Son
0

Ceux qui décident – Lisen Adbage

A l’école, il y a ceux qui décident. Et il y a les autres, ceux qui n’ont jamais rien le droit de faire. C’est bien simple, à chaque fois que ceux qui n’ont rien le droit de faire se mettent à s’amuser, ceux qui décident leur donnent des ordres puis s’approprient ce avec quoi ils s’amusaient, leur demandant de dégager. Ceux qui décident, ce sont les enfants dans la cour qui jouent aux plus forts, qui disent qui joue avec quoi ou avec qui, et à qui personne ne dit jamais rien. Jusqu’à ce que…

Quel magnifique et pertinent album pour parler du harcèlement, qui commence parfois dès les plus petites cours d’école. On assiste ici à la loi exercée par un petit groupe d’élèves sur le reste de la cour de récréation. Un microcosme enfantin dans lequel n’apparaît aucun adulte pour intervenir dans le conflit, ni d’ailleurs aucun autre enfant parmi ceux qui assistent depuis les fenêtres de l’école ou des immeubles avoisinant. Si ceux qui décident n’arrêtent pas de déloger ceux qui n’ont rien le droit de faire dès qu’ils s’amusent un peu, ces derniers ne se laissent pas abattre et finissent toujours pas trouver une autre occupation. Jusqu’au moment où tout cela suffit, et où les ordres contradictoires de ceux qui décident finissent par pousser les enfants à s’unir pour dire non et tenir tête à ce petit groupe de tyrans.

Lisen Adbage nous offre un album percutant sur les rapports de force et le droit de dire non, de s’opposer à l’injustice. Un album qui nous montre aussi toute l’importance du collectif, de s’unir pour contrer ceux qui veulent imposer leur loi. Le texte court, incisif, va tout de suite à l’essentiel. La violence subie par ceux qui n’ont rien le droit de faire et induite par le sujet est contrebalancée par des illustrations aux couleurs extrêmement vives et joyeuses et des personnages très divers, parfois même avec des particularités rigolotes ou inattendues qui nous rendent ces enfants aussi attendrissants que réalistes. Un album tout en subtilité.

Ceux qui décident, Lisen Adbage, traduit par Marianne Ségol-Samoy (L’étagère du bas)
disponible depuis le 7 janvier 2021
9782490253302 – 14€
à partir de 5 ans
Son
0

Aux origines…

Non, nous ne remonterons pas aux origines de Noël alors qu’il ne vous reste que quelques jours pour choisir quels livres mettre sous le sapin. 🎄 Mais peut-être serez-vous tentés par ces albums tendres et drôles qui vous feront découvrir la vérité sur les fantômes ou la création d’une drôle de bête qui ressemble à l’être humain…

La vérité sur les fantômes

On raconte beaucoup de choses sur les fantômes…et vous avez sans doute vous-même plein d’idées sur la question ! Mais tout ce que vous croyez est loin d’être vrai comme va nous le raconter ce petit fantôme qui lève le voile sur les mystères qui les entourent. Ainsi, contrairement aux idées reçues, les fantômes ne portent pas que du blanc, adorent faire peur mais ont parfois la pétoche eux aussi, peuvent être tristes, aimer la glace à la fraise, sortir pique-niquer quand il fait beau ou regarder un film par temps de pluie…

Ne seraient-ils pas comme nous, ces fantômes, finalement ? Lisa Blumen nous offre un album frais et malicieux qui joue avec les mots et les attributs du mythe fantomatique. On avait adoré découvrir son style dans Trafic à la fosse aux griffes (Kilowatt, 2017), quel plaisir de retrouver son dessin tout en rondeurs, au feutre et au crayon de couleurs. Ses petits fantômes aux jambes qui dépassent de sous les draps sont drôles, farceurs, rêveurs, mélancoliques, trouillards et surtout véritablement vivants ! On se laisse embarquer dans ce jeu de cache-cache qui brouille la frontière entre le réel et l’imaginaire pour se terminer sur une résolution finale qui donne la clé du mystère…ou bien l’épaissit encore plus ? Un album tendre et amusant !

