Son
1

Miss Pook et les enfants de la lune – Bertrand Santini

9782246860556,0-4510344

Paris, 1907. Miss Pook, une sorcière, se fait passer pour une gouvernante anglaise auprès d’une famille bourgeoise et parvient à convaincre leur petite fille, Elise, de l’accompagner dans son château sur la Lune. Là-haut, Elise fait la connaissance de créatures aussi merveilleuses que terrifiantes et, bientôt, met au jour un terrible complot…

★★★★☆

Alors qu’une pluie de marrons s’abat sur la Provence de Gurty (n’hésitez pas à les offrir pour Noël, ils sont toujours délicieux – les marrons, mais aussi les aventures de l’épatante petite chienne 😛 ), Bertrand Santini nous offre aussi en cette fin d’année un conte fantastique trépidant…et terrifiant !

Miss Pook, c’est une sorte de Mary Poppins diabolique. A priori bien sous tous rapports, élégante, raffinée et bien élevée, cette fausse gouvernante est en réalité une sorcière à qui il ne faut pas chercher des noises et accompagnée de Goldorillon, un dragon de papier chinois. C’est par un stratagème digne des mises en garde d’un conte de fées que Miss Pook arrive à convaincre la petite Elise de quitter son douillet logis parisien pour s’installer avec elle sur la Lune. Dans son château merveilleux, Elise s’ennuie tout de même bien vite et ne rêve que d’explorer la Lune et ses mystères…malgré les interdictions de sa nouvelle maman ! Et c’est dans un enchaînement digne des tribulations d’Alice dans le pays des Merveilles que tombe Elise, où les rencontres avec d’étranges personnages se succèdent, pour un final tout en rebondissements !

Bertrand Santini, comme dans Hugo de la nuit (certain repèreront sans doute le clin d’œil), crée un univers sombre et décalé, dans lequel il s’affranchit des codes classiques induits par ses inspirations, tout en ne donnant absolument aucune limite à son imagination. Une imagination débordante mais cohérente dans son univers, qui emprunte à un certain nombre de mythes, pour notre plus grand plaisir. Et comme dans son précédent roman chez Grasset, Bertrand Santini porte à nouveau un regard amer sur l’humanité, nous invitant à réfléchir sur qui sont les véritables monstres grâce à des personnages complexes et inattendus, Miss Pook et Elise en tête.

Miss Pook et les enfants de la Lune est le premier tome réussi d’une série dont on a hâte de connaître la suite après une fin surprenante ! Bertrand Santini continue à nous émerveiller par ses univers riches, vifs et plein de surprises, tout en étant d’une grande sensibilité et d’une acuité sur le monde de l’enfance et de ses questionnements, même si c’en est parfois cruel. On notera la très belle couverture de Laurent Gapaillard, qui aurait bien donné envie d’avoir des illustrations intérieures… 😉

Miss Pook et les enfants de la lune, Bertrand Santini (Grasset jeunesse)
disponible depuis le 8 novembre 2017
9782246860556 – 13,90€
à partir de 10 ans
Son
3

Hugo de la nuit – Bertrand Santini

9782246860266,0-3345557

Une nuit d’été, un enfant, des fantômes, un secret… C’est le programme du tout nouveau roman de Bertrand Santini, après le génialissime et hilarant Journal de Gurty. Intrigués ? 😀

Hugo et sa famille vivent dans une belle demeure à Monliard. Un terrain qui attire la convoitise quand un gisement de pétrole est découvert dans le cimetière du domaine. Et une nuit, tout bascule…

★★★★☆

Difficile de vous résumer le roman de Bertrand Santini sans vous révéler quelques ressorts de l’intrigue ! Pourtant, je ne peux pas ne pas vous dire que Hugo, notre héros, meurt dès la première page. Eh oui, c’est bien triste mais c’est comme ça ! Hugo avait 11 ans, bientôt 12, et c’est la veille de son anniversaire que le malheur s’abat sur lui et sa famille… Sa mère, Hélène, est auteure de romans jeunesse et, grâce à la fortune amassée par les ventes de sa série à succès en 7 tomes (toute ressemblance avec le parcours d’une certaine J.K. Rowling serait fortuite), a acheté le domaine de Monliard. Son père, Romain, est botaniste et, quand le gisement de pétrole est découvert, il compte bien parvenir à protéger le domaine grâce à une fleur présumée éteinte qui a justement poussé près d’une tombe dans le cimetière. Mais, comme je vous l’ai dit, le malheur va s’abattre sur la famille…

