Son
0

Le domaine – Jo Witek

9782330060862,0-3163133

Si cet oiseau mort sur la couverture vous met mal à l’aise ou vous effraie, c’est normal. 🙂 Le nouveau roman de Jo Witek joue pas mal sur ces sentiments…

Pendant les vacances d’été, Gabriel accompagne sa mère dans une demeure où elle a été engagée comme domestique. Passionné d’ornithologie, il a accepté de l’accompagner pour visiter les forêts et points d’eau qui entourent le domaine, ravi de cette solitude à venir. Mais bientôt, les petits enfants de la famille débarquent au domaine et Gabriel va faire l’expérience de sentiments forts et irrépressibles…

★★★★☆

Après s’être intéressée à la folie dans Un hiver en enfer, Jo Witek se penche ici sur une autre forme de « folie » : l’amour ! Un amour absolu, pur, dévorant et visiblement à sens unique. Gabriel est un jeune homme plutôt solitaire, le genre amateur de la nature qui peut passer des heures assis devant un étang pour observer une grenouille. Pour le reste, il est plutôt poli, bien élevé, cultivé et curieux, bref, le garçon idéal pour une mère veuve. Lorsque les petits enfants du couple de La Guillardière, qui possède le domaine, débarquent, la belle Éléonore en tête, Gabriel est victime du coup de foudre et se frotte pour la première fois au sentiment amoureux. Un amour qui le consume tant il est fort et alors, petit à petit, Gabriel semble basculer dans un état presque maladif, où son amour se transforme en voyeurisme, en perversité… Des sensations nouvelles qui le changent, et vont lui faire perdre ses repères…

Douée dans le roman psychologique, Jo Witek l’est assurément ! A la différence de ces romans précédents dans la même collection, le côté thriller est ici moins présent, en tous cas sous une autre forme et plutôt sur la fin. Avec Le domaine, on est plutôt dans un roman d’ambiance, j’ai notamment pensé aux romans gothiques du XVIIIe siècle, où le sentimental et le macabre étaient mêlés, avec des personnages extrêmement romantiques victime de passions dévorantes. L’idée du domaine, à l’écart de la civilisation, sans connexion internet ; la vie du couple La Guillardière très ancestrale avec domestiques et vieilles pierres ; ce personnage de Gabriel si éloigné des ados « habituels » ; renforcent d’ailleurs cette impression que l’on est hors du temps. Le roman comporte aussi plusieurs passages qui n’ont rien à envier au roman fantastique, des moments de rêves ou de cauchemars qui brouillent aussi les pistes et donnent à Gabriel l’impression d’un endroit étrange, malsain. Et au lecteur un certain sentiment de malaise…

Le domaine est en tous cas un excellent roman, bien écrit et passionnant. Quand on connaît les autres romans de Jo Witek, on s’attend toujours à une chute étonnante et la fin de celui-ci ne dément pas son talent à nous faire croire que tout est résolu alors que ce n’est pas le cas et à nous surprendre véritablement. Si l’on reste tout de même avec quelques questions non résolues sur la fin (me semble-t-il), on ne s’ennuie clairement pas un seul instant ! Une lecture aussi dévorante que la passion de Gabriel pour Éléonore !

Le domaine, Jo Witek (Actes Sud junior)
collection Ado – Thriller
disponible depuis le 2 mars 2016
9782330060862 – 15,50€
à partir de 14 ans
Discussion
0

Trop tôt – Jo Witek

troptotEn vacances à Royan avec ses parents, Pia et sa cousine Marthe veulent grandir cet été-là, être remarquées et faire des expériences significatives dans leurs vies de jeune filles qui vont au-delà du simple fait de porter du maquillage ou de sortir entre amies…Et si c’était l’été où elles rencontraient leur grand Amour ? L’été de tous les possibles. Elles décident de forcer le destin en faisant le mur un soir pour aller en boîte de nuit. Pia va rencontrer Nathan, s’abandonner dans ses bras et perdre sa virginité sur la plage. Mais le lendemain, rien n’est plus pareil et la jeune fille va vivre une grande déception sentimentale : il a déjà une petite amie et s’est servi de Pia pour « pimenter » sa nuit…Son chagrin est immense. En rentrant chez elle, elle est inconsolable : Pia en devient même malade. Très vite elle comprend que ce n’est peut-être pas Nathan qui la rend malade :

