Son
0

Longtemps, j’ai rêvé de mon île – Lauren Wolk

Abandonnée à la naissance dans une barque à la dérive, Corneille est recueillie par Osh, qui vit sur une petite île au large du Massachussetts. Son enfance est rythmée par la pêche aux homards, aux moules et les leçons avec Miss Maggie. Mais en grandissant, la petite se pose de plus en plus de questions sur ses origines : d’où vient-elle ? Qui sont ses parents ? Pourquoi tout le monde a-t-il peur d’elle…est-ce parce qu’elle pourrait venir de l’île de Penikese où se trouvait à l’époque une léproserie ?

★★★★★

Après la belle découverte que fut La combe aux loups paru l’année dernière (terrible roman sur les préjugés et le mensonge en pleine Seconde guerre mondiale), l’école des loisirs nous fait le plaisir de continuer à explorer l’œuvre de Lauren Wolk, qui nous emmène cette fois dans les États-Unis des années 1920. Cette fois encore, nous sommes dans un décor très rural, ici insulaire, où l’on découvre la vie simple et pourtant comblée d’une petite fille élevée par un homme au passé mystérieux qui s’est délesté de son ancienne vie pour s’échouer sur une île quasi-perdue. Mais l’amour de Osh et la gentillesse de Miss Maggie ne suffisent bientôt plus à Corneille qui éprouve un véritable manque : celui de ses origines. Lorsqu’un garde champêtre s’installe sur l’île de Penikese qui fut autrefois le sanctuaire des lépreux, le désir de Corneille de connaître son passé va la pousser à s’engager dans une enquête qui risque fort de ne pas être aussi simple que cela et, surtout, plus dangereuse qu’elle ne le croit…

La particularité des romans de Lauren Wolk, c’est l’atmosphère. Un rythme lent, poétique, qui invite à prendre le temps de rentrer dans le roman. Une fois que l’on a accepté cela, on se laisse emporter par ses personnages rudement bien écrits – Corneille en tête, bien sûr, mais la relation qui la lie à Osh est absolument magnifique d’émotion et de retenue – et son histoire passionnante et documentée, depuis la recherche d’un trésor de pirate à la quête initiatique en passant par des naufrages et une rencontre terrifiante…

Longtemps j’ai rêvé de mon île est un roman émouvant et poétique, que j’ai sans doute préféré au précédent de Lauren Wolk, pour son talent à construire une atmosphère empreinte de mystères et pour cette relation si belle et si profonde qui lie Corneille à Osh. La beauté de sa couverture achèvera, j’espère, de vous convaincre de découvrir ce merveilleux roman !

Longtemps, j’ai rêvé de mon île, Lauren Wolk, traduit par Marie-Anne de Béru (L’école des loisirs)
collection Medium
disponible depuis le 2 janvier 2019
9782211234481 – 16,50€
à partir de 12 ans
Son
0

De la sagesse des animaux…

On entend ou lit parfois que nous avons beaucoup à apprendre des animaux. Les livres pour la jeunesse ne nous contrediront sûrement pas, n’est-il pas ? Eh bien dans ces deux petits romans, à destination des plus jeunes, vous verrez que les animaux ne manquent pas de sagesse ! 😛

Hamaika et le poisson

Contrairement à ses congénères, Hamaika est une petite poule très curieuse qui s’éloigne chaque jour un peu plus de son rassurant poulailler. Et la voilà au bord de la mer, à se promener le long de la plage, manquant presque d’écraser un poisson coincé dans un trou d’eau. Pour Hamaika, c’est le début de quelque chose de tout nouveau…

★★★★★

Superbe découverte que ce texte plein d’intelligence de Pierre Zapolarrua ! Ou comment une petite poule tête en l’air mais avide de connaissances, de découverte du monde et des autres se lie d’amitié avec un poisson tout aussi exceptionnel qu’elle. Récit d’une amitié naissante, bien sûr, d’un apprentissage de l’autre dans ses particularités, il est aussi question du dépassement de soi et de tolérance. S’il n’est pas toujours simple de constater que les autres ne sont pas aussi ouverts d’esprit que soi-même, notamment lorsque les deux amis voudront se présenter à leurs familles respectives, Hamaika ne baisse pas les bras et, malgré les doutes, continue à se battre pour un monde plus grand, meilleur… Une écriture vive, rythmée, non dénuée d’humour et de malice : des adjectifs que l’on peut accorder également aux illustrations d’Anastasia Parrotto dont j’ai adoré le style ! ❤ Une magnifique Petite Polynie qui donne de l’espoir et des couleurs à ce début d’année !

