0

Des histoires qui filent la trouille – Sylvie Misslin & Isabelle Wlodarczyk

deshistoiresquifilentlatrouille

Une anthologie d’histoires horrifiques à la couverture soignée, si douce qu’on aimerait frotter sa joue dessus, aux illustrations sombres et teintées de lumière bien placées pour vous fiche une petite chair de poule. Ne me dites pas que vous n’avez pas envie de le feuilleter.

★★★☆☆

A deux paires de mains, Sylvie et Isabelle ont œuvré pour faire frissonner vos têtes blondes, juste ce qu’il faut. 18 histoires courtes à partir de 5 ans , mais rassurez-vous, vous pourrez les laisser seuls avec ce bien beau livre : ils dormiront sans encombres. Comme un prélude avant des histoires plus sombres, ces pages mettent dans une ambiance où on touche du doigt la peur, où le mystère est de circonstance et chaque histoire se clôt par une fin plutôt rassurante. Le but de ce recueil est de faire découvrir aux jeunes lecteurs un style bien différent de ce que l’on peut proposer à cet âge en matière “d’épouvante”. Un avant-goût qui les amèneront peut-être vers un style plus effrayant (R.L Stine n’est jamais très loin avec Chair de Poule).

Les contes de la crypte pour les plus jeunes

Montrer que la peur réside dans chacun d’entre nous que l’on soit enfant, adulte, troll, fantôme ou autre monstre : un pari réussi pour les auteurs. Dans l’une des histoires, deux enfants fantômes sont effrayés par les humains par exemple…ou plus simplement la couverture où ce crâne – tout de même symbole de la mort – semble apeuré par une souris ! A chaque début d’histoire on retient son souffle, on frissonne pour les héros et puis vient la chute inattendue. Je n’ai pas trouvé que ces histoires soient terrifiantes, mais elles ont un charme original.

Dans la catégorie

“Il l’a bien cherché”

Le troll transformé en caillou

“Le méchant le plus naze”

L’ogre qui avait peur du jour

“Le meilleur vilain”

Le trafiquant d’ombres : un escroc qui arnaque les enfants afin de leur voler leurs jouets. Trop balèze.

“L’histoire la plus originale”

La vaisselle de la sorcière

trouille-6
trouille-7

Des histoires qui filent la trouille, Sylvie Misslin & Isabelle Wlodarczyk, illustré par Jan Bielecki (Amaterra)
disponible depuis le 24 mars 2016
9782368560952 – 12,90€
à partir de 6 ans
Discussion
0

N’y pense plus, tout est bien – Pascale Maret

Pascale Maret a visiblement été très inspirée par un fait divers, mais en se concertant avec Bob, on s’est dit que vous réveler lequel enlèverait toute surprise et on serait bien embêtées si vous nous en vouliez…donc nous ne spolierons point.

9782364748408,0-3163135

Martin, 13 ans se retrouve sans famille du jour au lendemain. Élevé ensuite par sa tante, il prendra la décision le jour de ses 18 ans, d’embaucher un détective privé qui pourrait l’aider à retrouver la trace du responsable de l’éradication de sa famille à la suite de la découverte d’un indice crucial. Direction la Patagonie pour une chasse au coupable qui remue, où la détermination d’un jeune homme reste l’un des éléments des plus marquants du roman.

Don’t think twice, Jean-Michel

★★★★☆

Sur fond de Bob Dylan, Pascale Maret nous fait vivre une forte expérience, nous parle de désir de clôture, de deuil avec sans doute un soupçon de vengeance qui ère dans un recoin du cerveau tourmenté d’un jeune homme qui ne demande qu’à se re•construire. Je ne m’attendais pas à un début de roman aussi dantesque, une scène douloureuse et étourdissante qui annonce brillamment la suite du roman. L’élément selon moi qui marque le plus le roman ? La maturité de Martin. L’innocence balayée en un coup de pelle, mais sa réflexion reste intacte : il comprend qu’il n’est en rien responsable de la disparition de ses proches. Cependant sa détresse demeure et se traduit par le besoin irrémédiable d’aller au bout de sa piste, la clôture nécessaire du chapitre de sa vie, celle de sa mère, de sa sœur Laure et de son frère Lucas. Ce gros garçon de 13 ans autrefois terrassé par la peur derrière la rambarde de l’escalier s’est transformé en homme qui a réchappé deux fois à la mort par sa bravoure, son incorruptibilité et sa détermination. On souhaite à Martin un bonheur sans encombres ni démons, avec des souvenirs triés sur le volet, précieux et intemporels tels que les sourires des membres de sa famille disparue. Ça tire sur le canal lacrymal, c’est d’une puissance prodigieuse, merci Pascale pour ce moment mémorable.

