Discussion
0

Trop tôt – Jo Witek

troptotEn vacances à Royan avec ses parents, Pia et sa cousine Marthe veulent grandir cet été-là, être remarquées et faire des expériences significatives dans leurs vies de jeune filles qui vont au-delà du simple fait de porter du maquillage ou de sortir entre amies…Et si c’était l’été où elles rencontraient leur grand Amour ? L’été de tous les possibles. Elles décident de forcer le destin en faisant le mur un soir pour aller en boîte de nuit. Pia va rencontrer Nathan, s’abandonner dans ses bras et perdre sa virginité sur la plage. Mais le lendemain, rien n’est plus pareil et la jeune fille va vivre une grande déception sentimentale : il a déjà une petite amie et s’est servi de Pia pour « pimenter » sa nuit…Son chagrin est immense. En rentrant chez elle, elle est inconsolable : Pia en devient même malade. Très vite elle comprend que ce n’est peut-être pas Nathan qui la rend malade :

« C’est dans cette salle obscure que j’ai réalisé que ce que je ressentais depuis des semaines n’était pas seulement une absence d’amour, mais peut-être un embryon. »

★★★★☆

Pia va bel et bien grandir mais pas comme elle aurait voulu. Lorsque les événements deviennent trop réels trop vite il est difficile de les affronter seuls. Mais comment annoncer à ses parents que l’on est plus une petite fille ? On retient un peu son souffle lors de la lecture car nous sommes autant dans la peur que Pia : les réactions de sa mère et de son père sont attendues. La pression retombe vite lorsqu’on assiste – même si c’est difficile – au soutien inconditionnel de ceux-ci. Abordé avec simplicité, ce récit décrit le parcours d’une jeune fille qui a recours à l’avortement sans tomber dans le pathos. Dédramatiser serait un terme plus juste. Jo Witek le fait toujours avec beaucoup de facilité.

« C’est un choix, un droit, c’est la moindre des choses et pourtant ce n’est pas une moindre chose. Je hais ceux qui osent penser que les femmes font cela à la légère. Je n’oublierai jamais ce jour, je le sais. Je sais aussi que désormais, j’ai un corps. Un corps avec ses désirs, ses fougues, ses blessures, ses secrets. Un corps qui m’appartient. »
Et Bob dans tout ça ?

Il a aussi beaucoup aimé ce très court mais fort roman ! Jo Witek met en effet les mots justes et nous offre un beau portrait de jeune fille devenue femme. J’ai justement beaucoup apprécié le fait que Pia est parfaitement consciente de ce qui se passe, de ce que ça signifie pour elle et son entourage, et de sa décision. Quand bien même elle peut douter, être angoissée par ce que l’on va penser d’elle, Pia reste forte et lucide. De ce fait, le roman évite le larmoyant ou le moralisme que l’on peut retrouver parfois sur cette thématique. Ce qui fait de Trop tôt un roman très réussi et très juste.

« Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. C’est toujours un drame, cela restera toujours un drame. » Simone Veil

Trop tôt, Jo Witek (Talents Hauts)
collection Ego
à paraître le 16 avril 2015
9782362661266 – 7€
à partir de 15 ans

Pour aller plus loin sur le thème de l’avortement

300000chaqueanneeElles sont 300 000 chaque année – discours de Simone Veil pour le droit à l’avortement (Points)
9782757814963 – 3.00€
Une introduction pas des moindres pour découvrir un pan de l’Histoire important. Un discours qu’il faut lire au moins une fois, ce qui en a découlé a marqué le début de l’émancipation sociale de la femme.

A ma source gardée, Madeline Roth

0

A ma source gardée – Madeline Roth

sourcegardéeIl y a des textes qui nous bouleversent rien qu’avec 60 pages. Des mots comme des uppercuts qui nous émeuvent tellement qu’ils en deviennent inoubliables. Tant de résonances, nous avons toutes connu ça : des cris dans le vide, la détresse sentimentale et enfin…devenir femme, grandir.

Par un bel été chez sa grand-mère, Jeanne tombe amoureuse de Lucas, le nouveau venu dans sa bande d’amis, il l’aime en retour semble t-il. Le bonheur de Jeanne est immense…jusqu’à l’été suivant où son coeur se brise dans sa poitrine en découvrant que Lucas n’est pas celui qu’elle croyait être. La réciprocité des sentiments fait partie des durs apprentissages de la vie : parfois le retour est cruel.

★★★★☆

La quatrième de couverture mentionne « un monologue puissant », il serait insultant de ma part de dire le contraire après cette lecture éprouvante qui émeut aux larmes. Jeanne s’est emballée, fourvoyée peut-être aussi sur l’amour qu’elle portait à Lucas mais c’est le principe même de la jeunesse : on ne cesse jamais de grandir en se frottant à la vie. Outre cet amour qui n’est pas (plus) partagé, elle doit faire face à la perte de l’enfant qu’elle attendait de lui. Les mots nous manquent lorsqu’on se retrouve avec Jeanne et l’impuissance et la solitude qu’elle doit ressentir. En perdant Lucas et leur enfant, elle s’est perdue elle-même. Mais la fin de ce monologue inspire courage, détermination et oubli. A t-elle vraiment le choix ? Elle s’en sortira, avec quelques cicatrices. Madeline Roth insuffle les mots justes à son texte qui est d’une profondeur incroyable. Les réflexions qui en découlent sont issues de son habileté à être concise tout en racontant l’essentiel. Un talent à suivre.

« J’ai porté un enfant de toi.
Soixante-six jours.
Et je ne lui ai jamais donné la vie.
Je ne te l’ai pas dit, parce que j’avais peur des mots que tu ne dirais pas. »

Ma petite Jeanne, tout au long de ton récit je n’ai souhaité te dire qu’une chose : sache que l’on ne peut pas avoir la nostalgie de ce qui n’a pas existé. Alors relève-toi, tout se passera bien.

A ma source gardée, Madeline Roth (Thierry Magnier)
en librairie depuis le 11 février 2015
9782364745582 – 7.20€
à partir de 14 ans