Son
0

Grim, fils du marais – Gaël Aymon

Grim est un garçon muet qui a toujours vécu dans la dangereuse Forêt Mouvante. Après un terrible événement, il est contraint de fuir et découvre enfin le monde qui ne se limite pas à sa forêt. Il y découvre un système de castes, où chacun à son utilité – Nourrice, Construisant, Combattant ou encore Guérissant, Dame et Sieur, etc. Mais il se retrouve aussi bientôt mêlé à un vaste complot qui vise à renverser la Reine, leur mère à tous, et se lance avec de nombreux compagnons dans un périple pour la prévenir du danger qui la menace.

Quel univers ! Quel souffle et quel style ! Dès les premières pages de ce roman d’aventure singulier, oscillant entre fantasy et dystopie, on est complètement happé par le récit. Dans la peau et l’esprit de Grim, on découvre en même temps que lui ce monde étrange, construit autour d’une Reine toute-puissante qui a créé chaque être et leur a assigné des tâches précises et utiles au bon fonctionnement de leur civilisation et à la survie de l’humanité. Si l’univers présenté ressemble à ce que vous connaissez des sociétés de fourmis ou d’abeilles, ce n’est pas un hasard et l’analogie se dévoile tout le long du roman. Malgré le handicap de Grim, qui se trouve être bien gênant quand on veut comprendre, se faire comprendre et que l’on est détenteur de secrets, le garçon va s’attirer la protection et la sympathie de plusieurs personnages qui vont l’accompagner dans une quête aussi dangereuse qu’essentielle à la survie de tous ! Et, surtout, son regard neuf, voire naïf, sur le monde qu’il découvre sera le point de départ d’une réflexion juste et fascinante sur la notion de singularité et de collectif.

Car au-delà de l’aventure passionnante et haletante, le roman de Gaël Aymon est avant tout une magnifique réflexion sur la force de l’amitié. Qu’importe l’étrangeté de l’un, la différence de l’autre, l’important réside dans le respect et l’amitié que l’on porte à l’autre, l’acceptant dans son entier, avec ses qualités et ses défauts. Une notion simple et universelle qu’il n’est jamais inutile de rappeler… La singularité et la réussite de ce roman tient aussi au style, une écriture très visuelle qui éveille tout de suite notre imaginaire pour une immersion immédiate dans cet univers marécageux, et une voix curieuse qui se démarque, rappelant ce qu’a pu faire Patrick Ness dans Le chaos en marche. Elle est aussi dans la description de cet univers et de ces castes à la création et l’utilité aussi terribles que fascinantes, qui offre quelques bons moments de frissons et une certaine exigence qui provoque la réflexion. Enfin, les illustrations de Violaine Leroy qui accompagnent le récit. Toujours trop rares en littérature ado, elles apportent ici une vision de l’univers et son style au crayon et à l’encre adoucit l’âpreté du monde de Grim. Un roman palpitant et profond comme on les aime. Ne passez pas à côté ! ❤

Grim, fils du marais, Gaël Aymon, illustré par Violaine Leroy (Nathan)
disponible depuis le 9 septembre 2021
9782092492079 – 16,95€
à partir de 13 ans
Son
0

Le jour et la nuit

Hasard des parutions, en cette rentrée littéraire ado, deux romans de science-fiction nous proposent d’imaginer notre planète qui connaîtrait un jour perpétuel ou, au contraire, une grande nuit. Entre le soleil toujours à son zénith et la nuit noire, quelle étrange vie vous séduirait le plus ? ☀️🌑

Les Nuées, t.1 Erémos

Après des polars et des romans historiques se déroulant en Amérique du Nord, Nathalie Bernard nous fait la surprise de nous proposer un récit entre anticipation et dystopie avec Erémos, premier tome d’une duologie. Le roman nous invite à découvrir les récits entrecroisés de Lisbeth, jeune fille qui vit sur une Terre où le soleil ne se couche jamais et où la vie est parfaitement réglée pour chacun, et de Lucie, une astronaute de l’an 2025 qui effectue sa première mission dans l’ISS et nous raconte son quotidien. Mais cette même année, un événement terrible se produit, réduisant à néant toute vie sur Terre et faisant des astronautes les seuls survivants… Quant à Lisbeth, la disparition soudaine de sa mère va semer le doute chez elle, jusqu’à enclencher le début d’une rébellion.

