Son
0

Le voleur de drap – Elodie Bouédec

Un petit garçon dort profondément, jusqu’à ce que son drap lui glisse des jambes et le réveille en frissonnant ! Quelle surprise de découvrir alors un petit fantôme qui le lui a piqué. Celui-ci s’est perdu en allant à la blanchisserie et, désormais, il ne sait plus comment rejoindre ses compagnons pour se rendre dans l’Envermonde. Le petit garçon pourra-t-il l’aider ?

D’abord réticent, ce petit garçon réveillé subitement dans la nuit va se laisser embarquer par le petit fantôme et tenter de lui venir en aide. Pour cela, il va essayer de se rappeler tous les endroits où l’on sait qu’il peut y avoir des fantômes : cimetières, manoirs mystérieux et probablement hantés, fêtes foraines endormies ou encore bois sombres… Mais nos deux compères font chou blanc et, bientôt, pointe le lever du jour, désespérant le fantôme et faisant craindre au petit garçon que ses parents ne s’inquiètent. Le petit fantôme finira-t-il par rejoindre ses amis et l’Envermonde ?

Une histoire d’amitié singulière sur fond de fantastique pour une nuit magique et hors du temps, voilà ce que nous réserve cet album d’Elodie Bouédec, non sans rappeler quelques histoires classiques de la littérature jeunesse. Ce sont surtout les illustrations qui nous interpellent et nous happent, grâce à une technique plutôt unique : le sable ! Déjà repérée avec Dans mon petit monde (chez le même éditeur, sur un texte de Sandrine Bonini), Elodie Bouédec crée des images avec du sable qu’elle teinte, photographie puis retravaille à l’ordinateur, leur donnant ainsi un grain (haha) tout particulier. Ici, dans des compositions oscillant entre l’album et la bande dessinée, ses images délicates et lumineuses dégagent une atmosphère aussi douce et mystérieuse qu’un rêve, en parfaite adéquation avec le sujet du livre. Une quête nocturne réussie !

Le voleur de drap, Elodie Bouédec (Grasset-Jeunesse)
disponible depuis le 19 octobre 2022
9782246830122 – 17,50€
à partir de 5 ans
Galerie
0

101 façons de lire tout le temps – Timothée de Fombelle et Benjamin Chaud

Avertissement : Les 101 façons de lire tout le temps est un ouvrage dont les postures acrobatiques ne peuvent être reproduites par les adultes que sous la surveillance d’un enfant. Timothée de Fombelle et Benjamin Chaud, deux grands noms de la littérature jeunesse, ont joint leurs talents pour nous offrir un hymne à la lecture.

Après les droits imprescriptibles du lecteur (le droit de ne pas lire, de sauter des pages, etc) de Daniel Pennac que l’on peut retrouver dans le livre Comme un Roman. Il était temps que les lecteurs puissent retrouver leurs positions favorites et farfelues dans un recueil ! Le peuple des lecteurs a enfin sa Bible ! Timothée de Fombelle, tel un scientifique aguerri à scrupuleusement noté, collectionné, étudié, les positions des enfants qui lisent. Comment les plus passionnés d’entre nous arrivent à glisser de la lecture partout ? Qui ne s’est pas retrouver, alors qu’il était plongé dans un livre, dans une position biscornue ? Comme si notre corps, pour supporter l’excitation de l’ouvrage, devait faire de la gymnastique !

Cette magnifique galerie de personnages est un délice à découvrir grâce aux illustrations de Benjamin Chaud qui arrive en quelques traits à donner vie à chaque lecteur : l’escargot qui ne se presse pas en lisant aux toilettes, la poule mouillée qui lit en bloquant la porte de sa chambre la nuit, la linotte qui rate sa station… Des lecteurs que l’on a vu, reconnu et que nous sommes…

Mais peut-être que parmi vous cher lecteurs, certains lisent peu et sont tombés sur cette chronique par curiosité ou découvriront cet ouvrage en librairie. Quelle serait votre position favorite en lisant une BD ? Un roman d’amour ou d’aventure ? Peut-être que ce livre sera une invitation à découvrir la gymnastique de la lecture ? Quelle est donc cette magie que l’on retrouve dans tous les portraits ? Où sommes-nous quand nous lisons ? Un album à lire dans toutes les positions, pour tous les âges, pour tous les lecteurs ou futurs lecteurs (mêmes les moins souples !).

