Son
0

Le jour où je suis partie – Charlotte Bousquet

Dans le monde parfait de Bob et Jean-Michel où tous naissent et vivent libres et égaux, sous la forme animale de son choix et sans discrimination, les romans de Charlotte Bousquet n’existent pas. Il n’y en a pas besoin. Malheureusement, dans la vraie vie, il y en a vraiment besoin des romans de Charlotte Bousquet…

9782081373853,0-3717549

Tidir vit dans la campagne marocaine avec sa famille. Lorsque son père, qu’elle ne voit jamais, décide de la marier contre son gré, elle décide de fuir et de rejoindre Rabat, où s’organise le 8 mars un rassemblement pour l’émancipation des femmes. Avec le souvenir de sa meilleure amie violée puis mariée de force à son bourreau, elle prend la route, décidée à prendre également son destin en main.

★★★★☆

Avec ce nouveau roman, Charlotte Bousquet continue à s’engager sur la cause des femmes. Après Là où tombent les anges et Sang-de-Lune qui abordaient la condition féminine sous le prisme de l’Histoire et de la dystopie, c’est ici dans nos sociétés actuelles qu’elle ancre le récit de Tidir, jeune fille forte et indépendante révoltée par le sort funeste de sa meilleure amie et par la société dans laquelle elle vit. C’est sa grand-mère Damya qui est son modèle, la seule femme de sa famille à la soutenir et à l’inciter à se battre pour vivre sa vie. Entre les traditions archaïques, ineptes, la peur de la « honte », et l’attrait de la liberté, Tidir choisit très vite quel sens elle veut donner à sa vie, même si ce chemin doit être semé d’embûches. Et il le sera, assurément. Car lorsqu’elle rencontre un jeune français à Marrakech qu’elle sauve in extremis d’une bande de racketteurs, partager sa compagnie est extrêmement mal vu…

Par l’évocation du voyage de Tidir vers sa liberté, Charlotte Bousquet dresse le portrait d’une société marocaine entre des traditions anciennes, rigides, et une modernité qui se veut dénuée de tous préjugés quand ce n’est pas le cas… Une société qui peut nous paraître lointaine mais qui ne l’est assurément pas au vu des combats menés partout dans le monde pour les droits des femmes. Et les réflexions qu’entend Tidir tout au long du roman, de la part des hommes comme des femmes, des campagnards comme des citadins, ne sont pas si éloignées de celles que l’on entend en France à l’égard des jeunes filles ou des femmes… C’est aussi avec beaucoup de justesse et un véritable cheminement dans la pensée de Tidir que Charlotte Bousquet évoque le viol et le destin terrible de son amie Illi. Les questions qu’elle se pose résonneront en chacune, tout comme la réflexion qui évolue au fil de la lecture et des expériences vécues par Tidir. Emaillé de références à des personnalités ou des événements importants pour l’émancipation de la femme au Maroc, et notamment à des auteures ou des journalistes, le roman propose l’éducation et l’écriture comme solution à l’oppression patriarcale. Et c’est peut-être de cette manière que Tidir trouvera sa liberté à elle…

Le jour où je suis partie est donc un très beau récit initiatique, magnifié par l’écriture toujours aussi soignée de Charlotte Bousquet et par la description des paysages de la campagne marocaine qui prennent vie sous nos yeux. Émouvante et sensible, une histoire universelle qui ne devient que trop nécessaire pour inviter les jeunes filles et garçons à réfléchir à leur avenir…

Le jour où je suis partie, Charlotte Bousquet (Flammarion jeunesse)
collection Tribal
disponible depuis le 4 janvier 2017
9782081373853 – 13€
à partir de 13 ans
0

On n’est pas des moutons ! Claire Cantais & Yann Fastier

onnestpasdesmoutons

Enfin un livre où la notion d’individualisme est exploitée à bon escient ! Un imagier qui rend hommage au non-conformisme et à l’acceptation de sa propre différence, l’encourageant même. Une lecture fondamentale adressée aux enfants qui suscite de nombreuses réflexions dont la plus importante : qu’est-ce qui fait de moi ce que je suis ?

