Son
2

Elle est le vent furieux – collectif

Un titre percutant, une couverture splendide et six autrices de grand talent : c’est Elle est le vent furieux, projet initié par Marie Pavlenko qui donne à faire entendre la voix de la Nature, malmenée par l’humanité depuis trop longtemps.

C’est Marie Pavlenko qui ouvre la danse avec un texte qui fait office de prélude à ceux de ses consœurs et dans lequel elle imagine Dame Nature elle-même qui, après une journée passée dans notre monde à être compressée, poussée, méprisée, crottée et victime de la plus grande indifférence, décide de laisser éclater sa colère et de se venger des hommes qui n’ont plus aucune considération pour elle. Qui sème le vent… Les cinq autrices qui l’accompagnent dans ce projet vont alors nous proposer des histoires complètement différentes, tant dans le style que dans le genre même si toutes sont une variation de l’imaginaire.

Avec Monkey palace, Sophie Adriansen oppose l’insouciance des vacances privilégiées aux réalités de l’exploitation de certaines zones touristiques du monde qui voient des régions entières être transformées pour le profit et sans aucun souci de la faune ou de la flore locale. Un récit comme un thriller angoissant qui bascule très vite et nous laisse pantelant dans un twist final savoureux (un procédé dont Bob est toujours friand). Dans Nos corps végétaux, Coline Pierré nous offre toute la sensibilité de son écriture dans un récit poétique de métamorphose qui voit deux jeunes femmes découvrir la mutation végétale dont elles sont victimes – comme toute la population – et en accepter différemment les conséquences. Une histoire comme un rêve. Les deux textes suivants : Extinction Games, de Cindy Van Wilder, et Naître avec le printemps, mourir avec les roses, de Marie Pavlenko, explorent les conséquences directes de la vengeance de Gaïa – ou Dame Nature – et comment les humains vont s’organiser pour endiguer cette revanche. Récits de l’engagement et de l’insurrection, de l’action de la jeunesse pour contrer l’inévitable, nous avons là deux histoires pour inspirer à être les acteurs et actrices du changement. Puis vient Sauvée des eaux, texte en vers de Marie Alhinho, beaucoup plus sombre et apocalyptique que les précédents, mais tout en émotion, qui nous raconte le destin d’une réfugiée climatique dans un monde ravagé où il ne semble y avoir de refuge nulle part. Un monde qui laisse entrevoir les prémices d’une évolution inattendue… Enfin, Flore Vesco et Le récit recyclé qui nous montre encore une fois toute l’inventivité et le talent de l’autrice. Un texte très surprenant et sans doute déconcertant mais dont la virtuosité est aussi un bel hommage à la création littéraire et à ses co-autrices.

C’est avec l’espoir d’une Dame Nature rassurée par Marie Pavlenko que ce travail collectif prend fin. Un recueil de nouvelles engagé, véritable prise de conscience – s’il en fallait encore – mais surtout un appel à l’action. Soyez, vous aussi, le vent furieux qui se fera entendre pour emmener notre monde sur la bonne voie, celle de notre Terre et de sa protection.

Elle est le vent furieux, Sophie Adriansen, Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Coline Pierré, Cindy Van Wilder et Flore Vesco (Flammarion Jeunesse)
disponible depuis le 6 janvier 2021
9782080233943 – 15€
à partir de 13 ans
Image
2

Belle année 2021 !

Dessin original d’Anne Montel.

Hasta la vista 2020, tu ne nous manqueras pas !

On vous souhaite une meilleure année 2021, plus douce et apaisée, à l’image de ce que nous procurent les délicates et tendres illustrations d’Anne Montel. ❤️

Et, bien sûr, on vous souhaite une nouvelle année riche de lectures pour s’évader, s’interroger, s’enthousiasmer, s’émerveiller, se révolter, rêver et, surtout, se faire plaisir à soi ! On pourra peut-être faire quelque chose pour vous aider là-dessus… 😏

Son
0

Aux origines…

Non, nous ne remonterons pas aux origines de Noël alors qu’il ne vous reste que quelques jours pour choisir quels livres mettre sous le sapin. 🎄 Mais peut-être serez-vous tentés par ces albums tendres et drôles qui vous feront découvrir la vérité sur les fantômes ou la création d’une drôle de bête qui ressemble à l’être humain…

