Galerie
0

Une vieille histoire – Susie Morgenstern et Serge Bloch

« Mémé, est-ce que tu aimerais être jeune encore une fois ? Elle n’a pas besoin de réfléchir pour répondre. Sans aucune hésitation, elle dit : Non, j’ai eu mon tour d’être jeune et maintenant c’est mon tour d’être vieille. J’ai eu ma part de gâteau et mon ventre est plein. » C’est l’histoire d’une petite vieille, si occupée toute sa vie qu’elle n’a pas vu le temps passer.

Hey toi ! Oui toi qui me lis. Tu connais l’histoire de la vieille dame ? Mais si. La vieille dame qui prend TOUT son temps aux courses, qui paye avec des pièces de 10 centimes en prenant son temps… Celle que tu as vu passer devant toi en soufflant, avec des gestes lents. La vielle dame qui t’a impatienté dirons-nous poliment. Une vieille histoire c’est le récit de cette grand-mère.

« Elle voit sa peau fripée. Elle sent ses os fragiles, ses muscles épuisés. Jeune, elle pouvait cacher sa mauvaise humeur avec son rouge à lèvres, son fond de teint, sa belle robe ; mais maintenant, elle est contente de montrer son visage décoré de milles histoires, cent milles poèmes, cinq cent mille soucis et une bonne poignée de plaisanterie. »

L’album alterne entre des illustrations du présent et des souvenirs. Le présent de Mémé il est surtout composé de bribes du passé. Ses rêveries l’emportent dans les prémices de son premier amour, sa joie d’avoir construit une famille, les souvenirs de guerre. Serge Bloch (que l’on connaît pour la série Max et Lili) alterne des pages en noir et blanc et d’autres en couleurs. Comme si le passé et le présent se mélangeaient, comme si quand on vieillissait, en réalité le présent était essentiellement composé de fantômes. Les illustrations sont douces, simples, nostalgiques. Cette grand-mère, c’est peut-être la nôtre.

Susie Morgenstern invite avec une grande humanité et une belle dose d’amour à se pencher sur ce qui fait une vie. Elle parle certes de la vieillesse, du temps qui passe, de la nostalgie mais elle ouvre surtout un dialogue. Régulièrement des questions sont posées entre deux souvenirs au lecteur. Il est interpellé sans relâche : « Et toi, qu’est-ce qui est écrit sur ton visage ? As-tu déjà eu de mauvais jours ? Es-tu seul, des fois ? », tissant ainsi des liens forts, par-delà les générations. Ce qui nous relie surtout, ce sont les histoires, les émotions. Une manière de questionner les enfants sur la vie.

Attention cependant ici pas de regret, pas de « c’était mieux avant », la vie se fane, les couleurs s’éteignent doucement car c’est ainsi que va le monde. La vieille femme ne regrette pas sa jeunesse, elle parle avec tendresse de sa vie et nous rappelle la joie de vivre tout simplement.

Une vieille histoire, Susie Morgnestern, illustré par Serge Bloch (Sarbacane)
disponible depuis le 3 novembre 2021
9782377316502 – 13,90€
à partir de 6 ans
Galerie
0

Ma Grande – Sibylle Delacroix

Elise est très grande. Tout est grand chez elle : les mains, les pieds, les jambes, le coeur. Quand elle tombe, elle tombe de haut. La vie d’Elise se résume à sa grande taille. Pourtant, elle aimerait bien qu’on voit plus loin… Que les autres voient qu’elle est encore toute petite à l’intérieur.

Des histoires de géants, des potions magiques qui peuvent nous faire grandir, on peut en trouver facilement mais rares sont les albums qui parlent d’être grand en taille quand on est jeune. Elise, c’est la vie d’une enfant gênée par son gabarit, si grande que parfois elle ne peut pas rentrer dans la page, ni sur les photos de classe. Alors elle se baisse, devient bossue, pour se faire de plus en plus petite. Nous avons tous connus, je pense, un ou une élève plus grand.e que les autres qui se faisait surnommer girafe, asperge, à qui on demandait si elle n’allait pas attraper froid de là-haut, ou que sais-je encore comme idioties. Cet album est pour eux. Un album sur mesure !

