Son
2

A la place du cœur – Arnaud Cathrine

9782221193334,0-3343096

Une magnifique couverture brodée, un roman qui aborde les attentats de 2015 et une histoire d’amour en parallèle… C’est le nouveau roman d’Arnaud Cathrine.

Caumes à 17 ans et ce soir de janvier où il fête son anniversaire semble être le grand soir : Esther, la fille qui le fait vibrer, se rapproche de lui et l’embrasse. Le lendemain, en cours, il reçoit un texto de son frère qui travaille à Paris. « Putain, Charlie ». Caumes croyait qu’il s’était trompé de destinataire…jusqu’à ce que les nouvelles se répandent dans le lycée…

★★★★☆

Une semaine dans la vie de Caumes. C’est le temps que dure le roman, c’est le temps qu’il faut à Arnaud Cathrine pour nous interroger sur l’avenir et les pensées d’un adolescent en plein milieu du drame qui a frappé la France en janvier 2015 et qui a changé pas mal de choses dans nos vies. Tout commençait bien pour Caumes : le jour de son anniversaire, il se fait embrasser à pleine bouche par Esther. Enfin. Le retour à la réalité du lendemain est difficile. Il faut émerger de la fête bien arrosée et, surtout, se souvenir du goût du baiser. Quand l’attentat de Charlie Hebdo survient, le changement est perceptible chez Caumes et tous ses camarades. Il y a ceux qui ont des proches à Paris, ceux dont les idées politiques les amène à dire n’importe quoi, ceux qui n’y comprennent rien, et ceux qui doivent aussi se demander comment être amoureux, être plein de désir pour une fille tout en vivant cette période étrange…

Quand j’ai commencé à lire le roman, que j’ai avancé dans l’histoire, je me suis longuement demandé si j’aimais ou non ce que je lisais. C’était un sentiment bizarre et, une fois refermé, je n’avais toujours aucune idée de ce que j’en pensais. Et après m’être laissé le temps de la réflexion, j’ai fini par comprendre que oui, j’avais aimé. J’ai aimé parce Arnaud Cathrine a su parfaitement mêler le roman d’amour et le roman d’actualité et, surtout, parce qu’il l’a fait d’une manière que je trouve la plus réussie jusqu’à présent après avoir lu pas mal de texte abordant les attentats (de janvier ou novembre 2015). Et cette réussite, c’est celle du personnage de Caumes, un garçon qui vit le truc le plus beau de sa vie et qui doit composer avec des événements qui le touchent, certes, mais peut-être pas autant que d’autres, parce qu’il ne comprend pas bien ce qui se passe – s’est passé – ou parce qu’il ne connaît pas grand-monde sur Paris (même si son frère bosse pour un journal là-bas et qu’ils s’inquiète, bien sûr) ou tout un tas d’autres raisons. J’ai trouvé Caumes et les personnages du roman finalement très proches de nous, vraiment très proches de la plupart de la population : ceux qui se sont révoltés aussitôt, ceux qui n’ont pas réalisé, ceux qui ont été profondément affecté, ceux qui connaissaient quelqu’un, ceux qui se sont révélés être des connards et ceux qui ont été touché mais qui devaient ou voulaient continuer à vivre…

Voilà. A la place du cœur, c’est un roman juste, sincère, cru et une belle réflexion sur la vie et l’amour malgré la mort et l’horreur. Et je suis bien curieuse de savoir ce qui nous attend dans la suite, puisqu’il s’agit de la « saison 1 »… et de connaître votre avis si vous l’avez déjà lu !

A la place du cœur, Arnaud Cathrine (Robert Laffont)
collection R
disponible le 5 septembre 2016
9782221193334 – 16€
à partir de 15 ans
Son
0

Little sister – Benoît Séverac

9782748520927,0-3146260

Il y a quatre ans, le frère de Lena est devenu l’ennemi public n°1 lorsqu’il est apparu à la télévision aux côtés de djihadistes brandissant la dépouille d’un journaliste français. Depuis, Lena a été obligée de changer d’identité, de vie, et a vu ses parents devenir l’ombre d’eux-mêmes. Malgré les années, elle se pose toujours des questions sur son frère, et lorsqu’un jour celui-ci lui donne rendez-vous, elle espère enfin obtenir les réponses…

