Son
0

Sœurs d’Ys – M.T. Anderson & Jo Rioux

Dans la cité magique et fastueuse d’Ys, la reine Malgven meurt brutalement, laissant ses deux filles inconsolables. Alors qu’elles grandissent, elles s’éloignent l’une de l’autre : Rozenn, héritière du trône, préfère la nature et le travail de la terre tandis que Dahut, la cadette, tournoie dans les fêtes et les intrigues du palais. Mais Ys n’est pas cette cité de rêve qui intrigue tant le monde extérieur et elle cache de biens terribles secrets…

Ville légendaire de Bretagne, engloutie par l’océan, Ys fait partie de ces cités mythiques opulentes et enviées qui finissent par disparaître mystérieusement. M.T. Anderson revisite ainsi la légende celtique, reprenant les personnages et éléments phares de l’histoire telle qu’elle est nous est parvenue et nous racontant également le destin de deux jeunes filles à l’héritage maudit. Deux sœurs que tout oppose, tant dans les caractères que les aspirations et qui scellera le destin tout entier de l’île. Réflexion sur l’orgueil des hommes, l’appât de la richesse, le contrôle de la nature et des ressources, induite par le père de Rozenn et Dahut, c’est aussi, du côté des deux jeunes filles, une réflexion sur la culpabilité, le poids des responsabilités quand on désire tout simplement vivre. Rozenn n’existe pas dans les différentes versions de la légende mais elle apporte une dimension intéressante au récit, contrebalançant le personnage de Dahut représentant habituellement le « Mal » et permet surtout d’apporter son lot de drame, d’amour et de trahison.

C’est Jo Rioux qui met en images cette histoire complète et c’est tout simplement époustouflant ! Il y a dans son style quelque chose qui rappelle Isabel Greenberg ou Mathieu Bablet (notamment dans ce dessin si particulier des personnages). La couverture très tourbillonnante et fascinante donne déjà le ton ! Mais c’est surtout le soin apporté à l’expressivité des personnages qui nous subjugue, notamment le regard tantôt séducteur, tantôt tourmenté de Dahut ou celui absent, coupable, dément du roi Gradlon. L’album est d’ailleurs complété par un cahier graphique de toute beauté qui montre toute la finesse du trait de Jo Rioux.

Une bande dessinée magnifique, terrible et enivrante pour découvrir ou redécouvrir cette légende celtique dont les thèmes résonnent encore et toujours actuellement.

Sœurs d’Ys – La malédiction du Royaume englouti, Matthew Tobin Anderson, illustré par Jo Rioux (Rue de Sèvres)
disponible depuis le 16 septembre 2020
9782810217403 – 20€
à partir de 13 ans
Galerie
0

Avec le monstre du placard, ça déménage ! – Antoine Dole et Bruno Salamone

Voilà déjà un moment que le monstre a élu domicile dans le placard de la chambre et il serait temps qu’il déménage… Il a tellement pris ses aises que le petit garçon ne peut plus ranger ses affaires ! Il faudrait le reloger, mais où ? Ensemble, le monstre du placard et le garçon vont chercher, tester des endroits improbables pour trouver un nouvel habitat à cette grosse boule de poil ! Le sac à main de maman ? C’est pas bête, on y trouve des bonbons ! Mais il est trop encombré. Le journal intime de la grande sœur ? Impossible le monstre va être contaminé par une bisoutite aigüe et va vouloir faire plein de bisous ! Beurk ! Pas facile de trouver une nouvelle planque !

Amusantes, inconfortables, enfantines, les possibles cachettes du monstre du placard feront rire les enfants (et les adultes !). A chaque double page, c’est une nouvelle combine que l’on découvre pour notre plus grand plaisir. Cet album est la troisième histoire où l’on peut retrouver ce montre toujours aussi espiègle et tendre. En effet, ce duo d’artiste avait déjà dévoilé auparavant dans deux albums que Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver ! et nous avait appris Comment élever le monstre du placard. Nul besoin d’avoir lu les albums précédents, même si le jeune lecteur aura certainement envie de découvrir comment le monstre s’est retrouvé dans le placard !