Le terme Ma grande paraît pourtant un sobriquet doux, gentil, presque un compliment ! Tout le talent de cette histoire est de montrer avec délicatesse, millimètre par millimètre, que les mots sont forts, précieux et peuvent renforcer ou apaiser un complexe. Le côté aérien d’Elise, qui a la tête dans les nuages, est finement illustré dans des dessins aux crayons de couleurs dans des tons gris et rouge. Des illustrations très douces comme l’instinct d’Elise à s’effacer mais avec beaucoup de lumière.

Un album doux, sensible pour rappeler qu’une personne ne se résume pas à une distinction physique, que l’on n’est jamais trop ou pas assez.

Ma grande, Sibylle Delacroix (Mijade)
disponible depuis le 3 juin 2021
9782807701168- 12 €
à partir de 5 ans
Galerie
0

Des albums sourires pour cette rentrée

Au programme deux albums assez différents mais qui ont des valeurs communes : l’imagination et des illustrations malicieuses et enfantines !

Le livre des arbres & plantes qui restent à découvrir

Connaissez-vous le célèbre palmier à moustaches ? Le chaussettier appelé aussi le saule pleureur à chaussettes ? Non ? Et le malpolinier, cet arbre qui ne peut pas s’empêcher de vous tirer la langue dès que vous avez le dos tourné ? Si ces plantes ne vous sont pas familières, peut-être n’avez-vous pas ouvert assez grand les yeux lors de votre dernière balade en forêt…

Le grand, le fort, l’irrésistible Olivier Tallec nous offre pour la rentrée un imagier surréaliste célébrant la nature, mais surtout l’imaginaire, à travers des arbres et des plantes inventés, aux caractéristiques bien singulières : le peuplier-couverture, le pin brosse à dents ou encore l’arbre-glace. Cet album est une invitation pour les enfants à imaginer à leurs tours des arbres extraordinaires. Les dessins sont plein de malice et d’impertinence, c’est ludique et réjouissant à souhait.

Le livre des arbres & plantes qui restent à découvrir, Olivier Tallec (Actes Sud Junior)
disponible depuis le 1 septembre 2021
9782330154585 – 17€
à partir de 3 ans

Kate Moche

Kate subit les moqueries et se fait appeler Kate Moche à l’école. Les andouilles de la cour de récréation disent qu’elle n’est pas très maligne et maladroite. Pourtant elle s’en moque et garde toujours le sourire ! Quand Kate se regarde dans le miroir, elle voit beaucoup des choses incroyables dans son reflet…

Le texte d’Antoine Dole, écrit dans un style poétique, nous montre l’importance de s’aimer. Kate se voit comme une doctoresse dévouée pour ses jouets, une experte en guimauve, une sportive haut niveau… Kate est courageuse, charismatique, visonnaire ! Une belle histoire qui montre que le regard que l’on porte sur soi est beaucoup plus important que tous ce que les autres peuvent dire de nous ! Kate croit en elle. Elle croit en ses pouvoirs magiques et cette confiance laisse les « andouilles » de son école pantois. De nombreux enfants sont un jour confrontés à des remarques déplaisantes et la conclusion de ce livre est la meilleure qui soit : l’ignorance.

Habituée aux dessins humoristiques et colorés de Magali Le Huche, c’est toujours un plaisir que d’observer les détails des pages des métiers : une tasse éléphant, trois brigands cachés, des bonbons à croquer. Les illustrations se savourent à chaque page. La palette de couleur incarne parfaitement Kate, son imagination, sa confiance en soi et sa joie de vivre.

Simple et efficace, cet album pétillant est à recommander en cette rentrée pour rappeler que toutes les Kate de la terre peuvent devenir qui elles veulent !