★★★★★

La notion de liberté déclinée

Cet ouvrage offre la perspective de donner une nouvelle définition sur être un enfant aujourd’hui. Laissons-le se forger sa propre opinion, prendre la parole, donner son avis, exprimer ses idées, ses émotions, faire de sa différence une force. Qu’il apprenne à s’accorder du temps, à ne pas se laisser polluer par les différentes composantes de la société, prendre soin de soi. C’est aussi ça, grandir. Des idées progressistes ont la part belle également : inutile d’user du machisme, cela ne fera pas de vous un homme, de même que l’adoption du strass et de la paillette ne vous rendra pas plus féminine : qu’importe le genre, on a rien à prouver.
Ne pas être un mouton aujourd’hui c’est aussi lâcher nos technologies en faveur du monde qui nous entoure (la nature, la lecture…) il est facile de devenir accroc à son smartphone alors qu’il suffit de relever la tête pour croiser un regard bienveillant, une inspiration, une idée, de la beauté.

Les subtilités des auteurs 

Ahah, Claire, Yann : vous ne trompez personne nous avons lu entre les lignes ! Le choix des verbes est minutieux. “Pouvoir, vouloir, savoir : trois mots qui mènent le monde” (Victor Hugo. C’est lui le coupable) L’usage de ces verbes ainsi que celui de l’impératif dans cet ouvrage appuie cette implacable volonté de s’affirmer et outre les notions de liberté, l’autre message est capté : l’importance de l’expression de l’assurance et de la confiance en soi. Une fois les illustrations de Claire décryptées, j’ai été charmée : elles sont brutales, franches, empruntes de réalisme…L’adéquation avec le texte est parfaite : Claire Cantais nous met à l’épreuve en nous imposant des métaphores honnêtes de la réalité. Entre le bestiaire et le manifeste, une poésie futée se dégage de cet album sincère et féroce.

La clôture du livre offre des témoignages d’enfants qui ont choisi à un moment de leur vie, l’individualisme au détriment des us et coutumes de la société. Leur lecture est dérangeante car révélateurs des malaises quotidiens : ces enfants sont tournés en ridicule mais au fond ce sont eux qui se sont moqués du reste des autres en étant eux-mêmes.

“Le vendredi 10 octobre 2008, Albertina Gorrochategui, une grande de 8 ans, aurait aimé savoir pourquoi il faut se lever quand un adulte entre dans la classe. Elle a posé la question. Elle attend toujours la réponse.”
On n’est pas des moutons, Yann Fastier, illustré par Claire Cantais
(La ville brûle)
collection Jamais trop tôt
disponible depuis le 17 mars 2016
9782360120727 – 13€
à partir de 5 ans
A découvrir également dans la collection Jamais trop tôt

onestpasdespoupees

onestpasdessuperheros

onestpassidifferents

monsupercahierdactivitesantisexiste

nipoupeesnisuperheros

Son
0

Sang-de-lune – Charlotte Bousquet

Il y a un an paraissait le sublime et poignant Là où tombent les anges. Pour cette nouvelle rentrée, Charlotte Bousquet revient dans la collection Électrogène pour nous livrer un roman où la femme est encore une fois au centre de l’histoire…

9782354884161,0-3396360

Gia est une sang-de-lune, une femme, une créature bien inférieure aux fils-du-soleil, les hommes qui règnent sur Alta. Comme toutes les femelles de la cité, elle est promise au mariage et à porter les enfants de l’homme que son père lui choisira. Mais Gia est profondément attachée à sa petite sœur, Arienn, qui ne rêve elle que de liberté. Ce désir impossible et illicite prend bientôt aussi de la place dans le cœur de Gia…

★★★★☆

Monde souterrain basé sur la croyance du combat entre le Soleil et la Lune contre les Ténèbres qui a précipité l’humanité dans les tréfonds de la roche, Alta est aussi une société où les femmes sont impures et faibles par nature. Par conséquent, elles peuvent être plus facilement sujettes à l’appel des ténèbres. A Alta, une femme ne peut absolument rien faire de sa vie à part servir les hommes lors des repas et enfanter leurs fiers garçons (si possible !). Bien sûr, si une femme contrevenait aux lois édictées dans le Livre du Soleil ou les Lois d’Alta, c’est le couvent ou la lapidation à mort.

