Son
0

Brexit romance – Clémentine Beauvais

Juillet 2017. Un an après le vote du Brexit, Marguerite Fiorel, une jeune chanteuse de 17 ans, se rend à Londres pour jouer Le mariage de Figaro. Accompagnée de son professeur, Pierre Kamenev, ils font la rencontre de Justine Dodgson, fondatrice d’une start-up ultra secrète, “Brexit Romance”, qui arrange des mariages franco-britanniques dans le but d’obtenir un passeport européen…

★★★★☆

Après des années d’exil chez nos voisins d’outre-Manche, il était temps que Clémentine Beauvais nous offre son roman anglais ! Et c’est avec panache, exubérance et une extrême drôlerie qu’elle le fait ! Brexit Romance ne ressemble en rien à ses romans précédents (qui ne se ressemblaient déjà pas beaucoup, on est d’accord), si ce n’est que l’on y retrouve son humour très particulier, qui prend ici une saveur très british. Commençons donc par la langue, qui est évidemment au cœur du roman puisque nos héros français, qui ne parlent pas un anglais parfait, vont être aux prises avec ces redoutables britanniques. Ainsi, ne soyez pas surpris des tournures de phrases emberlificotées comme le savent si bien faire les anglais, des traductions mot pour mot d’expressions imagées qui sont, soit obscures, soit hilarantes, et de la typographie qui reprend celles des romans anglo-saxons. Car la langue est assurément ce par quoi passe la comédie de Clémentine Beauvais, responsable qu’elle est des quiproquo, des incompréhensions qui mènent aux aventures trépidantes et surprenantes de Marguerite, Pierre, Justine et tous ceux qui se laissent embringuer dans le projet fou de “Brexit Romance”. Les dialogues sont savoureux, on ne peut que s’arrêter pour lire des passages à voix haute (ou très bien s’imaginer les intonations, les accents) et en apprécier toute la justesse, toute la musique qui s’en dégage.

Et il y a bien sûr l’histoire, les personnages. Car Brexit Romance, c’est aussi un roman qui fait la part belle à une galerie de protagonistes naïfs, lourdingues, affligeants, aimables ou détestables, qui font l’expérience de la relation franco-britannique avec plus ou moins de succès, ou de compréhension. Et Clémentine Beauvais ne se prive pas de pointer avec finesse et un brin de moquerie les différences entre français et britanniques ou les habitudes des millenials qui sont de moins en moins compréhensibles pour les « vieux ». Bref, Clémentine Beauvais nous livre enfin le fruit de son étude sociologique de française qui vit au milieu des grands-britons et, franchement, c’est juste génialement drôle. On ne vous aura pas dit grand-chose de l’histoire, mais qu’importe, vous verrez c’est vachement bien ! Vraiment, foncez ! C’est drôle, drôle, drôle et très très subtil. Et si vous n’êtes pas encore convaincus, lisez donc la super chronique de La Licorne à lunettes qui nous a coiffé au poteau sur la forme que prendrait la nôtre…huhu. 😛

Brexit romance , Clémentine Beauvais (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 22 août 2018
9782377311453 – 17€
à partir de 13 ans
Son
0

Le jour où je suis partie – Charlotte Bousquet

Dans le monde parfait de Bob et Jean-Michel où tous naissent et vivent libres et égaux, sous la forme animale de son choix et sans discrimination, les romans de Charlotte Bousquet n’existent pas. Il n’y en a pas besoin. Malheureusement, dans la vraie vie, il y en a vraiment besoin des romans de Charlotte Bousquet…

9782081373853,0-3717549

Tidir vit dans la campagne marocaine avec sa famille. Lorsque son père, qu’elle ne voit jamais, décide de la marier contre son gré, elle décide de fuir et de rejoindre Rabat, où s’organise le 8 mars un rassemblement pour l’émancipation des femmes. Avec le souvenir de sa meilleure amie violée puis mariée de force à son bourreau, elle prend la route, décidée à prendre également son destin en main.

★★★★☆

Avec ce nouveau roman, Charlotte Bousquet continue à s’engager sur la cause des femmes. Après Là où tombent les anges et Sang-de-Lune qui abordaient la condition féminine sous le prisme de l’Histoire et de la dystopie, c’est ici dans nos sociétés actuelles qu’elle ancre le récit de Tidir, jeune fille forte et indépendante révoltée par le sort funeste de sa meilleure amie et par la société dans laquelle elle vit. C’est sa grand-mère Damya qui est son modèle, la seule femme de sa famille à la soutenir et à l’inciter à se battre pour vivre sa vie. Entre les traditions archaïques, ineptes, la peur de la « honte », et l’attrait de la liberté, Tidir choisit très vite quel sens elle veut donner à sa vie, même si ce chemin doit être semé d’embûches. Et il le sera, assurément. Car lorsqu’elle rencontre un jeune français à Marrakech qu’elle sauve in extremis d’une bande de racketteurs, partager sa compagnie est extrêmement mal vu…

Par l’évocation du voyage de Tidir vers sa liberté, Charlotte Bousquet dresse le portrait d’une société marocaine entre des traditions anciennes, rigides, et une modernité qui se veut dénuée de tous préjugés quand ce n’est pas le cas… Une société qui peut nous paraître lointaine mais qui ne l’est assurément pas au vu des combats menés partout dans le monde pour les droits des femmes. Et les réflexions qu’entend Tidir tout au long du roman, de la part des hommes comme des femmes, des campagnards comme des citadins, ne sont pas si éloignées de celles que l’on entend en France à l’égard des jeunes filles ou des femmes… C’est aussi avec beaucoup de justesse et un véritable cheminement dans la pensée de Tidir que Charlotte Bousquet évoque le viol et le destin terrible de son amie Illi. Les questions qu’elle se pose résonneront en chacune, tout comme la réflexion qui évolue au fil de la lecture et des expériences vécues par Tidir. Emaillé de références à des personnalités ou des événements importants pour l’émancipation de la femme au Maroc, et notamment à des auteures ou des journalistes, le roman propose l’éducation et l’écriture comme solution à l’oppression patriarcale. Et c’est peut-être de cette manière que Tidir trouvera sa liberté à elle…

Le jour où je suis partie est donc un très beau récit initiatique, magnifié par l’écriture toujours aussi soignée de Charlotte Bousquet et par la description des paysages de la campagne marocaine qui prennent vie sous nos yeux. Émouvante et sensible, une histoire universelle qui ne devient que trop nécessaire pour inviter les jeunes filles et garçons à réfléchir à leur avenir…

Le jour où je suis partie, Charlotte Bousquet (Flammarion jeunesse)
collection Tribal
disponible depuis le 4 janvier 2017
9782081373853 – 13€
à partir de 13 ans