Son
5

Star Trip – Eric Senabre

Vous l’avez sans doute remarqué, on aime beaucoup Eric Senabre par ici ! C’est donc avec beaucoup d’excitation et d’émotions que nous attendions son prochain roman. Alors quand on a vu Star Trip, sa couverture de Mathieu Persan trop stylée qui nous parlait tout de suite (Star Trek !!!!) et le résumé, c’était notre réaction :


Alors…vous croyez que Bob a pu être déçu ?

9782278081745,0-4105573A l’été 1968, dans un coin perdu de l’Idaho, May Peeples et son petit frère Sam sont « abandonnés » par leurs parents qui ont dû partir sans pouvoir rien leur expliquer. La jeune fille doit alors jongler entre s’occuper de son petit frère handicapé et collé à la télé pour ne pas manquer sa série de SF préférée : Star Trip ; son petit ami Will qu’une autre fille tente de séduire ; le révérend qui veut absolument faire d’elle une bonne chrétienne ; et son désir de retourner à la ville. Alors, quand un matin, May découvre dans sa grange l’acteur qui joue le capitaine Burke dans la série de son petit frère, tout bascule !

★★★★★

Est-ce là le meilleur roman d’Eric Senabre ? Bob dit OUI ! OUI ! OUI ! Star Trip, c’est un roman hommage totalement fou qui nous emmène jusqu’aux frontières du réel, où une jeune fille de 15 ans va se lancer dans un pari insensé pour compenser l’absence de ses parents et la déception de son petit frère à ne pas avoir de vraies vacances. Avec Will, ils vont en effet décider de construire une réplique d’une navette de Star Trip pour que le gamin puisse jouer avec. Et puis en allant à la grande ville pour faire du shopping, May et Will vont tomber sur une séance de dédicace impromptue de Benjamin Spike, l’acteur vedette de cette série de science-fiction. L’occasion est trop belle pour faire plaisir à Sam, même si le comédien se révèle particulièrement exécrable… Comment Benjamin Spike atterrira dans la grange de May Peeples ? Je ne vous en dis rien, ce serait trop dommage…

Road-trip déjanté et rafraîchissant, Star Trip est LE roman idéal pour se plonger dans une aventure psychédélique au cœur des Sixties, aux références musicales géniales (David Bowie en guest-star), aux personnages secondaires truculents et typiquement farfelus de l’Amérique rurale (je dois dire que le shérif Noir irlandais pur souche m’a fait mourir de rire) et aux mystères particulièrement bien trouvés ! Le roman ne manque pas non plus d’humour, caustique ou absurde selon les situations, et d’amour… Si vous aimez l’aventure, les références au cinéma ou aux séries de SF, à la musique, les personnages forts et les hurluberlus, vous serez, comme Bob, totalement conquis par Star Trip et en ressortirez des étoiles plein les yeux. Un coup de cœur intersidéral ! ❤️

Star Trip, Eric Senabre (Didier jeunesse)
disponible depuis le 10 mai 2017
9782278081745 – 15,90€
à partir de 13 ans
Son
2

Les belles vies – Benoît Minville

9782848659237_1_75

Vasco et Djib’ sont amis depuis leur enfance. Inséparables, ils cumulent les bêtises plus ou moins graves jusqu’au jour où, après une bagarre, leurs parents décident de les envoyer dans la Nièvre où un couple accueillant des enfants de la DDASS accepte de les recevoir en échange de leur aide à la réparation d’une grange.

★★★★★

C’est le début de « vacances » qui vont totalement changer leurs vies ! Petits jeunes des cités qui font se lamenter les vieilles dames dans les bus, Vasco, d’origine portugaise, et Djib’, d’origine africaine, se retrouvent dans un trou perdu au fin fond de la Nièvre bien franchouillarde, avec son saucisson et ses vaches qui paissent tranquilles. Et quelques racistes. Ils débarquent ainsi chez Tonton et Tata, respectivement 80 et 60 ans, qui ont accueilli plus d’une cinquantaine d’enfants dans leur vie. Parmi ceux présents cet été-là, il y a Dylan et Jessica, frère et sœur abandonnés par une mère incapable de s’occuper d’eux. Le premier, apprenti chez un boucher, a énormément de mal à contenir un tempérament violent, la seconde est une bimbo qui file un mauvais coton. Il y a aussi Chloé, hippie aux cheveux courts dont le passé reste un mystère, et une ribambelle de petits, certains cassés par la vie, d’autres issus d’anciens pensionnaires de Tonton et Tata…