La vérité sur les fantômes, Lisa Blumen (Le rouergue)
disponible depuis le 28 octobre 2020
9782812621215 – 16€
à partir de 5 ans

Une drôle de bête

Il y a longtemps, si longtemps que personne ne s’en souvient, le Dabba d’en haut et son frère le Dabba d’en bas, qui créèrent le ciel et la terre et toutes les créatures qui y vivent, eurent l’idée d’une toute nouvelle bête. Une fois créée avec une poignée de terre et l’eau du marigot, les deux Dabba demandent aux autres créatures qui existent déjà ce qu’elles en pensent. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas bien convaincus par cette drôle de bête : pas assez de poils, pas de griffes ou de cornes, bref, rien ne va…

Dans cette histoire qui revisite le mythe des frères Prométhée et Epiméthée, Martine Laffon, qui n’en est pas à sa première exploration de la mythologie, nous raconte avec beaucoup d’humour et d’intelligence la naissance de l’Homme. Et si le texte était déjà truculent en lui-même, on glousse d’autant plus avec les illustrations hilarantes de Delphine Durand, qui nous régale encore une fois de créatures tantôt réalistes, tantôt loufoques mais aux airs toujours ahuris, grognons ou rieurs. Les Dabba ont une allure improbable, tout comme cet Om qui ne semble pas bien mesurer la chance qui lui est offerte, mais leur envie de réussir cette nouvelle bête est aussi attendrissante que touchante. Un album malicieux et foisonnant, des créatures attachantes, pour un conte des origines qui ne cesse de nous fasciner : une réussite !

Une drôle de bête, Martine Laffon, illustré par Delphine Durand (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782369021308 – 17€
à partir de 4 ans
Son
0

Un peu de philosophie

Il n’est jamais trop tôt pour se poser des questions sur soi, sur les autres ou sur ce qui nous entoure. Avec nos deux albums du jour, vous allez avoir matière à vous interroger, à observer et à contempler…

Parfois, on a l’impression qu’il ne se passe rien…

Un enfant entre dans un parc, promenant son chien. L’employé municipal balaye les feuilles mortes. Un couple d’amoureux se dispute. Une vieille dame nourrit les pigeons. Parfois, on dirait qu’il ne se passe rien, et que le temps passe, tout simplement… Jusqu’à ce que le chien se lance à la poursuite des pigeons, entraînant tout un tas de petites catastrophes… Et voilà qu’il se passe plein de petits riens !

Voilà un bel album pour s’intéresser au temps qui passe, ou qui ne passe pas, à ces instants où l’on s’assoit tout simplement sur un banc pour observer autour de soi : les gens, la nature et tout ce qui se passe devant nous. Comme cet enfant assis sur son banc, son chien couché à ses pieds, on se laisse entraîner par ces petites scènes de vie quotidienne, on s’interroge sur ces « petits riens » qui s’invitent à nous pour disparaître aussi vite, ou qui nous marqueront durablement. Comme le seront peut-être tous ces petits riens provoqués par le chien qui s’enfuit, petite tornade dans ce parc tranquille, qui amèneront l’enfant et la vieille dame à se parler et à partager ensemble un petit rien qui deviendra précieux. Le texte poétique et philosophique de Simon Priem nous invite à ralentir, à nous poser comme cet enfant et cette vieille dame et à regarder, à nous souvenir et à savourer tous ces petits riens qui font la vie. Avec ses magnifiques peintures à l’huile, Stéphane Poulin accompagne la douceur de ce texte et lui apporte également beaucoup d’humour grâce aux situations provoquées par la fuite de ce chien et à des personnages amusants et vivants. Une très belle manière de rappeler l’importance de toutes ces petites choses apparemment sans importance qui sont parfois de jolis souvenirs, de belles rencontres et des moments précieux.

Parfois, on a l’impression qu’il ne se passe rien…, Simon Priem, illustré par Stéphane Poulin (Sarbacane)
disponible depuis le 4 novembre 2020
9782377314621 – 15,90€
à partir de 5 ans

Le cadeau

A la veille de Noël, le père de Xiong lui offre une sortie au musée. Voilà un cadeau qui ne l’enthousiasme pas du tout : Xiong déteste les musées et ne comprend rien aux œuvres d’art. Mais peu à peu, le garçon découvre tout ce qui fait la richesse des musées et tout ce qu’il observe du comportement des autres visiteurs l’interroge sur l’art et le rapport que l’on entretient avec…