« C’est dans cette salle obscure que j’ai réalisé que ce que je ressentais depuis des semaines n’était pas seulement une absence d’amour, mais peut-être un embryon. »

★★★★☆

Pia va bel et bien grandir mais pas comme elle aurait voulu. Lorsque les événements deviennent trop réels trop vite il est difficile de les affronter seuls. Mais comment annoncer à ses parents que l’on est plus une petite fille ? On retient un peu son souffle lors de la lecture car nous sommes autant dans la peur que Pia : les réactions de sa mère et de son père sont attendues. La pression retombe vite lorsqu’on assiste – même si c’est difficile – au soutien inconditionnel de ceux-ci. Abordé avec simplicité, ce récit décrit le parcours d’une jeune fille qui a recours à l’avortement sans tomber dans le pathos. Dédramatiser serait un terme plus juste. Jo Witek le fait toujours avec beaucoup de facilité.

« C’est un choix, un droit, c’est la moindre des choses et pourtant ce n’est pas une moindre chose. Je hais ceux qui osent penser que les femmes font cela à la légère. Je n’oublierai jamais ce jour, je le sais. Je sais aussi que désormais, j’ai un corps. Un corps avec ses désirs, ses fougues, ses blessures, ses secrets. Un corps qui m’appartient. »
Et Bob dans tout ça ?

Il a aussi beaucoup aimé ce très court mais fort roman ! Jo Witek met en effet les mots justes et nous offre un beau portrait de jeune fille devenue femme. J’ai justement beaucoup apprécié le fait que Pia est parfaitement consciente de ce qui se passe, de ce que ça signifie pour elle et son entourage, et de sa décision. Quand bien même elle peut douter, être angoissée par ce que l’on va penser d’elle, Pia reste forte et lucide. De ce fait, le roman évite le larmoyant ou le moralisme que l’on peut retrouver parfois sur cette thématique. Ce qui fait de Trop tôt un roman très réussi et très juste.

« Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. C’est toujours un drame, cela restera toujours un drame. » Simone Veil

Trop tôt, Jo Witek (Talents Hauts)
collection Ego
à paraître le 16 avril 2015
9782362661266 – 7€
à partir de 15 ans

Pour aller plus loin sur le thème de l’avortement

300000chaqueanneeElles sont 300 000 chaque année – discours de Simone Veil pour le droit à l’avortement (Points)
9782757814963 – 3.00€
Une introduction pas des moindres pour découvrir un pan de l’Histoire important. Un discours qu’il faut lire au moins une fois, ce qui en a découlé a marqué le début de l’émancipation sociale de la femme.

A ma source gardée, Madeline Roth

Son
5

Un hiver en enfer – Jo Witek

9782330034306

Avec Jean-Michel, on a rencontré Jo Witek début septembre, lors de la matinée de présentation La Martinière/Seuil (on voulait vous en parler mais on a pas eu le temps…). Jean-Michel vous a déjà parlé de son documentaire consacré aux femmes célèbres, alors c’est à mon tour de vous parler de son tout dernier roman pour les adolescents…

Edward est un adolescent fragile. D’autant plus fragile que sa mère, qui est incapable de l’aimer, est régulièrement internée et son père, architecte de renom, souvent absent. Le harcèlement qu’il subit constamment dans son lycée privé ne lui apporte même pas la possibilité de souffler dans la vie… Alors quand ses parents ont un grave accident de la route et qu’Edward se retrouve seul avec sa mère qui soudain l’étouffe, il ne semble plus très loin de l’enfer…