Hamaika et le poisson, Pierre Zapolarrua, illustré par Anastasia Parrotto (MeMo)
collection Petite Polynie
disponible depuis le 17 janvier 2019
9782352894131 – 9,50€
à partir de 7 ans

 

Par la forêt / Par le lac

C’est la fin de l’hiver, bientôt arrivera le printemps. Et pour rien au monde ce petit Indien ne manquerait ce spectacle du changement de saison ! Pour observer ce phénomène, il doit se rendre à la Colline aux Lézards…mais quel chemin prendre ? Par le lac ou par la forêt ?

★★★★★

Nouvel opus de la collection Boomerang, dont le principe est de proposer une histoire recto-verso, avec souvent le même récit raconté par deux voix différentes, Alex Cousseau nous propose ici un jeu différent : la même histoire, la même fin, mais un chemin différent pour y accéder. Notre jeune chasseur, à travers les rencontres animales qu’il fera dans ses deux périples, ne sera pas au bout de ses surprises… Les amoureux d’Alex Cousseau retrouveront avec plaisir son univers plein de poésie, inspiré de contes ou légendes (ici amérindiennes) et où la nature tient une place essentielle. Une nature aussi splendide et magique que terrible et où il est souvent question de survie. Les autres se laisseront emporter par son univers et son écriture aussi poétiques que sensibles. Et vous, quel chemin choisirez-vous ?

Par la forêt / Par le lac, Alex Cousseau, illustré par Marta Orzel (Le Rouergue)
collection Boomerang
disponible depuis le 9 janvier 2019
9782812617294 – 6,50€
à partir de 8 ans
Son
2

L’Enchanteur – Stephen Carrière

Le nom de Stephen Carrière ne vous est peut-être pas totalement inconnu… Éditeur (notamment pour le label La Belle Colère pour ce qui nous concerne), traducteur (c’est lui qui retraduit tous les Dr Seuss qui reparaissent au Nouvel Attila !), il est donc aussi écrivain et sort en ce début d’année son premier roman young adult. Autant vous le dire de suite, je n’avais pas eu de coup de cœur comme ça depuis un moment ! ❤

Au lycée, Stan est « l’Enchanteur », et avec sa bande de copains : Moh, David, Daniel et Jenny, il est capable de solutionner tous vos problèmes scolaires, familiaux ou sentimentaux. C’est le début de l’année et il ne reste que quelques mois à Daniel, atteint d’un cancer en phase terminale. Il commande alors à Stan son chef d’œuvre, un spectacle qui lui offrira une forme d’immortalité. Mais le « miracle » de l’Enchanteur pourrait bien être mis à mal par les meurtres sordides qui inquiètent la ville…

