, Orianne Charpentier nous laissant imaginer tout ce que l’on voudra, mais ce n’est finalement pas ce qui compte dans ce très court roman. L’important, c’est cette rencontre décisive. Celle de Rage avec ce chien terrifiant, qui lui fait tout d’abord aussi peur que les hommes de son passé, dont elle est persuadée qu’il va la déchirer. Un chien qui se révèle être une fille, comme elle. Qui subit la maltraitance des hommes, comme elle. Et qui, malgré des blessures graves et profondes, garde la rage. Celle de vivre. Comment un chien peut-il autant lui ressembler ? C’est durant cette nuit tendue, étonnante, étrange, que tout va se jouer. Orianne Charpentier nous livre un roman émouvant, délicat, et d’une belle finesse psychologique.

Rage, Orianne Charpentier (Gallimard jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 16 mars 2017
9782075082556 – 7€
à partir de 14 ans
Son
0

Nous autres, simples mortels – Patrick Ness

S’il y a bien un auteur que Bob et Jean-Michel aiment particulièrement, c’est Patrick Ness. Et ce depuis son incroyablement originale trilogie du Chaos en marche que l’on vous conseille très très grandement de découvrir. 😀 Alors que l’adaptation au cinéma du magnifique Quelques minutes après minuit sort en France en janvier 2017, on vous présente aujourd’hui son dernier né : Nous autres, simples mortels.

97820750745820-3453695Mikey attend la fin de l’année avec impatience. Il espère décrocher son bac et partir ensuite à l’université. Le bal de promo l’angoisse un peu également, désireux qu’il est d’y aller avec la jolie Henna à qui il n’arrive pas à dire son amour… Mais il se passe des choses un peu bizarres dans sa ville, en ce moment. Mikey a été témoin d’un étrange rayon bleu dans la forêt. Puis des animaux ont commencé à se comporter étrangement…genre un cerf qui se relève après avoir été percuté par sa voiture ! Le monde serait-il encore sous la menace d’une apocalypse quelconque ?

★★★☆☆

Vampires, zombies, mangeurs d’âmes et autres extraterrestres, la petite ville de banlieue de Michael aura tout connu ! Etonnamment, personne n’en parle vraiment, et tout le monde s’en fout pas mal. Surtout Mikey et sa bande de copains pour qui le principal, l’urgence, c’est d’obtenir le bac. D’autant que tous ces trucs-là, ce sont les « indie kids » qui les vivent. Ceux qui sont populaires, qui ont des noms un peu chelous et qui se fourrent toujours dans le sauvetage de la planète.

Tout ça vous paraît un peu étrange, obscur ? C’est pas mal l’effet que nous procure le roman quand on le commence : qui sont ces indie kids ? mais que se passe-t-il, en fait ? Car Patrick Ness a choisi de s’intéresser non pas aux héros des histoires, à ceux qui combattent les vampires ou cassent du zombie à coup de raquette, mais bien à ceux qui ne sont pas les héritiers des Chasseurs, ou les adolescents aux super-pouvoirs. Imaginez que, dans Twilight, on ait l’histoire du point de vue de la fille dans la classe de Bella qui n’a aucune idée que les Cullen sont des vampires et qui ne peut pas piffrer Bella qu’elle trouve pas intéressante et puis, de toute façon, elle a déjà des tonnes d’autres amis. Euh…ouais, ok, mais du coup ça doit être un peu chiant, non ? Détrompez-vous ! En se moquant des romans fantastiques adolescents actuels (clairement, dans les ouvertures de chapitres, qui expliquent ce qui se passe pour les indie kids, tous les poncifs du genre sont rassemblés et c’est vraiment très drôle), Patrick Ness évoque surtout l’adolescence telle qu’elle est vécue par tout un chacun : l’angoisse de réussir son bac, l’interrogation sur l’amour, l’amitié, la famille et ses problèmes, l’anxiété et autres maladies de l’adolescence. Des thématiques qui paraissent là aussi « déjà lues » mais qui, mêlés à cette histoire héroïque en second plan, amènent surtout à nous dire que, même dans nos vies ordinaires, il peut se passer des choses extraordinaires. Inutile d’être celui qui trucidera la Reine des Damnés ou celle qui vivra un triangle amoureux avec un Ange et un Démon. Pas besoin de ça pour souffrir, faire preuve de courage, prendre des risques ou aimer. On le fait très bien aussi dans la vraie vie. Et ça nous suffit.