It’s all right, Bob

★★★★☆

Jean-Michel a tout dit ! J’ajouterais simplement que Pascale Maret n’a pas son pareil pour écrire des histoires tirées de faits divers avec autant de souffle. J’avais adoré sa version de l’histoire de Colton Harris-Morre, dans La véritable histoire d’Harrison Travis, hors la loi, racontée par lui-même et j’ai retrouvé ce côte aventureux dans ce nouveau roman, même si la tragédie est ici bien plus grande. Pascale Maret joue avec toutes nos émotions, depuis l’horreur jusqu’à l’espoir, dans cette quête qui nous emmène au bout du monde.

N’y pense plus, tout est bien, Pascale Maret (Thierry Magnier)
collection Grand format
disponible depuis le 23 mars 2016
9782364748408 – 11,50€
à partir de 14 ans
0

A bas la vaisselle ! – Yann Mens

Parce qu’un titre de la collection Petite Poche fait toujours du bien, aujourd’hui on vous offre une tranche de bonne humeur avec une grève pas piquée des vers.

àbaslavaisselle

Dans la famille Toucouleur, on vous présente Fatoumata qui un soir après le dîner familial, refuse catégoriquement de faire la vaisselle et déclare la grève. Ce mot sacré est lâché, il faut désormais aller au bout :) Entre demande d’augmentation d’argent de poche et revendications parentales, les négociations s’annoncent tumultueuses.

★★★★★

Alors, on vous rassure : point de bain de sang syndical à l’horizon mais une maman bien habile et des adolescents qui ne démordent pas. Dans cette famille on fait la vaisselle à partir de 8 ans et Fatoumata (12 ans), Rajiv (9 ans) trouvent injuste qu’Arsène (7 ans) ne s’y colle pas. En revanche Elisa, 2 ans de son état semble être dédouanée de cette corvée d’eau sale. Un piquet de grève est organisé

“Quand il n’y aura plus rien de propre, maman sera obligée de céder”

Mais c’est sans compter sur la contre-attaque de maman, qui à son tour, fait la grève de la lessive. Après moult négociations, la fin de la grève générale est déclarée et tout le monde a obtenu satisfaction. Des messages subtils parcourent ces 40 pages : se rebeller c’est aussi grandir, il n’y a pas de meilleur union que celle de la fraternité, parlementer est une solution qui résout n’importe quel conflit, maman n’est pas une bonne à tout faire, et ne jamais sortir des éléments du service de mariage sous peine de casse inévitable.


A bas la vaisselle, Yann Mens (Thierry Magnier)
collection Petite Poche
disponible depuis le 16 mars 2016 (nouvelle édition)
9782364748286 – 3,90€
à partir de 7 ans
0

Le tout petit jardinier – Emily Hughes

Emily Hugues, vous la connaissez sûrement grâce à son album Sauvage, à nouveau disponible chez Casterman, ou encore avec Mon tout petit ours chez Milan. On la retrouve aujourd’hui avec un nouvel album traduit aux éditions Albin Michel jeunesse et nous sommes tombées à nouveau sous le charme.