★★★★★

Pas besoin de plus de quelques pages pour être complètement happé par le récit que va nous conter Moh. Nous n’allons sans doute pas le croire, et pourtant, tout ce que Moh va nous raconter s’est réellement passé et sa charge en est ainsi immense. Mystérieux ? C’est sans doute pour cela qu’on ne décroche pas de ce roman dense et passionnant, qui flirte entre le roman de potes et le fantastique à tendance horrifique. L’éditeur cite la série Stranger Things pour faire un parallèle qui parle aux ados, il y a effectivement de ça ! Mais il y a aussi énormément de références, à commencer par celles au Barde lui-même puisque la bande d’amis va se donner le projet de faire une représentation du Songe d’une nuit d’été, choix certainement pas innocent, même si Moh ne s’en rendra compte qu’au fur et à mesure de son récit. D’autres références plus ésotériques seront à l’origine de notre fascination pour l’histoire de cette bande d’amis confrontée à un « Mal » qui ronge leur ville. Peu touchée par les attentats, leur ville est pourtant le théâtre d’une montée inquiétante de l’extrême-droite et de meurtres de jeunes gens. Une atmosphère menaçante dans laquelle ils vont bien malgré eux se retrouver puisque, si Stan est capable d’apporter une solution à tous les problèmes de ceux qui le sollicitent, son art n’est qu’une succession de services, de broderies autour de la vérité qui vont prendre de plus en plus d’ampleur à mesure qu’il avance dans le « miracle » promis à son meilleur ami Daniel…

Un roman dense, vous disais-je, mais ô combien captivant ! Et ça commence avec des personnages profondément attachants (même si je vous avoue avoir confondu pendant un petit moment Daniel et David – des prénoms trop proches, sans doute !), une intrigue merveilleusement construite et une écriture au cordeau ! Stephen Carrière joue habilement avec les genres, évoquant avec gravité le climat de violence de notre société actuelle, s’interrogeant sur le lien complexe de la vérité et du mensonge, tout en nous proposant avant tout un roman d’amitié ! Une amitié telle qu’elle va mener nos personnages à vivre leur vie la plus intensément possible, qu’elle va les faire grandir, mûrir, quitte à y laisser des plumes ?

Oui, il y a longtemps que je n’avais pas été secouée de la sorte ! Et j’espère que vous vous laisserez vous aussi séduire, et enchanter, par Stan et sa bande de copains. 😀

L’enchanteur, Stephen Carrière (PKJ)
disponible depuis le 3 janvier 2019
9782266290111 – 18,50€
à partir de 14 ans
Son
0

Un si petit oiseau – Marie Pavlenko

En vacances, Abi est victime d’un terrible accident de la route qui lui laisse un bras en charpie. Amputée, la jeune fille doit composer avec ce handicap et laisse son ancienne vie, insupportable, derrière elle pour se murer dans son chagrin et la détestation de son nouvel état…

★★★★☆

Il y a deux ans, Marie Pavlenko nous faisait nous gondoler avec Déborah et sa loose légendaire. Cette année, autant vous dire qu’on se marre moyen moyen avec ce nouveau roman qui commence durement, et sanglantement. Imagine, t’as 20 ans et toutes tes dents, tu rêves de devenir véto… Bon, t’as quand même été larguée par ton copain deux semaines plus tôt, ça va peut-être pas fort. Et là, bim, tu te retrouves avec le bras amputé jusqu’à l’épaule. Tu passes des mois à l’hosto, tes parents en profitent pour déménager et quand tu reviens, tu peux gentiment te terrer dans ta chambre, te gaver d’antidouleurs et attendre que le temps passe à te morfondre sur ton état et sans voir personne. Car tu es devenue moche, inutile, un vrai poids pour ta famille. D’ailleurs ta sœur en a marre et te le fait sentir, ton père fait le mariole pour essayer de te faire rire, ta mère plaque tout pour s’occuper exclusivement de toi, et ta tante folle-dingue essaye tant bien que mal de te remonter le moral. Ouais, bon, dis comme ça, ça a l’air horrible comme vie. Et sans doute que ça l’est ! Essayez donc de faire des choses avec un seul bras quand vous en avez toujours eu deux ! Et puis, petit à petit, Abi sort de sa coquille… Ça commence par une petite sortie chez le coiffeur, et puis au parc…et puis avec quelqu’un, quelqu’un d’autre qu’un membre de sa famille… Ce quelqu’un, c’est Aurèle, un passionné de zoziaux qui parviendra peut-être à inciter Abi à déployer ces ailes… (C’est beau, hein ?)

