Son
0

Et ta vie m’appartiendra – Gaël Aymon

A la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une vieille peau parcheminée sur laquelle figure une inscription étrange. Il s’agit d’un talisman censé exaucer tous les désirs de son possesseur à la condition de sacrifier un peu de sa propre vie. Sans vraiment trop y croire, Irina formule son premier vœu : celui de devenir riche et que sa meilleure amie Halima lui dévoue son existence !

Si ces quelques mots vous font penser à La peau de chagrin, c’est bien vu ! Irina est au début du roman une jeune fille qui vient de rater l’examen d’entrée à Science Po alors que sa meilleure amie Halima est prise. Une déconvenue qui n’arrange pas sa vie déjà pas très drôle, avec une mère absente qui ne jure que par l’argent alors qu’elle ne possède rien, et une grand-mère jusqu’alors inconnue qui ressurgit dans sa vie pour lui laisser un héritage étrange et repoussant. C’est sur le coup de la colère et de la jalousie qu’Irina fera part de son premier désir à la peau de chagrin, demandant évidemment d’être riche (car qui ne le demanderait pas, n’est-ce pas ?) mais aussi qu’Halima ne vive que pour la servir ! Et petit à petit, à mesure qu’Irina va demander des choses, aussi futiles qu’importantes, la peau de chagrin va se réduire et grignoter la force vitale de la jeune fille. La richesse et l’existence de rêve se transforment alors en cauchemar… d’autant plus que d’autres personnes semblent à la recherche de cet objet de pouvoir !

Gaël Aymon revisite dans ce nouveau roman le mythe créé par Balzac pour en proposer non seulement une réécriture transposée à notre époque, mais en profite aussi pour utiliser la vie de Balzac pour aller plus loin dans l’intrigue et faire de cette peau de chagrin l’objet d’une vaste chasse au trésor à travers les siècles. Et ce côté thriller fonctionne vraiment bien, ajoutant une bonne dose de mystère et de suspense à cette histoire que vous connaissez sans doute déjà si vous avez lu La peau de chagrin. Mais l’essentiel du roman de Balzac est là aussi car, bien sûr, les questions soulevées par la possession de talisman restent les mêmes : quels sont nos désirs ? Que peut-on désirer quand on finit par tout avoir ? Et, bien sûr, la question ultime pour Irina : quel est le sens de la vie ?

Une histoire très captivante, qui nous tient en haleine jusqu’au bout et qui nous interroge sur le sens de la vie, mais aussi et surtout, sur ce que représente cette idée de la richesse dans notre société. Est-ce que tout avoir, être riche, c’est être heureux ? Avoir réussi sa vie ? Est-ce que c’est notre but à atteindre ? Ah, vous ne pensiez pas être soumis à tant de questions et de réflexions avec un thriller à la touche fantastique ? Eh bien vous voilà prévenus ! Et on espère que ça vous donne envie… 😉

Et ta vie m’appartiendra, Gaël Aymon (Nathan)
disponible depuis le 19 mars 2020
9782092591451 – 15,95€
à partir de 13 ans
Son
0

Ah l’amour !

Aujourd’hui, c’est l’amour et tous ses tracas qui unit nos deux romans.

Ce soir je le fais / Ce soir je le quitte

Ce soir, à la soirée organisée par Emma, Simon et elle ont tous deux un plan. Pour Emma, c’est le soir où elle quittera Loïc, qu’elle ne supporte plus. Pour Simon, c’est celui où il se déclarera enfin à Méline et couchera avec elle…

★★★★★

Vous connaissiez sans doute la collection Boomerang pour les plus jeunes, avec ses textes recto-verso. Voici le premier à destination des ados ! Et pour une première, quoi de mieux que cette éternelle et passionnante question du désir, de l’amour ? C’est Cathy Ytak qui se prête au jeu avec ces deux histoires racontant la même nuit, du point de vue de deux personnages qui ont tout à jouer ce soir-là. Comme toujours, Cathy Ytak est d’une exquise justesse dans sa description des élans du corps et du cœur. Toute sa sensibilité et sa finesse s’expriment dans ces textes courts mais ô combien appropriés. Le récit tête-bêche fonctionne à merveille et on espère que le concept sera à nouveau proposé pour les ados !

Ce soir, je le fais / Ce soir, je le quitte , Cathy Ytak (Le Rouergue)
collection DoAdo
disponible depuis le 26 septembre 2018
9782812616549 – 8,50€
à partir de 13 ans

Mon âme frère

Les notes de Camille sont en chute libre. Convoquée au lycée avec ses parents, la sentence finit par tomber : privée de sortie, de téléphone et, surtout, de retrouver Yanis, son petit ami. La jeune fille finit par craquer…

★★★★☆

Même s’il peut se lire indépendamment, Mon âme frère est plus ou moins la suite de Oublier Camille, où nous découvrions les prémices de l’histoire entre Camille et Yanis du point de vue du garçon. Histoire d’amour, toujours, où Camille va s’interroger sur sa relation avec Yanis, le roman évoque aussi et surtout la pression exercée par les parents sur l’avenir de leur enfant. C’est vraiment l’idée du chemin tracé par les adultes qui est au cœur du récit et des réflexions de cette jeune fille qui ne sait plus quoi faire pour se sortir de ce qu’on attend d’elle et cherche sa vérité. Gaël Aymon parle avec réalisme et sensibilité de la difficulté à trouver sa place, à faire entendre sa voix et à résister à la pression sociale ou familiale. Un roman qui explore avec acuité les relations entre filles et garçons, également, à travers l’histoire d’amour de Camille et Yanis.