Kate Moche, Antoine Dole, illustré par Magali Le Huche (Actes Sud Junior)
disponible depuis le 1 septembre 2021
9782330154561 – 14,90€
à partir de 6 ans
Galerie
0

Anne de Redmond – Lucy Maud Montgomery

Anne Shirley est de retour ! Elle a désormais 18 ans et rentre à l’université de Redmond. Au programme : étude, écriture, nouvelles rencontres et surtout, toutes sortes de mésaventures ô combien romantiques ! C’est en compagnie de ses anciens compagnons de vies : Gilbert, Charlie et Priscilla qu’elle va découvrir la vie d’étudiante. Mais c’est sans oublier ses retours à Green Gables pour retrouver sa famille, se ressourcer auprès de la nature et entretenir ses amitiés. Un troisième tome sous le signe de la colocation entre jeunes filles et de l’amour ! Oui car ce livre contient de nombreuses demandes en mariage…

Ce troisième tome vient confirmer tout ce que j’ai pu déjà écrire (ici et ) sur cette magnifique saga. Lucie Maud Montgomery a une écriture inimitable, que j’aime comparer à un cocktail entre la Comtesse de Ségur et Jane Austen. Non pas pour le style (je l’ai dit incomparable et poétique) mais pour le plaisir de lire un roman bucolique, nostalgique et plein de bon sentiments. C’est enveloppant et frais comme un jour d’automne et simultanément plein d’humour et lumineux.

En quittant l’île qui l’a vu grandir et s’épanouir, Anne découvre une nouvelle vie et une nouvelle partie d’elle, plus adulte. Ses nouvelles amitiés à l’université sont hautes en couleur. Elle va notamment faire la rencontre d’une jeune fille extravagante – qui mériterait une saga à elle seule : Philippa. Phil est aussi volubile qu’une Anne de 11 ans, elle est enflammée et ses amours sont un plaisir à suivre. Comme dirait Tante Jimsie en parlant de cette jeune fille :

– Eh bien, je l’espère, Anne. Je l’espère vraiment parce que je l’aime. Mais je n’arrive pas à la comprendre, elle me dépasse. Elle ne ressemble à aucune des filles que j’ai connues, ni à aucune de celles que j’ai moi-même été.
– Combien de filles avez-vous été, Tante Jimsie ?
– Environ une demi-douzaine, ma chérie !

Les lecteurs prendront aussi beaucoup de plaisir à découvrir les lettres du malicieux Davy, le jumeau dont s’occupe Marilla, qui vient apporter beaucoup d’humour et de malice grâce à sa vision enfantine de la vie !

Vous l’aurez compris, ce titre n’est pas un roman à intrigue, il s’agit de chronique racontant l’évolution des personnages. Et quelle évolution pour Anne ! L’autrice arrive, avec talent, à mettre en lumière toutes les subtilités qui font qu’un être peut rester le même toute sa vie mais avec des nouvelles nuances, des dégradés. Anne reste fidèle à ses convictions et en même temps évolue sous nos yeux. Anne de Redmond est un roman parfaitement équilibré, l’œuvre d’une autrice accomplie, qui non seulement approfondit ses personnages mais ouvre aussi de nouveaux horizons. Vivement la suite en… 2022 !

PS : Ai-je besoin encore une fois de dire à quel point l’objet lui-même est beau ? Monsieur Toussaint Louverture me surprend à chaque nouveau opus !

Anne de Redmond , Lucy Maud Montgomery, traduit par Laure-Lyn Boisseaux-Axmann (Monsieur Toussaint Louverture)
disponible depuis le 19 août 2021
9782381960258 – 16,50€
à partir de 12 ans
Galerie
0

L’été d’une autre – Katy Cannon

Cet été, Alice doit aller à Londres rencontrer sa nouvelle belle-mère et Willa part en Italie, chez la soeur de son père qu’elle ne connaît pas. Elles s’apprêtent à vivre chez des personnes qu’elles n’ont jamais rencontrées, à leur grand désespoir ! Alice et Willa ne se connaissent pas mais quand on les confond pour des jumelles à l’aéroport… elles ont une idée : pourquoi ne pas échanger leurs vies et se faire passer l’une pour l’autre ? La supercherie fonctionne et les voilà à passer l’été d’une autre !