Encore une fois, Marie Pavlenko parvient à trouver le ton juste, sait instiller la touche d’humour, de légèreté ou de totale déconnade quand il le faut, sans jamais minimiser les émotions et les sentiments de son personnage, son rapport à ce nouveau corps, sa gravité, ses doutes et ses peines. On sent un véritable amour pour Abi et sa famille – la relation mère/fille est d’ailleurs touchante, et est un peu dans la continuité de celle de Je suis ton soleil. Et suivre Abi dans ce chemin vers l’acceptation de son nouveau soi, de sa perte, dans sa (re)découverte des autres, est une expérience absolument bouleversante. Un si petit oiseau est une petite pépite de douceur et d’émotion à découvrir comme à l’éclosion d’un petit volatile qui sort de son œuf. Prenez-en soin et il vous le rendra bien. 🙂

Un si petit oiseau, Marie Pavlenko (Flammarion)
disponible depuis le 2 janvier 2019
9782081443846 – 17,50€
à partir de 13 ans
Son
0

Broadway Limited, t.2 Un shim sham avec Fred Astaire – Malika Ferdjoukh

C’est la fin du blog tour autour de Broadway Limited et, comme promis (mais avec un jour de retard), on vous donne notre avis sur ce tome 2 que l’on espérait depuis si longtemps ! 😀 En attendant les résultats du concours pour remporter les deux romans (il vous reste 2 petits jours, dépêchez-vous), n’hésitez pas non plus à (re)découvrir notre avis sur le premier tome ! A priori, notre chronique est sans spoilers et on vous propose de commencer la lecture avec le résumé du tome 2 par l’éditeur :

Janvier 1949. Six. Elles sont six à souffler sur leurs doigts quand le brouillard s’attarde sur New York. Avant de se réchauffer dans la cuisine de l’honorable pension Giboulée, où elles partagent aussi leurs rêves fous, leurs escarpins trop pointus et quelques pancakes joufflus. Un jour, elles seront comédiennes ou danseuses, et Broadway sera à leurs pieds. En attendant, Hadley, Manhattan, Page, Chic, Etchika et Ursula courent les théâtres, les annonces, les auditions, les cachets – New York est une ville fabuleuse à condition d’avoir des sparadraps dans son sac. Elles ont 19 ans ou à peine plus, et elles donneraient tout pour réussir, elles qui n’ont rien, en dehors de leur talent. Cela peut-il suffire dans cette Amérique d’après-guerre qui ne fait pas de cadeau ? Pas sûr. Mais si elles n’y croient pas, si elles n’y croient pas scandaleusement, qui y croira ?

★★★★★

Il nous aura donc fallu attendre trois ans pour découvrir la suite des aventures des pensionnaires de la maison Giboulée ! Et c’est avec délice que l’on se replonge dans ce New-York de la fin des années 1940 aux côtés de toutes ces jeunes filles rêvant de danse, de théâtre et de paillettes et de notre Jocelyn qui s’accoutume décidément plutôt bien à l’Amérique – ou peut-être Dido y est-elle pour quelque chose ? On appréciera d’ailleurs la scène d’ouverture, qui n’est pas sans rappeler celle du premier tome et qui ne manquera pas d’éveiller déjà une certaine curiosité à découvrir ce qui se cache dans ce nouveau roman…

Et si ça virevolte toujours autant, si ça s’amuse, s’aime et se défait, cette suite nous emmène également dans une période où la peur du communisme grandit et où les chasses aux sorcières ne sont pas loin de reprendre… Manhattan pourra vous en toucher deux mots ! Mais il y a aussi tous ces secrets, tous ces prétendants, toutes ces fêlures chez certaines, qui donnent un peu plus de mystère aux différentes intrigues… et tandis que des fils se dénouent, risquant à tout moment de définitivement éventer la surprise ou le secret, d’autres se tissent… Et c’est là encore tout le talent de Malika Ferdjoukh que de mêler l’insouciance de ces jeunes filles qui ne veulent passer leurs soirées qu’à danser à des mystères dissimulés et potentiellement dangereux… Si je dois avouer commencer à avoir une petite préférence pour l’histoire d’Hadley, une belle surprise nous attend également dans ce Shim sham avec Fred Astaire puisque l’on y découvre aussi une partie du passé d’Artemisia, surnommée le Dragon, l’une des propriétaires de la pension. Ne vous laissez donc pas subjuguer par la présence de Billie Holliday avec qui vous allez partager un verre, ou celle de cette petite miss Kelly qui fait des publicité pour des désodorisants, ou encore par celle de Fred Astaire qui pourrait bien vous proposer de danser avec lui…et soyez attentifs à tous les petits détails qui pourraient bien se révéler d’importance et dont on découvrira – on espère dans pas trop longtemps – le fin mot de l’histoire puisqu’il est déjà annoncé un tome 3 qui portera le titre d’Un thé avec Grace Kelly… Le croirez-vous si on vous dit qu’on a hâte ? 😛