Mon âme frère, Gaël Aymon (Actes Sud Junior)
collection Ado
disponible depuis le 3 octobre 2018
9782330111427 – 13,90€
à partir de 13 ans
Son
1

Golden Valley – Gaël Aymon

9782070587544,0-3333752

Pour les vacances, Max rejoint ses parents en Birmanie, où vient de s’installer l’entreprise de son père. Résigné à s’ennuyer dans leur propriété d’expatriés, il fait pourtant le rencontre de Brandon, gosse de riche birman qui l’invite à des fêtes. Lors d’une de ces soirées chez le jeune homme, Max fait la connaissance de Dolly, sa grande sœur époustouflante de beauté et particulièrement brillante, qui annonce de grands changements dans sa vie…

★★★☆☆

Maximilien, c’est le beau gosse qu’on voit dans les séries télé américaines : 17 ans, 1m92, champion de natation, grande école, famille riche et qu’on imagine beau comme un dieu grec. Il débarque en Birmanie avec assez peu d’enthousiasme, sachant qu’il va se retrouver seul avec sa mère qui l’insupporte très vite et son père qui sera constamment occupé avec la nouvelle implantation de son entreprise dans le pays. Et quand il voit la piscine, autant dire que le garçon est douché (oh oh !) : même pas assez grande pour faire des longueurs. Très vite, cependant, il rencontre des jeunes locaux et expatriés comme lui, et vont passer leur temps à faire la fête dans les bars ou jouer à des jeux vidéo chez les uns et les autres. Jusqu’à ce que Max tombe sur Dolly, la sœur de Brandon, 20 ans, superbe, qui étudie aux Etats-Unis et semble collée à son portable 24/7. Pour lui, c’est le coup de foudre, et il semblerait que pour elle aussi. Mais leur histoire d’amour doit rester secrète car, en Birmanie, les femmes qui sortent avec des étrangers sont très mal vues…

La Birmanie, c’est le choc des cultures pour Max. Il y a d’abord le temps, cette chaleur étouffante et ces moussons. Mais il y a aussi le mode de vie des birmans, l’histoire de ce pays qu’on sait à peine situer sur une carte du monde… Cette visite sur la côte où, en croisant un village de « squatteurs », le guide lui dit qu’il n’avait rien vu de tel. Et puis il y a Dolly, cette fille étonnante, qu’il désire ardemment mais qu’il sait inatteignable. Impossible. Cette fille qu’il avait déjà vue avant mais qui lui a intimé le silence quand il l’a mentionné devant Brandon. Comment revoir Dolly, comment être avec elle ? Comment, alors qu’il ne reste que cinq semaines en Birmanie ? Je ne vous dirais rien, et vous laisserais découvrir ce roman d’une jeunesse dorée où les certitudes s’effondrent, où le vernis de la richesse se craquèle pour laisser entrevoir une réalité insoupçonnée. Un éveil au monde intéressant.

Golden Valley, Gaël Aymon (Gallimard jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 15 septembre 2016
9782070587544 – 8,65€
à partir de 15 ans
Son
0

Oublier Camille – Gaël Aymon

Yanis est fou amoureux de Camille depuis le jour où il l’a rencontrée. Mais agir et prendre l’initiative de lui avouer ses sentiments : plus facile à dire qu’à faire. Et quand ils arrivent au lycée – des lycées différents – la jeune fille le quitte. Mais ont-ils jamais été réellement ensemble ? Yanis doute, fuit, s’en veut, se met dans des situations impossibles…dans l’espoir d’oublier Camille.

★★★☆☆

Une courte chronique de la vie adolescente, dans laquelle un garçon de 16 ans nous livre ses doutes et ses peurs d’une relation qui semble quasi inexistante avec la fille qu’il aime. Il lui faudra tout le roman pour apprendre à trouver les mots et les gestes qui vont faire de lui « un homme ». Je suis assez mitigée sur ce texte. Il est très bien écrit et nous avons rarement l’occasion de lire une histoire d’amour du point de vue masculin, mais j’ai eu beaucoup de mal à accrocher au personnage qui ne fait que s’apitoyer sur son sort… Il est vrai qu’en se rappelant ses années adolescentes, on s’y retrouve quelque peu (même en étant une fille !) mais à la lecture, c’est parfois un peu lourd. Oublier Camille nous montre néanmoins que les garçons sont soumis aux mêmes problèmes que les filles et ce n’est peut-être pas plus mal !

9782330034290,0-2239798
Oublier Camille, Gaël Aymon (Actes Sud Junior)
en librairie le 20 août
9782330034290 – 10,90 €
à partir de 13 ans