Galerie
0

L’été d’une autre – Katy Cannon

Cet été, Alice doit aller à Londres rencontrer sa nouvelle belle-mère et Willa part en Italie, chez la soeur de son père qu’elle ne connaît pas. Elles s’apprêtent à vivre chez des personnes qu’elles n’ont jamais rencontrées, à leur grand désespoir ! Alice et Willa ne se connaissent pas mais quand on les confond pour des jumelles à l’aéroport… elles ont une idée : pourquoi ne pas échanger leurs vies et se faire passer l’une pour l’autre ? La supercherie fonctionne et les voilà à passer l’été d’une autre !

En découvrant le résumé de l’histoire, impossible de ne pas penser au film des années 90 À nous quatre avec Lindsay Lohan (film qui était déjà la septième adaptation du roman Deux pour une d’Erich Kästner). Dans L’été d’une autre la ressemblance physique est ici purement fortuite. Si le point de départ a donc un effet de déjà-vu comme disent les anglais, la ressemblance s’arrête là.

D’un côté, nous avons Alice : grande lectrice, élève modèle, perfectionniste, évitant un maximum les conflits dont le père est parti faire des recherches sur le récif corallien.
De l’autre Willa, fille de deux acteurs très connus d’une série en vogue, elle adore le shopping et a une personnalité plutôt flamboyante. Elle sait ce qu’elle veut : aller à Londres faire un stage de théâtre. Tout oppose donc nos deux héroïnes sauf l’impression que leurs parents ont essayé de se débarrasser d’elles pendant l’été !

Loin d’être superficiel, même si le scénario est classique, ce roman nous partage une réflexion sur la famille : les familles de coeur, les familles recomposées, comment trouver sa place dans des moments difficiles comme le deuil, le divorce, un déménagement. Le tout dans une ambiance chaleureuse, feel-good avec beaucoup de fraîcheurs ! Fou rires, joie de vivre, tension, ce roman est un joyeux cocktail parfait pour une lecture estivale. C’est joyeux, touchant et on se prend vraiment au jeu !

L’été d’une autre, Katy Cannon (Milan)
disponible depuis le 9 juin 2021
97824080116364 – 13,90€
à partir de 12 ans
Galerie
0

La vie invisible d’Addie Larue – V. E. Schwab

Née en France à la fin du XVIIe siècle, Adeline Larue doit épouser un homme qu’elle n’aime pas. Elle sait qu’elle ne connaîtra aucune liberté. Juste un lit conjugal, puis un lit de mort, peut-être un lit de bébé entre les deux. Tétanisée à l’idée de mourir sans avoir vécue, elle prie les anciens dieux, une énième fois pour la sauver et lui permettre d’être libre. Sauf qu’elle n’a pas suivie le conseil de son amie qu’il l’avait averti : il ne faut jamais prier les dieux à la nuit tombée ! Le jour de son mariage, Adeline va formuler le voeu d’obtenir davantage de temps et de liberté en scellant un pacte. Mais si elle obtient le droit de vivre éternellement, de garder sa jeunesse, personne ne pourra plus jamais se souvenir d’elle. La voilà condamnée à traverser les âges, comme un fantôme.

Be careful what you wish for disent les anglais, que l’on pourrait traduire par Méfiez-vous de vos rêves, ils pourraient se réaliser ! Bien mal en a pris à Adeline qui se retrouve certes libre mais oubliée de tous ! Dès que son interlocuteur disparaît de sa vue, il l’oublie, elle ne peut ni écrire, ni raconter son histoire – de toute façon qui la croirait ? Cette malédiction lui interdit d’avoir un travail ou même un lieu à elle. Malgré cela, Addie va survivre, traverser les siècles, l’Histoire, aller de rencontres en rencontres, toujours éphémères à travers le monde entier. Jusqu’au jour où, après trois cents ans de vie sur Terre, un libraire de New-York va lui dire cinq mots qui vont faire basculer sa vie : Je me souviens de toi.

La vie invisible d’Addie Larue est un roman captivant, extraordinaire qui se dévore ! L’autrice, des séries à succès Cassidy Blake et Shades of Magic, nous offre un roman plus personnel et touchant. Véritable tour de force narratif, les chapitres oscillent entre le passé d’Addie et sa vie à New-York. Même si certains rebondissement se devinent facilement, il y a de très beaux retournements…notamment la fin, que j’ai trouvé digne du talent de l’autrice.