En découvrant le résumé de l’histoire, impossible de ne pas penser au film des années 90 À nous quatre avec Lindsay Lohan (film qui était déjà la septième adaptation du roman Deux pour une d’Erich Kästner). Dans L’été d’une autre la ressemblance physique est ici purement fortuite. Si le point de départ a donc un effet de déjà-vu comme disent les anglais, la ressemblance s’arrête là.

D’un côté, nous avons Alice : grande lectrice, élève modèle, perfectionniste, évitant un maximum les conflits dont le père est parti faire des recherches sur le récif corallien.
De l’autre Willa, fille de deux acteurs très connus d’une série en vogue, elle adore le shopping et a une personnalité plutôt flamboyante. Elle sait ce qu’elle veut : aller à Londres faire un stage de théâtre. Tout oppose donc nos deux héroïnes sauf l’impression que leurs parents ont essayé de se débarrasser d’elles pendant l’été !

Loin d’être superficiel, même si le scénario est classique, ce roman nous partage une réflexion sur la famille : les familles de coeur, les familles recomposées, comment trouver sa place dans des moments difficiles comme le deuil, le divorce, un déménagement. Le tout dans une ambiance chaleureuse, feel-good avec beaucoup de fraîcheurs ! Fou rires, joie de vivre, tension, ce roman est un joyeux cocktail parfait pour une lecture estivale. C’est joyeux, touchant et on se prend vraiment au jeu !

L’été d’une autre, Katy Cannon (Milan)
disponible depuis le 9 juin 2021
97824080116364 – 13,90€
à partir de 12 ans
Galerie
0

La Moïra, t.1 La louve et l’enfant – Lylian, Henri Lœvenbruck et Raka

Oyez ! Gentes dames et beaux damoiseaux, soyez les bienvenus à Gaelia ! Ici la Moïra est présente partout, celle que l’on pourrait nommer destin, hasard ou fatalité… cette force étrange peut donner la vie autant que la reprendre. Ce qui est certain, c’est qu’elle n’a pas facilité la vie d’Aléa. Jeune orpheline, son destin bascule le jour où elle trouve une bague sur un cadavre. À 13 ans, elle se retrouve prise au coeur d’une intrigue qui la dépasse. La bague qu’elle possède appartenait à un druide très puissant qui lui confère un nouveau pouvoir. De son côté, Imala, la louve blanche chassée par sa meute, erre en solitaire jusqu’à sa rencontre avec un elfe des bois qui semble vouloir lui indiquer la voie. Aléa et Imala ne le savent pas encore mais leur rencontre est déjà écrite, guidée par cette force immuable que l’on nomme la Moïra…

Cette oeuvre est l’adaptation de la trilogie de fantasy d’Henri Lœvenbruck, publiée dans les années 2000. Le lecteur suit avec curiosité la vie d’Aléa, une héroïne au fort tempérament, qui décide d’aller à Providence rejoindre son amie d’enfance. Elle ne l’a pas vu depuis des années mais apprend qu’elle va devenir la future épouse du Haut-Roi. Alors que tout le monde lui conseille de ne pas entreprendre ce voyage : elle a enfin trouvé un emploi stable dans une auberge, le voyage est trop dangereux, son amie ne se souviendra pas d’elle, etc. Aléa veut être libre et part ! Sur la route, elle va faire des rencontres inédites…

Entre les lignes, on comprend que l’équilibre du royaume est menacé par un seigneur noir dont le but est de détruire le conseil des Druides et de s’emparer de leurs pouvoirs. Il existe aussi des tensions politiques et religieuses entre les royaumes. Ces informations sont distillées dans le scénario… et laissent beaucoup de questions en suspension ! On sent que tout a été fait pour que les lecteurs, ne connaissant pas l’histoire initiale, puissent se laisser porter et découvrir pas à pas, comme Aléa, ce qui se trame. (Le scénariste n’est autre que Lylian qui a aussi scénarisé les adaptations BD La quête d’Ewilan de Pierre Bottero chez le même éditeur.)