Quel album insolite ! A travers le regard enfantin de Xiong, Page Tsou évoque avec beaucoup de tendresse et d’intelligence notre rapport à l’art et aux musées. Quel enfant – ou même adulte – n’a jamais été comme Xiong, traînant des pieds pour aller au musée, décidant qu’il n’y comprenait rien avant même d’avoir vu quoi que ce soit ? Ainsi l’enfant découvre-t-il que les œuvres peuvent avoir tout autant de significations que ceux qui les observent, que certains visiteurs peuvent être subjugués par tout autre chose que les tableaux au mur, ou encore qu’on n’est pas obligé de tout comprendre. Cette expérience intime et philosophique lui permet ainsi de changer son regard, d’accepter d’être touché par ce qu’il voit ou ce qu’il comprend et de laisser ses préjugés derrière lui. Et Le cadeau est également une véritable expérience graphique. Photographie, dessin et collage numérique forment des images étonnantes, à la saveur très vintage, qui servent admirablement le propos et apportent également pas mal d’humour. Un album sensible et atypique pour faire l’expérience de l’art. A découvrir !

Le cadeau, Page Tsou, traduit par Chun-Liang Yeh (HongFei)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782355581755 – 15,90€
à partir de 6 ans
Son
0

Quand vient la nuit

La nuit, il se passe parfois de drôles de choses. C’est justement ce que nous allons voir dans ces deux magnifiques albums à mettre sous le sapin ! Vous n’avez plus qu’à vous laisser porter par ces nuits pleines de magie…

Ööfrreut la chouette

Voilà deux ans qu’Ööfrreut observe cette petite fille qui vit la nuit, qui passe ses journées seules et s’aventure sans peur dans la forêt à la nuit tombée. Intriguée et curieuse, la chouette se laisse peu à peu approcher par la petite fille et, lorsque cette dernière est en difficulté, Ööfrreut n’hésite pas à lui venir en aide.

Histoire d’une amitié étonnante entre une petite fille et une chouette, Cécile Roumiguière nous offre également un magnifique hymne à la nature. Racontée du point de vue de l’oiseau, on y découvre ainsi certains comportements propres à l’espèce qui, mis en parallèle avec ceux des humains, nous interpellent, nous attendrissent ou nous font doucement sourire. La solitude vécue par ces deux personnages, qui va les rapprocher et se transformer en amitié, est d’une incroyable tendresse et montre toute la compréhension qui peut exister entre l’humain et l’animal dans ces nuits au cœur de la forêt. Les illustrations de Clémence Monnet, à l’aquarelle et aux crayons de couleur, illuminent l’histoire ! On est tout de suite emportés, tout de suite subjugués par ses couleurs, ses décors de nature foisonnante et merveilleuse et ses personnages si vivants. Moi qui suis une grande fan de chouettes, son Ööffreut est absolument superbe ! ❤️ Un album fascinant, sensible et poétique et une très belle histoire d’amitié entre une petite fille aventureuse et respectueuse de la nature et une chouette protectrice et bienveillante.

Ööfrreut la chouette, Cécile Roumiguière, illustré par Clémence Monnet (Seuil Jeunesse)
disponible depuis le 17 septembre 2020
9791023512434 – 13,50€
à partir de 5 ans

La nuit de la fête foraine

Dans un grand pré s’installe, sous les yeux des animaux de la forêt, une fête foraine. Alors que la nuit tombe et que les humains rentrent chez eux après cette folle journée à s’amuser, les animaux s’approchent et, peu à peu, montent dans les manèges, se laissent tenter par les friandises et s’enivrent de cette atmosphère de fête ! Mais bientôt, le jour se lève, et les animaux doivent regagner leur forêt…

Quel magnifique album pour s’évader, s’imprégner de moments de magie et rêver de fêtes et de gourmandises. Comme tous ces animaux, on aimerait bien, nous aussi, s’offrir cette parenthèse enchantée, se régaler de barbe-à-papa et tournoyer dans des manèges à nous faire dresser les poils ! C’est sans texte que l’histoire de cette fête foraine se déroule, que les animaux prennent possession du lieu, reproduisent les gestes des humains, et se laissent entraîner par cet esprit d’insouciance et de magie de la fête. Les sublimes illustrations de Mariachiara Di Giorgio (qui nous avait déjà conquises avec Profession crocodile) invitent à s’immerger dans cet univers festif, à s’arrêter sur chaque détail, à observer chaque animal et à s’amuser de toutes ces petites choses cocasses ou attendrissantes que l’on découvre en s’attardant. Puis il faut s’en aller, ranger avant que les humains n’arrivent, disparaître dans la brume, terminer de s’amuser un peu avant d’aller se coucher et de retrouver le cours « normal » des choses. Un album magique et joyeux, comme un joli secret à partager et sur lequel on prend énormément de plaisir à revenir, pour vivre et revivre ce moment unique et hors du temps.