Addie est un personnage féminin fort et fascinant qui va au fil des années créer une relation avec le démon, ce dernier étant fasciné par sa proie. Suivre cette relation en pointillé est un pur plaisir. Le ténébreux est un personnage dangereusement irrésistible qui ne désire qu’une chose : qu’Addie capitule et lui donne son âme, fatiguée de cette longue vie solitaire. Tous les personnages, même très secondaires, laissent une empreinte sur l’héroïne mais aussi sur nous. L’objet livre rend justice au texte, puisque la couverture représentant Addie est recouverte d’une jaquette en calque la laissant apparaître en transparence. Une très belle mise en abime de la fatalité d’Addie à disparaître…

Au-delà de la référence au pacte faustien, ce roman nous partage une très beau récit sur la mémoire, la transmission et la création. Est-ce que notre vie a de la valeur si nous ne laissons pas de trace sur Terre ? Est-ce que l’Art n’est pas la trace ultime de l’immortalité ?

La vie invisible d’Addie Larue,V.E. Schwab(Lumen)
disponible le 3 juin 2021
9782371023048 – 17€
à partir de 16 ans
Galerie
0

Souvenirs de Marnie – Joan G. Robinson

Anna est envoyée par ses parents adoptifs dans un village côtier d’Angleterre chez un couple d’amis. Cette jeune orpheline renfermée, a toujours l’impression d’être en dehors du monde, différente et préférant rester seule à observer la nature, plutôt que de se lier d’amitié avec des enfants de son âge. En explorant les environs, elle découvre une vieille bâtisse au bord de l’eau, à la fenêtre, une jeune fille se fait brosser les cheveux. Rêve ? Réalité ? Anna va faire la rencontre de la mystérieuse Marnie et va nouer avec elle une étonnante amitié.

Souvenirs de Marnie  est un très beau texte qui nous fait naviguer sur la ligne du temps et de l’enfance avec une extrême douceur. Il nous rappelle le goût des jeux partagés, la magie de l’imagination mais aussi la solitude, les angoisses que l’on peut éprouver enfant. Anna va à travers son amitié avec Marnie s’épanouir et s’ouvrir au monde.

Joan G. Robinson offre un cadre et une histoire intemporelle qui touchera aussi bien les adolescents que les adultes. Les descriptions de ce village côtier nous permet de suivre Anna pas à pas à travers les dunes. Le texte nous dévoile les pensées intimes et parfois douloureuses d’Anna, qui a peur de l’abandon, du rejet et porte un masque « neutre » pour ne surtout pas être remarqué, ne pas faire de vague. Mais c’est près de la mer et de cette maison dans laquelle vit Marnie, qu’elle va plonger dans une quête identitaire et intime pour trouver sa place.

Anna tâtonna dans le noir jusqu’à trouver ses tennis – elles les aurait complètement oubliées sans ce rappel, preuve que la fille était réelle ! et rentra en courant au cottage, tout tremblante d’excitation. Elle s’était juré de ne pas chercher à connaître la famille quand elle s’installerait dans la Villa, et pourtant elle était si heureuse. On aurait pu croire qu’elle n’avait jamais rencontré quelqu’un de son âge auparavent. Cette fille-là était différente. Il y avait quelque chose de magique chez elle.

Ce classique britannique, paru en 1967, doit sa première traduction aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. L’éditeur y a apporté un soin tout particulier, la douceur et le grammage du papier crée une expérience qui vient accroître l’ambiance poétique du texte. Peut-être que vous connaissez du même nom le film d’animation du Studio Ghibli qui est une adaptation fidèle de ce roman jeunesse. Ce livre fait parti des 50 livres qu’il faut avoir lus selon Hayao Miyazaki, qu’attendez-vous donc ?

À mi-chemin entre le roman initiatique, poétique et à suspense, Anna va en quelques mois grandir et subtilement trouver des réponses sur son identité de manière fluide et tout à fait inattendue. Si on peut penser au début du roman qu’il s’agit d’une simple histoire d’amitié, le scénario se tisse de manière efficace et délicate, le roman va plus loin sur la quête identitaire, comme un puzzle, c’est un vrai travail d’orfèvre !