Les illustrations au trait griffonné de Bruno Salamone proposent un monstre, imposant certes, mais tellement adorable que l’on a envie de l’avoir en peluche ! Des mini-monstres se cachent un peu partout dans les dessins pour le plus grand plaisir des enfants qui adoreront les dénicher. Loin des monstres terrifiants, comme ceux que peuvent souvent imaginer les enfants sous leurs lits, ce monstre de chambre est le compagnon de jeu parfait, l’ami imaginaire idéal pour faire des bêtises !

Un album qui dédramatise la peur du monstre avec le rire, Antoine Dole arrive à mêler avec justesse le quotidien des enfants et leur imaginaire débordant. On en redemande !

Avec le monstre du placard, ça déménage !, Antoine Dole, illustré par Bruno Salamone (Actes Sud Junior)
disponible depuis le 21 octobre 2020
97823301409841 – 15,90€
à partir de 3 ans
Son
0

Après l’apocalypse

Nos deux romans du jour explorent le genre du post-apocalyptique, soit ce qui se passe après que le monde se soit effondré suite à une catastrophe de grande ampleur. Si les causes et les conséquences ne sont pas les mêmes, tous les deux sont en revanche diablement efficaces ! ☢

RC 2722 – David Moitet

Oliver a grandi dans un abri souterrain après le grand effondrement qui a vu la disparition de l’humanité. Un jour, alors qu’il doit effectuer une maintenance dans l’un des niveaux les plus dangereux de l’abri, il découvre des traces de pas laissant à penser que quelqu’un est sorti… Comment est-ce possible alors que la surface est irrespirable et radioactive ? Oliver n’est clairement pas au bout de ses surprises, surtout quand son père décède mystérieusement et que son frère est condamné à l’exil…

David Moitet imagine un effondrement causé par la sècheresse, le réchauffement climatique qui voit les paysages français changer radicalement et se transformer en déserts. Jusqu’à ce que les populations, manquant d’eau, soient contraintes de trouver refuge ailleurs… Une épidémie – tiens donc ! – et la misère plus tard, seuls quelques privilégiés pourront avoir une place dans ces abris souterrains… La quête de vérité d’Oliver nous dévoilera à la fois le passé de cette France qui connaîtra les réfugiés climatiques et ce qui se passe réellement à la surface. Le scénario est assez classique mais, comme toujours avec David Moitet, le rythme est bien dosé, efficace, la lecture fluide et on s’attache immédiatement à ses personnages. Seul le « méchant » est sans doute découvert trop tard pour avoir un retournement crédible, mais Oliver et Tché, que je vous laisse découvrir, forment un duo explosif ! Un roman entre Fallout et Mad Max qui nous tient en haleine jusqu’au bout !

RC 2722, David Moitet (Didier Jeunesse)
disponible depuis le 23 septembre 2020
9782278098392 – 15,90€
à partir de 13 ans

Bpocalypse – Ariel Holzl

Samsara est une lycéenne et vit à Concordia, où tout un tas de dangers l’attendent à tous les coins de rue : fantômes, animaux mutants et autres joyeusetés laissées par l’Apocalypse huit ans plus tôt. Mais avec sa batte de base-ball et ses talismans, la route vers le lycée est habituellement plutôt calme. Alors que cette rentrée avec ses amis Danny et Yvette les verra choisir un stage, une nouvelle les secoue : la ville lève la quarantaine de l’ancien parc public où vivent des mutants qui arrivent justement dans leur classe !