C’est de cette vie absolument idyllique dont Gia veut sortir. Poussée par sa petite sœur et son insatiable désir de s’envoler vers la liberté, les deux jeunes filles tentent un jour leur chance. Mais si Alta est un endroit terrible pour une femme, le reste du territoire n’est pas forcément mieux : Horde de tueurs sanguinaires, Noctes exercés à voir en pleine noirceur et vers bizarroïdes capables de vous transformer en zombies peuvent sa cacher derrière chaque boyau. Mais il existe une dernière catégorie de gens qui font tout aussi peur aux gens d’Alta, et particulièrement à leurs dirigeants : les rebelles, les exilés. Heureusement pour Gia et notre histoire, c’est bien sur ces derniers que la jeune fille va tomber…

Je vous laisse découvrir le reste de ce roman encore une fois très bon de Charlotte Bousquet qui, si au début nous fait plutôt penser à une dystopie inspirée de la condition des femmes dans les sociétés moyen-orientales, se révèle être un véritable plaidoyer pour la condition des femmes DU MONDE ENTIER ! Car les situations vécues par ces sang-de-lunes, ces « femelles », ne sont pas exclusives à une certaine partie du monde ou à une certaine catégorie de personnes, et c’est ce qui fait aussi de Sang-de-lune un roman actuel et engagé.
Et pour en revenir à la fiction, même si j’ai trouvé la fin un peu trop rapide et que j’aurais aimé en savoir plus sur les secrets d’Alta et comment ils en sont « arrivés là », à cette société plus patriarcale tu meurs, le roman de Charlotte Bousquet est proprement captivant et toujours aussi bien écrit. Un très bon roman de science-fiction qui, je l’espère, trouvera un écho de révolte chez toutes les filles, jeunes filles et femmes…et aussi chez les mecs ! C’est surtout eux qu’il faut « éduquer », non ? :P

Sang-de-lune, Charlotte Bousquet (Gulf Stream)
collection Électrogène
disponible depuis le 25 août 2016
9782354884161 – 17€
à partir de 14 ans
Son
4

Jan – Claudine Desmarteau

9782364748460,0-3163293
★★★★★

Jan… Jan, c’est Janis, 11 ans, qui n’aime pas vraiment son prénom depuis qu’on l’a fait rimer avec « pisse » et qui n’a pas sa langue dans sa poche. Jan, c’est une débrouillarde, une gamine qui ment un peu et qui utilise plus souvent ses poings que sa tête, une fille qui ne se laisse pas faire. Elle a un petit frère, qu’elle adore et qu’elle veut protéger. Sa mère est vendeuse de chaussures, son père est chômeur professionnel. Et il boit. Beaucoup. Malgré tout, il est super fier de cette fille qui n’est pas « une gonzesse » et Jan est profondément attachée à ses parents et à ce père qui fréquente trop le « bar des amis ». Un jour, cette famille dysfonctionnelle va voler en éclats et je ne vous dis pas comment, ce serait vous gâcher la surprise…mais il fallait bien que ça pète pour que l’on ait une histoire…

