Discussion
0

Hommage à Axl Cendres

C’est avec une profonde émotion que nous avons appris aujourd’hui la disparition d’Axl Cendres. On ne vous parle pas souvent de ce genre de choses sur le site, mais nous avions envie de le faire aujourd’hui car Axl Cendres est pour nous l’une des autrices qui a construit la littérature pour les adolescents, qui a construit nos parcours de lectrices, et nous sommes effondrées à l’idée de ne plus avoir le bonheur de lire de nouveaux mots de sa main.

Nous avons eu l’immense chance de la rencontrer lors du Salon du livre de Montreuil, en 2015, à l’époque où encore jeunes blogueuses, nous lui avions préparé tout un tas de questions pour une interview menée dans les plus sombres recoins du salon, où elle ne fit qu’entretenir le mystère qui l’entourait. Nous avions été touchées par sa sensibilité, cette fragilité qui se cachait sous des atours de vampire-cow-boy-dandy et tous ces rôles qu’elle se donnait. Elle nous semblait à l’image de ses romans, de ses personnages, et cette dédicace toute simple qu’elle nous avait offert « Merci d’avoir Lu-Vu mes livres » dans notre exemplaire de Dysfonctionnelle et ce qu’elle signifiait pour Axl nous avait touché autant qu’elle.

Nous n’avons fait qu’effleurer la personnalité d’Axl lors de cette rencontre, et d’autres vous parleront sans doute mieux de la personne qu’elle était. En revanche, nous pouvons affirmer qu’elle est l’une des plus importantes autrices de la littérature jeunesse et que, si vous ne connaissez pas encore son écriture, la meilleure façon de lui rendre hommage sera de lire ses romans et de les faire passer encore et toujours auprès des jeunes. Elle est l’une des rares à savoir parler de la folie, de la dépression, des adolescents cassés, abimés, avec autant d’acuité, de sensibilité et d’humour. Chacun de ses romans est une véritable expérience de lecture, des romans absolument uniques auxquels aucun autre ne ressemble (Bob se souvient encore de cet ado à la bibliothèque qui était tombé raide dingue de Bibow, qui voulait lire un autre roman dans ce style et à qui on n’avait rien à proposer de similaire !!). Oui, Axl Cendres fait définitivement partie de ces auteurs à la voix singulière, nécessaire, importante, qu’il faut absolument découvrir, faire découvrir et faire vivre.

Et c’est sur cette jolie phrase de Zaza, la grand-mère de Dysfonctionnelle, que nous vous invitons à (re)découvrir l’excellente bibliographie d’Axl.

« Même avec une chose que tout le monde croit perdue, on peut faire quelque chose de merveilleux »

Amis libraires, bibliothécaires, documentalistes, enseignants, blogueurs, parents, adolescents, lisez et faites lire Axl Cendres.

Son
2

Cœur battant – Axl Cendres

Un nouveau texte d’Axl Cendres, c’est comme quand tu sais déjà le cadeau que tu vas avoir à Noël. T’es tout fébrile, impatient, tu tiens pas en place et en même temps tu veux faire genre tu sais te tenir. Et puis quand c’est l’heure de le découvrir, tu arraches complètement l’emballage et tu te précipites direct pour commencer à lire ce livre que tu attendais depuis tellement longtemps ! Et ce livre, c’est Cœur battant, qui a effectivement bien fait battre notre petit cœur… 😛

Alex a 17 ans et il a tenté de se suicider. Mais il s’est loupé et se retrouve dans une clinique avec d’autres « suicidants » : la vieille et élégante Colette, le naïf et un peu gros Victor, le riche et grincheux Jacopo et enfin la belle et cynique Alice. Cette petite brochette de ratés du suicide décide un jour de s’évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo, pour finir leur vie en beauté, et ce tous ensemble !

★★★★★

Vous pensiez que le suicide, c’était pas franchement drôle ? C’est que vous ne connaissiez pas encore Axl Cendres qui est bien la SEULE à pouvoir nous raconter l’histoire de ces cinq « ratés » de la mort avec autant de finesse psychologique et de larmes de rire. Évidemment, tous ces personnages n’ont pas tenté de se suicider pour le fun, hein, les raisons de leurs gestes sont tous très sérieux, durs, romantiques, compliqués, mais ce n’est pas parce qu’on a voulu en finir avec la vie qu’on ne peut pas garder sa personnalité, qui se révèle lors des sessions d’Alex avec les médecins et thérapeutes. Et lui qui craignait de se retrouver avec des dépressifs à donner encore plus envie de se jeter par la fenêtre, le voilà à échanger avec un glouton qui connaît toutes les combines de la clinique et que son côté candide rend drôlement attachant ; avec une vieille dame coquette qui raffole d’aphorismes en tout genre ; un riche italien que tout emmerde ou encore avec une fille autoritaire à la pique acerbe mais quand même vachement jolie !

Et lorsque tout ce petit monde décide de partir en week-end pour aller se foutre en l’air, autant vous dire que leur petit périple va se révéler bien plus compliqué que prévu… Et c’est là tout le talent d’Axl Cendres que de nous mener par le bout du nez dans un road-trip délirant, presque ubuesque, à grand coup de réparties bien trouvées, de réflexions hyper profondes sur le sens et la beauté de la vie, et d’un style drôlement et superbement vivant ! Si la fin est un peu trop prévisible (et le livre beaucoup trop court !!!), Coeur battant n’en est pas moins un roman diablement émouvant, tranchant, décapant et lumineux !