★★★★☆

letoutpetitjardinier

Un grand jardin pas très joli, appartenait à un tout petit jardinier qui mettait beaucoup de coeur à l’ouvrage pour le rendre confortable et attrayant. Une fleur sublime réussit  à s’épanouir et donna une dose d’espoir supplémentaire au jardinier qui travailla sans relâche pour l’améliorer. Mais malgré ses efforts, le jardin était en perdition et notre travailleur perdit tout optimisme…

Rassurez-vous ça ne se termine pas comme ça ! L’épilogue : cette belle fleur inspira les habitants de la maison qui se mirent à cultiver le jardin jusqu’à floraison totale. Au réveil du petit homme, quelques mois plus tard, tout fût transformé à son grand bonheur. La toute première fleur enlaça le jardinier pour le remercier de sa détermination.
letoutpetitjardinierfin
C’est une histoire pleine de beaux messages : par de petits actes, on peut faire de grandes choses et l’inspiration peut être communicative. Chaque effort, aussi petit soit-il, n’est pas vain. Croire en quelque chose et s’y tenir c’est déjà une belle valeur. Une histoire sur l’aboutissement des rêves et sur leur concrétisation ? On en redemande. On va faire nos prétentieuses et citer Candide de Voltaire : “Il faut cultiver son jardin”. Cet album est une fable philosophique : appliquons-nous à faire évoluer les choses et à les rendre meilleures car tout acte, quelque soit sa grandeur est bon pour l’amélioration des choses. Émotionnellement, le travail d’Emily nous réchauffe et nous fend le cœur. Intransigeante sur tous les éléments, elle apporte la perfection à chacune de ses pages. Son crayonné, son art du détail, son trait indéfectible prouve son amour de la nature et de la délicatesse. On l’adore.

Et alors attention, la touche adorable : notre jardinier a un pote, un lombric au doux prénom de Joliver. Il a une bonne tête, il nous plait bien. Même dans un environnement peu enclin à son développement, il reste aux côtés de son ami, même dans l’adversité.

Joliver, best bro ever

Joliver, best bro ever

Le tout petit jardinier, Emily Hughes (Albin Michel Jeunesse)
disponible depuis le 30 mars 2016
9782226321145 – 13,90€
à partir de 4 ans
Sublimes et déjà parus, des albums qui brillent de mille feux

sauvageemilyhughes

Sauvage, Emily Hughes(Casterman)
disponible depuis le 20 janvier 2016 (réédition)
9782203109162 – 12.95€
à partir de 5 ans

montoutpetitours_CV_CS5.indd

Mon tout petit ours, Emily Hughes (texte de Sean Taylor), (Milan)
disponible depuis le 13 janvier 2016
9782745977908 – 11.90€
à partir de 4 ans
0

Blanche-Neige et les 77 nains – Davide Cali & Raphaëlle Barbanègre

blancheneigeetles77nains

Blanche-Neige, en fuyant une sorcière trouva refuge dans une maison habitée par 77 nains. Bien sûr, ils lui offrent le gîte en l’échange d’un petit coup de main pour faire le ménage…

★★★★☆

Première problématique pour Blanche-Neige : autant de prénoms à retenir c’est difficile. Imaginez ensuite la charge de travail qu’elle doit enquiller : la lessive, l’entretien des barbes, autant d’histoires du soir qu’il y a de nains, le petit-déjeuner qui ressemble à la préparation d’un banquet, le pique-nique d’une colonie de vacances sur ses épaules…N’en tenant plus, Blanche-Neige quitta cette maison de fous où elle n’était vraiment pas aidée, et “TANT PIS si elle croisait la sorcière dans la forêt !”. Elle prit deux pommes empoisonnées (une double ration prouve son grand épuisement) et vous connaissez la suite : le cercueil de verre, le baiser du prince charmant…

