Son
4

La fourmi rouge – Emilie Chazerand

Bob et Jean-Michel reviennent en forme après des vacances bien méritées ! Et comme tous les ans, c’est avec la rentrée littéraire qu’on se retrouve… Pour se faire un peu plaisir avant de retourner sur les bancs de l’école, on vous propose de rester un peu en vacances avec ce premier roman qui explose de drôlerie comme un feu d’artifice !

9782848659985,0-4372232Un prénom de protège-slip, un nom de pâtisserie allemande (qu’on peut aussi déformer pour en faire le petit nom d’une partie de l’anatomie humaine), un œil qui part en vrille et un père taxidermiste qui l’emmène au lycée dans une voiture customisée à la fourrure ? Oui, il s’agit bien de Vania Strudel, 15 ans, présidente du club très fermé des Minables. Heureusement qu’elle a son meilleur ami Pierre-Rachid pour voir la vie du bon côté… Mais voilà qu’après les vacances d’été, le jeune homme revient beau comme un dieu et, surtout, accompagné d’une horrible petite amie…

★★★★☆

Et quand Vania apprend que cette nouvelle girlfriend n’est autre que sa pire ennemie, cette pouffiasse de Charlotte Kramer, autant vous dire que son monde s’effondre définitivement ! Entre le nouveau prof qui ne lui fait pas de cadeaux, les looses quotidiennes, Pirach (pour Pierre-Rachid) qui s’éloigne peu à peu d’elle, et ses conversations à sens unique avec le vieux monsieur du dessus qu’elle garde parfois, la vie de Vania est HORRIBLE. Jusqu’au jour où elle reçoit un mail anonyme qui lui démontre qu’elle n’est pas qu’une vulgaire fourmi noire et qu’elle pourrait être bien plus que ce qu’elle pense d’elle-même et se démarquer réellement, être une « fourmi rouge ».

On connaissait Emilie Chazerand pour ses albums joueurs et irrévérencieux et c’est avec beaucoup de plaisir que l’on découvre sa plume en long format avec ce roman qui se pose en digne héritier des Petites Reines, dans la même collection, et à rapprocher également de Je suis ton soleil, paru au printemps. On y retrouve en effet une héroïne cynique à souhait, qui aurait sans doute eu sa place sur le podium des Boudins, et dont la vie semble particulièrement vide et improbable. (En vrai, on aimerait bien vivre parfois des trucs aussi loufoques qu’elle !) Entre répliques bien envoyées et dialogues savoureux, Emilie Chazerand nous propose des scènes délectables, des personnages sympathiquement humains, quoi-qu’affublés de beaucoup de tares. Il vous faudra parfois prendre un peu de recul car Vania est une ado qui ne prend pas de pincettes et qui risque fort de vous faire grincer des dents… Un roman particulièrement bien rythmé et piquant dans lequel on ne s’ennuie pas un seul instant ! Un humour qui cache aussi une véritable profondeur, où des sujets « graves » sont abordés avec finesse et sensibilité, comme le deuil ou le harcèlement scolaire. Une mention toute spéciale pour papa Strudel, un adulte responsable, présent, aimant (quand bien même Vania en a parfois honte, le trouve ringard, moche ou relou) et personnage essentiel du roman. Les parents ne sont pas toujours au top dans les romans jeunesse (quand ils sont là, bien sûr) et ça fait du bien d’en voir un qui fait bien son job. Pour ça, merci Emilie !
Petite et insignifiante fourmi noire deviendra-t-elle une belle et piquante fourmi rouge ? On vous laisse le découvrir ! 😀

La fourmi rouge, Emilie Chazerand (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible le 23 août 2017
9782848659985 – 15,50€
à partir de 13 ans
Son
1

La petite sirène à l’huile – Emilie Chazerand et Aurélie Guillery

couv-Petite-sirene-a-lhuile-copie

Ulysse n’est pas super enchanté d’aller chez tatie Frida et tonton Lucien pendant les vacances de Pâques. D’ailleurs, il les appelle Tatie-Prout et Tonton-Bigleux, c’est dire ! Non seulement tous deux ont des particularités un peu spéciales, mais en plus, ils ont un chat qu’ils traitent comme leur petit bébé. Et tout ça, c’est sans compter que les repas se composent uniquement de boîtes de conserve…pour les humains comme pour le chat !

★★★★☆

Vous comprenez maintenant pourquoi Ulysse n’avait pas franchement envie d’aller chez son oncle et sa tante ! Mais heureusement pour lui, comme pour nous lecteurs, il va arriver un truc assez incroyable à notre jeune héros. Et quand je dis « incroyable », je ne vous raconte pas de salades, foi de Bob ! Car, le jour où Ulysse s’apprête à manger avec un enthousiasme non feint une boîte de sardines, il y découvre une sirène ! Les vacances, qui promettaient d’être super nazes, prennent alors un tour nouveau… Eh oui, maintenant qu’Ulysse s’est trouvé une occupation : cacher sa petite sirène, notamment des griffes du chat, et s’en occuper, il se pourrait bien que le séjour chez tatie et tonton ait un tout nouveau goût…

Petite-sirene-a-lhuile-p8-9

Drôle et coloré, cet album devrait plaire aux enfants qui aiment les contes…et que font rire les prouts ! Les illustrations d’Aurélie Guillerey sont très chouettes, entre les personnages un peu ridicules et les couleurs qui pètent (oups !), et se marient très bien avec le texte joueur et irrévérencieux. Un album qui s’intéresse à l’imagination enfantine et, franchement, il faut vraiment s’ennuyer comme un poisson mort pour créer du fantastique à partir d’une boîte de conserve ! Pauvre Ulysse !

La petite sirène à l’huile, Emilie Chazerand et Aurélie Guillery (Sarbacane)
en librairie depuis le 4 février 2015
9782848657530 – 14,90 €
à partir de 5 ans