★★★★☆

Choc ! C’est le premier mot qui nous vient lorsque l’on referme le livre. Jo Witek nous embarque dans un thriller très réussi, où la folie et l’horreur s’entremêlent sous nos yeux ébahis. On s’attache très vite à ce jeune homme qui, malgré une qualité de vie aisée (sa famille est riche et cultivée), est moqué et harcelé par ses camarades car sa mère est « folle ». Il ne trouve refuge que sur Internet et les MMORPG dans lesquels il mène une vie qui lui convient. Mais lorsque son père, dont il était extrêmement proche, trouve la mort dans un accident de voiture, tout bascule. Et c’est le début de la descente aux enfers pour Edward, qui va non seulement agir envers ses tortionnaires mais aussi être celui qui va subir une torture du quotidien… Beaucoup de thématiques très fortes sont abordées dans ce roman : il y a tout d’abord le harcèlement à l’école, qui va prendre des proportions énormes mais qui va aussi donner l’opportunité à Edward de se faire un ami, et un ami qui va compter. Mais c’est surtout la folie qui va être le thème central de ce roman glaçant. Non seulement celle de la mère – une femme qui n’a jamais pu aimer son enfant car elle-même n’a jamais connu sa véritable mère – mais aussi celle d’Edward, poussé à bout par ses camarades et rendu paranoïaque et angoissé. Alors quand après la mort de son père, la mère d’Edward se met à changer et à être plus « aimante » avec lui, le sentiment de paranoïa d’Edward va s’accentuer…et qui pourrait donner crédit à un enfant aussi perturbé ? C’est là toute la teneur du roman, et toute la force du récit car, jusqu’au bout, on se demande qui est fou et qui ne l’est pas ? En tous cas, n’étant pas une grande lectrice de polars, je me suis laissée prendre dans cette histoire malsaine et me suis même fait surprendre par quelques révélations ! Bref, un thriller qui fonctionne bien et qui, assurément, ne vous laissera pas de marbre…

Un hiver en enfer, Jo Witek (Actes Sud Junior)
en librairie depuis le 27 août
9782330034306 – 14,80 €
à partir de 14 ans

0

Nous en avons rêvé, Jo Witek, Philippe Godard et La Martinière l’ont fait

50portraits

« Elles ont réalisé leur rêve, 50 portraits de femmes célèbres »

Avec Bob nous étions dans les locaux de La Martinière lundi dernier pour la présentation des nouveautés d’automne et lorsque Jo Witek a commencé à nous présenter son prochain documentaire…j’ai défailli : j’ai rêvé de ce livre, je souhaitais qu’un ouvrage comme celui-ci soit écrit, qu’il soit plus actuel que ceux que j’ai lu, original dans les choix de ces femmes célèbres et surtout accessible.

Un ouvrage écrit à deux paires de mains, deux années de travail, de choix (selon Jo Witek, la difficulté résidait dans l’assortiment définitif des portraits : il y en avait trop !), des photos rares et de qualité, des textes brefs et concis, les informations essentielles tout de suite visualisées, un format souple et une couverture qui fait sourire : un clin d’œil au magazine – mais plus complet, rassurez-vous ! 🙂

Nous avons eu la chance de feuilleter l’unique exemplaire qui sortait tout droit de l’imprimerie, arrivé sur le bureau de la directrice le matin même : j’ai eu des étoiles plein les yeux. Accessible dès le collège,  je me suis déjà imaginé faire l’éloge de cet ouvrage dans les cdi face à des plus jeunes – garçons et filles, à le présenter à une grand-mère qui souhaite offrir un livre qui restera dans la bibliothèque de ses petits-enfants, ou tout simplement le lire avec mes petits frères et sœurs.
Vivement le 25 septembre mes enfants, vivement le 25 !
*trépignements d’impatience*

UPDATE
On est le 25 il est sorti !

Sitôt sorti des cartons, sitôt lu ! Et c’est bien normal, vu les héroïnes qui s’offraient à moi…il n’est pas donné à tous les documentaires de se gargariser d’avoir dans ses pages Berty Albrecht la résistante, Michelle Perrot l’historienne, Rita Levi-Montalcini la chercheuse juive pendant la seconde guerre, Claudie Haigneré la spationaute, Vivienne Westwood la créatrice de mode, Nina Hagen la punkette…et tant d’autres.
mnouchkineIMAG0333IMAG0335
Elles ont réalisé leur rêve, Jo Witek, Philippe Godard
en librairie le 25 septembre
9782732457703, 21.50€
à partir de 12 ans