…Ah, en fait, NON !
2016-03-29 11.25.22

Ah que j’aime l’expression de désappointement des nains ! Bien fait. Ils doivent bien avoir les boules d’avoir poussé le bouchon trop loin. Ce n’est qu’un être humain après tout, et une femme ! Pas une bonne à tout faire. Le quotidien de Blanche-Neige est très révélateur des stéréotypes qui existent encore de nos jours : ne sommes-nous faites que pour faire le ménage ? Si ça se trouve c’est dans notre adn *sarcasme* (ne me jetez pas de cailloux). A trop catégoriser l’image de la femme, on l’empêche de jouir de ses désirs et de ses droits. Eh les nains : vous aviez demandé un coup de main, pas un robot ménager. Pas étonnant que la fuite lui ait semblé le meilleur moyen pour se reposer…Humoristique, cet album l’est avec certitude. Mais une pointe d’inquiétude m’a traversée : elle a voulu disparaître, Blanche-Neige. Alors, qu’est-ce donc ? Un appel au secours ? Un cri pour une prise de conscience de ses colocataires ? Toujours est-il que les nains semblent prendre au sérieux la désertion de la jeune femme, et qui sait, les choses seront peut-être amenées à évoluer à son réveil :) Dommage d’en arriver à ce stade pour que les choses bougent.

Texte plein d’esprit de Davide Cali qui diffuse des messages si bien charpentés qu’ils poussent à la réflexion avec un automatisme surprenant. Quel homme. Quant à Raphaëlle Barbanègre,cette illustratrice canadienne aime apparemment jouer avec les couleurs chaudes, s’amuse à rendre ses personnages malicieux et leur donne des trognes à faire sourire le dernier des patibulaires.

Blanche-Neige et les 77 nains, Davide Cali, illustré par Raphaëlle Barbanègre (Talents Hauts)
disponible depuis le 3 mars 2016
9782362661372 – 15€
à partir de 4 ans
5

Aujourd’hui, Amos – Anne Cortey & Janik Coat

Des amateurs pour la poésie d’Anne et Janik ? Vous avez intérêt à tous lever la main je vous préviens.

aujourdhuiamos
★★★★★

Amos est un doux rêveur enchanté par tout ce qu’il voit et écrit ses adorables pensées dans un carnet. Après la levée du brouillard, il part à la cueillette de champignons, partage ensuite une omelette avec son ami Hulo et lui confie au coin qu’il rêverait de vivre dans un pays de poésie…

Amos est inspiré par tout ce qui l’entoure : le brouillard qui se lève, l’odeur de la terre mouillée, ses paupières lourdes et la nuit qui tombe…pas de doutes il sait apprécier la poésie des petits moments. Coloré d’un rouge qui remue les passions et d’un bleu lié au rêve, Janik a créé Amos de façon à ce qu’il soit une ballade à lui tout seul en fort contraste avec les décors pâles qui l’entourent. Sa singularité n’en est que plus remarquée. D’une grande tendresse, le texte d’Anne Cortey insuffle des sourires, sa poésie égale les traits raffinés de Janik Coat. L’illustration de la couverture est très expressive : le soleil se reflète dans les yeux d’Amos dont le blanc se remplit de jaune : il semble déjà composer son prochain sonnet. Insoutenable de mignonnerie, les douces tribulations de ce petit koala vont vous faire fondre. Janik sait dessiner les cagoules comme personne et c’est sans doute la chose plus adorable que vous verrez aujourd’hui.

Un hibou avec une cagoule rayée, ça n’a pas de prix 
extraitaujourdhuiamos

extrait © grasset jeunesse

Maintenant
Les pépites du sommeil se nichent
sous mes paupières.
Demain.
Les oiseaux y déposeront leurs chants.
Amos
Aujourd’hui, Amos, texte d’Anne Cortey, illustrations par Janik Coat (Grasset Jeunesse)
disponible depuis le 10 février 2016
9782246787341 – 13€
à partir de 3 ans

Amos a fait ses premiers chez l’éditeur Autrement jeunesse qui n’est plus, alors c’est véritablement avec plaisir et nostalgie qu’on le retrouve. Voici ses premières aventures :

Amos et le pays noir (2009) épuisé, alors si vous le trouvez, foncez dessus
9782746712447 – 16.50€
Amos et les gouttes de pluie
(2011) 9782746714656 – 10€
Amos et les pissenlits
(2011) 9782746714649 – 10€

amosetlepaysnoiramosetlesgouttesdepluieamosetlespissenlits

Discussion
6

Les regards des autres – Ahmed Kalouaz

lesregardsdesautres

La vie de Laure est en enfer depuis qu’au collège, une bande de filles ont fait d’elle leur cible préférée. Injures, bousculades, railleries, menaces à répétition…le quotidien de l’adolescente se dégrade également à la maison. Comment réagir face à ses tortionnaires ? Ahmed Kalouaz, à travers le regard de Laure, nous offre une perspective puissante et intelligente sur le harcèlement.