Souvenirs de Marnie, Joan G. Robinson, traduit par Patricia Barbe-Girault (Monsieur Toussaint Louverture)
disponible depuis le 22 avril 2021
9782381960197 – 16,50€
à partir de 12 ans
Son
0

Nos elles déployées – Jessie Magana

En 1974, Solange a 15 ans et marche fièrement avec sa mère Coco et les amies de celle-ci alors que la loi sur l’avortement est en passe d’être votée. Mais Solange se cherche aussi beaucoup : sa mère prend beaucoup de place et elle doit également composer avec son désir qui s’éveille. Quelques décennies plus tard, en 2018, c’est au tour de Sido, la fille de Solange, qui a hérité de l’engagement de ses aînées, de se heurter à son modèle familial et de tenter de trouver sa propre voie…

Quel roman ! Jessie Magana nous emmène à la rencontre de trois générations de femmes qui ont choisi de s’engager, d’ouvrir la réflexion sur leur société et leur corps, d’interroger l’amour et la famille. Une véritable saga familiale et féministe qui nous happe dès les premiers instants avec cette manif’ pour le droit des femmes à disposer de leurs corps. Nous sommes alors en 1974 et le moment est historique. L’écriture de Jessie Magana nous emporte comme un souffle, on ne lâche dès lors plus cette histoire de famille, de femmes et de désirs alors que Solange se cherche, essaye de comprendre Coco et son histoire, et se trouve en proie à des envies et des contradictions qui vont l’amener à entrer en opposition avec sa mère. Et peut-être qu’il lui faut alors partir… Vient justement l’été, Solange part en Algérie et y découvre la Kabylie qui va changer complètement sa vie. Le bond se fait jusqu’en 2018, où l’on découvre Sido, en lutte contre la réforme du lycée, en plein mouvement des gilets jaunes ou encore de #metoo. L’engagement est de famille et, tout comme sa mère avant elle, Sido s’est construite avec Coco et ses amies féministes tandis que Solange est bien loin de l’adolescente qu’elle était…

Parfaitement documenté et ancré dans les événements passés et actuels, Jessie Magana nous offre là un magnifique récit d’éveil au militantisme, au féminisme, et à la sexualité. Une mention spéciale, d’ailleurs, pour toutes les scènes de sexe et de découverte de la sexualité féminine qui sont très réussies ! Les personnages sont tout en nuances et en sont ainsi particulièrement attachants, à tel point que l’on aurait presque envie de continuer à marcher à leurs côtés. C’est percutant et intelligent, sensuel et émouvant, authentique et bienveillant, et c’est un roman assurément indispensable. Un coup de cœur ! ❤️

Nos elles déployées, Jessie Magana (Thierry Magnier)
disponible depuis le 3 mars 2021
9791035204433 – 14,80€
à partir de 14 ans
Galerie
3

Lettre à toi qui m’aimes – Julia Thévenot

Après avoir écrit un premier roman Bordeterre qui n’est pas passé inaperçu… Julia Thévenot revient avec une comédie légère et toujours musicale.

Le groupe de musique Les Moonatics est à la recherche d’un guitariste – le précédent passait trop de temps à fumer. Arrive Yliès qui va rapidement être surnommé Roméo… tellement il se fond d’amour pour la chanteuse, Pénélope.
C’est flagrant. Indéniable. Tout le monde le voit qu’il l’aime d’un amour passionné… mais alors pourquoi Pénélope ne l’aime pas ? Pourquoi le laisse-t-elle s’approcher si elle ne veut pas de lui ?

Chère Julia,

Pour écrire cette chronique, j’ai eu envie de t’écrire une missive, loin de moi l’idée de reprendre la forme poétique moderne de ton roman, mais la lettre est un forme intime où les mots viennent aisément. Je viens de terminer ta comédie non sentimentale. Enfin, si, des sentiments il y en a, beaucoup en réalité, c’est une belle histoire d’amour non réciproque.

