Son
1

Les petits orages – Marie Chartres

On vous avait déjà parlé de Marie Chartres avec son très beau et poétique roman sibérien, cette fois-ci, elle nous emmène dans les montagnes du Dakota du Sud, à la rencontre d’un duo inoubliable. :)

9782211222969,0-3103790Moses Laufer Victor Léonard a 16 ans, est boiteux, boutonneux, et habite le Dakota du Sud. Il y a un an, lui et sa mère ont eu un grave accident de voiture. Depuis, Moses a non seulement une patte folle mais également une rage qu’il ne contrôle pas et qu’il n’arrive pas à exprimer. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir des parents psys ! Un jour, au lycée, il rencontre Ratso, un Indien pétri lui aussi de secrets mais qui, à l’inverse de tous, ne le traite pas comme un pauvre handicapé à qui on pardonne tout. Ratso, qui a besoin de Moses pour aller rendre visite à sa sœur…

★★★★☆

Vous vous dites comme ça, à première vue et avec ce mauvais résumé, que je sujet n’a pas l’air super drôle…détrompez-vous ! Ce roman est une petite mine de moments à vous faire sourire et rire. Il y a certes cette difficile acceptation du handicap après l’accident, et surtout cette culpabilité qui ronge Moses et qui a changé ses relations avec ses parents, avec son père surtout, alors que sa mère, désormais en fauteuil roulant, cache sa peine en étant d’une humeur toujours joyeuse et optimiste. Pourtant, l’arrivée de Ratso va tout changer et va donner de très belles scènes humoristiques, à commencer par cette rencontre avec Moses et leur dialogue à la limite de l’absurde. Ratso, jeune homme expulsé de son ancien établissement et placé dans une famille d’accueil, mais dont les racines sont à Pine Ridge, une réserve indienne. Ratso qui va être une vraie bouffée d’oxygène pour Moses, qui n’avait besoin que d’un coup de fouet pour se reprendre. Et ce coup de fouet va prendre forme lorsque Ratso demande à Moses de l’accompagner un week-end à Pine Ridge, afin de rendre visite à sa sœur pour lui faire une surprise pour son anniversaire…

Je ne vous en dis pas plus sur l’histoire, sur cette amitié qui va se nouer au fur et à mesure que les deux garçons s’ouvrent l’un à l’autre, que Moses enchaîne les gaffes ou que Ratso se met en colère. Marie Chartres nous offre deux beaux portraits d’adolescents abimés par la vie et qui, le temps d’un week-end, vont apprendre à sortir de leur réserve. (Je sais, c’est beau, et j’aurais bien voulu l’inventer, mais c’est sur la 4e de couverture et je trouvais ça bien trouvé, alors…) L’écriture de Marie Chartres est toujours aussi belle, nous fait encore une fois voyager en évoquant la beauté des paysages américains ou les conditions de vies des Indiens d’Amériques. L’humour des personnages, parfois malgré eux, achève de nous garder bien emmitouflé dans son récit et de nous attacher à ces deux garçons lumineux. Un road-book magique ! :D

Les petits orages, Marie Chartres (L’école des loisirs)
collection Médium
disponible depuis le 24 février 2016
9782211222969 – 16,50€
à partir de 13 ans
Son
2

Blood family – Anne Fine

9782211222341,0-2703702

Après nous avoir fait frissonner avec Le passage du diable, Anne Fine revient avec un roman ado tout aussi terrifiant, mais dans un autre registre… Notons d’ailleurs que ce précédent roman trouve une certaine importance dans ce Blood family (mais je vous laisse la surprise)…

Jusqu’à l’âge de 7 ans, Edward a vécu enfermé dans un appartement avec sa mère, battue comme plâtre par un homme alcoolique et violent. Lorsqu’enfin les services sociaux interviennent, Edward est libéré et découvre un monde totalement nouveau. Il arrive alors en famille d’accueil, puis est adopté et va devoir apprendre à se reconstruire en oubliant l’horreur de son passé. Mais au fil des ans, le passé ne cesse de se rappeler à lui…