Ce premier tome est très prometteur ! Nous sentons que les pièces d’un échiquier géant – mais qui avance les pions ? – sont entrain de se mettre en place. Les illustrations et les couleurs sont très douces et nous plongent dans cet univers aux accents celtiques et magiques avec beaucoup de plaisir. Très curieuse de découvrir la suite…

La Moïra, t.1 La louve et l’enfant Lylian, Henri Lœvenbruck et Raka (Glénat)
disponible depuis le 16 juin 2021
9782344029886 – 15,50€
à partir de 12 ans

Galerie
0

Thomas – Martine Arpin et Claude K. Dubois

La maman de Thomas vient de mourir. Un trou a été creusé dans la terre pour elle. Un trou a aussi été creusé dans son coeur d’enfant. Un gros trou noir. Vide. Si sa maman avait été là, il lui aurait demandé comment remplir ce trou. Elle aurait su. Elle savait toujours. Mais elle n’est plus là. Comment réparer son coeur ?

Thomas va chercher à travers la ville, quelqu’un qui saurait réparer les coeurs brisés. Il va aller voir les commerçants dont sa maman lui parlait : la couturière aux doigts de fée, le médecin qui guérit tout… Comme un conte en randonnée, Thomas va d’adulte en adulte pour demander une solution, mais il n’existe pas de médicament pour le chagrin, ni de rapiéçage. La tristesse reste là, un vide, une absence qui l’entoure jusque dans les illustrations où la tristesse envahit le dessin. Thomas erre, il est seul dans cette ville inhabitée. Avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, Thomas raconte la tristesse qui nous entoure lorsque l’on perd un être cher. Une texte aussi délicat que les illustrations de Claude K.Dubois, dont on reconnaît immédiatement le crayonnée et ses teintes pastels beige, ocre, jaune.

A force de marcher dans la ville, Thomas va revenir chez lui, retrouver son père entouré de photos de sa maman. Et si la réponse pouvait venir de là ? Et si on pouvait remplir son coeur de souvenir ? Martine Arpin nous offre une douce fin avec un florilège de souvenirs poignants qui va apporter à Thomas de l’apaisement quand il comprendra que, pour remplir le trou qui s’est creusé dans son cœur, il peut y glisser « de petits morceaux de sa maman » , des souvenirs.

Un album émouvant, sensible pour aborder ce thème délicat et mettre des mots sur la mort et sur notre plus belle façon d’affronter la perte : la force des souvenirs. Un texte triste et beau, doux et fin, comme les illustrations. Thomas fait autant pleurer d’émotions que de beauté, il devient un de mes livres indispensables.

Thomas, Martine Arpin, illustré par Claude K.Dubois (Editions D’eux)
disponible depuis le 4 mars 2021
9782924645536 – 13,50€
à partir de 5 ans
Galerie
0

La vie invisible d’Addie Larue – V. E. Schwab

Née en France à la fin du XVIIe siècle, Adeline Larue doit épouser un homme qu’elle n’aime pas. Elle sait qu’elle ne connaîtra aucune liberté. Juste un lit conjugal, puis un lit de mort, peut-être un lit de bébé entre les deux. Tétanisée à l’idée de mourir sans avoir vécue, elle prie les anciens dieux, une énième fois pour la sauver et lui permettre d’être libre. Sauf qu’elle n’a pas suivie le conseil de son amie qu’il l’avait averti : il ne faut jamais prier les dieux à la nuit tombée ! Le jour de son mariage, Adeline va formuler le voeu d’obtenir davantage de temps et de liberté en scellant un pacte. Mais si elle obtient le droit de vivre éternellement, de garder sa jeunesse, personne ne pourra plus jamais se souvenir d’elle. La voilà condamnée à traverser les âges, comme un fantôme.