La vérité sur les fantômes

On raconte beaucoup de choses sur les fantômes…et vous avez sans doute vous-même plein d’idées sur la question ! Mais tout ce que vous croyez est loin d’être vrai comme va nous le raconter ce petit fantôme qui lève le voile sur les mystères qui les entourent. Ainsi, contrairement aux idées reçues, les fantômes ne portent pas que du blanc, adorent faire peur mais ont parfois la pétoche eux aussi, peuvent être tristes, aimer la glace à la fraise, sortir pique-niquer quand il fait beau ou regarder un film par temps de pluie…

Ne seraient-ils pas comme nous, ces fantômes, finalement ? Lisa Blumen nous offre un album frais et malicieux qui joue avec les mots et les attributs du mythe fantomatique. On avait adoré découvrir son style dans Trafic à la fosse aux griffes (Kilowatt, 2017), quel plaisir de retrouver son dessin tout en rondeurs, au feutre et au crayon de couleurs. Ses petits fantômes aux jambes qui dépassent de sous les draps sont drôles, farceurs, rêveurs, mélancoliques, trouillards et surtout véritablement vivants ! On se laisse embarquer dans ce jeu de cache-cache qui brouille la frontière entre le réel et l’imaginaire pour se terminer sur une résolution finale qui donne la clé du mystère…ou bien l’épaissit encore plus ? Un album tendre et amusant !

La vérité sur les fantômes, Lisa Blumen (Le rouergue)
disponible depuis le 28 octobre 2020
9782812621215 – 16€
à partir de 5 ans

Une drôle de bête

Il y a longtemps, si longtemps que personne ne s’en souvient, le Dabba d’en haut et son frère le Dabba d’en bas, qui créèrent le ciel et la terre et toutes les créatures qui y vivent, eurent l’idée d’une toute nouvelle bête. Une fois créée avec une poignée de terre et l’eau du marigot, les deux Dabba demandent aux autres créatures qui existent déjà ce qu’elles en pensent. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas bien convaincus par cette drôle de bête : pas assez de poils, pas de griffes ou de cornes, bref, rien ne va…

Dans cette histoire qui revisite le mythe des frères Prométhée et Epiméthée, Martine Laffon, qui n’en est pas à sa première exploration de la mythologie, nous raconte avec beaucoup d’humour et d’intelligence la naissance de l’Homme. Et si le texte était déjà truculent en lui-même, on glousse d’autant plus avec les illustrations hilarantes de Delphine Durand, qui nous régale encore une fois de créatures tantôt réalistes, tantôt loufoques mais aux airs toujours ahuris, grognons ou rieurs. Les Dabba ont une allure improbable, tout comme cet Om qui ne semble pas bien mesurer la chance qui lui est offerte, mais leur envie de réussir cette nouvelle bête est aussi attendrissante que touchante. Un album malicieux et foisonnant, des créatures attachantes, pour un conte des origines qui ne cesse de nous fasciner : une réussite !

Une drôle de bête, Martine Laffon, illustré par Delphine Durand (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782369021308 – 17€
à partir de 4 ans
Son
0

Un peu de philosophie

Il n’est jamais trop tôt pour se poser des questions sur soi, sur les autres ou sur ce qui nous entoure. Avec nos deux albums du jour, vous allez avoir matière à vous interroger, à observer et à contempler…

Parfois, on a l’impression qu’il ne se passe rien…

Un enfant entre dans un parc, promenant son chien. L’employé municipal balaye les feuilles mortes. Un couple d’amoureux se dispute. Une vieille dame nourrit les pigeons. Parfois, on dirait qu’il ne se passe rien, et que le temps passe, tout simplement… Jusqu’à ce que le chien se lance à la poursuite des pigeons, entraînant tout un tas de petites catastrophes… Et voilà qu’il se passe plein de petits riens !

Voilà un bel album pour s’intéresser au temps qui passe, ou qui ne passe pas, à ces instants où l’on s’assoit tout simplement sur un banc pour observer autour de soi : les gens, la nature et tout ce qui se passe devant nous. Comme cet enfant assis sur son banc, son chien couché à ses pieds, on se laisse entraîner par ces petites scènes de vie quotidienne, on s’interroge sur ces « petits riens » qui s’invitent à nous pour disparaître aussi vite, ou qui nous marqueront durablement. Comme le seront peut-être tous ces petits riens provoqués par le chien qui s’enfuit, petite tornade dans ce parc tranquille, qui amèneront l’enfant et la vieille dame à se parler et à partager ensemble un petit rien qui deviendra précieux. Le texte poétique et philosophique de Simon Priem nous invite à ralentir, à nous poser comme cet enfant et cette vieille dame et à regarder, à nous souvenir et à savourer tous ces petits riens qui font la vie. Avec ses magnifiques peintures à l’huile, Stéphane Poulin accompagne la douceur de ce texte et lui apporte également beaucoup d’humour grâce aux situations provoquées par la fuite de ce chien et à des personnages amusants et vivants. Une très belle manière de rappeler l’importance de toutes ces petites choses apparemment sans importance qui sont parfois de jolis souvenirs, de belles rencontres et des moments précieux.