101 façons de lire tout le temps, Timothée de Fombelle, illustré par Benjamin Chaud (Gallimard jeunesse)
disponible à partir du 3 novembre 2022
9782075176491 – 19,50 €
à partir de 6 ans
Galerie
0

L’amie de papa – Angela Portella et Léa Mazé

Une petite fille s’impatiente, ce soir l’amie de papa va venir ! Elle a hâte de l’accueillir et surtout elle aimerait qu’elle reste ! Elle va chercher toutes les excuses pour la faire rester. La petite fille range bien sa chambre, se coiffe et dès l’arrivée de l’amie de papa, elle lui montre ses dessins, lui raconte quantité de choses pour l’accaparer et retarder l’heure de la séparation…

Au départ, je pensais que cet album parlerait de l’envie de certains enfants de voir leurs parents retrouver l’amour, tomber amoureux. Un besoin urgent des enfants que leur parent ne soit pas seul, de faire comme tous les couples et d’être deux. « Je veux tellement qu’ils soient amoureux dit-elle ». C’est ce que j’imaginais. Mais j’avais tort.

Cette histoire va au delà. Cet album tendre et puissant, parle de la séparation des parents, vécue à travers les yeux de cette petite-fille, du désir profond de remettre ses parents ensemble. Le texte est délicat, tendre, ciselé et d’une justesse comme j’ai rarement vu sur ce sujet.

L’album est porté par les sublimes illustrations de Léa Mazé qui traitent ce sujet avec finesse et sensibilité. Une petite fée apparaît dès les gardes de l’album et suit la petite fille, comme un prolongement d’elle-même. Elle est très expressive, elle va refléter l’état émotionnel de l’enfant tout au long de l’histoire. Les couleurs sont subtiles, un camaïeu de bleu, un orange doux mettent en avant les détails accrocheurs.

Un album à mettre entre toutes les mains des enfants séparés (et les autres aussi). Il est tendre et subtil. 32 pages de tendresse. 32 pages d’amour. Certes cet album n’aidera pas à apaiser la douleur de la séparation mais il permettra d’ouvrir des très belles conversations, de montrer à tous les enfants de parents séparés qu’ils ont un rêve en commun, irréalisable, certainement, mais bien réel. Une ribambelle de sentiments font leur apparition : l’excitation, le doute, la manipulation… pour obtenir ce que la petite fille souhaite. Vous l’aurez compris : un sans-faute pour Lisette !

L’amie de papa, Angela Portella, illustré par Léa Mazé (Little Urban)
disponible depuis le 23 septembre
9782374081625 – 14.50€
à partir de 4 ans
Galerie
0

Le concours de cabanes – Camille Garoche

Chers membres du jury, la finale du concours de cabane est là ! Une grue globe-trotteuse nous convie à découvrir les cabanes concoctées par les enfants du monde entier. Elle plie ses bagages : des jumelles pour bien observer les détails (très utile), de la crème solaire spéciale plume (car nous allons voyager loin), de la nourriture et c’est parti pour un sacré voyage.

Il fallait bien un très grand album de 40 pages pour mettre tous les détails croustillants que l’autrice et illustratrice Camille Garoche nous offre. Ouvrez grand les yeux ! Elle a fait un livre avec tout ce que les enfants aiment : des cabanes, des arbres, des animaux, des goûters et fourmillant de détails. Les lecteurs sont conviés à un voyage fascinant où tous les enfants rivalisent d’ingéniosité pour imaginer la plus incroyable des cabanes. D’arbre en arbre, notre guide nous dévoile des arbres extraordinaires : camphrier, cyprès, cèdre du Liban… Les arbres deviennent de véritables palais architecturaux, notre seule envie est de grimper à notre tour pour lire et goûter.

Un très bel album pour rêver, observer et s’instruire. À noter que les enfants sont invités à voter en fin d’album pour leurs cabanes préférées ou à envoyer le dessin de leur cabane rêvée. N’hésitez donc pas à participer. Je suis curieuse de savoir quelle cabane va gagner ! Lisette va dessiner une cabane dans un sapin de Noël, parce que bon c’est la cachette idéale pour boire un chocolat chaud et manger des biscuits à la cannelle (non c’est pas la saison mais Lisette s’en moque).

Le concours de cabanes, Camille Garoche (Little Urban)
disponible depuis le 6 mai 2022
9782374084190 – 15,90€
à partir de 4 ans
Galerie
0

Puffy et Brunilde, t1. Soupirs magiques – Barbara Cantini

Puffy est un petit chat noir, dodu, à la pointe de la queue blanche. Jusque là, rien de spécial. Mais quand Puffy, en proie à une désir, soupire… il lui arrive des choses très étranges ! Mais le temps passe et Puffy n’est adopté par aucun humain. Il décide alors de quitter son panier pour trouver sa voie.