De ces deux destins que des siècles séparent, Nathalie Bernard tisse un récit aussi haletant que passionnant. L’alternance des voix apporte un rythme et un attachement aux deux personnages tandis qu’on découvre avec curiosité leur évolution et les liens qui vont progressivement se faire dans la compréhension de ce nouvel environnement. Si la dystopie est un univers qui présente souvent une société totalitaire – et c’est le cas ici aussi – Nathalie Bernard nous invite à découvrir les prémices de sa formation, et comment les décisions d’une poignée de survivants animés par la volonté de reconstruction d’un monde – et de bien faire ! – vont les mener à celui de Lisbeth. Il nous faudra attendre le tome 2 pour en saisir toute la mesure, mais les indices et les conjectures sont déjà nombreux dans ce premier tome efficace. Un récit habilement mené, donc, à l’univers original et fascinant dans son hypothèse scientifique de départ, et des personnages qui nous accompagnent dans leur cheminement vers l’espérance ou la liberté et la vérité. Je suis personnellement très curieuse du destin de Lisbeth et de ce que nous réservent ces fameuses Nuées… Vivement la suite !

Les Nuées, t.1 Erémos, Nathalie Bernard (Thierry Magnier)
disponible depuis le 26 août 2021
9791035204679 – 14,80€
à partir de 13 ans

Nos jours brûlés, t.1

Quittons la chaleur et l’éclat du soleil pour la Grande Nuit. Nous sommes cette fois en 2049 et voilà vingt ans que l’astre solaire a disparu au profit d’une nuit perpétuelle. Elikia, née dans ce monde sans soleil, n’a jamais connu que ça et, pourtant, avec sa mère Diba, elles se sont lancées dans une quête pour ramener le jour. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle d’une cité mythique abritant des dieux et des esprits, elles sillonnent le continent africain à la recherche de témoignages pouvant les mettre sur la voie de Juddu, la fameuse cité. Mais si les humains se sont habitués à vivre dans cette longue et interminable nuit, celle-ci est aussi pleine de dangers et, très vite, Elikia va devoir en affronter bien des aspects…

Si les premiers abords de ce roman relèvent aussi de l’anticipation, on bascule assez vite dans un univers plus fantastique et magique qui va nous mener au cœur de croyances et mythologies africaines. C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce roman qui nous fait découvrir des cosmogonies peu souvent rencontrées en littérature jeunesse. Et c’est avec Elikia et son apprentissage de ce monde étrange et envoûtant que l’on va peu à peu découvrir les dessous de cette Grande Nuit et des raisons de la disparition du soleil, puis de son propre héritage. Une quête initiatique passionnante servie par la fluidité d’une écriture très visuelle qui nous projette dans un univers où esprits créateurs, magie et créatures hybrides seront autant de découvertes que de redoutables dangers ! Un premier roman assurément à découvrir !

Nos jours brûlés, t.1, Laura Nsafou (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 15 septembre 2021
9782226460349 – 16,90€
à partir de 13 ans
Image
0

Annie au milieu – Émilie Chazerand

Annie est la sœur de Velma et Harold. Au centre de la famille, elle irradie de son sourire et de sa fantaisie. Mais Annie est « différente » selon les autres, car elle a un chromosome en plus. Et c’est cette « différence » qui va être le motif de renvoi de son équipe de majorette, une passion qu’Annie adore plus que tout ! La sidération et la colère passées, la famille d’Annie ne va pas se laisser abattre et va au contraire faire équipe et se rassembler pour montrer leur propre équipe de majorettes et en mettre plein la vue à ces intolérants !