Jan, c’est une belle claque dans la figure. Et ça commence avec l’écriture de Claudine Desmarteau, qui s’est lancée le défi de tenir jusqu’au bout de son roman la langue d’une enfant de 11 ans. C’est d’un réalisme social confondant, on se laisse totalement embarquer dans cette écriture, dans ce style, dans ces inventions de mots, d’expressions que tous les enfants de 11 ans entendent et déforment par incompréhension (et on se rappelle que nous aussi, à une époque, on utilisait des expressions à tort et à travers en les entendant dans la bouche des grands et qu’on se la pétait auprès des autres en leur faisant croire qu’on connaissait des trucs incroyables). C’est d’autant plus fort que c’est typiquement le genre d’écriture qui pourrait devenir lourdingue au bout d’un moment : ici, ce n’est pas le cas, l’exercice de style est tenu jusqu’au bout à la perfection. La claque, c’est aussi cette histoire, cet engrenage qui s’enclenche et va chambouler la vie de Jan et de son petit frère. Cette révolte qui gronde en elle, et qui va trouver une résonance dans le film Les 400 coups, de François Truffaut, et notamment à travers le personnage d’Antoine Doinel. Enfin, la claque, c’est aussi cette fin, dont je ne vous dis rien, mais qui nous laisse pantelant, sur le cul, aussi belle que frustrante…

Jan, c’est une lecture incroyable au rythme effréné, une gamine au caractère de cochon, rageuse et révoltée, à qui l’on s’attache de toutes nos tripes. C’est un roman qui chamboule, qui émerveille… Superbe ! Lisez-le. Point.

Jan, Claudine Desmarteau (Thierry Magnier)
disponible depuis le 13 avril 2016
9782364748460 – 14,50€
à partir de 12 ans
Son
0

Il ou elle ?

Au début du mois sont parus au Rouergue plusieurs titres à destination de la jeunesse sur une thématique commune : le genre et, surtout, la liberté d’être soi. Aujourd’hui, Bob vous en présente deux : un album et un roman. :)

Buffalo belle – Olivier Douzou

9782812610554,0-3163131

Enfant, Annabelle préférait les fusils et les cow-boys aux poupées et à la marelle et s’amusait à interchanger les « il » et les « elle ». En grandissant, ces jeux ont trouvé leur sérieux et Annabelle a commencé à s’interroger sur sa véritable identité…

★★★★☆

Dans cet album pour les plus grands, Olivier Douzou traite du genre en jouant avec inventivité sur celui de la grammaire. Un texte sous forme d’exercice de style, pas si simple, où les mots se finissant habituellement en « il » sont remplacés par des « elle » et inversement. Une gymnastique intellectuelle qui, une fois comprise, nous révèle un texte plein de poésie et toute l’ambiguïté et l’incertitude d’une enfant à la recherche de son identité sexuelle. Les très belles illustrations au fusain, brutes, graphiques, achèvent de nous transporter dans ce texte libre et sans tabou. Un poème tout en « je » de Buffalo Belle termine cet album unique et indispensable.

Pour en savoir plus sur l’album, le Rouergue propose sur leur site une interview de l’auteur.

Buffalo belle, Olivier Douzou (Rouergue)
disponible depuis le 2 mars 2016
9782812610554 – 12€
à partir de 10 ans
Je suis qui je suis – Catherine Grive

9782812610585,0-3163132

Depuis toujours, Raph’ a un gros chagrin, quelque chose qui l’empêche de se sentir bien. C’est l’été, Raph’ passe son temps à fouiller les boîtes aux lettres de ses voisins, et lors d’une sortie avec son copain Bastien, Raph’ rencontre Sarah avec qui l’ado sympathise. C’est peut-être le début de la disparation de son chagrin ?

★★★☆☆

Si Rahp’ ne parvient pas à nommer ce chagrin qui l’habite, nous découvrons petit à petit de quoi il retourne. C’est avec une certaine finesse que Catherine Grive nous parle de cette difficulté à comprendre ce que l’on est au fond de soi. Raph’ est-elle un garçon ? Est-il une fille ? Il nous faut aussi à nous lecteur une bonne cinquantaine de pages pour comprendre si Raph’ est un garçon ou une fille de naissance, l’auteur ne nous donnant que peu d’indices. Alors que l’été avance et que Raph’ trouve en Sarah une véritable amie, son chagrin va petit à petit se dénouer et la jeune fille lui apporter de l’espoir. Dommage que la fin de l’histoire soit un peu rapide ! Néanmoins, Je suis qui je suis est un roman sensible, construit autour de non-dits, et un beau portrait d’adolescence en quête de construction de son identité sexuelle.