Un roman peut-être un peu en dessous des précédents, il n’est clairement pas aussi fort émotionnellement que les autres, mais très étonnant et dont j’ai trouvé très drôles les piques lancées aux romans young adults ! 😛

Nous autres, simples mortels, Patrick Ness, traduit par Bruno Krebs (Gallimard jeunesse)
disponible depuis le 21 novembre 2016
9782075074582 – 16€
à partir de 14 ans
Son
6

Les valises – Sève Laurent-Fajal

9782070587551,0-3333753

1982. Sarah vient de se disputer avec sa meilleure amie Josy et s’assoit toute seule dans le car qui emmène sa classe de lycéens en voyage scolaire. Ils se rendent en Pologne, pour visiter les camps de concentration. Là-bas, comme tous ses camarades, Sarah est sonnée, impressionnée par ce qu’elle voit, et surtout par toutes ces valises entassées dans une pièce…

★★★★☆

Comment une simple valise, avec une étiquette passée portant le nom de « Levin », peut-elle autant remuer la jeune Sarah, lycéenne discrète dont la mère semble lointaine et la famille totalement inexistante ? Est-ce que Sarah est un prénom juif ? Est-ce que le nom de ce père qu’elle n’a jamais connu est Levin ? D’où vient-elle ? Qui est-elle ? Ce sont les questions que ce voyage en Pologne soulève en Sarah et, l’absence totale de conversation avec sa mère ne l’aide pas à y voir clair. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé de lui en poser… Et quand sa mère est victime d’un accident de la route la laissant dans le coma, Sarah va devoir continuer sa quête identitaire seule. Ou presque. Il y a d’abord Mr Bonnieux, le professeur d’histoire qui les a emmenés en Pologne. Conscient que Sarah y a vécu quelque chose de particulier, il lui propose de lui venir en aide et l’incite à fouiller dans les affaires de sa mère pour y trouver une piste… Et puis il y a Jérôme, le p’tit con, celui qui fait son intéressant devant tout le monde et qui, pourtant, est parvenu à lui ravir son cœur. Sarah, en plein émoi amoureux, va trouver en lui un soutien bien inattendu. Tous les deux, ils se lancent dans cette quête des origines…

Il y en a beaucoup des romans sur la recherche de l’identité et sur l’héritage de la Seconde Guerre mondiale, des familles juives. Pourtant, le roman de Sève Laurent-Fajal nous emporte dans l’histoire de Sarah avec une étonnante facilité et un intérêt croissant, où se mêlent habilement la naissance du premier amour et la découverte d’un passé douloureux. Le fait que l’histoire se déroule dans les années 1980 apporte également une touche d’originalité (l’utilisation du Minitel pour faire des recherches, par exemple), bien que ce soit un peu anecdotique par rapport à la sensibilité de l’écriture, et de l’histoire de Sarah. Un très beau roman, avec de l’amitié et de l’espoir, la mort et des secrets de famille, mais aussi, et surtout, avec beaucoup d’amour. Un très joli premier roman. 🙂

Les valises, Sève Laurent-Fajal (Gallimard jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 15 septembre 2016
9782070587551 – 11€
à partir de 13 ans
Son
1

Golden Valley – Gaël Aymon

9782070587544,0-3333752

Pour les vacances, Max rejoint ses parents en Birmanie, où vient de s’installer l’entreprise de son père. Résigné à s’ennuyer dans leur propriété d’expatriés, il fait pourtant le rencontre de Brandon, gosse de riche birman qui l’invite à des fêtes. Lors d’une de ces soirées chez le jeune homme, Max fait la connaissance de Dolly, sa grande sœur époustouflante de beauté et particulièrement brillante, qui annonce de grands changements dans sa vie…