Liste de 21 raisons d’aimer le roman

· Un roman choral, raconté tour à tour du point de vue de Velma, Harold et Annie.
· Le ton du roman, certes décalé et drôle comme on connaît si bien Émilie Chazerand, mais avec une gravité qu’on lui découvre et qui apporte plus de profondeur que ses précédents romans.
· La question de la place dans la famille, ces voix de Velma et Harold qui peinent à exister, à se faire entendre, dans l’ombre de leur sœur qui mobilise toute l’attention, toute la famille.
· La voix d’Annie, si rare en littérature, qui donne sa vibration à tout le roman. (Une autre voix trisomique à découvrir dans le roman de Mel Darbon).
· Dalida, amie imaginaire qui scintille et apporte cette fantaisie aussi drôle qu’inattendue.
· L’univers des majorettes, une discipline plutôt inédite en littérature, qui contribue à l’humour du roman et au dépassement de soi d’une famille qui prend enfin le temps de se parler, se (re)découvrir.
· La galerie de personnages secondaires, qui apportent tous un petit quelque chose de plus à cette chronique familiale.
· La typographie qui se réduit lors des chapitres de Velma. Si discrète qu’elle ne prend pas trop de place dans la page… avec ses pensées si douloureuses « Aujourd’hui, j’ai un peu existé ».
· La passion d’Annie pour les paillettes.
· L’ouverture de cœur que procure ce roman, l’élan d’amour pour la vie quand on le referme.
· La relation entre la mère d’Annie et la grand-mère, une relation d’amour-haine, si pleine de répartie.
· L’amour d’Harold pour Camille.
· Marie-Claire, la grand-mère, qui résume assez bien l’idée globale du livre : « la famille, c’est un gilet pare-balles ».
· La recette de ce livre : un chouia de mal-être, une pointe de différence, une bonne dose de secrets et surtout beaucoup d’humour et d’amour.
· Les paris discrets entre les parents.
· La chanson Basique d’Orelsan
· Gigi l’amoroso, la poule.
· Les dimanches dans la famille.
· La fin est à la hauteur du reste du roman : réaliste et pleine d’espoir.
· Les listes de Velma, qui nous ont inspiré la nôtre, et qui se terminent invariablement avec la même raison.
· Annie.

Et la bande-annonce du roman pour poser l’ambiance…

Annie au milieu, Émilie Chazerand (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 25 août 2021
9782377316953 – 17€
à partir de 13 ans
Son
0

À la recherche de Mrs Wynter – Eric Senabre

Fan de la série des années 60 « Talons hauts et veste de tweed », Medhi est aussi fou amoureux de son actrice principale, Beryl Doncaster. Sauf que celle-ci a trois fois son âge, qu’elle vit en Angleterre et qu’elle a disparu du feu des projecteurs voilà bien des années. Mais pour un amoureux transi, rien n’est impossible et Medhi va se lancer avec sa meilleure amie Julia sur les traces de la belle interprète de Mrs Wynter…

Pour celles et ceux qui avaient adoré Star Trip, vous allez assurément tomber sous le charme de ce nouvel opus « pop culture » d’Eric Senabre, qui fait d’ailleurs un petit clin d’œil à ce précédent roman. (Saurez-vous le trouver ? 😉 ) Pour les autres, nul doute que cette quête romantique aussi hasardeuse que drôle vous plaira tout autant ! En seulement quelques pages, le personnage de Medhi devient tout de suite notre meilleur ami : sa naïveté, son humour et sa fougue nous le rendent absolument sympathique. Quel.le adolescent.e n’a jamais rêvé de rencontrer son idole, de s’imaginer une histoire d’amour ou d’amitié aussi épatante que totalement irréalisable ? Eh bien, grâce à Medhi, nos espoirs reviennent ! Si vous n’avez pas de nouvelles de Bob d’ici la rentrée, c’est donc qu’il est parti à la recherche d’Orlando Bloom (eh oui ! adolescente époque Seigneur des anneaux, ici !).