De l’autre côté, nous avons Brunidle. Une jeune apprentie sorcière qui n’attend qu’une chose : l’apparition de son chat, le compagnon indispensable pour son premier vol sur une balais. Même si vous l’aurez deviné (rien qu’au titre de cet album) nos deux personnages vont se retrouver mais vous serez surpris de l’aspect inattendu que va prendre cette aventure ! Le scénario est jubilatoire, le texte est travaillé, cet album sera je l’espère le premier d’une longue série.

Barbara Cantini nous offre un album tendre, drôle et ensorcelant qui ravira les enfants et les plus grand ! Avec ses crayons et son style inimitable, Brunilde et Puffy prennent vie dans un tourbillon de couleurs et d’espièglerie. Les illustrations fourmillent de détails surtout lorsque l’on découvre la vie de la sorcière Brunilde : potions, livres magiques, mixture… vous prendrez plaisir à décortiquer sa maison. Un album à découvrir pour mettre un peu de magie dans sa vie !

Puffy et Brunilde, t1. Soupirs magiques,Barbara Cantini, traduit par Béatrice Didiot (Albin Michel jeunesse)
disponible depuis le 2 mars 2022
9788804731856 – 12,90€
à partir de 6 ans
Galerie
0

Une vieille histoire – Susie Morgenstern et Serge Bloch

« Mémé, est-ce que tu aimerais être jeune encore une fois ? Elle n’a pas besoin de réfléchir pour répondre. Sans aucune hésitation, elle dit : Non, j’ai eu mon tour d’être jeune et maintenant c’est mon tour d’être vieille. J’ai eu ma part de gâteau et mon ventre est plein. » C’est l’histoire d’une petite vieille, si occupée toute sa vie qu’elle n’a pas vu le temps passer.

Hey toi ! Oui toi qui me lis. Tu connais l’histoire de la vieille dame ? Mais si. La vieille dame qui prend TOUT son temps aux courses, qui paye avec des pièces de 10 centimes en prenant son temps… Celle que tu as vu passer devant toi en soufflant, avec des gestes lents. La vielle dame qui t’a impatienté dirons-nous poliment. Une vieille histoire c’est le récit de cette grand-mère.

« Elle voit sa peau fripée. Elle sent ses os fragiles, ses muscles épuisés. Jeune, elle pouvait cacher sa mauvaise humeur avec son rouge à lèvres, son fond de teint, sa belle robe ; mais maintenant, elle est contente de montrer son visage décoré de milles histoires, cent milles poèmes, cinq cent mille soucis et une bonne poignée de plaisanterie. »

L’album alterne entre des illustrations du présent et des souvenirs. Le présent de Mémé il est surtout composé de bribes du passé. Ses rêveries l’emportent dans les prémices de son premier amour, sa joie d’avoir construit une famille, les souvenirs de guerre. Serge Bloch (que l’on connaît pour la série Max et Lili) alterne des pages en noir et blanc et d’autres en couleurs. Comme si le passé et le présent se mélangeaient, comme si quand on vieillissait, en réalité le présent était essentiellement composé de fantômes. Les illustrations sont douces, simples, nostalgiques. Cette grand-mère, c’est peut-être la nôtre.

Susie Morgenstern invite avec une grande humanité et une belle dose d’amour à se pencher sur ce qui fait une vie. Elle parle certes de la vieillesse, du temps qui passe, de la nostalgie mais elle ouvre surtout un dialogue. Régulièrement des questions sont posées entre deux souvenirs au lecteur. Il est interpellé sans relâche : « Et toi, qu’est-ce qui est écrit sur ton visage ? As-tu déjà eu de mauvais jours ? Es-tu seul, des fois ? », tissant ainsi des liens forts, par-delà les générations. Ce qui nous relie surtout, ce sont les histoires, les émotions. Une manière de questionner les enfants sur la vie.

Attention cependant ici pas de regret, pas de « c’était mieux avant », la vie se fane, les couleurs s’éteignent doucement car c’est ainsi que va le monde. La vieille femme ne regrette pas sa jeunesse, elle parle avec tendresse de sa vie et nous rappelle la joie de vivre tout simplement.

Une vieille histoire, Susie Morgnestern, illustré par Serge Bloch (Sarbacane)
disponible depuis le 3 novembre 2021
9782377316502 – 13,90€
à partir de 6 ans
Galerie
0

Ma Grande – Sibylle Delacroix

Elise est très grande. Tout est grand chez elle : les mains, les pieds, les jambes, le coeur. Quand elle tombe, elle tombe de haut. La vie d’Elise se résume à sa grande taille. Pourtant, elle aimerait bien qu’on voit plus loin… Que les autres voient qu’elle est encore toute petite à l’intérieur.

