Son
2

Quand le monstre naîtra – Nicolas Michel

On ne vous avait pas encore parlé de la collection Les Héroïques, parue en septembre dernier chez Talents Hauts. Pour vous la situer, c’est une collection de romans historiques qui s’intéressent à ceux qui sont « oubliés » ou laissés de côté dans les manuels d’histoire : les femmes, les enfants ou encore les handicapés, les immigrés… Christophe Léon et Jessie Magana ont ouvert cette collection, l’un avec un texte autour des enfants de la Réunion forcés à quitter leur famille pour être envoyés en métropole, l’autre avec une évocation de la Seconde Guerre mondiale du point de vue d’une jeune fille qui entre dans la Résistance quand tous les hommes de son île sont partis à la guerre… Avec Quand le monstre naîtra, c’est à nouveau la Seconde Guerre mondiale en toile de fond, mais du point de vue d’une enfant.

9782362661808,0-3723061

1939. Lucille vit en Provence, en zone libre, tandis que la guerre éclate dans le reste de la France. Insouciante et espiègle, elle se lie d’amitié avec Elsa et Emmanuel, les nouveaux locataires de la ferme de sa grand-mère. Mais bientôt, le couple est obligé de quitter leur logement et les parents de Lucille lui annoncent qu’ils attendant un bébé. Tout s’effondre autour de la petite fille, qui n’a pas du tout envie de voir ce petit frère ou cette petite sœur, ce « monstre », arriver…

★★★★☆

Alors que sa sœur Anna va bientôt mourir, Lucile raconte à sa petite-fille son histoire, ainsi que celle d’Anna. C’était il y a longtemps, pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que Lucille n’avait que 6 ans et que, comme beaucoup d’enfants à cet âge, elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait… Petite fille espiègle, aventureuse et turbulente, Lucile vit avec ses parents et sa grand-mère muette et inerte depuis la mort de son mari durant la Première Guerre mondiale. Lorsque les nouveaux locataires de la ferme, Elsa et Emmanuel, s’installe, c’est le début d’une belle amitié et de beaux moments pour Lucile. Mais la guerre est là et, même s’il semble ne rien se passer dans leur coin de Provence, Elsa et Emmanuel vont être chassés. Parce qu’ils sont Juifs. Et la mère de Lucile est enceinte. Deux nouvelles qui vont bouleverser Lucile et la rendre horrible avec tout le monde, et surtout avec ce bébé à venir. Dans la cour de récréation, Lucile joue à un jeu mesquin avec son amie Grenadine : « quand le monstre naîtra… » où elles disent des choses horribles sur le bébé. Et bientôt, les choses dégénèrent…

La guerre à travers les yeux d’une enfant. C’est donc le parti pris de Nicolas Michel, qui nous livre une histoire passionnante et toute en tension, ainsi que le portrait d’une petite fille plutôt sale gosse confrontée à des événements qu’elle ne comprend pas et dont elle ressent pourtant la gravité. Il y a une vraie justesse dans le personnage de Lucile, entre naïveté et lucidité, que les adultes veulent protéger des événements mais dont les secrets risquent bien de se retourner contre eux. Et parce que l’histoire est vue à travers les yeux d’une petite fille, il y aussi des jolis moments de poésie, du rire et de l’espoir… Mais surtout beaucoup d’émotions, que l’on ressent dans l’écriture de Nicolas Michel et dans sa volonté de nous livrer les sentiments d’une enfant dans un pays en guerre. Une très belle réussite et une collection à suivre, assurément !