Parfois, on a l’impression qu’il ne se passe rien…, Simon Priem, illustré par Stéphane Poulin (Sarbacane)
disponible depuis le 4 novembre 2020
9782377314621 – 15,90€
à partir de 5 ans

Le cadeau

A la veille de Noël, le père de Xiong lui offre une sortie au musée. Voilà un cadeau qui ne l’enthousiasme pas du tout : Xiong déteste les musées et ne comprend rien aux œuvres d’art. Mais peu à peu, le garçon découvre tout ce qui fait la richesse des musées et tout ce qu’il observe du comportement des autres visiteurs l’interroge sur l’art et le rapport que l’on entretient avec…

Quel album insolite ! A travers le regard enfantin de Xiong, Page Tsou évoque avec beaucoup de tendresse et d’intelligence notre rapport à l’art et aux musées. Quel enfant – ou même adulte – n’a jamais été comme Xiong, traînant des pieds pour aller au musée, décidant qu’il n’y comprenait rien avant même d’avoir vu quoi que ce soit ? Ainsi l’enfant découvre-t-il que les œuvres peuvent avoir tout autant de significations que ceux qui les observent, que certains visiteurs peuvent être subjugués par tout autre chose que les tableaux au mur, ou encore qu’on n’est pas obligé de tout comprendre. Cette expérience intime et philosophique lui permet ainsi de changer son regard, d’accepter d’être touché par ce qu’il voit ou ce qu’il comprend et de laisser ses préjugés derrière lui. Et Le cadeau est également une véritable expérience graphique. Photographie, dessin et collage numérique forment des images étonnantes, à la saveur très vintage, qui servent admirablement le propos et apportent également pas mal d’humour. Un album sensible et atypique pour faire l’expérience de l’art. A découvrir !

Le cadeau, Page Tsou, traduit par Chun-Liang Yeh (HongFei)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782355581755 – 15,90€
à partir de 6 ans
Son
0

Quand vient la nuit

La nuit, il se passe parfois de drôles de choses. C’est justement ce que nous allons voir dans ces deux magnifiques albums à mettre sous le sapin ! Vous n’avez plus qu’à vous laisser porter par ces nuits pleines de magie…

Ööfrreut la chouette

Voilà deux ans qu’Ööfrreut observe cette petite fille qui vit la nuit, qui passe ses journées seules et s’aventure sans peur dans la forêt à la nuit tombée. Intriguée et curieuse, la chouette se laisse peu à peu approcher par la petite fille et, lorsque cette dernière est en difficulté, Ööfrreut n’hésite pas à lui venir en aide.

Histoire d’une amitié étonnante entre une petite fille et une chouette, Cécile Roumiguière nous offre également un magnifique hymne à la nature. Racontée du point de vue de l’oiseau, on y découvre ainsi certains comportements propres à l’espèce qui, mis en parallèle avec ceux des humains, nous interpellent, nous attendrissent ou nous font doucement sourire. La solitude vécue par ces deux personnages, qui va les rapprocher et se transformer en amitié, est d’une incroyable tendresse et montre toute la compréhension qui peut exister entre l’humain et l’animal dans ces nuits au cœur de la forêt. Les illustrations de Clémence Monnet, à l’aquarelle et aux crayons de couleur, illuminent l’histoire ! On est tout de suite emportés, tout de suite subjugués par ses couleurs, ses décors de nature foisonnante et merveilleuse et ses personnages si vivants. Moi qui suis une grande fan de chouettes, son Ööffreut est absolument superbe ! ❤️ Un album fascinant, sensible et poétique et une très belle histoire d’amitié entre une petite fille aventureuse et respectueuse de la nature et une chouette protectrice et bienveillante.