★★★☆☆

Maximilien, c’est le beau gosse qu’on voit dans les séries télé américaines : 17 ans, 1m92, champion de natation, grande école, famille riche et qu’on imagine beau comme un dieu grec. Il débarque en Birmanie avec assez peu d’enthousiasme, sachant qu’il va se retrouver seul avec sa mère qui l’insupporte très vite et son père qui sera constamment occupé avec la nouvelle implantation de son entreprise dans le pays. Et quand il voit la piscine, autant dire que le garçon est douché (oh oh !) : même pas assez grande pour faire des longueurs. Très vite, cependant, il rencontre des jeunes locaux et expatriés comme lui, et vont passer leur temps à faire la fête dans les bars ou jouer à des jeux vidéo chez les uns et les autres. Jusqu’à ce que Max tombe sur Dolly, la sœur de Brandon, 20 ans, superbe, qui étudie aux Etats-Unis et semble collée à son portable 24/7. Pour lui, c’est le coup de foudre, et il semblerait que pour elle aussi. Mais leur histoire d’amour doit rester secrète car, en Birmanie, les femmes qui sortent avec des étrangers sont très mal vues…

La Birmanie, c’est le choc des cultures pour Max. Il y a d’abord le temps, cette chaleur étouffante et ces moussons. Mais il y a aussi le mode de vie des birmans, l’histoire de ce pays qu’on sait à peine situer sur une carte du monde… Cette visite sur la côte où, en croisant un village de « squatteurs », le guide lui dit qu’il n’avait rien vu de tel. Et puis il y a Dolly, cette fille étonnante, qu’il désire ardemment mais qu’il sait inatteignable. Impossible. Cette fille qu’il avait déjà vue avant mais qui lui a intimé le silence quand il l’a mentionné devant Brandon. Comment revoir Dolly, comment être avec elle ? Comment, alors qu’il ne reste que cinq semaines en Birmanie ? Je ne vous dirais rien, et vous laisserais découvrir ce roman d’une jeunesse dorée où les certitudes s’effondrent, où le vernis de la richesse se craquèle pour laisser entrevoir une réalité insoupçonnée. Un éveil au monde intéressant.

Golden Valley, Gaël Aymon (Gallimard jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 15 septembre 2016
9782070587544 – 8,65€
à partir de 15 ans
Son
0

Le garçon au sommet de la montagne – John Boyne

Chez Bob & Jean-Michel, on aime beaucoup John Boyne, ses romans étonnants et plein d’humour, mais également ceux avec, en toile de fond, la guerre. Qu’il s’agisse de la Grande Guerre (avec Mon père est parti à la guerre – on retrouvera d’ailleurs Alfie cité dans ce nouveau roman) ou de la Seconde Guerre mondiale (avec le désormais incontournable Garçon en pyjama rayé). John Boyne s’intéresse à nouveau à cette dernière, et au destin d’un petit garçon qui, au contact du Führer, va transformer sa nature profonde…

9782070669967,0-3235213

Peu avant la Seconde Guerre mondiale, Pierrot mène une vie insouciante à Paris avec son meilleur ami Anshel. Lorsque sa mère meurt de la tuberculose, il est envoyé auprès de sa tante, en Allemagne, dans une maison en haut de la montagne. Il s’agit du Berghof, la résidence secondaire d’Hitler, où sa vie va complètement changer…

★★★★☆

Pierrot est un garçon franco-allemand. Son père était un soldat allemand durant la Grande Guerre et, s’il en est revenu vivant, son esprit était lui totalement détruit et Pierrot ne l’aura presque pas connu puisqu’il se tue sous un train lorsqu’il n’a que quatre ans. C’est sa mère, française, qui s’occupe de lui jusqu’à sa mort, emportée par la tuberculose. Pierrot n’a que sept ans ! Malgré la grande amitié qui le lie à Anshel, un garçon juif muet avec qui il communique via la langue des signes – leur langue des signes – un deuxième conflit de grande ampleur s’annonce et, bientôt, la mère d’Anshel ne peut faire autrement que d’envoyer Pierrot dans un orphelinat. C’est à Orléans qu’il est envoyé, une grande maison tenue par deux sœurs un peu vieilles filles avec lesquelles il restera peu de temps. Sa tante Beatrix, la sœur de son père, le retrouve et l’invite à vivre avec elle près de Berchtesgaden, dans les Alpes bavaroises, dans une grande maison au sommet de la montagne, où se rendent occasionnellement Monsieur et Madame. Monsieur, c’est Adolf Hitler, et Madame, Eva Braun. Pierrot découvre alors un tout nouveau monde, au loin de l’histoire qui se joue sur le reste de la carte de l’Europe…