La nuit de la fête foraine, Gideon Sterer, illustré par Mariachiara Di Giorgio (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782369021285 – 15,50€
à partir de 4 ans
Son
0

J’ai vu un magnifique oiseau – Michal Skibiński et Ala Bankroft

1939. Michal a huit ans. Pour pouvoir passer dans la classe supérieure et progresser dans son orthographe, son instituteur lui demande de tenir un cahier dans lequel il doit écrire chaque jour une nouvelle phrase. Ce qu’il vit, ce qu’il voit, ou ce qu’il ressent. Pendant ses deux mois de vacances, Michal notera consciencieusement toutes les choses qui lui sont arrivées.

Véritable cahier d’écolier tenu par l’auteur quand il était enfant, J’ai vu un magnifique oiseau est un témoignage fort de l’entrée dans la Seconde Guerre mondiale du point de vue d’un enfant. Tout le cahier de Michal Skibiński ne figure pas dans le livre, comme en témoigne le fac-similé de quelques pages du cahier original à la fin de l’album, mais permet de se rendre compte du changement progressif de la vie du petit garçon, d’abord très insouciante, faite des petites joies quotidiennes puis soumise à l’invasion allemande et à la guerre qui débute, accaparant toute son attention et sans doute sa peur.

Chaque phrase du cahier de Michal est accompagnée d’une illustration en double-page. Et quel magnifique travail que celui d’Ala Bankroft, qui nous propose des peintures impressionnistes à couper le souffle ! Malgré toutes les personnes de l’entourage ou de la famille citées par l’auteur dans son cahier, l’illustratrice a pris le parti de ne jamais représenter de personnages et nous offre uniquement les décors, les objets, les paysages qui rythment la vie estivale de notre petit écolier. Elle donne ainsi à voir tout ce que Michal ne dit pas de son environnement, tout ce que notre imaginaire peut offrir en lisant ses quelques phrases d’enfant, et accompagne de ses couleurs et ambiances la progression de l’histoire. Ainsi les peintures du début de l’album sont-elles ensoleillées et verdoyantes avant que la guerre ne vienne assombrir les ciels et les paysages. Une vision d’artiste superbe qui accompagne à merveille l’apparente naïveté de ce cahier d’écolier. Un album sensible et délicat, magnifique témoignage du basculement de l’insouciance à l’horreur de la guerre. Indispensable !

J’ai vu un magnifique oiseau, Michal Skibiński, illustré par Ala Bankroft, traduit par Lydia Waleryszak (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 16 septembre 2020
9782226451231 – 14,50€
à partir de 6 ans
Galerie
0

La princesse sans bouche – Florence Dutruc-Rosset et Julie Rouvière

Dans un beau château de conte de fée vivait une petite princesse, elle avait bon coeur et aimait courir après les papillons. La princesse était très heureuse et vivait avec le roi et la reine. Sauf qu’un soir le roi, son père, entra dans sa chambre et commit l’irréparable, l’innommable… Il la toucha comme si elle était sa femme, ce qui est interdit à tous les papas de la Terre. Incapable de partager ce qu’il s’était passé, la princesse en perdit son sourire et sa bouche.

Dans la droite lignée de Peau d’Âne, cet album aborde le thème de l’inceste grâce à la forme du conte initiatique. La petite princesse va rencontrer des personnages emblématiques du monde des contes comme le chasseur ou une dame magique. Elle fera surtout une belle rencontre avec une biche blessée dont elle va s’occuper avec beaucoup de douceur… Une belle image de sa propre blessure. Deux pages à la fin de l’album expliquent les symboles derrière les personnages que l’on peut retrouver dans la réalité et donnent des ressources et des pistes pour trouver de l’aide.

L’autrice à travers ce texte très abordable montre que chaque enfant peut renaître à la vie après avoir traversé les plus sombres drames et que la reconstruction passera par la parole. Les illustrations sont très proches du monde des dessins animés Disney avec des scènes émouvantes mais également douces et oniriques, permettant une approche plus facile avec les enfants. Car oui il faut en parler tôt ! Les chiffres sont malheureusement terrifiants : 1 fille sur 5 et 1 garçon sur 13 sont victimes de violences sexuelles (source OMS) et 80% des violences sexuelles, pour les enfants de moins de 10 ans, sont faites dans un contexte familiale et proche.