Ce roman a réussi la prouesse de me rappeler mes 17 ans. Qu’est-ce que l’on peut être cruelle – bête – humaine à cet âge-là ! Ton héroïne, Pénélope, dans sa non réciprocité m’a touchée, on voit si peu ce prisme de « celle qui n’aime pas », celle qui ne demande rien. Celle qui se retrouve avec un cœur lourd entre les bras, paquet trop encombrant dont on ne sait pas quoi faire. On aimerait mettre sur ce cœur un tampon « Retour à l’envoyeur » mais voilà, quand ce propriétaire est dans la sphère amicale, comment gérer cette tension dans un groupe ? On a peur de le poser de peur qu’il se brise. Et pourtant ta Pénélope aurait de quoi aimer ce bel Yliès (je reconnais bien là ton goût pour les prénoms littéraires) dont la répartie et les déclarations amoureuses vont faire succomber plus d’une lectrice. J’imagine les adolescentes jalouses de Pénélope : « mais pourquoi elle l’aime pas ? Il a l’air parfait ! »

Dans ce texte, tu rappelles quelque chose qui me paraît primordial : ce n’est parce que quelqu’un de bien nous aime qu’on doit l’aimer en retour. C’est un détail mais j’aurai aimé lire ce texte quand j’étais adolescente. De lire cette liberté sexuelle, cette amitié entre garçon et fille. Et j’espère un peu, je t’avoue que ce texte donnera envie à plein d’adolescentes de briser des cœurs.

J’ai hâte de te lire et de découvrir tes prochains textes, merci pour cette belle surprise littéraire.

Lisette

Lettre à toi qui m’aimes, Julia Thévenot (Sarbacane)
disponible à partir du 7 avril 2021
9782377315994 – 12,50€
à partir de 13 ans
Son
0

Ash House – Angharad Walker

Ash House est le lieu de la dernière chance pour Sol, un garçon qui a enchaîné les hôpitaux sans trouver l’aide appropriée à son mal. Mais alors qu’il découvre son nouvel environnement, il est frappé par son étrangeté. Entre cette maison que l’on dirait faite de cendres, ces enfants certes accueillants mais aux drôles de prénoms et, surtout, il n’y a aucun adulte ! Se peut-il que cet endroit hors du temps et inédit soit le seul où on puisse le sauver ?

A l’instar de ce jeune garçon à qui est attribué le nom de Sol, pour Solitude, on découvre l’univers d’Ash House avec autant de circonspection que d’angoisse. Arrivé un peu de manière abrupte, sans explications, presque sans se souvenir de comment tout cela s’est déroulé, on rencontre avec lui tous ces enfants aux prénoms étranges, donnés d’après des « Obligeances », sorte de qualités ou de dispositions que tous les enfants d’Ash House sont censés montrer et apprendre. Car malgré qu’il n’y ait aucun adulte, le programme est clairement établi chaque jour, avec son emploi du temps strict et ses assignations, édicté par un coup de téléphone du Directeur, seul adulte responsable et pourtant absent depuis plusieurs années… Vous n’en serez pas étonnés : malgré l’accueil chaleureux de Freedom, avec qui il va se lier, Sol est surtout plutôt perplexe et peu rassuré par cette vie qui l’attend ! Et, surtout, comment est-ce possible qu’il guérisse dans un endroit pareil ? Les cendres de la maison pourraient-elles avoir un pouvoir particulier ? Ou bien le Docteur, qui arrive soudainement à Ash House et inquiète les autres, sera-t-il capable de le soigner ?

Je ne vous en dirai pas plus sur ce roman à l’atmosphère aussi fascinante que pesante, qui nous fait très agréablement frissonner (pour ceux qui aiment se faire peur !), comme le laisse deviner cette couverture à l’ambiance fantomatique. Difficile également de vous parler des thèmes abordés par le roman sans vous dévoiler sans doute le nœud de l’histoire – bien qu’il laisse également toute latitude à interprétation. En tous cas, si vous aimez les romans qui filent les chocottes et interrogent notre santé mentale, le sinistre parfum d’étrangeté d’Ash House devrait assurément vous plaire !