Jean-Michel, vit un enfer avec un morse

★★★☆☆

Ahmed Kalouaz nous enferme avec subtilité dans la tête de Laure, si bien que son mal-être devient pesant. Ce roman est un appel au secours, décrit les peurs d’une jeune fille, montre une confiance en soi tout juste naissance qui se recroqueville en position fœtale face aux injures quotidiennes. Mais l’auteur nous prouve également qu’il est possible de sortir du silence du harcèlement par plusieurs moyens : la dénonciation (CPE, famille…), par le biais d’associations (Stop Harcèlement notamment), la confrontation avec ses bourreaux…Un livre que je juge utile. Ahmed Kalouaz emploie des phrases justes qui expliquent avec perspicacité les conséquences de ces violences morales qui n’influencent pas seulement les bulletins scolaires mais aussi le quotidien familial (les disputes, l’alimentation, la solitude) et reste surtout une obstruction à la construction de soi. Des notions habilement expliquées : le concept de “tyran” et de “bouc émissaire” au collège par exemple. J’ai trouvé l’écriture brillante, concise et pondérée. La souffrance de Laure est palpable on la ressent vibrer à chaque page. Un petit détail néanmoins : j’ai trouvé que cette jeune fille était d’une sagacité étonnante pour son âge mais j’ai choisi d’en faire abstraction pour mieux me concentrer sur sa peine et les messages forts et justes d’Ahmed Kalouaz.

Bob, harcelé par un ornithorynque

★☆☆☆☆

C’est sans doute la première fois : gros désaccord avec Jean-Michel ! J’avais beaucoup aimé les précédents romans d’Ahmed Kalouaz et je dois dire que j’ai été vraiment déçue par celui-ci. Je ne suis pas parvenue à m’attacher à Laure et à sa douleur, même si j’ai trouvé le traitement du harcèlement différent de ce que j’ai pu lire dernièrement, notamment dans le fait que cette violence passe par l’invisible, les regards, pas forcément la violence physique ou même verbale (ou, en tous cas, Laure ne le dit pas). J’ai regretté également que les rares amis de Laure ne soient pas plus présents, on évoque leurs noms mais sans plus…tout comme ses tortionnaires, finalement. Mais je crois que ce qui m’a le plus déplu, déçu, c’est l’écriture, et notamment les dialogues que j’ai trouvé particulièrement irréalistes (voire surréalistes). Laure, victime (d’une bande de filles), est amie avec Léo, bourreau (qui cogne des mecs). Si cela peut paraître étonnant, leurs conversations le sont d’autant plus car elles tournent toutes ouvertement autour du harcèlement, de la « philosophie » surprenante de Léo sur le sujet, donnant ainsi une sensation étrange que les deux personnages flottent au-dessus de la réalité. Je pense que nous avons tous à un moment donné été victimes d’une forme ou d’une autre de harcèlement à l’école mais, clairement, je ne me suis pas retrouvée du tout dans cette évocation. Déçue je suis ! :(

Les regards des autres, Ahmed Kalouaz(Le Rouergue)
collection DoAdo
disponible depuis le 3 février 2016
9782812609954 – 9,20€
à partir de 13 ans
0

Nip & Nimp – Lionel Serre

Lorsque Lionel ne dessine pas sur l’actualité ou qu’il ne planche pas sur des supaires bd, il offre un peu de son temps et de son talent de Seigneur impétueux du feutre pour créer des ouvrages jeunesse…Alors tu parles, on est tout de même vachement contentes de chroniquer celui qui paraîtra aux Fourmis Rouges le 18 février prochain.

★★★★★

nipnimp

Nip et Nimp se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Si l’un agit dans la normalité, l’autre prend un chemin opposé en faisant le contraire de chaque geste de Nip. Jeux de mots de bon aloi à chaque page, le duo fonctionne à merveille.