Je suis qui je suis, Catherine Grive (Rouergue)
collection DoAdo
disponible depuis le 2 mars 2016
9782812610585 – 9,20€
à partir de 13 ans
Son
1

Une braise sous la cendre – Sabaa Tahir

9782266254342,0-2744854

Et si Pocket jeunesse tenait son nouveau succès ? Une braise sous la cendre est le nouveau livre du moment, déjà optionné pour le cinéma, et qui se réclame de la lignée de Hunger Games. Il a donc toutes les chances de son côté…et pour être tout à fait honnête, c’est en effet une très bonne surprise que ce roman, encore plus sombre et violent que les aventures de Katniss…

Laïa est une Erudite, dont le peuple a été réduit à l’esclavage lorsque les Martiaux, soldats redoutables de l’Empereur, ont pris le pouvoir. Lorsque son frère est emmené en prison pour avoir découvert les secrets de l’Empire, Laïa est contrainte de fuir et se retrouve dans les pattes de la Résistance, des érudits dont le but est de faire tomber l’Empire. Pour récupérer son frère, elle va devoir réaliser une mission pour la Résistante et entrer au service de la terrible Commandante de Blackcliff, l’école où sont formés les Masks, les martiaux les plus redoutables…

★★★★☆

Difficile de résumer ce roman de fantasy passionnant ! Un roman dont l’inspiration va chercher du côté de la Rome antique (notamment dans les noms des élèves de Blackcliff ou le folklore) mais également dans les légendes islamiques (on croise des djinns et autres créatures surnaturelles). Des éléments qui apportent une certaine originalité à cette histoire qui ressemble, somme toute, à beaucoup d’autres parues ces derniers temps…
Le récit alterne entre le point de vue de deux personnages : Laïa, érudite devenue esclave pour tenter de sauver son frère Darin ; et Elias, redoutable Mask sur le point de finir son entraînement à Blackcliff. Un procédé qui permet de doser admirablement le suspense qui s’installe très vite et, surtout, deux personnages qui semblent poursuivre le même objectif : être libre et sauver ceux qu’ils aiment. Car, si Elias a été élevé dans la plus pure loi Martiale, il rêve de tout autre chose et n’arrive plus à regarder les plus jeunes élèves se faire torturer pour avoir voulu fuir cette terrible école militaire. La violence et la noirceur sont d’ailleurs omniprésentes dans ce roman, où aucun personnage n’est épargné : torture, meurtre, promesses de viol, mutilation, il y en a pour tous les goûts ! Ce qui donne une lecture parfois difficile tant la cruauté de certains personnages peut ébranler…
Néanmoins, Une braise sous la cendre nous happe de bout en bout, à suivre le destin de ces deux personnages que tout oppose. Même si le personnage de Laïa nous agace parfois, on ne peut que continuer à tourner les pages, dans l’espoir que tout se terminera bien pour eux… Mais il semble que cette attente ne trouvera pas sa réponse tout de suite car l’auteure n’a pas encore écrit la suite ! Une braise sous la cendre est en tous cas un très bon premier roman à dévorer par tous les amateurs d’histoires épiques où souffle le vent de la résistante et de la liberté ! Et si vous souhaitez en savoir plus sur l’univers (j’ai volontairement peu explicité cette partie) : rendez-vous sur le site internet du livre ! :)

Une braise sous la cendre, Sabaa Tahir (Pocket jeunesse)
disponible depuis le 15 octobre 2015
9782266254342 – 18,90€
à partir de 14 ans

Son
3

Là où tombent les anges – Charlotte Bousquet

9782354882068,0-2690085

Après avoir été totalement électrisés par Brainless de Jérôme Noirez, Bob et Jean-Michel avaient hâte de découvrir le nouveau texte de la prometteuse collection Electrogène. Une collection qui porte vraiment bien son nom !