Ash House, Angharad Walker (Casterman)
disponible depuis le 3 mars 2021
9782203222519 – 16€
à partir de 13 ans
Image
2

D’or et d’oreillers – Flore Vesco

Mme Watkins a trois filles… et lorsque l’on a trois enfants de sexe féminin en 1813, on ne pense qu’à une chose : les marier. Quelle ne fut pas donc pas son excitation lorsqu’elle appris que Lord Handerson cherchait une épouse – et surtout qu’il avait une rente de 80 000 livres, une fortune ! Sauf que ce cher Lord est un jeune homme très excentrique, il invite directement les prétendantes à passer une nuit dans son château… sans chaperon, ni parent ! Mme Watkins, bien qu’outrée par cette proposition indécente, y envoie ses trois filles ainsi qu’une gouvernante, en espérant que l’une d’elles se fera passer la bague au doigt. (Parce que bon…80 000 livres.) En arrivant au château, les jeunes femmes vont devoir toutes dormir une nuit sur un lit d’une hauteur invraisemblable. Des matelas superposés, un prince à marier ? Est-ce qu’il n’y aurait pas un petit pois dans cette histoire ? Détrompez-vous, nous ne sommes pas dans un conte de fées ! Mais dans une histoire de magie et de sorcellerie… Nulle princesse ici mais une gouvernante qui va mener l’enquête. Attention, dans cette histoire, les murs ont des oreilles !

Lisette reste bouche bée

Encore une fois, Flore Vesco ne peut pas laisser indifférente ! Cette autrice manie les mots telles une chirurgienne aguerrie. Dans ce livre, elle fait preuve encore une fois (vous pouvez lire des chroniques de ses autres romans ici et ) de délicatesse littéraire, de figures de styles filées mais toujours justes. C’est la littérature comme je l’aime : je m’émerveille de la plume de l’autrice tout en ne perdant pas l’histoire de vue, et quelle histoire !

La quatrième de couverture indique qu’il s’agit « d’une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit… » Certes le sujet de l’intimité, des caresses nocturnes seules ou à deux, est abordé – avec talent ! – mais c’est réduire à peau de chagrin l’histoire. Nous passons d’une ambiance Jane Austen à une enquête intrigante et enfin à une histoire horrifique de maison hantée ! Le tout ambiance girl power avec Sadima, la gouvernante qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Oubliez l’histoire de la princesse au petit pois, qui n’est ici qu’une parade pour reprendre les thématiques des contes : l’amour, la magie et la peur.

Ce qui est très frustrant avec ce roman, c’est que vous en dévoiler la teneur vous donnera l’eau à la bouche, certes, mais vous divulgâchera trop l’intrigue. (Peut-être que Bob le fera mais moi je ne veux pas être responsable). Approchez, faites-moi confiance : lisez ce livre, chez vous, dans votre lit, entouré de vos oreillers et ne dormez pas sur vos deux oreilles tant que vous ne l’aurez pas terminé.

Bob en a les jambes coupées

Lisette en a déjà beaucoup dit mais je me joins à l’enthousiasme de sa lecture ! A chaque roman, Flore Vesco nous démontre une nouvelle facette de son talent et de son imaginaire pétillant et joueur qui s’amuse d’exercices de style et de jeux littéraires. C’est encore le cas avec D’or et d’oreillers. Une langue dont on se régale, un univers familier aux multiples références qui se trouve distordu pour une histoire inattendue et savoureuse. Comme Lisette, je ne saurai que vous conseiller de vous laisser envoûter par ce roman magique et sensuel !

D’or et d’oreillers, Flore Vesco (l’école des loisirs)
collection Médium+
disponible depuis le 3 mars 2021
9782211310239 – 15€
à partir de 13 ans
Galerie
0

Dear Evan Hansen – collectif

Il y a bien une chose qui rassemble les êtres humains, c’est le désir de connexion, de sociabilité. Evan Hansen souffre d’anxiété sociale, il est transparent au lycée, il ne parle à personne à part à sa mère et son psy. Mais un jour tout change avec une lettre qui n’aurait jamais dû être lue, un mensonge qui n’aurait jamais dû être prononcé… Et soudain, il se retrouve au centre de l’attention. Pour la première fois, il se sent apprécié. Et si un mensonge vous permettait enfin d’exister ? Que feriez-vous ?