Ööfrreut la chouette, Cécile Roumiguière, illustré par Clémence Monnet (Seuil Jeunesse)
disponible depuis le 17 septembre 2020
9791023512434 – 13,50€
à partir de 5 ans

La nuit de la fête foraine

Dans un grand pré s’installe, sous les yeux des animaux de la forêt, une fête foraine. Alors que la nuit tombe et que les humains rentrent chez eux après cette folle journée à s’amuser, les animaux s’approchent et, peu à peu, montent dans les manèges, se laissent tenter par les friandises et s’enivrent de cette atmosphère de fête ! Mais bientôt, le jour se lève, et les animaux doivent regagner leur forêt…

Quel magnifique album pour s’évader, s’imprégner de moments de magie et rêver de fêtes et de gourmandises. Comme tous ces animaux, on aimerait bien, nous aussi, s’offrir cette parenthèse enchantée, se régaler de barbe-à-papa et tournoyer dans des manèges à nous faire dresser les poils ! C’est sans texte que l’histoire de cette fête foraine se déroule, que les animaux prennent possession du lieu, reproduisent les gestes des humains, et se laissent entraîner par cet esprit d’insouciance et de magie de la fête. Les sublimes illustrations de Mariachiara Di Giorgio (qui nous avait déjà conquises avec Profession crocodile) invitent à s’immerger dans cet univers festif, à s’arrêter sur chaque détail, à observer chaque animal et à s’amuser de toutes ces petites choses cocasses ou attendrissantes que l’on découvre en s’attardant. Puis il faut s’en aller, ranger avant que les humains n’arrivent, disparaître dans la brume, terminer de s’amuser un peu avant d’aller se coucher et de retrouver le cours « normal » des choses. Un album magique et joyeux, comme un joli secret à partager et sur lequel on prend énormément de plaisir à revenir, pour vivre et revivre ce moment unique et hors du temps.

La nuit de la fête foraine, Gideon Sterer, illustré par Mariachiara Di Giorgio (Les fourmis rouges)
disponible depuis le 10 novembre 2020
9782369021285 – 15,50€
à partir de 4 ans
Son
0

Le jour où je suis mort, et les suivants – Sandrine Beau

Lenny, Saphir, Biscotte et Esteban sont quatre garçons en prise avec un mal-être qu’ils tentent de dissimuler, de cacher à leur entourage ou au contraire de dire, d’exprimer, bien que personne ne semble comprendre. Tous les quatre sont, ou ont été, victimes de violences sexuelles.

Il y a quelques années, Sandrine Beau traitait déjà avec beaucoup de justesse le sujet des regards, des paroles ou des gestes déplacés d’un adulte sur une jeune adolescente dans La porte de la salle de bain. Dans ce nouveau roman, elle réussit encore une fois à se faire la voix de ces quatre garçons abusés dans leur enfance ou leur adolescence par des adultes. Lecture difficile et bouleversante par son sujet, d’autant plus avec le premier chapitre qui nous fait découvrir Lenny et ses tentatives de mettre fin à ses jours, chaque protagoniste va nous livrer son histoire à travers leur infinie détresse, leur honte, leur dégoût de soi, leur incompréhension ou leur haine, et, pour certains, leur résilience. Roman à quatre voix, tout ne nous est pas raconté de la même manière, parfois en « je », une autre fois sous forme de journal intime, ou encore par l’un des garçons devenu adulte, permettant ainsi d’écouter chacun à son propre rythme, nous révélant quand il le souhaite, quand il se sent prêt, ce qui lui est arrivé. Une libération de la parole qui trouvera tout son sens lors d’une salutaire journée de lycée.

« Ça n’arrive pas aux garçons ce genre de choses ». Sujet tabou qui persiste, à cause de ce que la société attend encore et toujours d’un garçon, Sandrine Beau montre l’emprise, l’abus de pouvoir, que ces adultes – souvent des proches – ont sur ces jeunes, rendant la dénonciation encore plus difficile. Et jamais, jamais, Sandrine Beau ne tombe dans le pathos ou le glauque. Elle nous rend les émotions, les cheminements de pensée, les vérités de chacun, avec subtilité et finesse. Elles n’en sont pas moins graves ou poignantes pour autant, mais on peut véritablement saluer l’intelligence de l’écriture et du scénario. Un roman court, tout en tension, qu’on lit d’un seul souffle. Percutant, sensible et assurément indispensable.

