Discussion
1

Tu ne sais rien de l’amour – Mikaël Ollivier

9782364749511,0-3603987

Ne vous fiez à cette couverture…étonnante – aussi bien photoshoppée que quand Jean-Michel joue avec Paint – car dessous se cache un très beau roman. ;)

Le jour où Nicolas reçoit un mail de sa mère intitulé « Ce qu’il vous faut savoir », le jeune homme replonge dans ses souvenirs d’enfance. Une période étrange où, dès son plus jeune âge, on le voyait se marier avec Malina, la plus belle fille qu’il ait jamais vu, et aux côtés de laquelle il aime et grandit. Mais très vite, il se pose des questions sur sa famille, son père qui cache sa maladie, sa mère qui semble cacher des secrets et sur l’amour, celui qu’il porte à Malina et celui des adultes…

Bob ne sait rien…

★★★★☆

Qu’est-ce que l’amour ? Peut-on aimer une seule personne dans toute sa vie ? Quelle différence entre amour et désir ? Tant de questions qui hantent la vie de Nicolas, un garçon gentil, discret, à qui on a jamais vraiment demandé son avis, et surtout pas en ce qui concernait l’amour. Depuis qu’il est bébé, il fréquente la belle Malina. Ils grandissent ensemble et, sous la « pression » de la mère de Nicolas, sont promis à se fiancer, à être le couple parfait. Et tout dans leur vie facilite ce destin : ils sont toujours dans la même classe, passent leurs vacances ensemble et dorment même ensemble dès leur entrée dans l’adolescence… Une relation étrange, presque malsaine dans ce jeune couple qui donne au roman une atmosphère toute particulière. Mais la relation qu’entretient Nicolas avec son père et sa mère vont aussi l’amener à se poser des questions sur sa famille et les secrets qu’elle cache… Mikaël Ollivier signe avec Tu ne sais rien de l’amour un roman subtil et touchant, où les secrets et la maladie coexistent avec une très belle réflexion sur l’amour. J’ai beaucoup aimé l’alternance des souvenirs de Nicolas et de cette nuit où il reçoit le mystérieux mail de sa mère, jouant ainsi sur le suspense. C’est vraiment très fin, avec à la fois de la retenue et de l’émotion… une très belle histoire d’amour et de famille qui plaira tout autant aux grands ados qu’aux adultes.

…et Jean-Michel non plus

★★☆☆☆

Bob devrait arrêter de m’humilier en public parce que je me suis améliorée avec Paint alors que lui, ne sait toujours pas faire cuire du riz.
Il y a beaucoup de définitions de l’amour à assimiler dans ce roman : celle de l’amour maternel (d’une mère envers son fils et envers un enfant qui n’est pas le sien), l’amour d’enfance (Nicolas et Malina), l’amour adultérin (on ne spoliera point vous vous débrouillez), l’amour paternel et l’amour d’un fils envers son père. Ça fait beaucoup. J’ai fait une légère overdose. Mais aucun personnage n’est laissé au hasard : tout le monde remplit une définition, un rôle et qu’il n’y ait aucun personnage secondaire donne un poids certain au roman. Je n’ai pas apprécié cette fin qui annonce clairement des tempêtes qui renverseront à coups sûrs cette belle définition de l’adoration sans limite que se portent les personnages les uns aux autres. Existe t-il un amour possible sans culpabilité ? (ma collègue Léa m’a soufflé cette phrase et je n’arrive pas à trouver une réponse). Le roman offre néanmoins une vision positive et juste de l’amour : il est possible de le vivre mais avec des compromis et des difficultés. Un reflet de la réalité pertinent, mais grisant.

Tu ne sais rien de l’amour, Mikaël Ollivier (Thierry Magnier)
disponible depuis le 24 août 2016
9782364749269 – 15,90€
à partir de 14 ans
Son
2

Ma mère, le crabe et moi – Anne Percin

GetBlob.ashx

Bob et Jean-Michel adorent les textes d’Anne Percin. Qu’elle soit drôle (on est tous fan de Maxime de Comment (bien) rater ses vacances) ou moins. Alors on avait particulièrement hâte de lire son nouveau texte… :D

Tania a 14 ans et vit avec sa mère dans un petit village près de Clermont-Ferrand. Passionnée de loups-garous, elle tient un blog gothique tandis que celui de sa mère est plutôt « Lectures & confitures ». Et puis un jour, Tania apprend que sa mère a un cancer du sein. Une maladie qui va peu à peu changer leurs vies à toutes les deux, ainsi que la relation qu’elles entretiennent…