Lionel Serre semble avoir été inspiré par le zeugma*, ce qui le place indubitablement aux côtés de Desproges.

Voici un exemple :
“Il sauta un repas et sa belle-sœur, reprit son souffle et une banane.”
Pierre Desproges

nipnimpextrait

Lionel Serre

…aurions-nous percé le secret de l’inspiration de Lionel ?
Avec son humour de qualité au service des plus petits, la drôle de création de M. Serre mérite d’être lue.

*Zeugma : figure de style qui consiste à lier par la syntaxe deux mots ou groupes de mots dont un seul se rapproche logiquement au verbe. Les deux mots liés syntaxiquement peuvent être incompatibles parce que l’un est abstrait et l’autre concret :
« cet album de Lionel est plein de charme et de dessins »

Alors ?

Succession d’illogismes de la part de Nimp qui, justifiant de son prénom, fait n’importe quoi. Mais c’est un malin qui met le jeune lecteur dans une position de force puisqu’à chaque sketch l’enfant pourra se vanter de savoir ce qu’il aurait fallu faire pour ne pas se retrouver dans une situation saugrenue. Ainsi, l’apprentissage de la vie quotidienne peut être assimilé s’il ne l’est pas déjà : on appelle pas un ascenseur comme on appelle un chien // On ne plante pas un clou comme on plante une fleur // On ouvre pas une enveloppe comme une boîte de conserve…

Nip & NimpLionel Serre(Les Fourmis Rouges)
disponible le 18 février 2016
9782369020516 – 14€
à partir de 3 ans
Discussion
4

Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire – Gilles Abier

Avec trois parutions cette année, 2016 semble être importante pour Monsieur Abier. Celle de nouveaux succès ? On l’espère. En plus de son *très formidable* roman publié chez La Joie de Lire, on attend avec impatience Je sais que tu sais, un petit nouveau de la collection Ego chez Talents Hauts le 18 février, puis Violon dingue un Petite Poche chez Thierry Magnier en mai. Mais pour l’heure, on vous présente celui qui est déjà sorti des cartons.

9782889083046,0-3014538

Élias vit avec sa mère, Franck Garny, son beau-père et Choucroute, la chat de celui-ci. Enfant prématuré, il a toujours été petit pour son âge, particulièrement pâle et chétif. Malgré cela, Élias est persuadé qu’il est destiné à faire des choses extraordinaires. Un jour, ça le frappe : il va voler. Mais quand il commence à perdre ses doigts de pieds au profit de pattes d’oiseaux et que son nez s’allonge en bec, il n’est plus si sûr de vouloir voler…

L’avis extraordinaire de Jean-Michel

★★★★★

Comment fait-on pour écrire un roman si ensorcelant ? A la lecture de deux phrases la magie opère : les rires fusent, on aimerait retenir chacune des répliques d’Elias, la curiosité est éveillée et la fin si inattendue que le roman en devient extraordinaire. Élias aurait pu être mon meilleur pote : il adore le gratin dauphinois, Matilde et Milo sont ses meilleurs amis et je trouve que ce sont 2 des plus beaux prénoms qui existent. Surtout, il a cette capacité à utiliser la dérision comme moyen d’auto-défense : ses tortionnaires, Guillaume et Farid, sont respectivement surnommés par notre super-héros “Gratte-cul” toujours à fouiller son entre-fesses et “Deux grammes” tel le poids de son cerveau. Un héros chétif certes, mais il va en conquérir, des cœurs de lecteurs ! Comme le mentionne Bob un peu plus bas : il est difficile de ne pas spolier le livre, nous omettons des détails volontairement pour ne pas vous mettre la puce à l’oreille, vous laisser la part belle à cette découverte surprenante, cette fin intrigante qui mériterait d’être discutée.