C’est là qu’une simple histoire de territoire et d’avidité villageoise se transforme en conte horrifique et ce pour notre plus grand plaisir ! Je ne vous ferais pas de gros spoiler en vous disant que le cimetière de Monliard est hanté par des fantômes et que le cœur du roman va se dérouler entre le monde de la vie et celui de la mort. Pour ceux qui ont lu L’étrange vie de Nobody Owens, sachez que ce cimetière et ses habitants n’ont rien à envier à ceux de Neil Gaiman. Loufoques, étranges, exubérants, mélancoliques, tels sont les fantômes dont Hugo va faire la connaissance. Et nous voilà désormais dans un roman où la peur côtoie un humour pince-sans-rire avec beaucoup de réussite.

Mais là où Bertrand Santini est le plus fort, c’est qu’il joue avec nos impressions et nos sensations jusqu’à la fin du roman, et nous interroge sur notre sens du rêve – ou du cauchemar – et de la réalité. C’est vraiment bien fichu, on se laisse entraîner dans cette nuit étrange et étonnante, on a les chocottes, on rigole, on frissonne, on danse… Une véritable ambiance gothico-burlesque que cette magnifique couverture toute en dorures ne laisse peut-être pas présager mais qui nous surprend fort agréablement. On en redemande ! 😛

Hugo de la nuit, Bertrand Santini (Grasset jeunesse)
disponible depuis le 20 avril 2016
9782246860259 – 13,50€
à partir de 11 ans
6

Aujourd’hui, Amos – Anne Cortey & Janik Coat

Des amateurs pour la poésie d’Anne et Janik ? Vous avez intérêt à tous lever la main je vous préviens.

aujourdhuiamos
★★★★★

Amos est un doux rêveur enchanté par tout ce qu’il voit et écrit ses adorables pensées dans un carnet. Après la levée du brouillard, il part à la cueillette de champignons, partage ensuite une omelette avec son ami Hulo et lui confie au coin qu’il rêverait de vivre dans un pays de poésie…

Amos est inspiré par tout ce qui l’entoure : le brouillard qui se lève, l’odeur de la terre mouillée, ses paupières lourdes et la nuit qui tombe…pas de doutes il sait apprécier la poésie des petits moments. Coloré d’un rouge qui remue les passions et d’un bleu lié au rêve, Janik a créé Amos de façon à ce qu’il soit une ballade à lui tout seul en fort contraste avec les décors pâles qui l’entourent. Sa singularité n’en est que plus remarquée. D’une grande tendresse, le texte d’Anne Cortey insuffle des sourires, sa poésie égale les traits raffinés de Janik Coat. L’illustration de la couverture est très expressive : le soleil se reflète dans les yeux d’Amos dont le blanc se remplit de jaune : il semble déjà composer son prochain sonnet. Insoutenable de mignonnerie, les douces tribulations de ce petit koala vont vous faire fondre. Janik sait dessiner les cagoules comme personne et c’est sans doute la chose plus adorable que vous verrez aujourd’hui.

Un hibou avec une cagoule rayée, ça n’a pas de prix 
extraitaujourdhuiamos

extrait © grasset jeunesse

Maintenant
Les pépites du sommeil se nichent
sous mes paupières.
Demain.
Les oiseaux y déposeront leurs chants.
Amos
Aujourd’hui, Amos, texte d’Anne Cortey, illustrations par Janik Coat (Grasset Jeunesse)
disponible depuis le 10 février 2016
9782246787341 – 13€
à partir de 3 ans

Amos a fait ses premiers chez l’éditeur Autrement jeunesse qui n’est plus, alors c’est véritablement avec plaisir et nostalgie qu’on le retrouve. Voici ses premières aventures :

Amos et le pays noir (2009) épuisé, alors si vous le trouvez, foncez dessus
9782746712447 – 16.50€
Amos et les gouttes de pluie
(2011) 9782746714656 – 10€
Amos et les pissenlits
(2011) 9782746714649 – 10€

amosetlepaysnoiramosetlesgouttesdepluieamosetlespissenlits