En tous cas, avec À la recherche de Mrs Wynter, Eric Senabre nous offre une comédie romantique trépidante et enlevée. Le mélange de farfelu et de flegme tout à fait britanniques est l’occasion de scènes hilarantes et improbables, de dialogues savoureux dont Eric Senabre a le secret, et qui font tout le sel de ce roman absolument idéal pour l’été. La chute ne vous surprendra pas, elle est à l’instar de toutes les bonnes comédies romantiques, mais il est tellement agréable de se laisser emporter dans ce tourbillon d’émotions et de drôlerie ! Un beau coup de cœur pour ce roman, qui est aussi un très bel hommage de l’auteur à Diana Rigg, l’actrice principale de Chapeau melon et bottes de cuir décédée en 2020 et que les plus jeunes d’entre vous auront plutôt connue en Reine des épines dans Game of Thrones. Si vous avez envie de passer un excellent moment de lecture et de pouffer dans votre barbe sans vergogne, allez vite vous procurer À la recherche de Mrs Wynter ! ❤️

À la recherche de Mrs Wynter, Eric Senabre (Didier Jeunesse)
disponible depuis le 7 juillet 2021
9782278100477 – 15,90€
à partir de 12 ans
Son
0

Lucienne Eden ou l’île perdue – Stéphane Jaubertie

Sur une île déserte vit Lucienne Eden, une jeune fille qui rêve de rejoindre sa mère, star à Las Vegas, et qui, en attendant, partage sa solitude avec un vieil homme un peu doux-dingue. Mais voilà qu’un jour s’échoue sur sa plage une masse de déchets en tout genre…et de laquelle émerge un adolescent complètement perdu, à la recherche de son père.

Lucienne Eden, c’est l’histoire d’une rencontre qui commence plutôt mal. D’un côté, une gamine solitaire qui ne mâche pas ses mots et de l’autre, un garçon échoué qui semble un peu choqué par ce qu’il vient de vivre, nous offrant une première scène vivifiante et drôle à souhait faite d’incompréhension, de colère et d’entêtement. Bien sûr, nos deux jeunes gens vont peu à peu s’apprivoiser alors que Lucienne fait découvrir à « Machin », qui s’appelle en réalité Gaspard (l’occasion d’un comique de répétition durant toute la pièce ultra bien dosé et toujours à propos), son île aussi fantasque et étonnante qu’elle, qui se trouve de plus en plus menacée. Entre les leçons avec Andris, vieillard lunaire mais enthousiaste, les balades sur l’île où poussent des forêts de brocolis géants et où l’on doit faire attention aux pandas mangeurs de grizzlis, et l’apprentissage de l’autre, la pièce se déroule sous nos yeux dans un joyeux enchaînement de scènes aussi drôles que sensibles !

S’il est question d’écologie, de questionnements sur l’avenir de la planète, la pièce de Stéphanie Jaubertie est aussi une réjouissante et piquante comédie qui explore les bouleversements de l’adolescence, et notamment le désir. Les personnages sont diablement attachants et gentiment dingos, le style est enlevé et impertinent et on ne cesse de glousser à mesure que se déroulent les péripéties tantôt extraordinaires, tantôt sensibles, de Lucienne et Gaspard. Un véritable petit bonheur de lecture ! ❤️

Lucienne Eden ou l’île perdue, Stéphane Jaubertie (Théâtrales)
collection Théâtrales jeunesse
disponible depuis le 18 février 2021
9782842608507 – 8€
à partir de 12 ans
Son
0