Solange, 17 ans, quitte son village après avoir essuyé les coups de son père une fois de trop. Elle retrouve Lili, son amie d’enfance, à Paris. Les deux jeunes filles courent les bals populaires, travaillent durement pour gagner leur vie. Jusqu’à ce que Solange rencontre Robert Maximilien, un banquier qu’elle finit par épouser. Mais l’homme se révèle vite abusif et, lorsque la guerre éclate et que Robert est appelé au front, Solange commence à respirer…

★★★★★

Quelle fresque magnifique ! Il m’est encore difficile de trouver les mots après avoir refermé la dernière page de ce roman historique tout en force et en émotion… Charlotte Bousquet nous raconte la vie de femmes, plus particulièrement de Solange mais également de ses amies, pendant la Première guerre mondiale. De la fille de joie sur le front en passant par les munitionnettes ou les couturières jusqu’aux aristocrates, ce sont les vies, et la survie, de toutes ces femmes qui nous passionne, qui nous tient en haleine alors que la guerre fait rage, que les amoureux, les fils, les maris, les inconnus, affrontent les allemands. Il n’y a peut-être que Solange qui tremble différemment des autres, qui craint le retour de Robert, de sa jalousie, du contrôle qu’il maintient sur elle, de sa violence.
Charlotte Bousquet nous décrit avec beaucoup de talent et une très riche documentation le Paris de la Belle Epoque, l’insouciance des bals populaires, les cabarets macabres qui font fureur puis la terreur de la Première guerre mondiale et, surtout, la condition des femmes à cette époque. Solange est la représentation parfaite de cette condition, on suit son évolution avec appréhension puis défi, on s’attache à elle, à Clémence, à Lili, à Emma…à toutes ces femmes aux secrets, convictions ou vies différentes. L’intérêt historique du roman est certain, d’autant que l’auteure débute chaque chapitre avec l’extrait d’un quotidien ou d’un texte de l’époque, que Solange rencontre de nombreux artistes que nous connaissons bien (Marcel Proust ou Erik Satie pour les plus connus). Mais ce qui fait de Là où tombent les anges un roman véritablement splendide, c’est bien toute l’émotion que nous ressentons à la lecture des mots de Charlotte Bousquet, la complexité et la variété de ses portraits de femmes, mais aussi l’importance du féminisme, de la liberté. Un témoignage foisonnant et rare sur la condition féminine de cette période. Un roman magnifique et indispensable.

Là où tombent les anges, Charlotte Bousquet (Gulf Stream)
collection Electrogène
disponible le 3 septembre 2015
9782354882068 – 17€
à partir de 15 ans

Son
4

Wild girl – Audren

9782226318510_1_75

En cette rentrée, Albin Michel lance une toute nouvelle collection : Litt’, des romans français à destination des adolescents à partir de 13 ans. Les deux premiers titres sont signés par des auteurs que nous connaissons bien : Audren et Fabrice Colin. Aujourd’hui, c’est celui d’Audren que l’on vous présente ! :)

1867. Milly Burnett, toute jeune institutrice de 19 ans, décide de quitter sa vie bourgeoise au Massachussetts et se rend dans le Montana, où elle sera sans doute utile aux enfants des colons et, surtout, libre et heureuse. Après un long et dur voyage, elle arrive à Tolstoy, une bourgade de chercheurs d’or. Mais le quotidien n’est pas facile, entre les conventions puritaines encore importantes et les coups de feu à toute heure du jour et de la nuit… Il le sera encore moins quand elle accueillera dans sa classe un jeune homme de 17 ans, Joshua, petit frère de la terreur du coin…

