Discussion

Mauvais fils – Raphaële Frier

GetBlob.ashx

Ghislain est fils unique. Depuis toujours, ses parents se disputent. Dans ce climat, il ne parvient pas à leur dire qu’il est gay et il n’est même pas certain qu’ils apprécieraient cette révélation. Quand ses notes chutent, il se laisse entraîner par son père pour devenir électricien, un vrai métier d’homme. Mais bientôt, le secret de Ghislain est éventé et son père le met à la porte.

Dans les pensées de Bob

★★★☆☆

Un texte court et, comme toujours dans la collection Ego, percutant sur l’homosexualité. Ou, plutôt, sur la non-acceptation de l’orientation sexuelle d’un adolescent par ses parents. Et sur tous les clichés véhiculés par notre société sur ce qu’il est bien de faire pour un garçon (bidouiller l’électricité, c’est viril, une fille pourrait pas le faire) ou pour une fille (la cuisine, classique !). A ce sujet, les réflexions de Ghislain sont rapides mais très intéressantes.
Dans sa famille, il est clair que Ghislain ne trouve aucun soutien lorsque son secret éclate, ni même avant cela d’ailleurs. Une situation qui lui fait jusqu’à sentir que son homosexualité est honteuse, qu’il est dégoûtant. Des sentiments qui ne vont qu’envenimer la situation avec ses parents : son père qui va le virer sèchement de chez lui et sa mère qui pense que ce n’est qu’une passade, une sorte de maladie qui guérira avec le temps. Et malgré ses rencontres dans des bars gays, il se rend bien compte que ce n’est même pas l’acceptation de ce qu’il est qu’il recherche, mais tout bêtement l’amour. Grâce à son ami Mounir et sa rencontre avec Cédric, Ghislain va tout de même réussir à reprendre sa vie en main, même sans le soutien de ses parents. Pourtant, il ne peut s’empêcher de penser à eux…
Il y a beaucoup de rage dans ce roman, une colère qui habite Ghislain, et l’impasse qu’il trouve avec ses parents, notamment son père, est le cœur du livre. Le sujet est très bien abordé et vraiment intéressant. Je regrette simplement la fin très dure, abrupte, définitive. On se sent bien trop triste une fois la dernière page tournée…

Avec les mots de Jean-Michel

★★★☆☆

J’ai effectivement trouvé cette fin sombre :( Peu d’espoir sur une réconciliation père/fils. Le père de Ghislain, en plus d’être phallocrate, est homophobe et “lopette” semble être son maître mot : les hommes sont au bricolage ce que les femmes sont aux casseroles. Il est vrai qu’avec une telle mentalité il est difficile d’imaginer une haute tolérance face à l’orientation sexuelle de son fils…mais tout de même : son fils unique ! On se dit à la lecture que la raison tôt ou tard prendra le pas sur la fierté, mais il n’en est rien. J’aime à penser que le temps pourrait faire son office et que ces deux hommes rétabliront le dialogue un jour. Malheureusement, la réalité est tout autre – même en 2015 – et c’est ce que Raphaële Frier nous montre. Elle nous raconte la vie tout simplement et quelque part c’est appréciable. Si elle nous avait ajouté une licorne sous la litanie “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants” nous aurions fait des bonds. Après avoir révélé son homosexualité à ses parents : cela peut se passer d’une manière aussi brutale. Mais malgré tout, Ghislain avance sans ses parents sans exclure la possibilité qu’un jour, son père puisse accepter qu’une “lopette” soit virile et que sa mère soit capable de prendre position et d’apprécier son bonheur.

Mauvais fils, Raphaële Frier (Talents Hauts)
collection Ego
disponible le 27 août 2015
9782362661310 – 7€
à partir de 14 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>