Son
0

Au cœur de la nature…

Vous êtes plutôt savane ou forêt ? Nos deux albums du jour nous font voyager dans la nature, aux côtés de majestueux éléphants, ou à la poursuite d’une rivière. Deux univers graphiques pour deux albums documentaires qui se lisent comme une histoire…

L’éléphant

Après La baleine bleue et L’ours polaire, Jenni Desmond continue de nous fasciner et de nous émerveiller à travers ses portraits d’animaux aussi majestueux que menacés. Entre l’Afrique et l’Asie, nous suivons ce petit garçon qui, en prenant un livre dans sa bibliothèque, découvre tous les secrets des éléphants. Les éléments documentaires sont passionnants, éclairants et sont parfois évoqués judicieusement par des analogies simples et à hauteur d’enfant. Si les documentaires ou les albums sur les éléphants sont légion, celui-ci se démarque assurément par ses illustrations absolument magnifiques ! Les peintures de Jenni Desmond sont à la fois scientifiquement réalistes et riches d’émotion. Et elles sont merveilleusement mises en valeur dans cet album de très grande qualité. Un ouvrage indispensable, duquel se dégage une grande tendresse, pour rappeler que les éléphants sont en danger et qu’il est nécessaire de les protéger.

L’éléphant, Jenni Desmond, traduit par Ilona Meyer (Éditions des éléphants)
disponible depuis le 21 mars 2019
9782372730785 – 14€
à partir de 5 ans
 

Par ici !

Avec Par ici, c’est un texte mystérieux et malicieux d’Olivier Douzou qui nous emporte et qui débute dès la couverture ! D’un tout petit filet d’eau commence à se dessiner un ruisseau, puis on dévale des montagnes, on bute contre des rochers, des affluents nous rejoignent et puis on grossit, grossit, jusqu’à n’avoir plus de bords. C’est le périple de cette rivière que l’on suit, de sa source jusqu’à la mer où elle se jette. S’il nous faut un petit moment avant de comprendre qui nous parle dans cette histoire, c’est peut-être aussi à cause des illustrations foisonnantes et humoristiques qui se transforment presque en « cherche et trouve », où toute la vie – humaine, animale et végétale – qui entoure notre rivière se déroule en même temps. Un voyage du minuscule au gigantesque qui permet d’aborder la vie d’une rivière avec simplicité. Gros coup de cœur pour les images de Benoît Audé qui regorgent de détails, de petites tranches de vies très drôles et qui nous invitent à revenir encore et encore à ce très bel album tout en fraîcheur.

Par ici !, Olivier Douzou, illustré par Benoît Audé (Le Rouergue)
disponible depuis le 6 mars 2019
9782812617539 – 15€
à partir de 5 ans
2

Un éléphant pour le thé – Linda Groeneveld

éléphantthé A l’aube, la petite princesse se leva avant tout le monde : elle a faim, elle veut jouer avec ses cubes, ses poupées, à cache-cache mais elle s’ennuie fermement car aucun adulte n’est réveillé. Elle a bien un papa, il est fort – il peut soulever 3 chevaux – mais en tant que Roi il a beaucoup de travail et reste irrémédiablement fatigué. Que faire lorsqu’un papa est trop occupé à régner sur un royaume et que l’on veut jouer ? Parce que ni les poupées, ni les laquais ne participent aux jeux de la princesse. Elle n’a qu’une idée en tête depuis que son quotidien est devenu ennuyeux : avoir un chien. Le roi lui a promis mais l’acquisition du canin a bien du retard…Une baronne arrive bientôt au palais et le Roi est bien préoccupé pour penser au chien tant attendu. La princesse n’en a cure de cette femme. A son arrivée, la petite ne serra pas la main que lui avait tendue la baronne, ce qui la vexa promptement et prit aussitôt la fillette en grippe.

“Une baronne ?! Est-ce qu’elle avait du flair ? Est-ce qu’elle levait la patte quand elle faisait pipi ? Est-ce qu’elle enterrait les os ? Non, bien sûr que non ! Les baronnes font beaucoup trop de chichis.”