Des histoires de géants, des potions magiques qui peuvent nous faire grandir, on peut en trouver facilement mais rares sont les albums qui parlent d’être grand en taille quand on est jeune. Elise, c’est la vie d’une enfant gênée par son gabarit, si grande que parfois elle ne peut pas rentrer dans la page, ni sur les photos de classe. Alors elle se baisse, devient bossue, pour se faire de plus en plus petite. Nous avons tous connus, je pense, un ou une élève plus grand.e que les autres qui se faisait surnommer girafe, asperge, à qui on demandait si elle n’allait pas attraper froid de là-haut, ou que sais-je encore comme idioties. Cet album est pour eux. Un album sur mesure !

Le terme Ma grande paraît pourtant un sobriquet doux, gentil, presque un compliment ! Tout le talent de cette histoire est de montrer avec délicatesse, millimètre par millimètre, que les mots sont forts, précieux et peuvent renforcer ou apaiser un complexe. Le côté aérien d’Elise, qui a la tête dans les nuages, est finement illustré dans des dessins aux crayons de couleurs dans des tons gris et rouge. Des illustrations très douces comme l’instinct d’Elise à s’effacer mais avec beaucoup de lumière.

Un album doux, sensible pour rappeler qu’une personne ne se résume pas à une distinction physique, que l’on n’est jamais trop ou pas assez.

Ma grande, Sibylle Delacroix (Mijade)
disponible depuis le 3 juin 2021
9782807701168- 12 €
à partir de 5 ans
Galerie
0

Des albums sourires pour cette rentrée

Au programme deux albums assez différents mais qui ont des valeurs communes : l’imagination et des illustrations malicieuses et enfantines !

Le livre des arbres & plantes qui restent à découvrir

Connaissez-vous le célèbre palmier à moustaches ? Le chaussettier appelé aussi le saule pleureur à chaussettes ? Non ? Et le malpolinier, cet arbre qui ne peut pas s’empêcher de vous tirer la langue dès que vous avez le dos tourné ? Si ces plantes ne vous sont pas familières, peut-être n’avez-vous pas ouvert assez grand les yeux lors de votre dernière balade en forêt…

Le grand, le fort, l’irrésistible Olivier Tallec nous offre pour la rentrée un imagier surréaliste célébrant la nature, mais surtout l’imaginaire, à travers des arbres et des plantes inventés, aux caractéristiques bien singulières : le peuplier-couverture, le pin brosse à dents ou encore l’arbre-glace. Cet album est une invitation pour les enfants à imaginer à leurs tours des arbres extraordinaires. Les dessins sont plein de malice et d’impertinence, c’est ludique et réjouissant à souhait.

Le livre des arbres & plantes qui restent à découvrir, Olivier Tallec (Actes Sud Junior)
disponible depuis le 1 septembre 2021
9782330154585 – 17€
à partir de 3 ans

Kate Moche

Kate subit les moqueries et se fait appeler Kate Moche à l’école. Les andouilles de la cour de récréation disent qu’elle n’est pas très maligne et maladroite. Pourtant elle s’en moque et garde toujours le sourire ! Quand Kate se regarde dans le miroir, elle voit beaucoup des choses incroyables dans son reflet…

Le texte d’Antoine Dole, écrit dans un style poétique, nous montre l’importance de s’aimer. Kate se voit comme une doctoresse dévouée pour ses jouets, une experte en guimauve, une sportive haut niveau… Kate est courageuse, charismatique, visonnaire ! Une belle histoire qui montre que le regard que l’on porte sur soi est beaucoup plus important que tous ce que les autres peuvent dire de nous ! Kate croit en elle. Elle croit en ses pouvoirs magiques et cette confiance laisse les « andouilles » de son école pantois. De nombreux enfants sont un jour confrontés à des remarques déplaisantes et la conclusion de ce livre est la meilleure qui soit : l’ignorance.

Habituée aux dessins humoristiques et colorés de Magali Le Huche, c’est toujours un plaisir que d’observer les détails des pages des métiers : une tasse éléphant, trois brigands cachés, des bonbons à croquer. Les illustrations se savourent à chaque page. La palette de couleur incarne parfaitement Kate, son imagination, sa confiance en soi et sa joie de vivre.

Simple et efficace, cet album pétillant est à recommander en cette rentrée pour rappeler que toutes les Kate de la terre peuvent devenir qui elles veulent !

