Son
4

Les garçons ne tricotent pas (en public) – T.S. Easton

Saint-Jean-Michel-des-Eaux, attention les yeux ! Ce livre a sans doute l’une des couvertures les plus atroces (je ne peux pas la regarder plus de 0,005 secondes sans avoir envie de me crever les yeux), les plus improbables, les plus « mais…mais…pourquoi ???? » (euh…sérieusement, Nathan, POURQUOI ???) mais ne vous y fiez pas et essayez de faire abstraction, de coller du papier journal dessus, de la couvrir avec du papier opaque comme vos manuels de cours en 6e, car vous passeriez quand même à côté d’un très très bon moment de lecture, parole de Bob. :)

9782092559161,0-3155289Ben Fletcher, après avoir volé une bouteille de Martini Rosso et renversé à vélo la dame qui fait traverser les petits, est désormais placé sous contrôle judiciaire. Dans le cadre de sa mise à l’épreuve, il est contraint de s’inscrire à une activité manuelle, et à cause d’un malentendu, il se retrouve dans le cours de tricot ! L’horreur ! Ben accepte cependant de jouer le jeu, tant que personne en dehors du groupe de tricot n’est au courant. Et il découvre bien vite que le tricot, ce n’est pas si mal et qu’il est quand même vachement doué…

★★★★★

Comment cacher à vos amis un peu cons et à votre père archétype de la virilité que vous vous adonnez à une « activité de fille » et, pire, « de vieille » ? C’est bien là tout le problème de Ben, 16 ans, pas trop doué avec les filles (mais vachement amoureux de Megan, et de sa prof Melle Swallow et puis la mère de Megan est pas mal non plus…) ni vraiment en rien, d’ailleurs, qui se fait harceler occasionnellement par la terreur du lycée, et qui vivait sa vie plutôt tranquillement jusqu’à l’incident qui lui a valu des ennuis avec la justice. Ben va inventer pas mal de mensonges, qui vont le mettre dans des situations précaires, surtout quand le tricot se révèle une activité qui le passionne et pour laquelle il est vraiment très doué. Doué au point de participer à des compétitions locales puis de plus en plus importantes… De mensonges en mensonges, Ben s’enlise et tout pourrait bien vite tourner au vinaigre…

Pour notre plus grand plaisir, les stratégies de Ben conduisent à des moments improbables, cocasses et parfois totalement débiles. Écrit sous la forme d’un journal intime, T.S. Easton (qui est aussi l’auteur d’une dystopie dont on vous a parlé) nous brosse le portrait d’un adolescent absolument attachant. Je me suis amusée du début à la fin et j’ai éclaté de rire à de nombreuses reprises. Les dialogues sont géniaux, les nombreux personnages – même parfois un peu stéréotypés – offrent une galerie particulièrement comique et l’histoire, même s’il est loin d’y avoir de l’action, propose des tas de rebondissements plus savoureux les uns que les autres. On ne s’ennuie vraiment pas et on passe un moment super agréable avec Ben et sa vie tout de même bien compliquée à lutter malgré lui contre les préjugés. Si vous avez lu Susin Nielsen, Ben m’a pas mal fait penser à certains de ses personnages, une espèce de nerd embrigadé dans des trucs improbables, héros du quotidien. J’ai ressenti exactement le même plaisir qu’à la lecture de Moi, Ambrose, roi du scrabble, par exemple. Et ça fait plutôt du bien ce genre d’histoire bien écrite (et bien traduite), pleine d’humour et de bonne humeur. Maintenant, j’ai envie de me mettre au tricot ! :P

Les garçons ne tricotent pas (en public), T.S. Easton, traduit par Anne Delcourt (Nathan)
disponible depuis le 10 mars 2016
9782092559161 – 15,95€
à partir de 13 ans
1

Fake Fake Fake – Zoë Beck

fakefakefakeAllemagne, de nos jours.
Un adolescent va vous faire rire.

Edvard est un adolescent qui n’a pas un quotidien très simple ni à la maison, ni au collège : il est amoureux de Constance, qui ne le voit même pas/le toise/l’ignore. En revanche, il est très prisé par un de ces camarades : Henk, qui le harcèle dès qu’il en a l’occasion et ne manque pas d’en faire profiter les autres élèves. Mouvementée, la vie d’Edvard l’est : surprises à la clé vous aurez.
L’humour pétillant de Zoë Beck va vous ravager la journée.