Quand le monstre naîtra, Nicolas Michel (Talents Hauts)
collection Les Héroïques
disponible depuis le 19 janvier 2017
9782362661808 – 16€
à partir de 12 ans
Son
5

Les valises – Sève Laurent-Fajal

9782070587551,0-3333753

1982. Sarah vient de se disputer avec sa meilleure amie Josy et s’assoit toute seule dans le car qui emmène sa classe de lycéens en voyage scolaire. Ils se rendent en Pologne, pour visiter les camps de concentration. Là-bas, comme tous ses camarades, Sarah est sonnée, impressionnée par ce qu’elle voit, et surtout par toutes ces valises entassées dans une pièce…

★★★★☆

Comment une simple valise, avec une étiquette passée portant le nom de « Levin », peut-elle autant remuer la jeune Sarah, lycéenne discrète dont la mère semble lointaine et la famille totalement inexistante ? Est-ce que Sarah est un prénom juif ? Est-ce que le nom de ce père qu’elle n’a jamais connu est Levin ? D’où vient-elle ? Qui est-elle ? Ce sont les questions que ce voyage en Pologne soulève en Sarah et, l’absence totale de conversation avec sa mère ne l’aide pas à y voir clair. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé de lui en poser… Et quand sa mère est victime d’un accident de la route la laissant dans le coma, Sarah va devoir continuer sa quête identitaire seule. Ou presque. Il y a d’abord Mr Bonnieux, le professeur d’histoire qui les a emmenés en Pologne. Conscient que Sarah y a vécu quelque chose de particulier, il lui propose de lui venir en aide et l’incite à fouiller dans les affaires de sa mère pour y trouver une piste… Et puis il y a Jérôme, le p’tit con, celui qui fait son intéressant devant tout le monde et qui, pourtant, est parvenu à lui ravir son cœur. Sarah, en plein émoi amoureux, va trouver en lui un soutien bien inattendu. Tous les deux, ils se lancent dans cette quête des origines…

Il y en a beaucoup des romans sur la recherche de l’identité et sur l’héritage de la Seconde Guerre mondiale, des familles juives. Pourtant, le roman de Sève Laurent-Fajal nous emporte dans l’histoire de Sarah avec une étonnante facilité et un intérêt croissant, où se mêlent habilement la naissance du premier amour et la découverte d’un passé douloureux. Le fait que l’histoire se déroule dans les années 1980 apporte également une touche d’originalité (l’utilisation du Minitel pour faire des recherches, par exemple), bien que ce soit un peu anecdotique par rapport à la sensibilité de l’écriture, et de l’histoire de Sarah. Un très beau roman, avec de l’amitié et de l’espoir, la mort et des secrets de famille, mais aussi, et surtout, avec beaucoup d’amour. Un très joli premier roman. :)

Les valises, Sève Laurent-Fajal (Gallimard jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 15 septembre 2016
9782070587551 – 11€
à partir de 13 ans
Son
0

Lever de rideau sur Terezin – Christophe Lambert

9782747056830,0-2688148

Après l’excellent Swing à Berlin, Christophe Lambert s’intéresse à nouveau à l’art pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme l’auteur l’explique dans sa postface, nombreux sont les lecteurs à lui avoir demandé s’il y aurait une suite à l’histoire de ses jeunes musiciens de jazz jouant pour le régime nazi. Ce n’était évidemment pas possible, alors l’auteur a pensé à une autre histoire, qu’il avait déjà repérée lors de ses recherches pour ce précédent roman…

Novembre 1943. Victor Steiner, célèbre dramaturge juif, est arrêté et déporté. Il est envoyé à Terezin, en Tchécoslovaquie, un camp qui ressemble à une petite ville, où il va se découvrir un fan : un officier SS qui va lui commander une pièce. Car la Croix-Rouge envoie une délégation pour contrôler le traitement des prisonniers et il faudra les divertir. Mais écrire sous la contrainte, et en plus pour les Nazis, Steiner s’y refuse. Mais il n’a évidemment pas le choix…