Le jour où je suis mort, et les suivants, Sandrine Beau (Alice jeunesse)
collection Tertio
disponible depuis le 8 octobre 2020
9782874264368 – 12€
à partir de 13 ans
Son
0

J’ai vu un magnifique oiseau – Michal Skibiński et Ala Bankroft

1939. Michal a huit ans. Pour pouvoir passer dans la classe supérieure et progresser dans son orthographe, son instituteur lui demande de tenir un cahier dans lequel il doit écrire chaque jour une nouvelle phrase. Ce qu’il vit, ce qu’il voit, ou ce qu’il ressent. Pendant ses deux mois de vacances, Michal notera consciencieusement toutes les choses qui lui sont arrivées.

Véritable cahier d’écolier tenu par l’auteur quand il était enfant, J’ai vu un magnifique oiseau est un témoignage fort de l’entrée dans la Seconde Guerre mondiale du point de vue d’un enfant. Tout le cahier de Michal Skibiński ne figure pas dans le livre, comme en témoigne le fac-similé de quelques pages du cahier original à la fin de l’album, mais permet de se rendre compte du changement progressif de la vie du petit garçon, d’abord très insouciante, faite des petites joies quotidiennes puis soumise à l’invasion allemande et à la guerre qui débute, accaparant toute son attention et sans doute sa peur.

Chaque phrase du cahier de Michal est accompagnée d’une illustration en double-page. Et quel magnifique travail que celui d’Ala Bankroft, qui nous propose des peintures impressionnistes à couper le souffle ! Malgré toutes les personnes de l’entourage ou de la famille citées par l’auteur dans son cahier, l’illustratrice a pris le parti de ne jamais représenter de personnages et nous offre uniquement les décors, les objets, les paysages qui rythment la vie estivale de notre petit écolier. Elle donne ainsi à voir tout ce que Michal ne dit pas de son environnement, tout ce que notre imaginaire peut offrir en lisant ses quelques phrases d’enfant, et accompagne de ses couleurs et ambiances la progression de l’histoire. Ainsi les peintures du début de l’album sont-elles ensoleillées et verdoyantes avant que la guerre ne vienne assombrir les ciels et les paysages. Une vision d’artiste superbe qui accompagne à merveille l’apparente naïveté de ce cahier d’écolier. Un album sensible et délicat, magnifique témoignage du basculement de l’insouciance à l’horreur de la guerre. Indispensable !

J’ai vu un magnifique oiseau, Michal Skibiński, illustré par Ala Bankroft, traduit par Lydia Waleryszak (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 16 septembre 2020
9782226451231 – 14,50€
à partir de 6 ans
Son
0

Toucher du doigt ses rêves

Un roman et une pièce de théâtre qui commencent de la même manière : un recruteur européen à la recherche des talents de demain dans des pays d’Afrique…et des garçons qui n’ont qu’un seul rêve en tête : jouer avec les plus grands ! Y parviendront-ils ?

Trois minutes de temps additionnel – Sylvain Levey

Kouam et Mafany ont quatorze ans, vivent en Guinée et passent leur temps à jouer au football. Ils rêvent de fouler un jour les pelouses sous le maillot de Manchester United. Et un jour, la chance leur sourit : une femme anglaise les recrute pour intégrer le petit club de Bradford, une première étape avant d’espérer plus grand. Malheureusement, l’arrivée en Angleterre n’est pas aussi géniale qu’ils le pensaient : il pleut tout le temps, la bouffe ne ressemble en rien à celle de leurs mères, ils se blessent, jouent mal… Et entendent des cris de singe dans le public chaque fois qu’ils sont sur la pelouse.

Si l’on découvre dans cette pièce les travers du football : le racisme d’une certaine catégorie de supporters, l’exploitation de jeunes rêveurs en quête de gloire et la marchandise qu’ils représentent – qu’ils se révèlent de vrais talents ou des déceptions, c’est surtout et avant tout un magnifique texte sur la force de l’amitié, sur la poursuite de ses rêves en dépit des embûches. Kouam et Mafany ne seront peut-être pas vos nouvelles idoles du foot mais leur parcours n’en seront pas moins satisfaisants pour eux et pour nous lecteurs. Une pièce sensible et pleine d’espoir, racontée dans une forme narrative qui apporte beaucoup de dynamisme, à lire pile-poil pendant la mi-temps. Une magnifique lettre de Sylvain Levey à son lecteur footballeur ou footballeuse conclut le livre, rappelant que le sport et la littérature ne sont jamais incompatibles.