★★★★★

Edvard nous fait partager ses “autres” problèmes : comprenez ses soucis avec la puberté. Menu, encore une voix de jeune jouvencelle au baromètre et pas un poil sur le torse. Pour couronner le tout, il marche régulièrement dans les crottes de Caniche, le caniche de M. Tannenbaum, le vieux voisin. En vacances avec ses parents dans une ferme bio dotée de toilettes sèches et sans jambon, Edvard en profite pour alimenter le compte facebook qu’il a créé de toutes pièces afin de pouvoir vivre une histoire amicale/amoureuse avec Constance, sa “dulcinée” un brin superficielle. Dans sa double vie facebook d’adolescent il s’appelle James, il est allemand, beau gosse, en vacances en Californie. Les choses ne se déroulent pas comme prévues et simplement, Edvard décide de “tuer” Jason par une intoxication alimentaire puis par une grave allergie. Une vague va déferler sur internet : scandale à l’erreur médicale, une page mémorial va recueillir plus de 400 00 fans et tous réclament justice…

Zoë Beck traite tous les sujets avec aisance. D’autres informations en vrac qui ont leur importance :
M. Tannenbaum paie une nouvelle paire de sneakers à Edvard en réparation des anciennes couvertes d’excréments de son chien et ces deux-là développent une belle amitié cruciale pour la suite.
Notre ado, ses copains Anselme et Arthur vont accueillir une fille dans leur groupe Karli, hors du commun.
M. Tannenbaum risque de se faire expulser de sa maison : c’est l’anarchie, tout le monde va y mettre du sien pour aider ce super professeur de physique.

Alors ?

Ca décoiffe. L’humour de Zoé Beck surprend : on rit au moment où on s’y attend le moins. Un des personnages est rutilant : la maman d’Edvard. Elle est assez punk, pense que son fils est gay, a une conduite très sportive, fait des doigts d’honneur, tient une galerie d’art, écoute Rage against the machine et a autrefois squatté des maisons inoccupées. Vous allez l’adorer. Comme tous les autres personnages d’ailleurs qui forment une galerie folklorique et plus qu’attachante. On se demande comment l’auteur va rebondir avec cette histoire facebook qui prend de l’ampleur au fil des pages et elle s’en sort brillamment : la chute est parfaite.

Qu’il est bon de terminer un roman entièrement satisfaite par son contenu ainsi que sa forme ! Un très grand coup de cœur pour ces 200 pages inattendues.

Fake fake fake,Zoë Beck(Milan)
disponible depuis le 6 janvier 2016
9782745972637 – 12.50€
à partir de 13 ans
Son
0

Dans de beaux draps – Marie Colot

9782874262708,0-2747908

Jade, 14 ans, vit dans une famille nombreuse mais recomposée : chaque enfant est issu d’un père ou d’une mère différents. Un jour arrive Rodolphe, le fils de son beau-père, plus âgé et super craquant. Une simple photo de lui sur Facebook va entraîner Jade sur la piste du mensonge, un mensonge qui va vite la dépasser…

★★★★☆

Bob et Jean-Michel sont vraiment très heureux de ne plus être au collège ou au lycée à l’heure des réseaux sociaux. Dans ce roman, Marie Colot s’intéresse donc à l’importance et l’omniprésence de Facebook, Twitter et consorts dans la vie des adolescents. Mais surtout, à leur dérive et à ce qu’il y a de pire dans leur utilisation : la jalousie, les insultes, les moqueries, les menaces… Comment Jade, jeune fille intelligente mais un peu transparente, va devenir la fille « populaire » après avoir posté une photo de Rodolphe, son demi-frère, dont tout le monde va penser qu’il est son petit ami…et qu’elle ne va pas démentir. A partir de ce moment, la vie de Jade semble s’améliorer à son goût : elle devient copine avec les filles les plus cools, se fait gentiment draguer par les mecs plus âgés…jusqu’au moment où son ancien flirt éprouve de la jalousie. Tout commence alors à se gâter pour Jade, qui va subir non seulement un harcèlement en ligne mais également au collège… Jusqu’au soir où tout dérape…

Dans de beaux draps, court roman mais percutant, est passionnant par son évocation de l’adolescence et de la difficulté de s’y sentir bien. L’écriture de Marie Colot est forte, efficace, et nous entraîne du début à la fin avec une facilité déconcertante. Roman sur les réseaux sociaux oblige, de nombreux statuts Facebook s’insèrent dans la narration, nous rendant encore plus proche de Jade et de son malaise. J’ai beaucoup apprécié cette histoire, cette tension durant tout le roman où l’on sait que quelque chose de terrible va se passer (Jade nous le dit dès le premier chapitre), sans savoir quoi tout en se doutant et redoutant d’y arriver. Réflexion sur le mensonge et la volonté de s’exhiber sur le net, d’être aimé et reconnu, Marie Colot signe un roman juste, non dénué d’humour malgré tout ce que j’ai pu en dire, qui trouvera une résonance significative chez les adolescents.

Dans de beaux draps, Marie Colot (Alice jeunesse)
collection Tertio
disponible depuis le 29 octobre 2015
9782874262708 – 12€
à partir de 14 ans