Petit P.S. : Axl, nous sommes ravies de faire enfin la connaissance de Qui-Tu-Sais ! 😉

Cœur battant, Axl Cendres (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 5 septembre 2018
9782377311484 – 15,50€
à partir de 13 ans
Discussion
5

Dysfonctionnelle – Axl Cendres

9782848658186,0-2705028

S’il y a bien un auteur phare de la collection Exprim’, c’est Axl Cendres. Et ça tombe bien car la revoilà avec un tout nouveau roman qui déboite ! 😀

Fidèle vit dans ce qu’elle appelle une famille « dysfonctionnelle » : elle a six frères et sœurs tous plus différents les uns que les autres, un père qui se trouve souvent au mauvais endroit au mauvais moment (en passant par la case prison) et une mère régulièrement internée dans un asile. Dotée en plus d’un quotient intellectuel élevé, Fidèle finit par fréquenter de grandes écoles, où elle détonne un peu, et y trouve l’amour…

Bob

★★★★★

Si Bob n’était pas déjà coincé avec Jean-Michel, il ferait sa déclaration à Axl Cendres. Et surtout à Fifi et à sa famille sensationnelle. Car à la fin du roman, vous n’aurez qu’un regret : ne pas partager plus longuement la vie de cette bande d’enfants hétéroclites et chtarbés. Il faut dire qu’on passe par tout le spectre des émotions : on rit aux éclats, on pleure, on chante, on s’inquiète, on aime, on déteste… Tout ce qui fait les petits moments de vie d’une famille, entre les belles occasions et les difficultés du monde extérieur. Le personnage de Fifi est magnifiquement écrit, les relations qu’elle entretient avec tous les membres de sa famille sont belles, même quand certains membres semblent éloignés, absents. Je crois que j’ai aimé toutes les figures de cette famille, on sent l’affection de Fifi dans tout ce qu’elle raconte, même les pires moments. Je me suis laissée entraînée dans sa vie avec le sentiment de faire partie de la famille, j’ai tremblé pour elle lors de sa période sombre, j’ai espéré avec elle la vie qu’elle se souhaitait…ou qu’elle a plutôt laissé venir à elle…
C’est un beau roman. Vraiment. On rit beaucoup aussi – il faut dire que le comique de répétition est super bien dosé et fonctionne à chaque fois ! Des situations rocambolesques et improbables se mêlent à des moments intenses d’émotions et on ne peut que tomber amoureux de cette famille peut-être « dysfonctionnelle » mais belle et attachante. Fiooouuu, c’était trop bien !

Jean-Michel

★★★★★

Si Bob veut partir avec une autre, je ne le retiens pas. Mais je garde l’assortiment Téfal. Il peut reprendre sa mère.
M’est avis que c’est un roman qui est capable de remettre en place la personne la plus étroite d’esprit qui soit : une pensée raciste ? une intolérance aux gays ? à Johnny ? au football ? pas de problème, Axl Cendres est là pour poutrer tes préjugés moisis avec autant de talent que Barbra Streisand se déchaînant en duo avec Sinatra. J’aime qu’elle mette sur papier des défauts, des personnages cassés, des enfants abîmés, des patrimoines qui se construisent avec les expériences aussi variées soient-elles, car c’est tout ce qui importe dans le fond : l’histoire familiale est encore ce qu’il peut y avoir de plus précieux. Je me suis lancée le défi de trouver les meilleurs moments du roman. La tâche s’est avérée très difficile étant donné qu’à chaque page, j’ai agité le Stabilo comme un Looney Tunes, mais soit, on vous donne deux instants choisis :

La rencontre de Sid-Ahmed et de Natacha (les parents de cette fabuleuse famille) est une des plus belles qu’il m’ait été donnée de lire. Pourtant ils sont brisés à leur rencontre, ils n’ont rien. La déclaration de Sid-Ahmed ? Je me fiche de ton passé, je veux construire ton futur. Je veux t’épouser et te rendre ce que certains t’ont apparemment volé…ton sourire. Lorsqu’on sait que Natacha a vécu la perte de sa famille étant petite, on ne peut qu’agiter une banderole à Sid-Ahmed « Sauve-la ! ».

L’une des soeurs : Marilyne, est une féministe ardue dont la ténacité m’a donné quelques grands sourires (l’épisode de la bombe au poivre : ex-tra) mais son avis sur la création d’un mot unique pour le sexe est une perle :
Pourquoi dit-on zizi pour les garçons et zézette pour les filles ? C’est injuste ! On devrait dire le même mot pour les deux…pourquoi pas zizou ? « Fort heureusement pour Zinedine Zidane, la réforme de Marilyne n’est jamais entrée en vigueur ».

Grâce à Axl Cendres, j’ai tout de même appris qu’on pouvait chanter « Coup de soleil » de Richard Cocciante tout en adorant lire Proust. On a tort de tout compartimenter comme ça. Mélangeons les genres ! La prochaine fois, je relirai Benoît Minville en écoutant Céline Dion, voilà qui devrait l’enchanter.

« Même avec une chose que tout le monde croit perdue, on peut faire quelque chose de merveilleux » Zaza, la grand-mère kabyle, cette femme pleine de sagesse qui aimait les Fous di l’émour.

Dysfonctionnelle, Axl Cendres (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible le 7 octobre 2015
9782848658186 – 15,50€
à partir de 15 ans