Toute cette smala va passer l’été à se baigner au lac, à la rivière ou la piscine, à faire du vélo, à préparer le repas du midi, à pêcher, aller aux champignons, regarder des films ou encore préparer une adaptation théâtrale de la Sorcière de la rue Mouffetard (avec un clin d’œil à un certain ogre de chez Sarbacane). Et entre toutes ces activités dignes des meilleures colonies de vacances, Vasco et Djib’ vont découvrir un tout nouveau monde et changer, apprendre à grandir. Ils vont d’abord devoir apprivoiser l’indomptable Dylan et ses démons, se découvrir un intérêt tout particulier pour les filles, se confronter aux péquenots du coin qui apprécient moyen la présence de ces parigots. Avec Benoît Minville, c’est tout un panel d’émotions qu’on trouve dans ses romans, ce sont des gosses paumés, des « frères » plein d’humour et de déconne, des premiers amours intenses, des amitiés balbutiantes, de la violence contenue, de la force tranquille, de la sagesse et de la vie. Jamais titre n’a été mieux trouvé pour un roman que celui-ci : Les belles vies. Un roman absolument magnifique, qui nous transporte dans des paysages de vacances à la campagne qu’on a tous connus, dans des émotions tourbillonnantes et dans des personnages dont on sait qu’ils vont nous manquer dès la dernière page tournée. Des belles vie, oui, vraiment très belles. *yeux qui brillent*

Les belles vies, Benoît Minville (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible le 5 octobre 2016
9782848659237 – 15,50€
à partir de 13 ans
Son
1

Golden Valley – Gaël Aymon

9782070587544,0-3333752

Pour les vacances, Max rejoint ses parents en Birmanie, où vient de s’installer l’entreprise de son père. Résigné à s’ennuyer dans leur propriété d’expatriés, il fait pourtant le rencontre de Brandon, gosse de riche birman qui l’invite à des fêtes. Lors d’une de ces soirées chez le jeune homme, Max fait la connaissance de Dolly, sa grande sœur époustouflante de beauté et particulièrement brillante, qui annonce de grands changements dans sa vie…

★★★☆☆

Maximilien, c’est le beau gosse qu’on voit dans les séries télé américaines : 17 ans, 1m92, champion de natation, grande école, famille riche et qu’on imagine beau comme un dieu grec. Il débarque en Birmanie avec assez peu d’enthousiasme, sachant qu’il va se retrouver seul avec sa mère qui l’insupporte très vite et son père qui sera constamment occupé avec la nouvelle implantation de son entreprise dans le pays. Et quand il voit la piscine, autant dire que le garçon est douché (oh oh !) : même pas assez grande pour faire des longueurs. Très vite, cependant, il rencontre des jeunes locaux et expatriés comme lui, et vont passer leur temps à faire la fête dans les bars ou jouer à des jeux vidéo chez les uns et les autres. Jusqu’à ce que Max tombe sur Dolly, la sœur de Brandon, 20 ans, superbe, qui étudie aux Etats-Unis et semble collée à son portable 24/7. Pour lui, c’est le coup de foudre, et il semblerait que pour elle aussi. Mais leur histoire d’amour doit rester secrète car, en Birmanie, les femmes qui sortent avec des étrangers sont très mal vues…

La Birmanie, c’est le choc des cultures pour Max. Il y a d’abord le temps, cette chaleur étouffante et ces moussons. Mais il y a aussi le mode de vie des birmans, l’histoire de ce pays qu’on sait à peine situer sur une carte du monde… Cette visite sur la côte où, en croisant un village de « squatteurs », le guide lui dit qu’il n’avait rien vu de tel. Et puis il y a Dolly, cette fille étonnante, qu’il désire ardemment mais qu’il sait inatteignable. Impossible. Cette fille qu’il avait déjà vue avant mais qui lui a intimé le silence quand il l’a mentionné devant Brandon. Comment revoir Dolly, comment être avec elle ? Comment, alors qu’il ne reste que cinq semaines en Birmanie ? Je ne vous dirais rien, et vous laisserais découvrir ce roman d’une jeunesse dorée où les certitudes s’effondrent, où le vernis de la richesse se craquèle pour laisser entrevoir une réalité insoupçonnée. Un éveil au monde intéressant.