★★★☆☆

On connaît le talent d’Audren et après nous avoir régalé de ses Orphelines d’Abbey Road, elle nous entraîne cette fois-ci dans le Far West, où une jeune femme en avance sur son temps va découvrir le véritable sens de la liberté. Comme l’auteure nous l’explique en préambule, si son roman est une fiction, il est en tous cas parfaitement documenté et on découvre avec intérêt les difficultés du voyage de l’Est vers l’Ouest ; de la condition des femmes à l’époque, et notamment de la chance de Milly d’être née dans une famille quasi « parfaite » (notamment sur les questions de société : abolition de l’esclavage, droits des femmes…) ; de la création des États ; du sort réservé aux tribus indiennes… Mais c’est surtout Milly que nous suivons avec beaucoup de plaisir, et souvent d’appréhension car la jeune femme ne va pas connaître une vie de tout repos ! Il y a parfois un petit côté Petite maison dans la prairie, on est plutôt loin du western rugueux, mais ça n’en est pas désagréable. C’est justement ce qui fait l’intérêt de Wild girl : ce souffle de romantisme et de liberté que l’on ressent à chaque page. Même si je l’ai trouvé parfois un peu plombé par une écriture trop descriptive et insistante, cela n’en reste pas moins un joli roman, qui se lit de façon très agréable et plutôt rafraîchissant dans le genre.

Wild girl, Audren (Albin Michel)
collection Litt’
disponible le 2 septembre 2015
9782226318510 – 15€
à partir de 13 ans

Son
0

Monsieur Moisange – Fred Bernard et Gwendal Le Bec

9782226257918,0-2539918

Monsieur Moisange est un drôle d’oiseau, si l’on en croit les gens. En dehors de ses collègues au bureau, il ne côtoie guère que sa mère, oiselière sur les quais du Louvre. Pierre Moisange vit seul, il appelle tout le monde « coco » et malgré son allure séduisante, est un homme célibataire. « Ah si je pouvais voler… » se disait-il…ce qu’il fait dans ses rêves en compagnie d’une belle inconnue. Jusqu’au jour où son vœu s’exauce, et deux ailes lui poussent au bout des bras…

★★★★☆

Que va-t-il alors arriver à Monsieur Moisange ? C’est une toute nouvelle vie qui l’attend, entre célébrité et voyages autour du monde. Mais Pierre n’a réellement qu’un objectif : celui de retrouver la jeune femme qu’il voit en rêve, car elle existe et elle aussi rêve de lui. Pourtant, avant de la retrouver, il lui faudra tenir la promesse faite à sa mère, celle de ramener les oiseaux de sa boutique dans leurs pays à sa mort. Et c’est ainsi que notre drôle de bonhomme voyage à travers le monde, la beauté des paysages se disputant aux dangers de la nature…ou de l’homme. Sa mission terminée, il se rend alors en Inde, où semble vivre l’amour de ses rêves.
Mr-MOISANGE-r3
Monsieur Moisange est un petit roman illustré, presque un conte, qui célèbre le rêve, l’amour et la liberté. Le texte de Fred Bernard est très poétique, parfois teinté d’humour, et est merveilleusement mis en image par Gwendal Le Bec et ses illustrations douces et colorées. Le livre m’a pas mal fait penser à Mon père est un homme-oiseau, de David Almond et Polly Dunbar, que j’aime beaucoup. Le propos n’est pas tout à fait le même, mais je trouve quand même qu’il y a d’agréables similarités. En tous cas, Monsieur Moisange est un bel ouvrage, qui n’aurait pas démérité un format un peu plus grand pour en apprécier encore plus les illustrations. A conseiller à tous les enfants amoureux de l’imaginaire et du rêve. ;)

Monsieur Moisange, Fred Bernard et Gwendal Le Bec (Albin Michel-Jeunesse)
en librairie depuis le 4 mars 2015
9782226257918 – 11,90 €
à partir de 8 ans