Be careful what you wish for disent les anglais, que l’on pourrait traduire par Méfiez-vous de vos rêves, ils pourraient se réaliser ! Bien mal en a pris à Adeline qui se retrouve certes libre mais oubliée de tous ! Dès que son interlocuteur disparaît de sa vue, il l’oublie, elle ne peut ni écrire, ni raconter son histoire – de toute façon qui la croirait ? Cette malédiction lui interdit d’avoir un travail ou même un lieu à elle. Malgré cela, Addie va survivre, traverser les siècles, l’Histoire, aller de rencontres en rencontres, toujours éphémères à travers le monde entier. Jusqu’au jour où, après trois cents ans de vie sur Terre, un libraire de New-York va lui dire cinq mots qui vont faire basculer sa vie : Je me souviens de toi.

La vie invisible d’Addie Larue est un roman captivant, extraordinaire qui se dévore ! L’autrice, des séries à succès Cassidy Blake et Shades of Magic, nous offre un roman plus personnel et touchant. Véritable tour de force narratif, les chapitres oscillent entre le passé d’Addie et sa vie à New-York. Même si certains rebondissement se devinent facilement, il y a de très beaux retournements…notamment la fin, que j’ai trouvé digne du talent de l’autrice.

Addie est un personnage féminin fort et fascinant qui va au fil des années créer une relation avec le démon, ce dernier étant fasciné par sa proie. Suivre cette relation en pointillé est un pur plaisir. Le ténébreux est un personnage dangereusement irrésistible qui ne désire qu’une chose : qu’Addie capitule et lui donne son âme, fatiguée de cette longue vie solitaire. Tous les personnages, même très secondaires, laissent une empreinte sur l’héroïne mais aussi sur nous. L’objet livre rend justice au texte, puisque la couverture représentant Addie est recouverte d’une jaquette en calque la laissant apparaître en transparence. Une très belle mise en abime de la fatalité d’Addie à disparaître…

Au-delà de la référence au pacte faustien, ce roman nous partage une très beau récit sur la mémoire, la transmission et la création. Est-ce que notre vie a de la valeur si nous ne laissons pas de trace sur Terre ? Est-ce que l’Art n’est pas la trace ultime de l’immortalité ?

La vie invisible d’Addie Larue,V.E. Schwab(Lumen)
disponible le 3 juin 2021
9782371023048 – 17€
à partir de 16 ans
Galerie
0

Souvenirs de Marnie – Joan G. Robinson

Anna est envoyée par ses parents adoptifs dans un village côtier d’Angleterre chez un couple d’amis. Cette jeune orpheline renfermée, a toujours l’impression d’être en dehors du monde, différente et préférant rester seule à observer la nature, plutôt que de se lier d’amitié avec des enfants de son âge. En explorant les environs, elle découvre une vieille bâtisse au bord de l’eau, à la fenêtre, une jeune fille se fait brosser les cheveux. Rêve ? Réalité ? Anna va faire la rencontre de la mystérieuse Marnie et va nouer avec elle une étonnante amitié.

Souvenirs de Marnie  est un très beau texte qui nous fait naviguer sur la ligne du temps et de l’enfance avec une extrême douceur. Il nous rappelle le goût des jeux partagés, la magie de l’imagination mais aussi la solitude, les angoisses que l’on peut éprouver enfant. Anna va à travers son amitié avec Marnie s’épanouir et s’ouvrir au monde.

Joan G. Robinson offre un cadre et une histoire intemporelle qui touchera aussi bien les adolescents que les adultes. Les descriptions de ce village côtier nous permet de suivre Anna pas à pas à travers les dunes. Le texte nous dévoile les pensées intimes et parfois douloureuses d’Anna, qui a peur de l’abandon, du rejet et porte un masque « neutre » pour ne surtout pas être remarqué, ne pas faire de vague. Mais c’est près de la mer et de cette maison dans laquelle vit Marnie, qu’elle va plonger dans une quête identitaire et intime pour trouver sa place.