★★★★☆

Wow ! Avec les premières pages de ce roman, Anne Fine nous prend à la gorge, nous secoue dans tous les sens et ne nous lâche qu’à la toute dernière ligne…ou pas ? En tous cas, l’histoire de ce jeune Edward nous glace le sang : séquestré depuis son plus jeune âge, l’enfant vit dans la crasse, dort dans un tas de couvertures partagées avec un chien jusqu’à ce que l’animal se retrouve à pourrir dans un sac poubelle. Sa mère est un cadavre ambulant, la peau tellement marquée qu’elle en est bleue ou noire. L’horreur absolue. Une horreur qui a un nom : Bryce Harris. Un homme terrifiant qui n’a même pas besoin d’être physiquement présent dans le roman pour que son nom ou son souvenir provoque des angoisses et une peur indicible chez Edward.

La première partie du roman est tout bonnement stupéfiante. Par l’histoire terrible que l’on découvre, mais aussi par ce personnage, ce jeune Eddie, qui ne connaît rien d’autre à la vie que celle de cet appartement minable, et des émissions télévisées de Mr. Perkins, enregistrées sur K7, qu’il regardait en boucle avec sa maman quand Harris n’était pas là. Ainsi, là où Eddie aurait pu être un enfant sauvage ou tout simplement idiot à force d’être battu et de ne rien faire de la journée à part craindre le retour d’Harris, il est un enfant étrange, capable de lire ou de compter et incollable sur un certain nombre de sujet évoqués dans les émissions de Mr. Perkins. Comme beaucoup le pensent, c’est sans doute ce qui a sauvé cet enfant…
Je n’ai pas envie de vous en dire plus sur l’histoire, qui se laisse découvrir avec répulsion et fascination. En tous cas, on s’attache instantanément à ce petit bonhomme et à l’adolescent qu’il va devenir. Car le roman va suivre Edward de ses 7 ans à son entrée en première. Une vie qui ne sera pas facile malgré l’amour que vont lui prodiguer bon nombre de personnages. Car le passé ne disparaît jamais véritablement…

J’ai beaucoup aimé la construction du roman, qui fait intervenir plusieurs acteurs de la vie d’Eddie depuis sa découverte dans cet horrible appartement. On a l’impression d’avoir affaire à une compilation de témoignages, ceux d’Edward étant les plus importants, ce qui renforce notre sentiment de malaise à lire cette histoire presque documentaire. Anne Fine signe un roman coup de poing, bouleversant et qui n’interdit pas l’espoir…

Blood family, Anne Fine (École des loisirs)
collection Médium
disponible depuis le 28 octobre 2015
9782211222341 – 17,50€
à partir de 14 ans

Son
0

Belle gueule de bois – Pierre Deschavannes

Pierre vit seul avec son père dans une maison perdue dans la forêt. Son père, alcoolique, fait peur et, parfois, lui fait honte. Pierre rêve de quitter cette vie et de découvrir le monde, mais l’amour qu’il porte pour son père est bien trop fort pour l’abandonner.

★★★☆☆

Un premier roman très personnel, qui explore une relation père-fils complexe, et un désir de liberté très fort. Le texte est poétique et les illustrations de l’auteur, brutes, voire brouillonnes, ajoutent une dimension contemplative, sensible, au récit.

Un texte qui ne devrait pas laisser indifférent, même s’il est difficile, tant l’histoire semble personnelle ou autobiographique, de vous dire clairement si j’ai aimé ou non. En tous cas, on ressort quelque peu chamboulé de cette lecture, de cet amour si fort entre un père et son fils, malgré les difficultés, l’alcoolisme du père et l’envie si forte du fils de ne pas s’enfermer dans sa vie actuelle… A découvrir !


Belle gueule de bois, Pierre Deschavannes
Editions du Rouergue, collection DoAdo
en librairie le 20 août
9782812606823 – 8€30
à partir de 15 ans