Bleu jardin – Clémence Sabbagh et Teresa Arroyo Corcobado

Bienvenue dans le jardin avec cette toute nouvelle collection à destination des tout-petits : « Couleurs jardin » ! Des cartonnés documentaires qui invitent à découvrir ce qui se cache dans nos jardins à partir d’une couleur. Pour ce Bleu jardin, c’est la mésange bleue que nous allons suivre alors qu’elle vient tout juste de se poser sur l’une des fleurs – bleue également – qui embellit le jardin. Et il va s’en passer des choses pour cette mésange, qui va rencontrer un compagnon puis installer son nid dans un arbre du jardin. Toutes les conditions sont ainsi idéalement rassemblées pour observer son comportement, ses habitudes alimentaires et tout ce qui fait la vie d’un oiseau.

Dans ce texte poétique raconté comme une histoire, Clémence Sabbagh interpelle également les enfants qui sont invités à participer s’ils le désirent : elle leur pose des questions, leur propose de suivre le vol de la mésange du doigt ou de l’aider à gratter l’écorce d’un arbre pour trouver de la nourriture. On se prête volontiers au jeu qui nous rapproche un peu plus de cet oiseau aussi familier qu’insaisissable.

Quant aux illustrations de Teresa Arroyo Corcobado, elles sont tout simplement sublimes ! Ses oiseaux sont dessinés avec une précision raffinée, les couleurs sont chatoyantes et les décors de jardin nous font bien rêver en ces temps de confinement !
Et pour inviter les enfants à prendre soin de la nature qui les entoure, une petite activité est proposée en fin d’album : fabriquer une guirlande gourmande pour les mésanges qui ont parfois du mal à trouver de quoi se nourrir en hiver. Une bien jolie manière de terminer cet album joyeux et interactif qui sent bon le printemps ! 🐦

Bleu jardin, Clémence Sabbagh, illustré par Teresa Arroyo Corcobado (Le diplodocus)
collection Couleurs jardin
disponible depuis le 2 avril 2021
9791094908211 – 11,90€
à partir de 2 ans
Son
0

Nos elles déployées – Jessie Magana

En 1974, Solange a 15 ans et marche fièrement avec sa mère Coco et les amies de celle-ci alors que la loi sur l’avortement est en passe d’être votée. Mais Solange se cherche aussi beaucoup : sa mère prend beaucoup de place et elle doit également composer avec son désir qui s’éveille. Quelques décennies plus tard, en 2018, c’est au tour de Sido, la fille de Solange, qui a hérité de l’engagement de ses aînées, de se heurter à son modèle familial et de tenter de trouver sa propre voie…

Quel roman ! Jessie Magana nous emmène à la rencontre de trois générations de femmes qui ont choisi de s’engager, d’ouvrir la réflexion sur leur société et leur corps, d’interroger l’amour et la famille. Une véritable saga familiale et féministe qui nous happe dès les premiers instants avec cette manif’ pour le droit des femmes à disposer de leurs corps. Nous sommes alors en 1974 et le moment est historique. L’écriture de Jessie Magana nous emporte comme un souffle, on ne lâche dès lors plus cette histoire de famille, de femmes et de désirs alors que Solange se cherche, essaye de comprendre Coco et son histoire, et se trouve en proie à des envies et des contradictions qui vont l’amener à entrer en opposition avec sa mère. Et peut-être qu’il lui faut alors partir… Vient justement l’été, Solange part en Algérie et y découvre la Kabylie qui va changer complètement sa vie. Le bond se fait jusqu’en 2018, où l’on découvre Sido, en lutte contre la réforme du lycée, en plein mouvement des gilets jaunes ou encore de #metoo. L’engagement est de famille et, tout comme sa mère avant elle, Sido s’est construite avec Coco et ses amies féministes tandis que Solange est bien loin de l’adolescente qu’elle était…