Sur les conseils de son psy, Evan s’écrit des lettres à lui-même. L’objectif ? Essayer de voir le beau dans la vie, évacuer son anxiété et mettre des mots sur son mal-être. Exercice très difficile pour Evan qui a toujours du mal à s’intégrer et passe son temps à s’excuser de tout, incapable même de se commander à manger car il ne veut pas parler aux livreurs. Un jour, une de ses lettres est dérobée par Connor, un camarade de classe qui est retrouvé mort quelques heures après : un suicide. Lorsque les parents de Connor vont trouver la lettre, ils pensent qu’Evan et Connor étaient amis. Evan, dans la confusion, ne nie pas et piégé par son mensonge, il provoque ainsi toute une suite de situations rocambolesques.

Après 13 reasons why dont on connait le succès, voici un texte très juste et très intéressant sur le suicide et notre besoin vital de trouver sa place. L’histoire est à la fois moderne, incroyablement touchante et drôle en même temps. Evan est un personnage exclu dont ce mensonge va lui apporter ce qu’il n’avait jamais eu auparavant : une vie sociale, des personnes qui font attention à lui. Notamment la famille du défunt Connor qui va devenir presque une seconde famille pour lui. Malgré les sujets difficiles du suicide et de l’exclusion, l’humour n’est jamais très loin. La maladresse d’Evan n’a pas de limite et les personnages qui l’entourent ne lui facilitent clairement pas la vie, notamment Jared, un garçon à la répartie cinglante, qui l’aidera à créer des preuves pour prouver son amitié avec Connor.

Ce roman, qui se lit d’un trait tant les scènes sont efficaces, plaira aux lecteurs adolescents tant les thématiques sont proches de leurs interrogations : l’amitié, la vie aux lycées, l’amour, la mort, les réseaux sociaux, la famille recomposée ou dysfonctionnelle. Ainsi, Evan n’a pas le monopole des mensonges. Au lycée, les étudiants font aussi preuve d’arrivisme et d’hypocrisie… Certaines vont vendre des objets commémoratifs, ouvrir des blogs à propos de Connor, qu’ils ne connaissaient point. Mais comme le dit notre héros, quand une personne meurt «  (…) une fois qu’elle est partie, on oublie ses mauvais côtés. On la pare de toutes ses qualités et on en conserve une version idéalisée. »

Peut-être le savez-vous ? Ce roman est tiré de la comédie musicale éponyme qui n’est pas très connue en France mais a un beau succès dans les pays anglophones. Dear Evan Hansen a remporté 6 Tony Awards dont celui de la meilleure comédie musicale. Juste pour le plaisir, je vous insère une chanson, surtout que les rumeurs courent qu’un film serait en préparation. Je pense que nous n’avons pas fini d’entendre parler de ce cher Evan Hansen.

Dear Evan Hansen, Val Emmich, Steven Levenson, Benj Pasek et Justin Paul (Bayard)
disponible depuis le 3 mars 2021
9782080233943 – 16,90 €
à partir de 14 ans
Galerie
0

Anne d’Avonlea – Lucy Maud Montgomery

Dans ce deuxième tome des aventures d’Anne, l’orpheline idéaliste aux cheveux roux vient d’avoir 16 ans. Institutrice, elle est pleine d’ambition et souhaite gagner le cœur de ses élèves avec sa naïveté touchante et son imagination – toujours aussi débordante. De plus, avec quelques amis, elle crée la Société d’amélioration du village d’Avonlea avec la volonté d’embellir les paysages mais cette nouvelle activité va la plonger dans toutes sortes de situations embarrassantes… Histoire d’épicer encore plus cette tranquille île, Marilla, sa mère adoptive, va accueillir des jumeaux à Green Gables.

Anne est née enfant de la lumière. Une fois qu’elle a croisé une vie en y glissant un sourire ou une parole comme un rayon de soleil, la personne voyait son existence, sur le moment en tout cas, comme belle, pleine d’espoir et d’estime. Cet extrait représente en tout point l’effet anneshirleysien de ce roman ! Anne est toujours une héroïne attachante et son adolescence est encore plus délicieuse que son enfance dont vous pourrez lire la chronique ici. Notamment car ses monologues poétiques sont moins nombreux et elle partage plus de réflexions sur l’éducation, l’amour, le monde des adultes, le pouvoir de l’imagination tout en vivant des péripéties incroyables. Elle a toujours le chic pour se mettre dans des situations rocambolesques avec beaucoup de recul sur ses propres défauts. Anne grandit avec beaucoup de nuances tout en restant une éternelle optimiste.