Thématique difficile que l’inceste (et encore peu abordée en littérature jeunesse) mais qu’il est admirable d’en parler avec le conte, cette forme si propre à parler des violences. La princesse sans bouche est, au-delà d’un beau support pour discuter d’inceste, une belle histoire poétique de reconstruction.

La princesse sans bouche, Florence Dutruc-Rosset, illustré par Julie Rouvière (Bayard)
collection Albums découvertes
disponible depuis le 4 novembre 2020
9791036315497 – 13,90€
à partir de 5 ans
Galerie
0

Avec le monstre du placard, ça déménage ! – Antoine Dole et Bruno Salamone

Voilà déjà un moment que le monstre a élu domicile dans le placard de la chambre et il serait temps qu’il déménage… Il a tellement pris ses aises que le petit garçon ne peut plus ranger ses affaires ! Il faudrait le reloger, mais où ? Ensemble, le monstre du placard et le garçon vont chercher, tester des endroits improbables pour trouver un nouvel habitat à cette grosse boule de poil ! Le sac à main de maman ? C’est pas bête, on y trouve des bonbons ! Mais il est trop encombré. Le journal intime de la grande sœur ? Impossible le monstre va être contaminé par une bisoutite aigüe et va vouloir faire plein de bisous ! Beurk ! Pas facile de trouver une nouvelle planque !

Amusantes, inconfortables, enfantines, les possibles cachettes du monstre du placard feront rire les enfants (et les adultes !). A chaque double page, c’est une nouvelle combine que l’on découvre pour notre plus grand plaisir. Cet album est la troisième histoire où l’on peut retrouver ce montre toujours aussi espiègle et tendre. En effet, ce duo d’artiste avait déjà dévoilé auparavant dans deux albums que Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver ! et nous avait appris Comment élever le monstre du placard. Nul besoin d’avoir lu les albums précédents, même si le jeune lecteur aura certainement envie de découvrir comment le monstre s’est retrouvé dans le placard !

Les illustrations au trait griffonné de Bruno Salamone proposent un monstre, imposant certes, mais tellement adorable que l’on a envie de l’avoir en peluche ! Des mini-monstres se cachent un peu partout dans les dessins pour le plus grand plaisir des enfants qui adoreront les dénicher. Loin des monstres terrifiants, comme ceux que peuvent souvent imaginer les enfants sous leurs lits, ce monstre de chambre est le compagnon de jeu parfait, l’ami imaginaire idéal pour faire des bêtises !

Un album qui dédramatise la peur du monstre avec le rire, Antoine Dole arrive à mêler avec justesse le quotidien des enfants et leur imaginaire débordant. On en redemande !

Avec le monstre du placard, ça déménage !, Antoine Dole, illustré par Bruno Salamone (Actes Sud Junior)
disponible depuis le 21 octobre 2020
97823301409841 – 15,90€
à partir de 3 ans
Son
0

Nuit étoilée – Jimmy Liao

Une jeune fille se sent seule, chez elle où ses parents n’ont aucune minute à lui consacrer, et à l’école où elle se fait harceler par d’autres filles. Jusqu’au jour où un nouvel élève arrive dans sa classe. Leurs solitudes respectives vont les rapprocher et tous les deux vont décider un jour de fuguer dans la forêt où ils espèrent trouver la liberté…

Quel album singulier que cette Nuit étoilée ! Dans cette histoire magnifique, Jimmy Liao évoque la solitude de la fin de l’enfance, du passage à l’adolescence, le fossé qui se creuse entre des parents et un enfant, la difficulté de grandir quand il n’y a personne pour vous regarder faire, ou quand au contraire tout le monde se ligue contre vous. La rencontre entre cette jeune fille, héroïne de l’histoire, et ce garçon qui se ressemblent sur de nombreux points et notamment leur rapport à la solitude, sera le point de départ de la possibilité d’un espoir, d’une vie en pleine nature, la tête levée vers les étoiles. Pourtant, il faudra bien revenir et qui sait ce qui se passera au retour ?