★★★★☆

Avec ce roman, Benoît Séverac s’attaque à un brûlant sujet d’actualité : le départ de jeunes en Syrie pour faire le djihad. Et malgré ce thème hyper casse-gueule, il s’en sort rudement bien et, à travers quatre voix, nous évoque surtout comment un tel événement peut être vécu par les proches. On commence avec Lena, qui n’arrive pas à comprendre comment son frère a pu faire une chose pareille voilà 4 ans, comment il a pu leur faire croire qu’il était en voyage en Angleterre alors qu’il rejoignait Daesh. Ses parents sont littéralement anéantis – comment pourrait-il en être autrement ? – et lorsque Théo, le meilleur ami d’Ivan, lui envoie une lettre lui disant que son frère cherche à la joindre, l’espoir renaît. Pour le rencontrer, Lena va devoir partir chez son oncle et sa tante, en Espagne, où le terrain de leurs jeux d’enfants sera le point de rendez-vous. Elle emmène avec elle Théo, qui se pose les mêmes questions sur Ivan et qui découvre en Lena une jeune fille forte et courageuse. Le jour du rendez-vous, la parole est donnée à Théo, qui se pose de nombreuses questions sur Ivan et commence à craindre que Lena ne tombe dans un piège. Elle passe ensuite à Joan, un sexagénaire que Lena et Théo ont rencontré à la gare et qui héberge le jeune homme. Joan s’est battu contre le franquisme et un nouveau combat semble se profiler pour le vieil homme. La dernière voix du roman, réaliste et sans concession, sera à découvrir dans le dernier chapitre épilogue…

En moins de 200 pages, Benoît Séverac construit un très bon roman sur un sujet vraiment pas simple en choisissant un axe au plus proche du lecteur et en faisant un parallèle intéressant entre les combats de résistance du vieux Joan, l’histoire de l’Espagne, et ceux du frère de Lena, pour mieux les distinguer. Les mots de Joan apportent une réflexion salutaire et l’auteur, en se focalisant sur les proches et non sur Ivan, traite le sujet avec une distance nécessaire et, surtout, laisse la possibilité à Lena et à sa famille de continuer à aimer Ivan malgré tout… Bien fichu et très prenant, Little sister est clairement un polar réussi !

Little sister, Benoît Séverac (Syros)
disponible depuis le 3 mars 2016
9782748520927 – 13,95€
à partir de 13 ans
Son
0

7 secondes – Tom Easton

9782371020368, 0-2684620

Ce soir, Bob vous propose un jeu : vous avez très exactement 7 secondes pour lire cet article. Au-delà…vous avez perdu ! Qui est prêt à relever ce défi ?

Mila vit dans une Europe appauvrie et délabrée par la guerre. Avec son mentor, Julian, elle décide de rejoindre les Îles, un havre de paix dans lequel les habitants vivent avec une puce téléphonique dans la tête. Lorsque les autorités des Îles décident de lui implanter cette puce, ils découvrent dans le crâne de Mila un objet qui ressemble à une bombe… Mila n’a alors plus d’autre choix que la fuite…

★★★☆☆

1, 2, 3…ainsi commence cette course-poursuite sans temps mort qu’est 7 secondes. Sept secondes, c’est le temps d’avance dont dispose Mila. En effet, la puce téléphonique dans sa tête lui permet ce décalage, au départ utilisé simplement pour permettre à son usager de modifier une erreur qu’il aurait faite ou de ne pas être vu dans une position gênante. Car chaque habitant des Îles dispose de cette puce et, un peu comme un jeu de télé-réalité, cette puce permet à tout un chacun de pouvoir Visionner les autres, à condition de connaître son numéro de téléphone. Une technologie un peu complexe, plutôt étonnante et, surtout, très invasive.

4, 5, 6…le monde de Tom Easton s’inscrit dans la mouvance de la dystopie et, là encore, ce sont les guerres qui sont à l’origine de la destruction d’une grande partie du monde. Mila est issue de la pauvreté, de l’Europe ravagée et c’est pour sauver sa peau qu’elle suit Julian, qui a vécu dans les Îles voilà quelques années. A peine sont-ils arrivés en vue des Îles que Julian meurt, laissant Mila seule avec ce petit objet qu’elle découvre dans sa tête. Une bombe, sans doute, qui va la pousser à quitter le Centre qui accueille les réfugiés et à échapper aux griffes de l’Agence, une police chargée d’estimer ou non la dangerosité de ces réfugiés. Grâce à sa puce et à l’aide d’Adam, un Agent pas si mauvais qu’il en a l’air, Mila va réussir à déjouer un certains nombres de pièges tendus par le gouvernement des Îles…