Kate Moche, Antoine Dole, illustré par Magali Le Huche (Actes Sud Junior)
disponible depuis le 1 septembre 2021
9782330154561 – 14,90€
à partir de 6 ans
Galerie
0

Thomas – Martine Arpin et Claude K. Dubois

La maman de Thomas vient de mourir. Un trou a été creusé dans la terre pour elle. Un trou a aussi été creusé dans son coeur d’enfant. Un gros trou noir. Vide. Si sa maman avait été là, il lui aurait demandé comment remplir ce trou. Elle aurait su. Elle savait toujours. Mais elle n’est plus là. Comment réparer son coeur ?

Thomas va chercher à travers la ville, quelqu’un qui saurait réparer les coeurs brisés. Il va aller voir les commerçants dont sa maman lui parlait : la couturière aux doigts de fée, le médecin qui guérit tout… Comme un conte en randonnée, Thomas va d’adulte en adulte pour demander une solution, mais il n’existe pas de médicament pour le chagrin, ni de rapiéçage. La tristesse reste là, un vide, une absence qui l’entoure jusque dans les illustrations où la tristesse envahit le dessin. Thomas erre, il est seul dans cette ville inhabitée. Avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, Thomas raconte la tristesse qui nous entoure lorsque l’on perd un être cher. Une texte aussi délicat que les illustrations de Claude K.Dubois, dont on reconnaît immédiatement le crayonnée et ses teintes pastels beige, ocre, jaune.

A force de marcher dans la ville, Thomas va revenir chez lui, retrouver son père entouré de photos de sa maman. Et si la réponse pouvait venir de là ? Et si on pouvait remplir son coeur de souvenir ? Martine Arpin nous offre une douce fin avec un florilège de souvenirs poignants qui va apporter à Thomas de l’apaisement quand il comprendra que, pour remplir le trou qui s’est creusé dans son cœur, il peut y glisser « de petits morceaux de sa maman » , des souvenirs.

Un album émouvant, sensible pour aborder ce thème délicat et mettre des mots sur la mort et sur notre plus belle façon d’affronter la perte : la force des souvenirs. Un texte triste et beau, doux et fin, comme les illustrations. Thomas fait autant pleurer d’émotions que de beauté, il devient un de mes livres indispensables.

Thomas, Martine Arpin, illustré par Claude K.Dubois (Editions D’eux)
disponible depuis le 4 mars 2021
9782924645536 – 13,50€
à partir de 5 ans
Son
0

Bleu jardin – Clémence Sabbagh et Teresa Arroyo Corcobado

Bienvenue dans le jardin avec cette toute nouvelle collection à destination des tout-petits : « Couleurs jardin » ! Des cartonnés documentaires qui invitent à découvrir ce qui se cache dans nos jardins à partir d’une couleur. Pour ce Bleu jardin, c’est la mésange bleue que nous allons suivre alors qu’elle vient tout juste de se poser sur l’une des fleurs – bleue également – qui embellit le jardin. Et il va s’en passer des choses pour cette mésange, qui va rencontrer un compagnon puis installer son nid dans un arbre du jardin. Toutes les conditions sont ainsi idéalement rassemblées pour observer son comportement, ses habitudes alimentaires et tout ce qui fait la vie d’un oiseau.

Dans ce texte poétique raconté comme une histoire, Clémence Sabbagh interpelle également les enfants qui sont invités à participer s’ils le désirent : elle leur pose des questions, leur propose de suivre le vol de la mésange du doigt ou de l’aider à gratter l’écorce d’un arbre pour trouver de la nourriture. On se prête volontiers au jeu qui nous rapproche un peu plus de cet oiseau aussi familier qu’insaisissable.

Quant aux illustrations de Teresa Arroyo Corcobado, elles sont tout simplement sublimes ! Ses oiseaux sont dessinés avec une précision raffinée, les couleurs sont chatoyantes et les décors de jardin nous font bien rêver en ces temps de confinement !
Et pour inviter les enfants à prendre soin de la nature qui les entoure, une petite activité est proposée en fin d’album : fabriquer une guirlande gourmande pour les mésanges qui ont parfois du mal à trouver de quoi se nourrir en hiver. Une bien jolie manière de terminer cet album joyeux et interactif qui sent bon le printemps ! 🐦

Bleu jardin, Clémence Sabbagh, illustré par Teresa Arroyo Corcobado (Le diplodocus)
collection Couleurs jardin
disponible depuis le 2 avril 2021
9791094908211 – 11,90€
à partir de 2 ans