D’autres trucs de Bob

★★★★☆

Quand il n’écrit pas de belles histoires poétiques à destination des plus jeunes, Gilles Abier est particulièrement doué pour nous trimballer là où on ne s’y attend pas grâce à des chutes surprenantes (je pense notamment à Un de perdu qui m’avait particulièrement frappée). Du coup, ça va être vachement dur de vous parler de ce roman sans rien vous révéler car je ne m’attendais vraiment pas à cette fin et, rien qu’en vous disant cela, c’est limite si je ne vous spolie pas un peu.
Je vais donc me contenter de vous dire que les personnages inventés par Gilles Abier sont réellement attachants, j’ai beaucoup apprécié l’humour très différent et très particulier de chacun, Élias le premier. On est clairement intrigué par cette drôle de chose qui arrive à Élias, cette transformation physique qu’il semble être le seul à constater mais que ses meilleurs amis acceptent avec une facilité délirante. J’ai trouvé l’écriture de Gilles Abier vraiment très fine et humoristique, d’autant plus déconcertante quand on arrive à cette fin qui non seulement nous « choque » mais nous donne envie de recommencer le livre pour repérer les endroits où l’on a rien vu venir… Bien joué, monsieur Abier.

Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire, Gilles Abier, couverture illustrée par Séverin Millet (La Joie de lire)
collection Encrage
disponible depuis le 21 janvier 2016
9782889083046 – 14€
à partir de 13 ans
1

Cette nuit-là…au musée – Isabelle Simler

On aimerait commenter tous les livres d’Isabelle Simler mais la vérité c’est qu’à défaut des héros de son livre, la nuit nous dormons :) Elle frappe encore avec cet album qui appelle la curiosité, éveille les pupilles à une poésie douce et lumineuse.

★★★★★

cettenuit-làaumuséeCette fois-ci elle nous emmène dans l’envers du décor du musée des Confluences. Quand la nuit tombe, que les lieux se vident, un Citron de Provence prend son envol, embarquant à sa suite une nuée de papillons et vont s’agiter parmi les fossiles, les insectes naturalisés, les squelettes, les animaux empaillés…

…par magie, ils s’éveillent à leur tour, prennent vie dans l’espace du musée. Entre minéraux et objets anciens qui ont révolutionnés le quotidien de l’homme, nos petites – et grosses bêtes – s’animent tout feux tout flammes, vivent pleinement leur vie dans la nuit bleutée du musée. Ils se dégourdissent les pattes, les carapaces, les mandibules comme si l’éveil des papillons leur avait insufflé la vie et qu’ils n’étaient plus transporté que la passion. A travers les pages, Isabelle nous présente le parcours permanent du Musée : l’origine du monde, les espèces animales et les différentes sociétés, théâtre des hommes. On voit passer sous les traits de l’auteur, le Camarasaurus qui vient tout juste d’être monté au Musée des Confluences. Une véritable visite guidée puisqu’au fil des pages, une légende est attribuée à chaque objet, un détail qui a son importance.

Quand les animaux imitent les hommes 

Immobiles et inanimés le jour, les habitants du musée se laissent habiller par le regard des visiteurs curieux. Le relâchement suivi de l’euphorie qui les habite est ainsi justifié : un peu de détente leur est nécessaire. Après tout, les êtres humains fonctionnent sur ce schéma, nos habitants du Musée auraient tort de se priver. Surtout lorsqu’on a des minéraux qui font office de boule disco “Et les météorites projettent de la poussière d’étoiles !” cette récréation nocturne a le mérite d’être encore plus fabuleuse.
Petit pied-de-nez de la part de nos noceurs : ils empruntent avec facilité les escaliers, ascenseurs et usent même d’objets conçus pour les hommes en guise d’accessoire de soirée…ils n’ont plus de limites dans l’imitation :)

image001

Avec finesse, Isabelle Simler nous donne le goût au merveilleux.

Cette nuit-là…au musée,Isabelle Simler(Editions Courtes et Longues)
disponible depuis le 6 janvier 2016
9782352901556 – 22€
à partir de 4 ans

machambredesmerveillesDisponible également chez le même éditeur, un cahier d’activités inspiré par le Musée des Confluences :

Ma chambre des merveilles,Isabelle Simler(Editions Courtes et Longues)
disponible depuis le 4 septembre 2014
9782352901280 – 9.90€
à partir de 5 ans