7 ! S’il ne faut que sept secondes à Mila pour être toujours en avance par rapport à ces ennemis, il ne nous faut à nous que peu de temps pour parvenir au bout de ce roman tant l’action et les événements s’enchaînent à vitesse grand V ! L’écriture de Tom Easton est simple, efficace, et nous mène exactement là où il le souhaite. On ne s’ennuie clairement pas un seul instant ! Mila est de plus une héroïne totalement badass déployée au beau milieu d’un vaste complot qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. J’ai cependant trouvé certaines situations un peu trop rocambolesques, une fin un peu téléphonée (haha) et Tom Easton ne propose pas une grande originalité dans son univers… Sans doute pourrait-on pas passer à autre chose après toutes ces dystopies… :P Néanmoins, un roman efficace qui plaira aux amateurs du genre.

7 secondes, Tom Easton (Lumen)
disponible le 17 septembre 2015
9782371020368 – 15€
à partir de 13 ans

Son
2

BodyGuard, t.1 L’otage – Chris Bradford

BODYGUARD-150x210

On vous proposait de le gagner la semaine dernière et ça vous aurait peut-être donné encore plus envie de participer (ou pas !) car Bob vient de terminer le premier tome de BodyGuard, la nouvelle série de Chris Bradford qui, comme le dit Eoin Colfer sur la couverture, est à « couper le souffle ». C’est parti !

Connor Reeves a 14 ans et vient de remporter un championnat local de kickboxing. Alors qu’il vient en aide à un jeune homme attaqué par une bande de petites frappes, il se retrouve embarqué dans les locaux de la police où il se fait recruter par une agence un peu particulière… Secrète, cette agence est spécialisée dans la protection de jeunes personnalités : stars du cinéma ou de la chanson, enfants de grands chefs d’entreprise ou de diplomates… Pour sa première mission, Connor est envoyé à Washington pour protéger la fille de l’un des hommes les plus puissants au monde : le président des Etats-Unis.

★★★☆☆

Si vous avez aimé Cherub ou les autres séries d’action publiées chez Casterman, vous ne serez pas déçus ! BodyGuard s’inscrit dans cette même veine pour vous proposer un roman qui ne laisse aucun temps mort et introduit un nouveau héros auquel vous ne manquerez pas de vous attacher. En effet, Connor a tout du parfait héros : un père disparu (dans une scène d’introduction qui vous plonge tout de suite dans le bain), une famille dans le besoin, une moralité et un courage sans failles et un grand sens du devoir. Des qualités qui lui seront très utiles dans sa mission de la plus haute importance. Une mission dans la plus pure tradition des fictions post-11 septembre. Car, si la mission de Connor est de protéger Alicia, la fille du président des États-Unis, c’est tout d’abord car la jeune fille a une certaine propension à déjouer son service de sécurité pour vivre une vie « normale » d’adolescente. Mais, très vite, on va découvrir qu’Alicia est la cible d’une organisation terroriste et la mission de Connor va considérablement se corser. Le récit alterne ainsi entre l’histoire de Connor et celle de l’organisation terroriste. Nous n’avons donc aucune surprise sur ce qu’il va se passer et on peut regretter le traitement un peu stéréotypé de l’organisation terroriste en question (surtout quand un des personnages, Hazim, semblait suffisamment intéressant pour apporter quelque chose de plus au récit). L’intérêt vient donc principalement de la découverte du métier de garde du corps et des services de protection, et de la façon dont Connor va s’acquitter de sa mission à haut risque. Il pourra bien sûr compter sur les amis de son équipe au sein de BodyGuard et de gadgets technologiques qui ne déplairaient pas à James Bond.
Cette première mission de Connor remplit bien son office, on passe un bon moment de lecture, et elle plaira sans aucun doute à tous les amateurs d’action, notamment de Cherub, série à laquelle BodyGuard m’a beaucoup fait penser par bien des aspects. L’histoire en elle-même n’est pas très originale et vous rappellera sans doute un film ou un épisode de série TV à l’américaine, bien que la fin du livre nous laisse entrevoir un complot plus vaste… à découvrir dans la suite, peut-être ? :)

BodyGuard, 1. L’otage, Chris Bradford (Casterman)
en librairie le 4 mars 2015
9782203083578 – 15 €
à partir de 13 ans

Son
2

Afterworlds – Scott Westerfeld

3240707997_1_3_23WoqIz0

Il y avait longtemps que Bob n’avait pas lu un bon gros pavé (670 pages bien tassées), qui lui a pris un certain temps mais qui va être aussi un peu compliqué à commenter…car il s’agit d’un livre dans un livre ! Voici donc le tout nouveau roman de Scott Westerfeld, découvert notamment grâce à la série Uglies, qui était particulièrement réussie.