Golden Valley, Gaël Aymon (Gallimard jeunesse)
collection Scripto
disponible depuis le 15 septembre 2016
9782070587544 – 8,65€
à partir de 15 ans
Son
1

Une histoire de sable – Benjamin Desmarès

9782812609978,0-3008191

Jeanne passe les vacances d’hiver dans une station balnéaire sinistre. Alors que ses parents passent leur temps à travailler sur l’ordinateur et que leur humeur est aussi massacrante que la sienne, Jeanne passe tout son temps dehors, à se balader dans la station, sur la plage, à croiser une vieille dame à vélo…et à rencontrer deux garçons sur le perron d’une maison, qui passent leur temps à compter les grains de sable.

★★★☆☆

Avec cette couverture et ce titre énigmatique, on ne pouvait s’attendre qu’à une histoire tout aussi étrange. Le début commence pourtant dans une réalité fracassante : Jeanne ne cesse de se disputer avec ses parents, de jouer les rebelles – ou les ados en crise – et de claquer les portes à tout bout de champ. Alors autant vous dire qu’elle n’est pas particulièrement heureuse de passer des vacances à la mer en plein hiver. D’autant qu’il n’y a personne, rien, nulle part où aller ! Elle croise bien une petite vieille à vélo, mais c’est tout. Mortel, le coin est mortel ! Jusqu’au moment où, remontant une rue déserte, Jeanne aperçoit deux garçons tout aussi désœuvrés qu’elle. Ce n’est que le lendemain qu’elle ose les aborder et, après une conversation à la limite de l’absurde, accepte de les aider à compter les grains de sable devant la maison. Alain et Bruno, ce sont les deux garçons avec lesquels elle se lie d’amitié. Deux drôles de gars, aux looks improbables, dont les parents sont aussi absents qu’invisibles.

Finalement, ces vacances ne vont pas être si nulles que ça pour Jeanne. Tout son temps libre, elle le passe avec Alain et Bruno, ou alors au bar, le seul endroit ouvert dans ce patelin désert, où elle écoute les conversations des habitués. Petit à petit, le récit bascule dans le fantastique et, dans la plus pure tradition du genre, on ne s’en rend pas tout de suite compte et on se pose des questions, tout comme Jeanne. Quel mystère entoure Alain et Bruno ? Pour cela, il faudra lire ce roman très bien écrit, qui fait également la part belle à l’amour adolescent. Une histoire étrange, sensible et émouvante, qui donne un vrai roman d’ambiance, atmosphérique.

Une histoire de sable, Benjamin Desmarès (Le Rouergue)
collection DoAdo
disponible depuis le 10 février 2016
9782812609978 – 10,70€
à partir de 13 ans
Son
0

Il était deux fois dans l’ouest – Séverine Vidal

C’est le mois d’août et, même si Bob et Jean-Michel chroniquent au ralenti en ce moment, c’est surtout car ils préparent la rentrée littéraire avec beaucoup de sérieux. Et pour vous donner un avant-goût, on vous présente un roman de Séverine Vidal à paraître dans quelques minuscules semaines. 9782848658131,0-2705134Car Séverine Vidal est à l’honneur chez Sarbacane ce mois-ci avec un roman dans la collection Exprim’ et un autre pour Pépix…celui que nous vous présentons aujourd’hui ! :D

Cet été, Luna va passer les vacances aux États-Unis avec sa mère, qui est la maquilleuse officielle d’un film à gros budget. Elle arrive ainsi à Monument Valley, en plein territoire indien, où de nombreuses aventures l’attendent ! La première : sa rencontre avec Josh, un garçon navajo, avec qui elle va passer son séjour à découvrir les mystères et les dangers de l’Arizona…