Broadway Limited, t.2 Un shim sham avec Fred Astaire, Malika Ferdjoukh (L’école des loisirs)
collection Médium
disponible le 7 novembre 2018
9782211234849 – 18,50€
à partir de 13 ans
Son
0

Le trésor de Barracuda – Llanos Campos

Feu-Follet est un jeune mousse sur “La Croix du Sud”, le navire du capitaine Barracuda. Depuis six ans, ce dernier est à la recherche du fabuleux trésor de Krane. Et lorsqu’il met enfin la main dessus, c’est pour découvrir un bouquin au fond d’un coffre ! Six ans de vie gâchée ! Et pourtant, il se pourrait bien que les mémoires du vieux Krane renferment bien des trésors…pour qui saura les déchiffrer…

★★★★☆

Les pirates ont le vent en poupe ! 😀 Après le génial roman de Gilles Abier, c’est cette fois un auteur espagnol qui nous fait découvrir ce petit trésor d’aventure et d’humour ! Nous suivons donc un jeune garçon aussi malin que débrouillard, engagé sur le bateau d’un fameux pirate qui écume les mers à la recherche d’un trésor. Très vite, le capitaine Barracuda est victime d’une immense déconvenue lorsque le trésor de Krane se révèle n’être qu’un vulgaire bouquin, jusqu’au moment où l’un des pirates, ayant quelques rudiments de lecture, se rende compte que son nom est cité dans les mémoires de Krane. Autant dire que tous les pirates se demandent alors s’ils ne figurent pas eux aussi dans le livre. Une frénésie qui incite Feu-Follet et ses compagnons à apprendre à lire, pour déchiffrer eux aussi la vie de Phineas Krane. Et se pourrait-il que cet apprentissage de la lecture soit le fameux trésor ? Car bien vite, les pirates se rendent compte que les informations trouvées dans l’autobiographie de Krane se révèlent fort utiles… Et cachent peut-être enfin le véritable trésor fait d’or et de pierres précieuses ?

Une résolution à découvrir dans ce roman absolument passionnant et bien troussé, que les superbes illustrations de Nicolas Pitz accompagnent avec délice. Feu-Follet est un raconteur d’histoire attachant, qui ménage parfaitement son suspense et nous présente ses compagnons avec beaucoup d’humour et de sympathie. Une bande de pirates que l’on suit avec beaucoup de plaisir, un capitaine un peu effrayant mais qui cache lui aussi un bon fond et, surtout, une aventure captivante de bout en bout ! Vous aussi, prenez la mer sur La Croix du Sud !

Le trésor de Barracuda, Llanos Campos, traduit par Anne Cohen Beucher, illustré par Nicolas Pitz (L’école des loisirs)
collection Neuf
disponible depuis le 12 septembre 2018
9782211237246 – 13,50€
à partir de 9 ans
Son
1

Orphelins 88 – Sarah Cohen-Scali

Allemagne, juillet 1945. Un garçon erre dans les décombres avant d’être recueilli par des soldats américains. On le nomme Josh et on l’envoie dans un orphelinat où, avec de nombreux autres enfants victimes de la guerre, il va devoir panser ses blessures et découvrir sa véritable identité.