Darcy Patel a 18 ans et vient de décrocher un juteux contrat d’édition pour son premier roman Afterworlds. Elle met alors l’université entre parenthèse pour s’installer à New York et devenir un véritable écrivain, comme elle en a toujours rêvé. Lizzie, le personnage inventé par Darcy, découvre “l’envers du décor”, le monde où se rendent les fantômes, lorsqu’une attaque terroriste dans l’aéroport où elle se trouve l’oblige à se faire passer pour morte…

★★★☆☆

Le roman se compose de deux histoires entremêlées : celle de Darcy, auteur dans le « monde réel » et celle de Lizzie, l’héroïne du roman écrit par Darcy (fans de Jane Austen, c’est pour vous !). Chaque chapitre passe ainsi de l’une à l’autre. Le procédé est plutôt chouette et permet d’alterner entre chaque histoire tout en distillant un suspense réussi.
Le roman commence tout d’abord avec Darcy Patel, jeune auteure de 18 ans qui a reçu un contrat très juteux pour publier son livre Afterworlds. Très vite, la jeune fille se rend à New York, où elle retrouve son agent, découvre son éditeur et les soirées consacrées aux auteurs « young adults ». Durant tout son séjour à New York, elle va devoir retravailler l’écriture de son roman selon les demandes non seulement des éditeurs mais aussi du service marketing et, surtout, entamer la suite de son roman. Tout un processus éditorial qui va non seulement stresser notre jeune auteure mais également l’aider à grandir et à s’émanciper.
Intercalée à l’histoire de Darcy se trouve celle de son héroïne, Lizzie, qui commence sur les chapeaux de roue avec une scène d’ouverture digne des meilleurs films d’action : une attaque terroriste dans un aéroport. Coincée, Lizzie appelle les secours qui, dans l’absence de portes de sortie, lui conseillent de faire la morte. Et elle le fait si bien qu’elle va se retrouver dans « l’envers du décor », l’endroit où vont les fantômes avant de rejoindre l’enfer. Elle y rencontre Yamaraj, un jeune homme « psychopompe » (guide des âmes), qui va lui révéler sa nouvelle nature et, bien évidemment, devenir son amoureux…
Pour être honnête, j’ai beaucoup plus aimé l’histoire de Darcy et tout le processus lié à la création littéraire et éditoriale (ce doit être mon côté bibliothécaire), même s’il y a de grandes différences entre l’édition aux États-Unis et celle en France. L’histoire d’Afterworlds est une romance fantastique un peu lue et relue, même si la mythologie hindoue qui y est associée apporte une touche exotique plutôt chouette. Mais il est possible que le lectorat ciblé par ce roman soit plus sensible à l’histoire de Lizzie qu’à celle de Darcy, pleine de jargon éditorial et d’une love-story peu conventionnelle. En plus, vu le pavé, il y a des chances que certains lecteurs sautent les passages qui les intéressent moins pour ne s’attacher qu’à une seule histoire. Je dois aussi avouer que, au vu du slogan de couverture, je m’attendais à un roman un peu plus « science-fictionnesque », alors que pas du tout, il s’agit d’un roman tout à fait ancré dans la réalité. On pourrait alors se demander : quel intérêt de raconter deux histoires totalement indépendantes dans un même livre ? Peut-être est-ce une façon pour Scott Westerfeld de montrer que l’écriture d’un roman est longue et complexe ? Ou alors de dire aux jeunes auteurs, lancez-vous et réalisez vos rêves ! Le lecteur sera libre de choisir. En tous cas, j’ai trouvé ce roman vraiment très intéressant sur l’écriture d’un livre et les questions et réécritures auxquelles un auteur doit se confronter pour voir un jour son œuvre publiée. Selon moi, il aurait pu se consacrer uniquement à Darcy mais les ados y trouveront peut-être à redire… :)

Afterworlds, Scott Westerfeld (Pocket Jeunesse)
en librairie le 5 mars 2015
9782266256285 – 18,90 €
à partir de 14 ans