★★★★☆

Enfilez vos santiags et huilez votre six-coups car Séverine Vidal vous embarque dans une aventure digne des meilleurs westerns…enfin…sans la diligence, sans le duel au soleil, sans les attaques d’Indiens, sans la bande de Pat-la-chique… Euh, en fait, c’est pas ça du tout. Mais ça pourrait ! Car l’ambiance, elle, ne nous trompe pas sur la marchandise : on a bien un désert avec des bestioles dangereuses et sournoises, une tribu indienne avec des coutumes étonnantes et son lot de magie, de l’aventure où des paysages incroyables se mêlent à des rencontres terrifiantes… Vous n’allez certainement pas vous ennuyer ! Tout est savamment orchestré, on se laisse totalement emporter dans ce que vivent Luna et Josh, on tremble et on rit avec eux. Contrairement aux autres romans de la collection Pépix, j’ai trouvé Il était 2 fois dans l’Ouest moins dans le côté irrévérencieux mais surtout dans l’aventure pure. Et ce n’est pas désagréable du tout, bien au contraire. Il y a bien sûr toujours de l’humour, mais aussi une jolie histoire d’amour qui naît entre nos héros. Les bonus qui s’intercalent dans le roman sont super intéressants et se rapportent le plus souvent à la culture navajo. J’ai aussi beaucoup aimé les petites notes de bas de page des héros pour expliquer des petites choses, et les illustrations d’Anne-Lise Combeaud sont parfaites pour ce texte ! En bref, un roman qui plaira vraiment à tous les amateurs d’aventure, Séverine Vidal a super bien réussi à nous faire vivre chaque moment du bouquin, et j’ai beaucoup apprécié le fait que les situations restent réalistes (même si elles s’enchaînent très vite) et qu’on ait pas l’impression de voir deux super-héros se sortir de mauvais pas avec une intelligence hors du commun. Je pense que les gamins s’identifieront très facilement à Josh et Luna, qui leur ressemblent beaucoup. ;)

Il était deux fois dans l’ouest, Séverine Vidal (Sarbacane)
collection Pepix
disponible le 26 août 2015
9782848658131 – 10,90€
à partir de 9 ans

Son
0

Ses griffes et ses crocs – Mathieu Robin

GetBlob.ashx

Bob avait prévu de faire son article un peu plus tôt mais figurez-vous que, à l’instar des personnages du roman qu’il va vous présenter, votre morse préféré est parti en vacances dans une contrée sauvage (la Bourgogne) et n’avait aucun moyen de communication avec le monde…jusqu’à aujourd’hui. :P

Marcus a toutes sortes de tocs qui font de sa vie une suite de cauchemars. Lorsque sa famille part en vacances avec des amis dans un chalet perdu au fond de la forêt, ses repères sont complètement chamboulés. Et cela ne s’arrange pas lorsqu’il tombe sur un livre parlant de la montagne où ils se trouvent, une montagne que la légende dit maudite…

★★★★☆

Si vous souhaitez vous faire peur cet été, alors Ses griffes et ses crocs est fait pour vous ! L’intrigante et magnifique couverture du livre donne très bien le ton : il y a aura du mystère, des légendes et sans doute du frisson. Et tout y est, en effet. On découvre tout d’abord Marcus et ses angoisses qui l’amènent à ne pas pouvoir marcher sur les rainures du parquet ou à devoir prendre absolument le même chemin à l’aller et au retour ; on apprend à connaître sa famille, et notamment sa grande sœur Lia, rebelle un peu gothique qui le traite avec mépris. Puis ceux avec qui ils vont passer leurs vacances : Mary et Paul, jumeaux parfaits, et Sam, leur grand frère trisomique, accompagné de son gros chien Hercule. Tout ce petit monde va être enfermé dans un chalet à flan de montagne et devoir s’adapter aux manies déroutantes de Marcus. Jusqu’au moment où les parents disparaissent suite à une promenade…
C’est à ce moment que tout va se jouer et que l’on se retrouve dans un roman oscillant entre l’aventure et l’horreur, où des enfants vont être livrés à eux-mêmes et devoir s’improviser « héros ». Car Marcus découvre très vite les secrets de la montagne et la légende qui l’accompagne, une légende terrible qui parle d’une Bête, un monstre qui dévore tout sur son passage. Et quand tous les animaux de la forêt s’enfuient, Marcus est persuadé que la Bête s’est réveillée par sa faute. Car il a enfreint ses tocs.
Mathieu Robin parvient à nous emporter dans son roman dès les premiers instants. On sait que quelque chose va arriver, mais quoi ? Il nous fait passer de surprises en surprises, des vrais surprises, car on ne voit rien venir et on a pas l’habitude de voir certaines choses arriver… Qu’il est difficile de vous en parler sans dévoiler des moments importants !
En tous cas, Ses griffes et ses crocs est un roman captivant et angoissant, qui parvient à maintenir son suspense et ses révélations jusqu’à la dernière page.

