1

Tout revivre – Mélody Gornet

Lorsqu’un auteur écrit son tout premier livre et qu’il est aussi percutant, il est important de le souligner.

 ★★★★☆

toutrevivre

Sophie vient de périr dans un accident de voiture, laissant seuls ses deux fils Jordan et Matthis qui vont devoir cohabiter avec leur père, sa femme ainsi que leurs deux filles Oriane et Axelle. Une cousine de Sophie, Solveig se révèle assez touchée par le décès de sa tante et le destin de ses neveux ne la laisse pas indifférente. Elle décide de renouer avec eux et de les embarquer dans son projet de restauration de sa maison. Roman à trois voix, il explore avec perspicacité et rigueur les affres du deuil.

Comment parler d’une personne disparue alors qu’elle manque cruellement ? Comment gérer son deuil ? Mélody Gornet nous raconte l’essentiel, sans un mot de trop. Pas le temps de s’épancher sur les scènes que nous lisons car à l’image de la vie, le temps ne s’arrête pas et il faut avancer jusqu’à ce que la douleur s’estompe. En perdant leur mère et probablement leur unique point de conversion, les garçons sont propulsés au coeur d’une famille qui ne l’attendait pas. Oriane, nouvelle adolescente de 13 ans, n’accepte pas d’avoir perdu sa chambre qu’elle partage avec sa cadette Axelle, en faveur de ses demis-frères. Leur père ne leur accorde que peu d’attention malgré l’immensité du chagrin qui les habite, causant de nombreux problèmes sur leur état psychique. Seule Sonia, belle-mère à plein temps ne semble pas être un frein au bon fonctionnement du quotidien de la maison.

Matthis…

…se révèle le plus percuté par la mort de sa mère et le bouleversant aussi. Probablement le personnage qui m’a le plus touchée. Son premier cauchemar est le plus traumatisant qu’il m’ait été donné de lire : une femme d’apparence charmante lui cuisine des cookies, puis tout bascule :
- Tu ne sais pas où tu es Matthis ?
Elle posa devant moi une assiette de cookies chauds
[...] Elle approchait son visage un peu trop près du mien. Ses iris s’assombrissaient et grandissaient lentement, mangeant tout le blanc à l’intérieur [...] – Mange tes cookies, Matthis. Je sentis une odeur horrible et regardai mon assiette : ils étaient moisis, et des vers blancs grouillaient à leur surface. Quand je relevai la tête, la femme avait les yeux complètement noirs, comme ceux d’un corbeau, et elle me sourit, exhibant une rangée de dents pourries [...] - Tu as oublié de manger tes cookies, Matthis [...] – Tu as oublié ta mère, Matthis.

Deux pages qui m’ont fait froid dans le dos. Aurait-il peur que sa mère tombe dans l’oubli ? Pour une telle description, je suis persuadée que notre nouvel auteur chouchou a du regarder quelques films d’horreur pour être aussi bien inspirée (arrête Mélody, on sait). Mais reprenons : ce n’est que le début du traumatisme pour le jeune garçon qui en plus d’être effrayé par son sommeil le sera aussi par les ombres et les reflets dans les miroirs…Le harcèlement au collège dont il sera victime ne sera que la goupille qui fera exploser toute la tristesse qu’il lui reste à évacuer.

Jordan,

en guise d’ultime affront envers son père qui ne lui accorde aucune sollicitude, réagira par la violence. On sait pertinemment que le manque d’égard de son paternel ne représente qu’une mince excuse : sa gestion du deuil est plus compliquée. Expulsion du collège, offense brutale contre sa petite amie…la colère l’enflamme à longueur de journée, mais finira par s’éteindre. Quant à…

Solveig

Elle a finalement peu fréquenté sa tante Sophie mais la compassion qu’elle ressent pour ses cousins et l’envie qu’elle éprouve de mieux les connaitre la pousse à passer du temps avec eux, les aider à surmonter cette épreuve douloureuse. Mais secrets de polichinelle oblige, il y a d’autres éléments à découvrir dans ce roman et bien sûr : nous ne dirons rien. Oui, nous ne sommes pas des filles très sympas.

Tout revivre, Mélody Gornet (Thierry Magnier)
disponible depuis 22 octobre 2015
9782364747722 – 12.90€
à partir de 13 ans

0

A ma source gardée – Madeline Roth

sourcegardéeIl y a des textes qui nous bouleversent rien qu’avec 60 pages. Des mots comme des uppercuts qui nous émeuvent tellement qu’ils en deviennent inoubliables. Tant de résonances, nous avons toutes connu ça : des cris dans le vide, la détresse sentimentale et enfin…devenir femme, grandir.

Par un bel été chez sa grand-mère, Jeanne tombe amoureuse de Lucas, le nouveau venu dans sa bande d’amis, il l’aime en retour semble t-il. Le bonheur de Jeanne est immense…jusqu’à l’été suivant où son coeur se brise dans sa poitrine en découvrant que Lucas n’est pas celui qu’elle croyait être. La réciprocité des sentiments fait partie des durs apprentissages de la vie : parfois le retour est cruel.

★★★★☆

La quatrième de couverture mentionne “un monologue puissant”, il serait insultant de ma part de dire le contraire après cette lecture éprouvante qui émeut aux larmes. Jeanne s’est emballée, fourvoyée peut-être aussi sur l’amour qu’elle portait à Lucas mais c’est le principe même de la jeunesse : on ne cesse jamais de grandir en se frottant à la vie. Outre cet amour qui n’est pas (plus) partagé, elle doit faire face à la perte de l’enfant qu’elle attendait de lui. Les mots nous manquent lorsqu’on se retrouve avec Jeanne et l’impuissance et la solitude qu’elle doit ressentir. En perdant Lucas et leur enfant, elle s’est perdue elle-même. Mais la fin de ce monologue inspire courage, détermination et oubli. A t-elle vraiment le choix ? Elle s’en sortira, avec quelques cicatrices. Madeline Roth insuffle les mots justes à son texte qui est d’une profondeur incroyable. Les réflexions qui en découlent sont issues de son habileté à être concise tout en racontant l’essentiel. Un talent à suivre.

“J’ai porté un enfant de toi.
Soixante-six jours.
Et je ne lui ai jamais donné la vie.
Je ne te l’ai pas dit, parce que j’avais peur des mots que tu ne dirais pas.”

Ma petite Jeanne, tout au long de ton récit je n’ai souhaité te dire qu’une chose : sache que l’on ne peut pas avoir la nostalgie de ce qui n’a pas existé. Alors relève-toi, tout se passera bien.

A ma source gardée, Madeline Roth (Thierry Magnier)
en librairie depuis le 11 février 2015
9782364745582 – 7.20€
à partir de 14 ans