★★★★☆

Dans Max, Sarah Cohen-Scali nous faisait découvrir le programme Lebensborn, depuis sa création par Himmler à sa réalisation avec Max, le tout premier enfant né de l’eugénisme nazi. Un roman exceptionnel, aussi passionnant que glaçant, aussi puissant que dérangeant (LISEZ-LE!). Orphelins 88 débute là où Max s’arrête, à la fin de la guerre, avec la question de « que sont devenus les enfants du programme Lebensborn ? ». Car Josh est un garçon issu de ce programme, mais avec une histoire toute particulière dont lui-même n’a pas toutes les clés. Son bras gauche est tatoué, comme celui des Juifs. L’est-il lui-même ou n’est-ce qu’une grossière erreur ? Car son bras droit, lui, ne cherche qu’à se tendre dans un salut nazi devenu un réflexe. Est-il un vrai allemand ou l’un de ces enfants germanisés ? Des questions qui vont petit à petit trouver des réponses alors que Josh, l’un de premiers à avoir rejoint l’orphelinat, voit affluer tout un tas d’autres enfants qui ont vécu des traumatismes terribles.

Particulièrement documenté, Orphelins 88 s’intéresse donc à ce qui se passe pour les populations à la fin de la guerre. Car il n’y a pas que les embrassades et les fêtes de la libération et la guerre ne se termine pas au 8 mai 1945. Il y a aussi, et surtout, tous ces gens jetés sur les routes, qui se retrouvent dans des camps de déplacés, tous ces Juifs libérés des camps qui cherchent à rentrer chez eux, en Pologne ou ailleurs, et subissent des pogroms, tous ces enfants devenus orphelins qui deviennent candidats à l’adoption et à l’immigration. Des sujets drôlement d’actualité, non ? Roman de l’après, donc, auquel le rythme rend bien compte de la torpeur dont chacun s’éveille – ou pas, de la lente reconstruction de soi et de la difficulté à imaginer comment vivre après ça.

La force du roman de Sarah Cohen-Scali réside avant tout dans ses personnages, Josh en tête, bien sûr, que le conditionnement et la perte de mémoire rend particulièrement déchirant. Mais il y a aussi Ida, la directrice de l’orphelinat, qui veille chaque nuit dans le hall pour accueillir les nouveaux arrivants ; Wally, le GI noir américain qui devient le premier « ami » de Josh, et qui nous permet aussi de connaître la situation des soldats noirs à cette époque ; Halina, jeune fille juive revenue en Allemagne après sa libération des camps car sa maison en Pologne était occupée par ses anciens voisins qui l’ont chassée ! ; Beate et son étrange accoutrement, qui erre dans la ville… Sans doute que le fait qu’ils soient tous inspirés de témoignages ou de personnes réelles rend l’émotion encore plus forte.

Si Orphelins 88 n’atteint pas le même niveau que Max – quelques longueurs qui donnent l’impression que ça tourne en rond et, après le choc reçu à la lecture de Max, il me semblait difficile d’atteindre le même degré de violence, d’horreur, d’aboutissement – il n’en reste pas moins une lecture passionnante, forte et émouvante.

Orphelins 88, Sarah Cohen-Scali (Robert Laffont)
collection R
disponible depuis le 20 septembre 2018
9782221218853 – 15,90€
à partir de 13 ans
Son
2

Cœur battant – Axl Cendres

Un nouveau texte d’Axl Cendres, c’est comme quand tu sais déjà le cadeau que tu vas avoir à Noël. T’es tout fébrile, impatient, tu tiens pas en place et en même temps tu veux faire genre tu sais te tenir. Et puis quand c’est l’heure de le découvrir, tu arraches complètement l’emballage et tu te précipites direct pour commencer à lire ce livre que tu attendais depuis tellement longtemps ! Et ce livre, c’est Cœur battant, qui a effectivement bien fait battre notre petit cœur… 😛

Alex a 17 ans et il a tenté de se suicider. Mais il s’est loupé et se retrouve dans une clinique avec d’autres « suicidants » : la vieille et élégante Colette, le naïf et un peu gros Victor, le riche et grincheux Jacopo et enfin la belle et cynique Alice. Cette petite brochette de ratés du suicide décide un jour de s’évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo, pour finir leur vie en beauté, et ce tous ensemble !