Ses griffes et ses crocs, Mathieu Robin (Actes Sud junior)
collection Ado
disponible depuis le 3 juin 2015
9782330050795 – 13€
à partir de 13 ans

Son
0

Le journal de Gurty – Bertrand Santini

9782848657899,0-2645416

Aujourd’hui, Bob et Jean-Michel vous parlent ENFIN de Gurty, petit phénomène que vous pouvez retrouver sur Facebook et, surtout, la nouvelle pépite des éditions Sarbacane (ouais, bon, elle était facile celle-là…)

Gurty est une petite chienne qui part avec Gaspard, son humain, en vacances en Provence. A travers son journal, nous découvrons ses deux mois de vacances et toutes les aventures qui ont rythmé ses journées.

★★★★★

Le journal de Gurty est sans aucun doute LE livre de l’été ! Il faut dire qu’avec une couverture jaune soleil, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose ! Mais, surtout, c’est bien l’histoire racontée par Gurty elle-même qui va nous faire passer un superbe été, un été plein de bonne humeur, de rire et de jeux. En fait, ce livre est tout bêtement génial ! Raconté par une petite chienne, donc, nous entrons dans la vie intime et ô combien étrange de nos amis canidés. Une vie qui, finalement, n’est pas si éloignée de la nôtre… Gurty à des amis, en tous cas une qu’elle retrouve chaque été : Fleur, qui n’est pas normale (mais faut pas se moquer!) ; des ennemis : un chat particulièrement moche surnommé Tête-de-Fesses ; un maître-papa qui la gronde quand elle fait des bêtises ; des passions pour la nourriture, courir après les écureuils et renifler le derrière des autres chiens…

L’écriture de Bertrand Santini est rafraîchissante, on rit tout le temps et elle me semble totalement à hauteur d’enfant dans sa façon de raconter les choses et dans son humour. En tous cas, je me suis régalée dans ce journal qui court du 1er au 42 juillet, avec des chapitres parfois très courts (le 5 juillet notamment est génial !) ou plus longs, mais tous plus drôles et déjantés les uns que les autres. On y trouve également beaucoup de comique de répétition qui fonctionne à merveille ! Le texte est vraiment drôle, enlevé, malin et malicieux. Les illustrations sont d’autant plus réussies et parfaitement en adéquation avec le texte qu’elles sont réalisées par Bertrand Santini himself. Personnellement, je suis fan de Fleur et de sa drôle d’allure (elle n’est pas normale, mais faut pas se moquer !). :P

A la fin du livre, vous trouverez un certain nombre de jeux proposés par Gurty : des points à relier, des mots croisés, un Où-est-Tête-de-Fesses (je l’ai pas trouvé, moi, et Jean-Michel non plus – on est un peu nul…), et même un test (je suis tombée sur Gurty mais c’était presque ex-aequo avec Fleur et Jean-Michel a eu Tête-de-Fesses, hahaha) ! :D
Bref, un excellent roman à emporter avec soi pour passer les meilleures vacances de l’univers en compagnie de Gurty.