Parfaitement documenté et ancré dans les événements passés et actuels, Jessie Magana nous offre là un magnifique récit d’éveil au militantisme, au féminisme, et à la sexualité. Une mention spéciale, d’ailleurs, pour toutes les scènes de sexe et de découverte de la sexualité féminine qui sont très réussies ! Les personnages sont tout en nuances et en sont ainsi particulièrement attachants, à tel point que l’on aurait presque envie de continuer à marcher à leurs côtés. C’est percutant et intelligent, sensuel et émouvant, authentique et bienveillant, et c’est un roman assurément indispensable. Un coup de cœur ! ❤️

Nos elles déployées, Jessie Magana (Thierry Magnier)
disponible depuis le 3 mars 2021
9791035204433 – 14,80€
à partir de 14 ans
Son
0

Kiosque – Anete Melece

Depuis toujours, Olga travaille dans un kiosque à journaux. Ce minuscule espace, c’est toute sa vie. Elle connaît ses clients par cœur : ceux qui viennent acheter chaque jour leur magazine, ceux qui viennent simplement pour parler, ceux qui lui font signe en passant ou encore les touristes, qui lui demandent systématiquement le chemin vers le musée. Mais le soir, quand elle ferme le rideau de fer, Olga se met à rêver de soleils, de mers et de plages lointaines…

Le quotidien d’Olga, c’est une routine constante. Chaque matin, elle est livrée de son nouveau stock de journaux, elle ouvre son rideau et son premier client, comme toujours, est ce monsieur au teint jaunâtre de bien trop fumer ! Puis s’ensuivent tous ses clients habituels, qu’elle a appris à connaître et qui rythment sa journée jusqu’au soir. Et lorsqu’elle baisse le rideau, Olga se plonge dans ses propres magazines, et rêve de voyager et de voir le monde, loin de ce petit kiosque étriqué. Il suffit d’un matin et du livreur de journaux qui pose le nouveau stock trop loin de sa porte pour que cette journée soit complètement chamboulée ! Car alors que des jeunes en profitent pour lui piquer des bonbons, Olga se rue vers eux à travers sa trop petite fenêtre et fait basculer son kiosque avec elle ! Surprise, voilà maintenant qu’elle peut se déplacer et commencer à vivre sa propre aventure…

Avec Kiosque, Anete Melece nous offre un album plein de tendresse qui nous invite à poursuivre nos rêves. Comme Olga, on est parfois incapable de sortir de notre quotidien et de notre train-train et il suffit alors d’un petit coup de pouce pour découvrir que l’on peut faire tout ce qu’on veut et poursuivre ses rêves. C’est aussi un album qui nous touche particulièrement en ce moment car il met en scène un personnage dont le travail est essentiel pour tous ces gens qui passent et s’arrêtent devant son kiosque chaque jour. Une jolie manière de mettre en lumière le rôle parfois très social des commerçants de proximité. Le tout avec des peintures colorées et un peu naïves qui ajoutent le soupçon de magie qu’il faut !

Préexistant à l’album, il y a un court-métrage d’animation, réalisé par Anete Melece, que je vous invite à aller voir pour profiter plus longuement encore de son magnifique travail d’illustration.

Kiosque, Anete Melece (L’école des loisirs)
collection Pastel
disponible depuis le 10 mars 2021
9782211305686 – 13€
à partir de 5 ans
Son
0

Ash House – Angharad Walker

Ash House est le lieu de la dernière chance pour Sol, un garçon qui a enchaîné les hôpitaux sans trouver l’aide appropriée à son mal. Mais alors qu’il découvre son nouvel environnement, il est frappé par son étrangeté. Entre cette maison que l’on dirait faite de cendres, ces enfants certes accueillants mais aux drôles de prénoms et, surtout, il n’y a aucun adulte ! Se peut-il que cet endroit hors du temps et inédit soit le seul où on puisse le sauver ?