★★★★★

Si l’on connaît déjà un certain nombre de romans évoquant les camps de concentration, on connaît peut-être moins celui de Terezin. Il était notamment réservé aux Juifs célèbres, que les disparitions soudaines auraient sans doute alertés. Même s’il était un camp comme les autres, les Nazis le présentèrent au monde comme un modèle de colonie juive, une ville factice. C’est dans cet environnement que va évoluer Victor Steiner, célèbre homme de théâtre français. Après la déportation et la terreur des premiers jours, Steiner va obtenir un semblant de liberté et quelques privilèges lorsque Waltz, un officier nazi, lui demande d’écrire une pièce pour la visite de la Croix-Rouge. Très vite, Steiner va ravaler sa fierté d’auteur libre et se consacrer à l’écriture sous la contrainte car il n’y a pas que son art en jeu, mais aussi la véritable liberté que la Résistance planifie pour la représentation…

Encore une fois, Christophe Lambert nous plonge dans un pan de l’Histoire avec beaucoup de talent. Son écriture, fine et fluide, nous offre un roman haletant malgré le contexte terrible. On y retrouve l’importance de l’art, et notamment du théâtre, pour des personnages à qui il ne semble rester que la misère et la peur. J’ai beaucoup aimé la réflexion sur l’écriture, la contrainte et l’inspiration. Mais j’ai surtout aimé cet hommage vibrant, comme il le fit dans son précédent roman, que Christophe Lambert rend à l’art, l’amitié, la liberté. Et puisqu’il est question de théâtre, il est important de souligner la présence de la pièce écrite par le personnage principal, Victor Steiner, à la toute fin du roman. Une jolie mise en abyme, qui nous montre aussi le talent de Christophe Lambert pour l’écriture en alexandrins. :) Un roman extrêmement bien documenté, qui fait également la part belle à l’aventure et l’émotion. Magnifique !

Lever de rideau sur Terezin, Christophe Lambert (Bayard jeunesse)
disponible depuis le 27 août 2015
9782747056830 – 14,90€
à partir de 13 ans

Discussion
1

146298 – Rachel Corenblit

GetBlob.ashx

Elsa entre pour la première fois chez un tatoueur. Elle a décidé de marquer sa peau de façon indélébile avec un tatouage très significatif…Plutôt débile pensent ses amis. Car c’est suite à une remarque qu’elle s’est décidée. Elle va graver sur sa peau un nombre riche de sens : 146298.

1, 2, 3, nous irons au Bob

★★★☆☆

Une voix forte, rageuse, en colère s’élève dans ce court roman. Il y a des choses dont on ne parlait pas dans la famille d’Elsa, jusqu’au jour où un cours d’histoire lui apprend la signification du numéro tatoué sur l’avant-bras de sa grand-mère. Une véritable révélation. Et une colère gigantesque. Elsa va alors soutirer son histoire à sa grand-mère, alors que celle-ci oublie justement peu à peu son passé. Une histoire liée à la grande, celle des camps de concentration. Et quand son petit ami utilise une expression malvenue, la décision d’Elsa est prise. 146298 est un texte court mais percutant, étonnant aussi de par sa façon de traiter le travail de mémoire. Je n’ai pas très bien saisi les motivations d’Elsa dans cette histoire, j’ai trouvé ses réactions parfois extrêmes. D’autant plus que la fin est très brusque, nous abandonnant songeur. Un texte qui ne laissera sans doute pas indifférent, mais qui n’est pas parvenu à me toucher complètement.

4, 5, 6, manger des Jean-Michel

★★★★☆

Bob : tu es dur avec la jeunesse quelquefois :) Elsa est une adolescente dont l’entourage n’a pas pris la peine d’apporter de réponses à ses questions : d’où vient-elle ? quelle est l’histoire de sa famille ? pourquoi ne faut-il pas embêter sa grand-mère avec ça ? J’aurais moi-même souhaité en savoir plus, coûte que coûte : les réactions d’Elsa sont à la hauteur des frustrations causées par ses parents : c’est évident qu’elle finisse par se fâcher. Ce qui retentit véritablement dans ce roman c’est le récit de sa grand-mère : celui d’une déportée, encore jeune qui a connu la mort de ses proches, la faim, la soif et toute l’horreur des camps. En lisant son Histoire j’ai eu les larmes aux yeux et ainsi, à l’entente du témoignage de son aïeule, Elsa est sous le choc et le contrecoup ne se fait pas attendre. Elle essaie de savoir, de ressentir : pendant 3 jours elle ne mangera rien ni ne boira…Infructueuses, ces expériences lui montreront qu’elle ne connaîtra jamais ces horreurs et que sa grand-mère est, contre toute attente, une survivante, une héroïne, son héroïne. Se faire tatouer les mêmes chiffres sur son poignet est sa façon à elle de réécrire l’Histoire et je ne crois pas une seule seconde à l’excuse de « la phrase mal placée » de son ami fais pas ta juive, pour moi Elsa avait cette idée qui lui trottait en tête depuis un moment. Un hommage à sa grand-mère que j’ai trouvé juste.