★★★★★

Vous pensiez que le suicide, c’était pas franchement drôle ? C’est que vous ne connaissiez pas encore Axl Cendres qui est bien la SEULE à pouvoir nous raconter l’histoire de ces cinq « ratés » de la mort avec autant de finesse psychologique et de larmes de rire. Évidemment, tous ces personnages n’ont pas tenté de se suicider pour le fun, hein, les raisons de leurs gestes sont tous très sérieux, durs, romantiques, compliqués, mais ce n’est pas parce qu’on a voulu en finir avec la vie qu’on ne peut pas garder sa personnalité, qui se révèle lors des sessions d’Alex avec les médecins et thérapeutes. Et lui qui craignait de se retrouver avec des dépressifs à donner encore plus envie de se jeter par la fenêtre, le voilà à échanger avec un glouton qui connaît toutes les combines de la clinique et que son côté candide rend drôlement attachant ; avec une vieille dame coquette qui raffole d’aphorismes en tout genre ; un riche italien que tout emmerde ou encore avec une fille autoritaire à la pique acerbe mais quand même vachement jolie !

Et lorsque tout ce petit monde décide de partir en week-end pour aller se foutre en l’air, autant vous dire que leur petit périple va se révéler bien plus compliqué que prévu… Et c’est là tout le talent d’Axl Cendres que de nous mener par le bout du nez dans un road-trip délirant, presque ubuesque, à grand coup de réparties bien trouvées, de réflexions hyper profondes sur le sens et la beauté de la vie, et d’un style drôlement et superbement vivant ! Si la fin est un peu trop prévisible (et le livre beaucoup trop court !!!), Coeur battant n’en est pas moins un roman diablement émouvant, tranchant, décapant et lumineux !

Petit P.S. : Axl, nous sommes ravies de faire enfin la connaissance de Qui-Tu-Sais ! 😉

Cœur battant, Axl Cendres (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 5 septembre 2018
9782377311484 – 15,50€
à partir de 13 ans
Son
0

Danse ta vie !

La rentrée littéraire est particulièrement dense et regorge de jolis textes ! Difficile cependant d’écrire sur ces livres, par manque de temps, aussi Bob & Jean-Michel vous proposent un « nouveau » format de chroniques, un peu plus resserrées (même si on gardera aussi le format habituel), pour parler d’un peu plus de livres et vous brosser un panorama plus large des livres qu’on a lu ! Par thématiques, par genres, on essayera de vous proposer des choses variées. 😀 Aujourd’hui, nous sommes d’humeur à danser !

Dancers

Anaïs, Adrien et Sanjeewa partagent le même cours de danse au lycée. La première est une ancienne gymnaste à la carrière brutalement stoppée, le deuxième est dans une colère rentrée, et le dernier est un immigré sri-lankais. Ils vont portant être rassemblés par une passion commune, la danse…puis par le sentiment amoureux.

★★★★☆

C’est avec beaucoup de finesse que Jean-Philippe Blondel évoque le triangle amoureux, bien loin des romances parfois un peu mièvres où s’affrontent le good guy et le bad boy dans le cœur de la belle. Ici, l’amour arrive par la danse et par les moments passés à exprimer un sentiment à travers une chorégraphie, un duo. L’histoire d’Anaïs et Adrien commence bien avant que n’arrive Sanjeewa et celle-ci est marquée par un drame qui les sépare et qui va permettre à Sanjeewa de se rapprocher de la jeune fille. Toute la difficulté de l’amour partagé, l’imprécision des sentiments ou l’impression d’aimer, le rapport à la confiance, des idées qui sont très subtilement amenées et nous offrent un très beau moment de lecture et d’attachement à ces personnages fort bien construits. Même s’il y a un petit goût de trop peu, notamment dans la relation d’Adrien à ses parents, j’ai aussi beaucoup aimé cette vision de la danse pas seulement vue comme un art mais aussi comme une performance, un dépassement de soi, qui apporte ainsi une véritable énergie à ce très beau roman.