A l’instar de ce jeune garçon à qui est attribué le nom de Sol, pour Solitude, on découvre l’univers d’Ash House avec autant de circonspection que d’angoisse. Arrivé un peu de manière abrupte, sans explications, presque sans se souvenir de comment tout cela s’est déroulé, on rencontre avec lui tous ces enfants aux prénoms étranges, donnés d’après des « Obligeances », sorte de qualités ou de dispositions que tous les enfants d’Ash House sont censés montrer et apprendre. Car malgré qu’il n’y ait aucun adulte, le programme est clairement établi chaque jour, avec son emploi du temps strict et ses assignations, édicté par un coup de téléphone du Directeur, seul adulte responsable et pourtant absent depuis plusieurs années… Vous n’en serez pas étonnés : malgré l’accueil chaleureux de Freedom, avec qui il va se lier, Sol est surtout plutôt perplexe et peu rassuré par cette vie qui l’attend ! Et, surtout, comment est-ce possible qu’il guérisse dans un endroit pareil ? Les cendres de la maison pourraient-elles avoir un pouvoir particulier ? Ou bien le Docteur, qui arrive soudainement à Ash House et inquiète les autres, sera-t-il capable de le soigner ?

Je ne vous en dirai pas plus sur ce roman à l’atmosphère aussi fascinante que pesante, qui nous fait très agréablement frissonner (pour ceux qui aiment se faire peur !), comme le laisse deviner cette couverture à l’ambiance fantomatique. Difficile également de vous parler des thèmes abordés par le roman sans vous dévoiler sans doute le nœud de l’histoire – bien qu’il laisse également toute latitude à interprétation. En tous cas, si vous aimez les romans qui filent les chocottes et interrogent notre santé mentale, le sinistre parfum d’étrangeté d’Ash House devrait assurément vous plaire !

Ash House, Angharad Walker (Casterman)
disponible depuis le 3 mars 2021
9782203222519 – 16€
à partir de 13 ans
Son
0

Confettis – Adèle Jolivard

En septembre, à la rentrée, une petite fille se rend à l’école à vélo et apprend à lire, puis à faire des dictées. Aux vacances de la Toussaint, elle part dans un gîte avec ses parents. Puis vient Mardi Gras et ses déguisements, son carnaval et les parades organisées dans le village. Au printemps, elle part en classe verte et découvre le Cantal. Puis la fin d’année, tout est un peu plus relâché et les vacances arrivent…

Dans ces cinq petites histoires, rythmées par des événements qui marquent les grandes étapes de l’année pour cette petite fille, Adèle Jolivard nous offre le portrait incroyablement juste et sensible de l’enfance – son enfance ? En tous cas, certaines anecdotes du quotidien de cette petite fille, ou les événements qu’elle vit, m’ont rappelé plein de souvenirs de ma propre enfance (les chars au carnaval de mon village que j’avais complètement oubliés !!!) C’est toute la magie de son écriture, au plus proche des sensations de l’enfance, qui nous enchante : tous ces petits moments qui semblent anodins, ces réflexions qui passent d’un sujet à un autre ou d’un sentiment à son contraire. Une simplicité et une fluidité de la narration qui nous émeut autant qu’elle nous fait sourire.

Et si la force des émotions est là dans les mots, que dire des illustrations ! Un trait noir fin et délicat, avec des touches de couleur, qui apporte tantôt de la poésie, tantôt de l’humour, et toujours cette tendresse de l’enfance, des souvenirs et des moments si précieux qu’elle referme. On observe avec délice les petits détails de certaines images en pleine page et on s’émerveille de son talent à croquer les situations, qui raviront tant les enfants que les adultes.

Avec sa tendresse et son graphisme, Confettis nous fait bien sûr penser au Björn de Delphine Perret (le format en est d’ailleurs le même), mais l’album d’Adèle Jolivard nous offre en plus cette délicieuse sensation de nostalgie de notre enfance. Un très grand coup de cœur pour ce magnifique album ! ❤️

Confettis, Adèle Jolivard (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 18 mars 2021
9782369021384 – 13,50€
à partir de 4 ans