★★★★★

Bon, je vous la fais courte : Bob a A-DO-RÉ ! Décidément, Anne Percin sait comment parler aux lecteurs. Le personnage de Tania, qui s’adresse très directement à nous, est savoureux. On s’attache instantanément à elle et à son humour d’ado qui se la joue un peu rebelle. J’ai beaucoup aimé le style très direct, très oral qui sert à merveille cette histoire qui peut sembler au premier abord un peu sérieuse (on parle de cancer du sein, de chimiothérapie, de vivre avec une personne considérablement malade et affaiblie quand on a 14 ans) mais qui fait la part belle à l’humour. Je vous avoue que j’ai plusieurs fois éclaté de rire lors de ma lecture (je vous mets l’eau à la bouche en vous disant qu’il y a une scène de piscine tout à fait extraordinaire). Alors attention, Anne Percin ne traite pas le sujet à la rigolade, hein, mais c’est la relation entre Tania et sa mère, la volonté de la jeune fille de soutenir sa maman dans son combat en lui donnant le sourire qui fait que les deux vont surmonter cette épreuve avec le plus de positivisme possible. Il y a une belle émotion dans cette relation, dans ce désir de Tania d’être là pour sa mère quoi qu’il advienne, sans se soucier de ce que les autres pensent, des conseils débiles ou de la pitié des gens. Mais le roman ne se limite pas à ça, car on suit également Tania dans sa vie au collège, avec ses amis, dans sa préparation du cross départemental… Des petits moments de la vie quotidienne qui disent aussi de grandes choses : de l’amour au dépassement de soi. Un coup de cœur pour Bob ! Merci Anne pour ce très beau moment de tendresse, d’humour et d’espoir. :)

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin (Rouergue)
collection DoAdo
disponible le 16 septembre 2015
9782812609299 – 11,70€
à partir de 13 ans

2

A la vie, à la mort de Celia Bryce

viemortIl fallait que ça arrive : il y en a assez de lire des romans sur des adolescents cancéreux. Nos étoiles contraires était unique, d’un nouveau genre et l’écriture de John Green sublimait un thème controversé puisqu’assez difficile à aborder. Puis, les bandeaux publicitaires sont apparus sur une majorité de romans pour adolescents nous poussant à la consommation de lectures présumées dignes de John Green : « une histoire fabuleuse. John Green » ou encore plus récemment sur le livre A la vie, à la mort : « Vous avez aimé Nos étoiles contraires ? Vous allez adorer ce roman ». Raté.

☆☆☆☆☆

Megan Bright doit suivre une chimiothérapie afin de soigner sa tumeur au cerveau. Une fois à l’hôpital, elle se rend compte qu’elle n’est entourée que de jeunes enfants. Seul un garçon de son âge se démarque et l’attire : Jackson Dawes…

Je vous épargne la présentation de l’éditeur qui n’est absolument pas attractive et je ne vais pas être douce pour la suite :
* On tente de nous vendre une histoire d’amour, soit. Où est-elle ? Megan et Jackson ne passent pas suffisamment de temps ensemble pour tomber amoureux, on nous narre tout au plus un vague béguin. Rien que le titre A la vie, à la mort est surréaliste : cette expression n’est-elle pas censée représenter un serment qui durera pour l’éternité ? Celui que peuvent se faire deux enfants en classe de CP qui s’échangent leurs billes à la récré est déjà plus fort que le titre.
* Les personnages sont antipathiques : Megan est agaçante, elle a 13 ans. Bien sûr elle a un cancer donc on s’attend à ce qu’elle soit en colère mais ses petites crises contre tout et n’importe quoi sont si ridicules qu’elles mettent en péril la crédibilité de l’histoire, déjà faible. Quant à Jackson, nous n’en apprenons que très peu sur lui : il est rebelle, aime la musique et amuse les enfants à l’hôpital. Personnage creux au final et tellement cliché.
NON, juste NON. Outre l’histoire sans intérêt, l’écriture en plus est pauvre. A la vie, à la mort n’est qu’une pâle copie de Nos étoiles contraires. A noter que ce roman (ou peu importe ce que c’est) est destiné aux plus jeunes – 11-12 ans – est-il vraiment nécessaire de tenter de les divertir avec le cancer et ses implications ? « Il lui rase la tête parce que de toutes façons elle va perdre ses cheveux » (je cite la quatrième de couverture). C’est merveilleux : impossible de comprendre comment cette lecture pourrait représenter un divertissement. Ce choix éditorial est purement commercial, ce qui a le don d’attirer nos foudres. Avec Bob, nous apprécions les éditeurs qui prennent des risques, qui osent publier de l’originalité et qui n’ont pas froid aux yeux. Pour cette fois-ci, Albin Michel on passe l’éponge mais faites un effort s’il-vous-plait. Surtout lorsqu’on fait partie du grand groupe Hachette, je pense qu’on peut se permettre de publier autre chose que des romans aussi ineptes.

A la vie, à la mort, Celia Bryce (Albin Michel)
collection Wiz
en librairie depuis le 2 janvier 2015
9782226258748 – 13.50€
à partir de 11 ans

sansprevenirUne autre nouveauté que nous n’avons pas eu le courage de lire et qui nous rebute : Sans prévenir de Matthew Crow où un adolescent de 15 ans va brutalement découvrir qu’il a une leucémie et qui va rencontrer à l’hôpital Ambre, malade également mais qui est différente des autres (évidemment). « une histoire d’amour extraordinaire » est-il mentionné sur le site de Gallimard Jeunesse. Nous n’en doutons pas. Mais nous ne le lirons pas. Pour les adolescents qui surfent encore sur la vague « amour/maladie », pourquoi pas.

Sans prévenir, Matthew Crow (Gallimard Jeunesse)
collection Scripto
en librairie depuis le 15 janvier 2015
9782070658770 – 11,90€
à partir de 13 ans