Jimmy Liao dresse un portrait sensible, familier et enfantin de cette adolescence complexe dans une narration surprenante et éclatée, comme peuvent l’être les réflexions des enfants et des adolescents. Mais ce qui nous fascine surtout dans cet album, ce sont ses images. Des peintures d’une exceptionnelle beauté, sur lesquelles on s’attarde pour en saisir tous les détails, toutes les nuances et les nombreuses références à la peinture et à l’art qui y sont faites (notamment à Magritte et à Van Gogh, qui donne son titre à l’album). Des images fascinantes, qui nous émerveillent et nous touchent par leur sincérité, leur intemporalité, et leur puissance d’évocation. Vous ne serez assurément pas bouleversés par les mêmes peintures que Bob et inversement et c’est ce qui fait toute la richesse de cet album étonnant, émouvant et surtout plein d’espoir. ❤

Nuit étoilée, Jimmy Liao, traduit par Chun-Liang Yeh (HongFei)
disponible depuis le 20 août 2020
9782355581731 – 19,90€
à partir de 8 ans
Son
0

Le chapeau rouge – Rachel Stubbs

Un grand-père offre à sa petite-fille son chapeau. Un beau chapeau rouge, bien grand et large, qui pourra l’accompagner partout où elle voudra aller, la protègera autant du soleil que des intempéries, lui permettra de se fondre dans la masse comme de ressortir du lot. Bref, tout est possible avec ce chapeau rouge, jusqu’à raconter à son grand-père les merveilleuses aventures que l’on aura vécu avec…

Vous ne pensiez pas qu’il était possible de vivre tant de choses avec un accessoire de mode somme toute très banal ? Et pourtant ! Notre petite héroïne, poussée par son grand-père qui va lui montrer toutes les possibilités offertes par ce chapeau qu’il lui offre, va se lancer dans des aventures à travers le globe et vivre par elle-même tout ce que lui promet ce cadeau. Une façon, peut-être, de perpétuer cet héritage laissé par ce grand-père aussi affectueux qu’encourageant. Car il est évidemment question ici de transmission, à la fois d’un objet mais également de toutes les expériences de ce grand-père, de tout ce qu’il a pu vivre lui-même avec ce chapeau rouge.

Le texte de Rachel Stubbs est tout en simplicité et en tendresse, son rythme est en parfaite adéquation avec les illustrations mêlant crayons de couleur et digital. Du noir et des variances de bleu et de rouge confèrent à l’ensemble une ambiance toute particulière : entre des doubles aux détails foisonnants et d’autres plus épurées, on oscille entre les moments de partage entre le grand-père et sa petite-fille et ceux de leurs aventures, de leur imaginaire. Un album doux et sensible sur la transmission, et les moments inoubliables vécus par un grand-père avec sa petite-fille. C’est vraiment très beau !

Le chapeau rouge, Rachel Stubbs, traduit par Emmanuelle Beulque (Sarbacane)
disponible depuis le 2 septembre 2020
9782377314454 – 14,90€
à partir de 3 ans
Galerie
0

Ours et les choses – Andrée Prigent

Tous les matins Ours regarde le ciel, heureux et souriant. Il a belle allure. Mais un jour, il trouve une carriole et décide de la remplir. Il se baisse tous les jours suivants pour y entasser les objets qu’il trouve par terre, mais ce n’est jamais assez pour lui. Au fil des jours, à force de s’incliner, son dos se courbe de plus en plus. Il est si courbé qu’on dirait qu’il a des soucis. Jusqu’au jour où la carriole craque !

Une très belle fable pour les jeunes enfants sur la surconsommation aveuglante, le matérialisme, il n’est jamais trop tôt pour discuter de ce sujet écologique. Ours et les choses est une histoire très poétique et joyeuse en même temps. L’autrice a écrit ce texte avec beaucoup de simplicité et montre aux enfants qu’il faut parfois ouvrir les yeux en grand et découvrir le monde.

Andrée Prigent a entièrement réalisé cet album en linogravure, un travail magistral qui allie force et délicatesse. Chaque page est un tableau expressif, imprimé en deux couleurs, un bleu profond et un orange chatoyant, permettant ainsi d’entrer de plain-pied dans l’histoire. Le lecteur, grâce aux cadrages, aura presque l’impression d’être dans la carriole et de suivre l’ours (qui a des expressions adorables!) au fur et à mesure de son rapetissement.

Un album qui n’est ni moralisateur ni donneur de leçon, qui raconte avec simplicité l’importance de ne pas agglomérer des objets pour le plaisir d’avoir. Ours nous montre que parfois, il faut simplement lever les yeux de notre nombril pour voir à quel point le monde est beau.

Ours et les choses, Andrée Prigent(Didier Jeunesse)
collection Hors Collection
disponible le 23 septembre 2020
9782278097937 – 13,90€
à partir de 3 ans