146298, Rachel Corenblit (Actes Sud junior)
collection D’une seule voix
disponible le 2 septembre 2015
9782330053758 – 9€
à partir de 13 ans

Son
0

Le dernier chant – Eva Wiseman

9782211212472,0-2552588

La semaine dernière, Jean-Michel vous emmenait à la cour de la Reine Margot, Bob, lui, vous fait découvrir aujourd’hui celle d’Espagne. (Vous avez vu comment on gère trop bien, ici ? :P )

Espagne, 1491. Isabel de Cardosa vient d’avoir quinze ans. Fille du médecin de la cour royale d’Espagne, elle vit de façon aisée et choyée. Jusqu’au jour où ses parents souhaitent la marier avec Luis de Carrera, un jeune homme violent et cruel. Pour marquer cette union future, ils commandent un bijou précieux : une alouette d’or dans une cage d’argent. Mais ce mariage assurera-t-il la sécurité d’Isabel ? Car à cette époque, l’Inquisition dirige la ville et traque les Juifs et les conversos, ceux qui se sont convertis récemment au christianisme. Et bientôt, il semble que la menace pèse sur la famille d’Isabel…

★★★★☆

Ce magnifique roman d’Eva Wiseman s’intéresse à l’Inquisition et à la persécution des Juifs en Espagne au XVe siècle, période que l’on connaît peut-être peu en France. De mon côté, ce n’est pas le premier que je lis sur le sujet, mais c’est celui qui m’a semblé le plus intéressant, le plus abordable et le plus juste.
Le roman se déroule sur une période assez courte, bien définie par l’auteure, mais qui couvre pourtant de nombreux événements : depuis la vie presque sans soucis d’Isabel, jeune fille bien née dont les journées sont rythmées par la dégustation de pâtisseries avec sa meilleure amie ou les balades dans le beau jardin familial, jusqu’aux tristes jours qui condamneront la famille de Cardosa à s’exiler. Parce qu’ils sont des conversos, des Juifs récemment convertis au christianisme. La découverte d’Isabel de ses véritables origines, cachées depuis toujours par ses parents, se fait progressivement et tout le récit est très bien mené, oscillant vers l’aventure et la romance. Les enjeux politiques et économiques de l’Espagne sont aussi très bien expliqués (et sans être de gros pavés descriptifs indigestes), s’intégrant parfaitement au fil de l’histoire qui prend petit à petit une dimension dramatique, jouée bien sûr par la terrifiante Inquisition. Isabel va assister à plusieurs scènes terribles et découvrir et comprendre la situation un peu mieux, de la même manière que le lecteur néophyte. Bien sûr, cela va la faire grandir, la rendre plus responsable et clairvoyante sur sa propre situation…et son avenir.
Une tranche de l’Histoire très bien écrite et mise en avant par un personnage féminin fort, peut-être un peu en avance sur son temps. Un sujet qui semble toujours d’actualité malgré les siècles écoulés. Un peu d’aventure et une jolie histoire d’amour font de ce roman une belle découverte. Et Le portrait de jeune femme de Raphaël sur la couverture, non seulement magnifique, l’illustre parfaitement.

Le dernier chant, Eva Wiseman (École des loisirs)
collection Médium
en librairie depuis le 22 avril 2015
9782211212472 – 16€
à partir de 13 ans