Avec cette histoire, John Boyne continue son exploration de la guerre et nous propose encore une fois un récit d’une grande intensité, sans doute pas aussi étonnant et terriblement naïf que Le garçon en pyjama rayé, mais qui nous interroge sur la nature humaine et la déconcertante facilité avec laquelle l’embrigadement peut changer un être. Car, au contact d’Hitler, Pierrot va lentement se transformer sous nos yeux, passant de jeune garçon doux et serviable à un petit nazillon avide de pouvoir. La transition, progressive et se déroulant pourtant dans un endroit profondément reculé, est très représentative de ce qui va se passer en Allemagne sous le joug d’Hitler. Et alors que Pierrot – devenu Pieter – gagne la confiance et l’amour du Führer, il va assister à un certain nombres de réunions et découvrir l’horreur de ce qui se trame en Europe… Avec une réflexion finale sur la culpabilité, Le garçon au sommet de la montagne est à nouveau un roman fort et passionnant de John Boyne, qui complète admirablement son œuvre sur la guerre. Une très belle lecture ! 🙂

Le garçon au sommet de la montagne, John Boyne, traduit par Catherine Gibert (Gallimard jeunesse)
disponible le 9 juin 2016
9782070669967 – 13€
à partir de 11 ans
1

Bouche cousue – Marion Muller-Colard

Marion Muller-Collard, c’est la grande découverte de Jean-Michel de ce début d’année…

Dans ce court roman, elle donne la parole à la cadette d’une famille italienne respectueuse des traditions. Propriétaires d’un lavomatique, ses parents sont peu à l’écoute de leurs filles Mado et Amandana. En revanche, l’image et la vertue de la famille doivent être aussi propres que le linge qui ressort de leur entreprise.

★★★★★

bouchecousueLors d’un déjeuner dominical chez Mado, son époux Thierry, leurs enfants Tom (15 ans), Eva-Paola (11 ans), Amandana trouve l’ambiance lourde – plus que d’habitude et ses parents ajoutent leur pierre à l’édifice de la mauvaise humeur. Célibataire et sans enfants, elle est montrée du doigt par le reste de sa famille, y compris Eva-Paola. Excepté par Tom, avec lequel elle entretient une relation complice. Rapidement, on apprend au cours du repas que Tom a embrassé un autre garçon et le déjeuner prend une tournure dramatique où Amandana ressent les stigmates de son passé chatouiller la redondance de la situation, qu’elle a vécu des années plus tôt.

Ce texte est une grande lettre adressée à Tom, le récit d’une femme qui revient sur un passage complexe et douloureux de son adolescence. Elle propose une oreille attentive à son neveu en somme, entre pudicité et mise à nu.

Entre un père traditionaliste, catholique, une mère absente sentimentalement survolant tout problème et une grande sœur qui refuse de jouer un rôle dans la vie de sa cadette : Amandana trouve refuge dans le lavomatique. A la recherche permanente de vêtements oubliés dans les tambours des machines – trésors bienveillants – elle joue, se déguise. La culpabilité la gagne et décide de remettre ses artefacts à ses propriétaires. C’est ainsi que Jérôme et Marc, couple extraordinairement gentil, beau où tous deux sont uniques, vont devenir l’oreille attentive de la jeune fille à chaque étape douloureuse de son entrée dans le monde de l’adolescence (premières règles, premier amour…). J’avoue ne pas m’être lassée de ce trio : chacune de leur scène étaient drôle, ou sensible ou spirituelle. Amandana parlera avec naturel de son attirance envers Marie-Line, son amie.

Un texte d’une puissance magistrale, belle et surprenante. Marion Muller-Colard analyse ses personnages avec précision d’une plume aiguisée mais toujours juste elle dévoile au grand jour leurs travers, leurs blessures intimes. Vous ne trouverez pas texte aussi parfait en ce début d’année. Une grande ouverture d’esprit, Marion en fait la preuve, avec 100 pages.

« Le linge se refaisait une virginité dans le tambour des machines à laver, il ressortait comme neuf et ma mère, dans la salle d’à côté, l’engourdissait de vapeur, l’aplatissait, le plait, et c’est comme si personne ne l’avait jamais touché. »
Bouche cousue, Marion Muller-Colard (Gallimard Jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 14 janvier 2016
9782070573295 – 7€
à partir de 14 ans