Trois minutes de temps additionnel, Sylvain Levey (éditions Théâtrales)
collection Théâtrales Jeunesse
disponible depuis le 25 juin 2020
9782842608279 – 8€
à partir de 13 ans

ABC… – Antonio Da Silva

Jomo découvre le basketball un peu par hasard, dans son quartier pauvre de Bamako, au Mali, et en devient complètement accro ! La chance lui sourit le jour où Richard, dénicheur de talent, lui propose de s’envoler pour la France et de rejoindre l’Academy, le centre de formation créé par Tony Parker, son idole. Dès son arrivée, son talent est indéniable et son avenir sera certainement brillant ! Mais pour aller plus loin dans sa carrière, Jomo va devoir accepter de se faire aider : il ne sait pas lire. Il intègre alors un cours d’alphabétisation, qui lui permettra de s’épanouir et de rencontrer la jolie Rosa-Rose…

Le monde du basket semble un peu moins gris que celui du football dans ce roman où les adultes sont ici bien plus bienveillants que dans l’histoire de Kouam et Mafany. Jomo rencontrera même Tony Parker lui-même, véritable figure d’espoir pour le garçon ! Très vite, pourtant, le basket laisse la place à la rencontre de Jomo avec Rosa, la fille de sa prof d’alphabétisation et, non seulement le garçon va sans doute pouvoir réaliser son rêve mais aussi trouver l’amour… Un véritable parcours initiatique pour cet adolescent qui découvre une toute nouvelle vie en France. Un roman court et pourtant très dense, abordant beaucoup de sujets mais surtout marqué par un véritable sens de la surprise ! Antonio Da Silva l’avait déjà montré dans son précédent roman, Sortie 32b (dans un tout autre genre), mais il parvient à nous toucher en plein cœur avec le destin qui attend Jomo. Un roman bouleversant et, pourtant, plein d’espoir lui aussi.

ABC…, Antonio Da Silva (Le Rouergue)
collection DoAdo
disponible depuis le 2 septembre 2020
9782812620829 – 12,80€
à partir de 13 ans
Son
0

Sœurs d’Ys – M.T. Anderson & Jo Rioux

Dans la cité magique et fastueuse d’Ys, la reine Malgven meurt brutalement, laissant ses deux filles inconsolables. Alors qu’elles grandissent, elles s’éloignent l’une de l’autre : Rozenn, héritière du trône, préfère la nature et le travail de la terre tandis que Dahut, la cadette, tournoie dans les fêtes et les intrigues du palais. Mais Ys n’est pas cette cité de rêve qui intrigue tant le monde extérieur et elle cache de biens terribles secrets…

Ville légendaire de Bretagne, engloutie par l’océan, Ys fait partie de ces cités mythiques opulentes et enviées qui finissent par disparaître mystérieusement. M.T. Anderson revisite ainsi la légende celtique, reprenant les personnages et éléments phares de l’histoire telle qu’elle est nous est parvenue et nous racontant également le destin de deux jeunes filles à l’héritage maudit. Deux sœurs que tout oppose, tant dans les caractères que les aspirations et qui scellera le destin tout entier de l’île. Réflexion sur l’orgueil des hommes, l’appât de la richesse, le contrôle de la nature et des ressources, induite par le père de Rozenn et Dahut, c’est aussi, du côté des deux jeunes filles, une réflexion sur la culpabilité, le poids des responsabilités quand on désire tout simplement vivre. Rozenn n’existe pas dans les différentes versions de la légende mais elle apporte une dimension intéressante au récit, contrebalançant le personnage de Dahut représentant habituellement le « Mal » et permet surtout d’apporter son lot de drame, d’amour et de trahison.

C’est Jo Rioux qui met en images cette histoire complète et c’est tout simplement époustouflant ! Il y a dans son style quelque chose qui rappelle Isabel Greenberg ou Mathieu Bablet (notamment dans ce dessin si particulier des personnages). La couverture très tourbillonnante et fascinante donne déjà le ton ! Mais c’est surtout le soin apporté à l’expressivité des personnages qui nous subjugue, notamment le regard tantôt séducteur, tantôt tourmenté de Dahut ou celui absent, coupable, dément du roi Gradlon. L’album est d’ailleurs complété par un cahier graphique de toute beauté qui montre toute la finesse du trait de Jo Rioux.