Dancers, Jean-Philippe Blondel (Actes Sud junior)
collection Ado
disponible depuis le 22 août 2018
9782330108496 – 13,90€
à partir de 13 ans
La vie dure trois minutes

Il y a un an, Automne et sa famille ont accueilli Chloé tandis que ses parents sont partis à l’étranger pour leur travail. Grâce à cette dernière, Automne s’est épanouie et s’est trouvée une passion pour le tango. Mais peu avant les vacances d’été, Chloé décède dans un brutal accident de la route.

★★★☆☆

Le deuil et la lente reconstruction attendent ainsi Automne, qui a du mal à émerger de son lit, de sa chambre, alors que la rentrée arrive. Pourtant, si elle a partagé une amitié très forte avec Chloé, ce n’est pas seulement la perte qui étreint Automne mais aussi la colère, la rage, après la découverte du secret qu’elle cachait. Pour exprimer tout cela et laisser le passé derrière elle, Automne va se mettre à écrire dans un carnet et elle nous raconte alors son histoire, depuis le tout début.
Là encore, une très belle évocation de la danse, et notamment du tango, grande originalité du roman qui, si elle est d’abord la cause du malheur, devient aussi la résolution du chagrin d’Automne. Si les thèmes de l’amitié, du secret et du deuil sont très classiques, on se laisse néanmoins emporter dans cette touchante histoire de reconstruction.

La vie dure trois minutes, Agnès Laroche (Rageot)
disponible depuis le 12 septembre 2018
9782700256369 – 14,90€
à partir de 12 ans
Son
0

N.I.H.I.L : le tourbillon du temps – Alex Cousseau

N.I.H.I.L c’est l’immense vortex aquatique au centre du monde. Un monde composé uniquement d’îles, réparties au nord, au sud, à l’est et à l’ouest, où vivent Askold et Jeremias, enfermés dans une prison pour avoir tué le fils du roi ; Aanj, qui se découvre le pouvoir de voyager dans l’espace et le temps ; Grethe, qui navigue avec son père et repêche les étranges objets expulsés par le tourbillon…

★★★★☆

Jamais il n’aura été plus compliqué de résumer un roman d’Alex Cousseau ! Alors que ses exceptionnels romans d’aventures nous emportent dans des contrées lointaines et des aventures merveilleuses, c’est ici un étonnant voyage à travers le temps et l’espace d’un monde aussi étranger que familier au nôtre qui nous attend. Une complexité de l’univers, entre fantasy médiévale, conte traditionnel et monde contemporain, qui intrigue tout d’abord avant de nous subjuguer totalement. Un immense puzzle qui va finir par être dévoilé, notamment par la destinée de ces personnages aussi étranges que fascinants.

Je ne vous en dirais pas plus sur l’histoire tant il est difficile de choisir de quoi vous parler, sur quoi mettre l’accent ou comment amener les différents arcs des personnages. Aussi me contenterais-je de vous dire que le roman est merveilleusement écrit : on y retrouve toute la poésie d’Alex Cousseau, ce côté contemplatif, onirique et légendaire non dénué d’humour et de légèreté qui nous transporte dans son univers si particulier, si empreint de mythologies et d’images merveilleuses. Si les péripéties d’Askold relèvent presque de la farce médiévale, celles d’Aanj ont la saveur des contes nordiques et c’est toute cette diversité des inspirations, des univers qui font de ce roman un singulier voyage aux confins de l’espace et du temps où tout se retrouvera pourtant en un même endroit et à un même instant.

Accepterez-vous de vous laisser tenter ?

N.I.H.I.L : le tourbillon du temps, Alex Cousseau (Le Rouergue)
collection Epik
disponible depuis le 22 août 2018
9782812616464 – 15,90€
à partir de 14 ans