Son
1

Une braise sous la cendre – Sabaa Tahir

9782266254342,0-2744854

Et si Pocket jeunesse tenait son nouveau succès ? Une braise sous la cendre est le nouveau livre du moment, déjà optionné pour le cinéma, et qui se réclame de la lignée de Hunger Games. Il a donc toutes les chances de son côté…et pour être tout à fait honnête, c’est en effet une très bonne surprise que ce roman, encore plus sombre et violent que les aventures de Katniss…

Laïa est une Erudite, dont le peuple a été réduit à l’esclavage lorsque les Martiaux, soldats redoutables de l’Empereur, ont pris le pouvoir. Lorsque son frère est emmené en prison pour avoir découvert les secrets de l’Empire, Laïa est contrainte de fuir et se retrouve dans les pattes de la Résistance, des érudits dont le but est de faire tomber l’Empire. Pour récupérer son frère, elle va devoir réaliser une mission pour la Résistante et entrer au service de la terrible Commandante de Blackcliff, l’école où sont formés les Masks, les martiaux les plus redoutables…

★★★★☆

Difficile de résumer ce roman de fantasy passionnant ! Un roman dont l’inspiration va chercher du côté de la Rome antique (notamment dans les noms des élèves de Blackcliff ou le folklore) mais également dans les légendes islamiques (on croise des djinns et autres créatures surnaturelles). Des éléments qui apportent une certaine originalité à cette histoire qui ressemble, somme toute, à beaucoup d’autres parues ces derniers temps…
Le récit alterne entre le point de vue de deux personnages : Laïa, érudite devenue esclave pour tenter de sauver son frère Darin ; et Elias, redoutable Mask sur le point de finir son entraînement à Blackcliff. Un procédé qui permet de doser admirablement le suspense qui s’installe très vite et, surtout, deux personnages qui semblent poursuivre le même objectif : être libre et sauver ceux qu’ils aiment. Car, si Elias a été élevé dans la plus pure loi Martiale, il rêve de tout autre chose et n’arrive plus à regarder les plus jeunes élèves se faire torturer pour avoir voulu fuir cette terrible école militaire. La violence et la noirceur sont d’ailleurs omniprésentes dans ce roman, où aucun personnage n’est épargné : torture, meurtre, promesses de viol, mutilation, il y en a pour tous les goûts ! Ce qui donne une lecture parfois difficile tant la cruauté de certains personnages peut ébranler…
Néanmoins, Une braise sous la cendre nous happe de bout en bout, à suivre le destin de ces deux personnages que tout oppose. Même si le personnage de Laïa nous agace parfois, on ne peut que continuer à tourner les pages, dans l’espoir que tout se terminera bien pour eux… Mais il semble que cette attente ne trouvera pas sa réponse tout de suite car l’auteure n’a pas encore écrit la suite ! Une braise sous la cendre est en tous cas un très bon premier roman à dévorer par tous les amateurs d’histoires épiques où souffle le vent de la résistante et de la liberté ! Et si vous souhaitez en savoir plus sur l’univers (j’ai volontairement peu explicité cette partie) : rendez-vous sur le site internet du livre ! :)

Une braise sous la cendre, Sabaa Tahir (Pocket jeunesse)
disponible depuis le 15 octobre 2015
9782266254342 – 18,90€
à partir de 14 ans

Son
4

Nous, les enfants sauvages – Alice de Poncheville

9782211221986, 0-2703710

Vous ne trouvez pas que la couverture de ce roman fout un petit peu les jetons ? :D Pourtant, pas d’horreur dans ce livre…enfin…

Après l’éradication des animaux qui ont causé des épidémies et ravagé le monde, celui-ci se reconstruit petit à petit. Linka et sa petite sœur Oska vivent dans la 16e Maison, un orphelinat où chacun doit préparer son avenir pour répondre au mieux aux exigences du Ministère. Un jour, Linka trouve une bête dans un terrain vague. Elle la nomme Vive et, se sentant soudain plus forte avec la présence de cet être étrange, elle commence à rêver d’une autre vie…

★★★★★

Imaginez un monde sans animaux, un monde où le métier le plus prestigieux est celui de chasser les oiseaux pour les tuer. Dans l’univers imaginé par Alice de Poncheville, c’est l’élevage intensif, les traitements infligés aux bêtes qui ont conduit le monde à sa perte. Aujourd’hui, il ne reste plus que les rats, indécrottables survivants, et les insectes, source de protéines pour les habitants de ce monde. Et les rares oiseaux ou petits animaux, instantanément exterminés lorsqu’ils sont signalés. Alors quand une flopée d’enfants ne rêve que de voir ces beaux renards ou ces impressionnants éléphants autrement que dans les documentaires du vieux monde, il ne faut pas s’étonner qu’on parle de mystérieux enfants sauvages et de ce terroriste de Docteur Fury…
Le roman d’Alice de Poncheville est magnifique et son histoire, une dystopie, se distingue dans le genre en évitant tous les poncifs des grandes séries à succès. Le résumé ci-dessus ne vous donne clairement pas tout ce qu’on retrouve dans l’histoire, et cela vaut sans doute mieux tant il est beaucoup plus intriguant de découvrir au fur et à mesure le fonctionnement de ce monde, de se laisser emporter dans l’écriture passionnante de l’auteure. Et de faire connaissance avec des personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Linka et sa sœur, ainsi que tous les autres personnages que nous rencontrons, sont vraiment attachants. Même si le rôle d’orphelin dans une histoire initiatique n’est pas nouveau, ni les directeurs d’orphelinats peu amènes, l’engouement pour l’histoire est telle que cela ne nous dérange pas, on veut juste se laisser porter par le vent, à l’instar de Vive, jusqu’à la fin du roman. Nous, les enfants sauvages est une très belle ode à la nature, on se laisse emporter dans la poésie des enfants sauvages, les souvenirs d’un monde perdu, les amitiés indéfectibles et la générosité de résistants en passe de mener une rébellion. Je me suis régalée des mots et des images d’Alice de Poncheville, et j’espère que vous en ferez tout autant ! :)

Nous, les enfants sauvages, Alice de Poncheville (Ecole des Loisirs)
collection Medium
disponible le 2 septembre 2015
9782211221986 – 19,50€
à partir de 13 ans