Une bande dessinée magnifique, terrible et enivrante pour découvrir ou redécouvrir cette légende celtique dont les thèmes résonnent encore et toujours actuellement.

Sœurs d’Ys – La malédiction du Royaume englouti, Matthew Tobin Anderson, illustré par Jo Rioux (Rue de Sèvres)
disponible depuis le 16 septembre 2020
9782810217403 – 20€
à partir de 13 ans
Son
0

Après l’apocalypse

Nos deux romans du jour explorent le genre du post-apocalyptique, soit ce qui se passe après que le monde se soit effondré suite à une catastrophe de grande ampleur. Si les causes et les conséquences ne sont pas les mêmes, tous les deux sont en revanche diablement efficaces ! ☢

RC 2722 – David Moitet

Oliver a grandi dans un abri souterrain après le grand effondrement qui a vu la disparition de l’humanité. Un jour, alors qu’il doit effectuer une maintenance dans l’un des niveaux les plus dangereux de l’abri, il découvre des traces de pas laissant à penser que quelqu’un est sorti… Comment est-ce possible alors que la surface est irrespirable et radioactive ? Oliver n’est clairement pas au bout de ses surprises, surtout quand son père décède mystérieusement et que son frère est condamné à l’exil…

David Moitet imagine un effondrement causé par la sècheresse, le réchauffement climatique qui voit les paysages français changer radicalement et se transformer en déserts. Jusqu’à ce que les populations, manquant d’eau, soient contraintes de trouver refuge ailleurs… Une épidémie – tiens donc ! – et la misère plus tard, seuls quelques privilégiés pourront avoir une place dans ces abris souterrains… La quête de vérité d’Oliver nous dévoilera à la fois le passé de cette France qui connaîtra les réfugiés climatiques et ce qui se passe réellement à la surface. Le scénario est assez classique mais, comme toujours avec David Moitet, le rythme est bien dosé, efficace, la lecture fluide et on s’attache immédiatement à ses personnages. Seul le « méchant » est sans doute découvert trop tard pour avoir un retournement crédible, mais Oliver et Tché, que je vous laisse découvrir, forment un duo explosif ! Un roman entre Fallout et Mad Max qui nous tient en haleine jusqu’au bout !

RC 2722, David Moitet (Didier Jeunesse)
disponible depuis le 23 septembre 2020
9782278098392 – 15,90€
à partir de 13 ans

Bpocalypse – Ariel Holzl

Samsara est une lycéenne et vit à Concordia, où tout un tas de dangers l’attendent à tous les coins de rue : fantômes, animaux mutants et autres joyeusetés laissées par l’Apocalypse huit ans plus tôt. Mais avec sa batte de base-ball et ses talismans, la route vers le lycée est habituellement plutôt calme. Alors que cette rentrée avec ses amis Danny et Yvette les verra choisir un stage, une nouvelle les secoue : la ville lève la quarantaine de l’ancien parc public où vivent des mutants qui arrivent justement dans leur classe !

Autre ambiance avec Ariel Holzl qui nous offre un décor et des créatures dignes de films d’horreur. Ici, l’apocalypse c’est une comète qui s’est écrasée sur la Terre, apportant avec elle des contaminations et mutations qui se sont attaquées autant à la faune et la flore qu’aux êtres humains. Concordia est la seule ville encore debout, bien qu’aux nombreux quartiers bouclés et aux dangers aussi terrifiants que différents. L’ouverture d’une nouvelle partie de la ville est un véritable événement et va susciter autant la méfiance que la peur et le rejet. Et c’est là que Samsara se révèle être un personnage tout en nuances, une héroïne aux croyances bien arrêtées qui va devoir composer entre son rêve d’intégrer la Milice pour aller exploser du mutant et la réalité de ce nouveau monde dans lequel elle vit (et qui lui révèlera là aussi bien des secrets et vérités inattendues). L’intrigue est peut-être un peu longue à démarrer, ne sachant tout d’abord pas trop où on nous emmène mais l’univers original, un peu punk et beaucoup déjanté, nous accroche, tout comme les thèmes finalement très universels de l’acceptation de la différence et des mauvaises décisions que l’on prend au nom d’une cause que l’on croit juste. A découvrir, d’autant plus à l’école des loisirs qui ne nous avait pas habitué au genre !

Bpocalypse, Ariel Holzl (L’école des loisirs)
collection Médium +
disponible depuis le 7 octobre 2020
9782211310161 – 17€
à partir de 13 ans