Autre ambiance avec Ariel Holzl qui nous offre un décor et des créatures dignes de films d’horreur. Ici, l’apocalypse c’est une comète qui s’est écrasée sur la Terre, apportant avec elle des contaminations et mutations qui se sont attaquées autant à la faune et la flore qu’aux êtres humains. Concordia est la seule ville encore debout, bien qu’aux nombreux quartiers bouclés et aux dangers aussi terrifiants que différents. L’ouverture d’une nouvelle partie de la ville est un véritable événement et va susciter autant la méfiance que la peur et le rejet. Et c’est là que Samsara se révèle être un personnage tout en nuances, une héroïne aux croyances bien arrêtées qui va devoir composer entre son rêve d’intégrer la Milice pour aller exploser du mutant et la réalité de ce nouveau monde dans lequel elle vit (et qui lui révèlera là aussi bien des secrets et vérités inattendues). L’intrigue est peut-être un peu longue à démarrer, ne sachant tout d’abord pas trop où on nous emmène mais l’univers original, un peu punk et beaucoup déjanté, nous accroche, tout comme les thèmes finalement très universels de l’acceptation de la différence et des mauvaises décisions que l’on prend au nom d’une cause que l’on croit juste. A découvrir, d’autant plus à l’école des loisirs qui ne nous avait pas habitué au genre !

Bpocalypse, Ariel Holzl (L’école des loisirs)
collection Médium +
disponible depuis le 7 octobre 2020
9782211310161 – 17€
à partir de 13 ans
Son
0

Cinémonstres – Stéphane Tamaillon et Laurent Audouin

Aventures et frissons sont au programme de ce beau dimanche où il fera bon découvrir quelques classiques du cinéma de genre. C’est parti ! 😀

9782848658506,0-3173427

Brooks est la fille du célèbre réalisateur Harry Hausen et a grandi auprès des plus stars les plus glamours d’Hollywood et les meilleurs techniciens du cinéma. Cet été, toute l’équipe débarque en Amazonie pour le nouveau tournage d’Harry : un film de monstre ! Mais le lagon qu’ils ont choisi est réputé maudit et, bientôt, Rose Glamour, la star du film, est enlevée…

★★★★☆

La créature du lagon maudit, c’est la toute première aventure de Brooks dans la série Cinémonstres (qui comptera au moins 4 tomes, le prochain paraissant en août), créée par Stéphane Tamaillon (dont on vous a commenté son précédent roman et qu’on aime beaucoup ici) et Laurent Audouin (que vous connaissez sans aucun doute pour la série des Enquêtes de Mirette chez Sarbacane aussi). Ceux qui sont un peu vieux reconnaîtront sûrement les nombreuses références, à commencer par le film qui a inspiré cette première aventure : L’étrange créature du lac noir (1954). Quant aux plus jeunes, ils auront tout simplement le plaisir de découvrir une histoire complètement dingo, une jeune héroïne pleine de courage, des adultes colériques, trouillards et pas très débrouillards, et un monstre terrifiant…ou pas ?

Moi c'est pas tant le monstre qui me fait frissonner que le menton proéminent d'Edward...

Moi c’est pas tant le monstre qui me fait frissonner que le menton proéminent d’Edward…

Un petit roman au format album, qui ravira les amateurs de mystère et de monstres. L’écriture de Stéphane Tamaillon est efficace et énergique, les jeux de typographies et de bulles façon BD donnent encore plus de pep’s et les inventions de mots du père de Brooks enrichissent l’humour déjà bien présent de l’histoire et des personnages. Les illustrations de Laurent Audouin, riches et colorées, souvent en pleine page, se marient parfaitement au texte : Brooks en est encore plus pétillante, l’Amazonie terrifiante et la créature du lagon…pas si effrayante ? Un duo qui fonctionne en tous cas à merveille et que l’on a hâte de retrouver pour le prochain tome qui nous emmènera dans le froid de l’Alaska… Vivement le mois d’août ! 😛

Et pour ceux qui sont du côté de Poitiers, sachez qu’il y a une exposition en 3D à la Fnac de la ville jusqu’au 12 mars ! Une très chouette occasion de découvrir le livre, non ?

Cinémonstres – 1, La créature du lagon maudit, Stéphane Tamaillon, illustré par Laurent Audouin (Sarbacane)
disponible depuis le 2 mars 2016
9782848658506 – 12€
à partir de 8 ans