Quel plaisir de retrouver la nature d’Avonlea à travers les yeux de son héroïne et de découvrir les nouveaux habitants. De nombreux personnages vont faire leur apparition : M. Harrisson et son perroquet moqueur, les élèves d’Anne, dont le fascinant et imaginatif Paul et les jumeaux Dora et Davy, dont le garçon est un créateur de bêtise ambulant. Même si je fus surprise de cette nouvelle adoption de la part de Marilla et que j’avais peur de la redondance, je dois avouer que le personnage de Davy apporte son lot de farces et des dialogues enfantins malicieux. L’écriture de Lucy Maud Montgomery dépeint toujours les émotions avec pudeur et réalisme, les paysages avec fantaisie et les relations humaines avec humour et empathie.

L’éditeur Monsieur Toussaint Louverture a réussi à faire de ce second tome un objet livre encore plus beau que le précédent, avec cette couverture fabuleusement colorée – et j’ai pris encore plus de plaisir que le premier livre. Anne n’a pas fini de nous étonner. Certaines héroïnes sont faites pour les aventures, et c’est un don qu’Anne d’Avonlea possède !

Anne d’Avonlea, Lucy Maud Montgomery, traduit par Isabelle Gadoin (Monsieur Toussaint Louverture)
disponible depuis le 18 février 2021
9782381960135 – 16,50€
à partir de 12 ans
Son
0

J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelle – Jo Witek

Alors qu’elle rentre du collège pour les vacances scolaires, Efi retrouve avec joie ses amies et sa famille au village, comme n’importe quelle adolescente. Mais ses résultats scolaires exemplaires ou la vie à la ville n’intéressent pas les siens. Car Efi est désormais nubile : elle est bonne à marier. Son rêve de continuer ses études pour devenir ingénieure n’a alors plus aucune importance car son destin est désormais entre les mains de son père…puis de son futur mari.

J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelle : sous ce titre qui interpelle se découvre un texte qui ne nous laisse pas indifférents. Jo Witek aborde ici le sujet des mariages forcés, le lot de bien trop nombreuses jeunes filles de par le monde. Bien qu’issue d’une famille relativement pauvre et traditionnaliste, Efi a pu aller au collège, apprendre, s’éduquer, et rêver d’apporter le progrès dans son village où l’électricité n’est pas courante, le Wi-Fi impossible à capter et les médecins bien trop loin pour espérer des consultations. Elle revient donc chez elle avec la fraîcheur et l’insouciance de celle qui pense seulement retrouver son enfance. Mais elle a désormais 14 ans et ne peut plus porter ses vêtements confortables, parler à n’importe qui ou se comporter…comme n’importe quelle adolescente ! Les retrouvailles sont ainsi vite ternies et Efi réalise lentement ce que tout le monde sait sauf elle : elle va devoir se marier. Elle n’est désormais plus qu’une transaction marchande entre sa famille et celle de son futur époux qui est bien plus vieux qu’elle ! En dépit de son consentement et de ses rêves, Efi doit se soumettre et, malgré ses nombreuses tentatives de fuite, épouser l’homme qu’on lui a choisi.

Un roman court mais tout en émotion, dont la force réside dans cette universalité voulue par l’autrice, le lieu où se déroule l’histoire n’étant jamais précisé. Efi est l’incarnation d’une jeune fille moderne et optimiste qui se heurte au poids de l’archaïsme et des traditions séculaires qui brisent des vies. Sans aucun soutien – hormis celui silencieux et inattendu d’un très beau personnage que je vous laisserai découvrir – elle ne va pouvoir compter que sur elle-même et ses propres ressources pour aller à l’encontre de ce terrible destin. Un roman sensible et édifiant qui se fait la voix des millions de jeunes filles qui sont encore aujourd’hui mariées de force et privées de leur liberté. Nécessaire !

J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelle, Jo Witek (Actes Sud Junior)
collection Ado
disponible depuis le 3 février 2021
9782330145217 – 13,50€
à partir de 13 ans