Anna tâtonna dans le noir jusqu’à trouver ses tennis – elles les aurait complètement oubliées sans ce rappel, preuve que la fille était réelle ! et rentra en courant au cottage, tout tremblante d’excitation. Elle s’était juré de ne pas chercher à connaître la famille quand elle s’installerait dans la Villa, et pourtant elle était si heureuse. On aurait pu croire qu’elle n’avait jamais rencontré quelqu’un de son âge auparavent. Cette fille-là était différente. Il y avait quelque chose de magique chez elle.

Ce classique britannique, paru en 1967, doit sa première traduction aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. L’éditeur y a apporté un soin tout particulier, la douceur et le grammage du papier crée une expérience qui vient accroître l’ambiance poétique du texte. Peut-être que vous connaissez du même nom le film d’animation du Studio Ghibli qui est une adaptation fidèle de ce roman jeunesse. Ce livre fait parti des 50 livres qu’il faut avoir lus selon Hayao Miyazaki, qu’attendez-vous donc ?

À mi-chemin entre le roman initiatique, poétique et à suspense, Anna va en quelques mois grandir et subtilement trouver des réponses sur son identité de manière fluide et tout à fait inattendue. Si on peut penser au début du roman qu’il s’agit d’une simple histoire d’amitié, le scénario se tisse de manière efficace et délicate, le roman va plus loin sur la quête identitaire, comme un puzzle, c’est un vrai travail d’orfèvre !

Souvenirs de Marnie, Joan G. Robinson, traduit par Patricia Barbe-Girault (Monsieur Toussaint Louverture)
disponible depuis le 22 avril 2021
9782381960197 – 16,50€
à partir de 12 ans
Galerie
0

Les sortilèges de Zora, t.1 – Judith Peignen et Ariane Delrieu

Zora est furieuse, sa grand-mère Babouchka veut l’obliger à aller au collège, pour avoir une vie dans le monde des Nonsorciers (et avoir un VRAI métier). Mais Zora ne l’entend pas de cette oreille, du haut de ses 12 ans, elle est une sorcière et veut le rester ! Malheureusement pour elle, sa grand-mère utilise sa magie pour l’envoyer à l’école sans pouvoirs…

 

Premier tome d’un diptyque, Les sortilèges de Zora est très accrocheur ! Victimes de la chasse aux sorcières, celles-ci doivent se cacher, Zora a donc été envoyé chez sa grand-mère, loin de ses parents, par sécurité. Elle ne peut pas rentrer chez elle car la chasse bat encore son plein, ses parents organisent la résistance et doivent se battre. Ils n’ont qu’une envie pour leur fille : qu’elle devienne avocate, infirmière, qu’elle puisse avoir une vie normale. Zora ne veut qu’une chose : rester sorcière pour utiliser ses pouvoirs. Son arrivée au collège ne passera pas inaperçu, elle est très différente de ses camarades, elle ne connaît pas les conventions sociales, ne mange que des sucreries à la cantine, ne parle à personne. Loin des sortilèges et des potions, Zora découvre les moqueries de ses camarades, les élans amoureux et surtout une fille l’intrigue… elle la soupçonne d’être une sorcière. Amie ou Ennemie ?

Cette BD aborde avec délicatesse et humour les questions de la différence et de la transmission, le tout sur fond de bouleversements adolescents. Les pouvoirs de Zora sont jubilatoires et feront rêver plus d’un lecteur ! Les illustrations d’Ariane Delrieu nous dévoilent un univers riche, facétieux et coloré rendant les personnages particulièrement attachants. Dans les dernières pages, des extraits du grimoire de Zora sont dévoilés : comme un journal intime, la jeune sorcière y partage son matériel, un peu d’Histoire et des recettes. Apprentis sorciers, apprenties sorcières, cette histoire est pour vous ! Et si vous avez vous-mêmes des pouvoirs, n’hésitez pas à les utiliser pour que l’on découvre la suite très vite.🪄

Les sortilèges de Zora, t.1 – Une sorcière au collège, Judith Peignen et Ariane Delrieu (Vents d’Ouest)
disponible depuis le 5 mai 2021
9782749309385 – 11,50€
à partir de 10 ans