★★★★☆

Comme le veut la coutume dans les contes : le Roi est séduit par cette femme qui se révélera vénale, égocentrique, autoritaire mais d’une grand beauté qui n’apprécie guère les animaux, les enfants et le bazar qu’ils propagent. La baronne s’enticha du Roi et très vite la rumeur du mariage s’étend et les cadeaux commencent à affluer. Soudain, un présent plus gros que jamais attire tous les regards : un éléphant ?! La princesse en fit bien vite son animal de compagnie : pourquoi se gênerait-elle ? Pour embêter une baronne au sale caractère, mieux vaut être deux…Mais le mystère du pachyderme en guise de cadeau reste entier et la fin de ce conte malicieux est bien étonnante.

Une histoire tendre parsemée de touches d’humour qui fait sourire. Une parodie que l’on pourrait adapter à notre époque : un père célibataire qui travaille d’arrache-pied et qui culpabilise de ne pas passer assez de temps avec sa fille. Moralité : ce n’est pas parce qu’un papa travaille trop que cela fait de lui un mauvais parent – la preuve : il est toujours présent pour lui raconter une histoire avant de la border.
Un vrai souffle d’air frais ce livre…avec des paillettes, du thé et une touche du vandalisme : ouvrez-le, vous saurez 🙂

Un éléphant pour le thé, Linda Groeneveld (Magnard Jeunesse)
Collection Romans Perles
en librairie depuis le 9 mars 2015
9782210961012 – 12.90€
à partir de 8 ans

1

Le seul et unique Ivan – Katherine Applegate

seuluniqueivanAvertissement : aucun lecteur n’est trop vieux, trop occupé ou trop insensible pour lire une telle histoire. Mademoiselle Applegate nous tire les larmes et je ne sais pas si je dois la maudire ou la serrer très fort dans mes bras. Le Grinch lui-même serait difficile de ne pas faire preuve d’empathie avec l’histoire d’Ivan.

★★★★★

Ivan est un gorille qui vit paisiblement son existence dans la ménagerie d’un centre commercial, à la vue des hommes qui l’observent à travers les vitres de sa triste habitation. Sa vie dans la jungle ne lui manque pas, il y pense à peine d’ailleurs. Son quotidien est ponctué par la télévision, qu’il regarde souvent, la présence de ses amis : Stella, une vieille éléphante et Bob, un chien errant. Ivan est avant tout un artiste : à travers ses dessins il essaie de capturer le goût d’un fruit ou le bruit des feuilles. Sa vie va changer lorsque Ruby, un éléphanteau va être arrachée à sa famille et son milieu naturel pour être placée dans cette même cage. Ivan va donc percevoir ce qu’aurait pu être sa vie et va désormais tout faire pour que Ruby soit heureuse…

ivancage

Nous faisons un sacré bout de chemin avec ce gorille. Ses paroles mélancoliques nous frappent en plein coeur et il y a mieux : son ami Stella l’éléphant tord votre âme en deux avec son histoire et ses sentiments. J’avais déjà pleuré en regardant “Dumbo” étant petite mais là ma cage thoracique résonnait tellement je voulais tous les serrer contre moi et leur dire que tout allait bien se passer. L’écriture est gracieuse, concise et colorée – rien n’est gaspillé, il n’y a pas un mot de trop. Ce qu’il y a d’intéressant avec l’écriture de Katherine (oui, je sens qu’on va devenir copines) c’est qu’elle implique son lecteur, pousse à la réflexion tout en racontant avec simplicité. Les points forts de ce roman : les observations philosophiques d’Ivan et son acceptation de la situation. Le récit poignant teinté d’humour et absolument merveilleux de Katherine Applegate nous reste dans la poitrine. Pas de doutes là-dessus : cette femme sait créer l’inoubliable.

Le seul et unique Ivan, Katherine Applegate (Seuil jeunesse)
en librairie depuis le 15 janvier 2015
9791023502886 – 12.50€
à partir de 9 ans jusqu’à 109 ans
Faites un tour sur le site de l’auteur

ivanremarkableSachez que ce roman est basé sur des faits réels, Ivan a existé. Katherine Applegate a écrit un autre ouvrage sur la vraie vie de ce gorille et les illustrations de Brian Karas sont déchirantes. A ma grande déception, ce livre illustré n’est pas traduit en français, mais voici un aperçu.
ivanspread1ivanspread2-13