Son
0

La proie – Philippe Arnaud

Au Cameroun, Anthéa partage son quotidien entre les mardis où elle aide sa mère au marché et les autres jours de la semaine qu’elle passe à l’école et où l’apprentissage n’est pas si simple. Heureusement, elle retrouve après la classe tous les petits pour leur raconter des histoires, un talent qu’elle maîtrise parfaitement ! Jusqu’au jour où une belle femme blanche lui propose de les accompagner en France, où elle pourra recevoir une meilleure éducation…

★★★★☆

Mais vous pensez bien qu’avec un titre pareil, Anthéa ne va pas juste aller à l’école et soudainement devenir brillante grâce à notre merveilleux système scolaire ? Si ? Alors vous êtes bien optimiste… Anthéa est une jeune fille à la vie simple, un peu effacée derrière l’exubérance de sa cousine qui prend toute la place, et qui se trouve face à un blocage quand il s’agit d’apprendre mais qui se révèle complètement lorsqu’elle s’improvise conteuse auprès des plus jeunes. Elle ne rêvait pas particulièrement de la France ou de n’importe quel autre pays, jusqu’à ce que ces Blancs riches proposent à sa famille de s’occuper de son éducation en Europe. Elle part, le cœur meurtri de quitter son pays natal, ses amis, ce garçon qui commençait à l’intéresser… Et se retrouve dans la banlieue parisienne, où la richesse de la famille en Afrique ne signifie plus rien dans cette France où le père se retrouve au chômage et la mère reprend son travail à la mairie, subvenant seule aux besoins de la famille. Progressivement, le statut d’Anthéa passe de collégienne à domestique… Passeport confisqué, téléphone surveillé, impossibilité de sortir de l’appartement, c’est insidieusement que les rouages se mettent en place et que la vie d’Anthéa passe de la promesse d’une vie meilleure à celle d’un esclavage moderne terrifiant.

Philippe Arnaud nous conte l’histoire d’une lente descente aux enfers, où la luminosité de la vie au Cameron s’assombrit, se noircit à mesure que nous suivons Anthéa dans la découverte de sa nouvelle vie en France. Construit comme un thriller, avec Anthéa comme seul point de vue, c’est la tension qui nous prend aux tripes, c’est elle qui nous fait deviner, qui nous fait vainement espérer que non, ce n’est pas ce qui va se passer, que ça n’ira pas jusque-là… La réaction de la famille, l’attitude de chacun de ses membres est d’une violence terrible, qui ajoute complètement au sentiment d’angoisse, d’inéluctable, d’impuissance du lecteur… Un roman à la construction impeccable, subtil et glaçant sur la violence faite aux femmes, le néo-colonialisme et l’esclavage moderne, qui nous offre malgré tout le portrait d’une jeune fille forte et généreuse, que l’espoir et la résilience ne quitteront jamais.

La proie, Philippe Arnaud (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 2 janvier 2019
9782377311804 – 16€
à partir de 14 ans
0

Nip & Nimp – Lionel Serre

Lorsque Lionel ne dessine pas sur l’actualité ou qu’il ne planche pas sur des supaires bd, il offre un peu de son temps et de son talent de Seigneur impétueux du feutre pour créer des ouvrages jeunesse…Alors tu parles, on est tout de même vachement contentes de chroniquer celui qui paraîtra aux Fourmis Rouges le 18 février prochain.

★★★★★

nipnimp

Nip et Nimp se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Si l’un agit dans la normalité, l’autre prend un chemin opposé en faisant le contraire de chaque geste de Nip. Jeux de mots de bon aloi à chaque page, le duo fonctionne à merveille.

Lionel Serre semble avoir été inspiré par le zeugma*, ce qui le place indubitablement aux côtés de Desproges.

Voici un exemple :
« Il sauta un repas et sa belle-sœur, reprit son souffle et une banane. »
Pierre Desproges

nipnimpextrait

Lionel Serre

…aurions-nous percé le secret de l’inspiration de Lionel ?
Avec son humour de qualité au service des plus petits, la drôle de création de M. Serre mérite d’être lue.

*Zeugma : figure de style qui consiste à lier par la syntaxe deux mots ou groupes de mots dont un seul se rapproche logiquement au verbe. Les deux mots liés syntaxiquement peuvent être incompatibles parce que l’un est abstrait et l’autre concret :
« cet album de Lionel est plein de charme et de dessins »

Alors ?

Succession d’illogismes de la part de Nimp qui, justifiant de son prénom, fait n’importe quoi. Mais c’est un malin qui met le jeune lecteur dans une position de force puisqu’à chaque sketch l’enfant pourra se vanter de savoir ce qu’il aurait fallu faire pour ne pas se retrouver dans une situation saugrenue. Ainsi, l’apprentissage de la vie quotidienne peut être assimilé s’il ne l’est pas déjà : on appelle pas un ascenseur comme on appelle un chien // On ne plante pas un clou comme on plante une fleur // On ouvre pas une enveloppe comme une boîte de conserve…

Nip & NimpLionel Serre(Les Fourmis Rouges)
disponible le 18 février 2016
9782369020516 – 14€
à partir de 3 ans