Le journal de Gurty : vacances en Provence, Bertrand Santini (Sarbacane)
collection Pépix
disponible depuis le 6 mai 2015
9782848657899 – 9,90€
à partir de 8 ans

Son
1

La petite sirène à l’huile – Emilie Chazerand et Aurélie Guillery

couv-Petite-sirene-a-lhuile-copie

Ulysse n’est pas super enchanté d’aller chez tatie Frida et tonton Lucien pendant les vacances de Pâques. D’ailleurs, il les appelle Tatie-Prout et Tonton-Bigleux, c’est dire ! Non seulement tous deux ont des particularités un peu spéciales, mais en plus, ils ont un chat qu’ils traitent comme leur petit bébé. Et tout ça, c’est sans compter que les repas se composent uniquement de boîtes de conserve…pour les humains comme pour le chat !

★★★★☆

Vous comprenez maintenant pourquoi Ulysse n’avait pas franchement envie d’aller chez son oncle et sa tante ! Mais heureusement pour lui, comme pour nous lecteurs, il va arriver un truc assez incroyable à notre jeune héros. Et quand je dis « incroyable », je ne vous raconte pas de salades, foi de Bob ! Car, le jour où Ulysse s’apprête à manger avec un enthousiasme non feint une boîte de sardines, il y découvre une sirène ! Les vacances, qui promettaient d’être super nazes, prennent alors un tour nouveau… Eh oui, maintenant qu’Ulysse s’est trouvé une occupation : cacher sa petite sirène, notamment des griffes du chat, et s’en occuper, il se pourrait bien que le séjour chez tatie et tonton ait un tout nouveau goût…

Petite-sirene-a-lhuile-p8-9

Drôle et coloré, cet album devrait plaire aux enfants qui aiment les contes…et que font rire les prouts ! Les illustrations d’Aurélie Guillerey sont très chouettes, entre les personnages un peu ridicules et les couleurs qui pètent (oups !), et se marient très bien avec le texte joueur et irrévérencieux. Un album qui s’intéresse à l’imagination enfantine et, franchement, il faut vraiment s’ennuyer comme un poisson mort pour créer du fantastique à partir d’une boîte de conserve ! Pauvre Ulysse !

La petite sirène à l’huile, Emilie Chazerand et Aurélie Guillery (Sarbacane)
en librairie depuis le 4 février 2015
9782848657530 – 14,90 €
à partir de 5 ans

Son
2

La gueule du loup – Marion Brunet

9782848657097,0-2306151

Jean-Michel et moi, on avait adoré Frangine, premier roman de Marion Brunet. Du coup, on avait vraiment hâte de découvrir son nouveau titre dans la toujours excellente collection Exprim’. Et comme d’habitude avec ces histoires, on n’en ressort pas totalement indemne !

Leur bac en poche, Lou et Mathilde décident de se rendre à Madagascar pour y passer des vacances de rêves, dignes d’une carte postale. Mais leur visite de l’île ne sera pas aussi idyllique qu’elles l’imaginent et leurs vies en seront bouleversées à jamais…

★★★★☆

Le nouveau roman de Marion Brunet frappe encore une fois très fort dans ce thriller d’aventure tout à fait glaçant. Nous suivons le périple de ces deux jeunes filles aux personnalités bien prononcées à travers Madagascar, où la pauvreté et la misère se dispute à la beauté des paysages. Dès le début et cette scène d’ouverture angoissante, on sait que quelque chose de terrible nous attend. Et bientôt, Lou et Mathilde croisent la route du loup, celui qui va faire d’elles des proies, qui va s’attaquer à leur innocence et les marquer à jamais. Difficile de ne pas trop en dire… En tous cas, j’ai retrouvé avec un immense plaisir le style de Marion Brunet, son écriture directe, dynamique, au plus proche des ados, sa façon de raconter son histoire, entre beauté et cruauté. J’ai beaucoup aimé sa description de Madagascar et ses coutumes, qui nous transportent littéralement auprès des héroïnes, dans une atmosphère à la fois sublime, dangereuse et étouffante. Je me suis indignée comme Lou et Mathilde de la pauvreté qui sévit là-bas, de la façon dont les riches hommes blancs viennent rechercher de jeunes esclaves sexuelles…et me suis laissée emporter par la douceur de la plage et de la vie là-bas, du rythme lent et bienheureux des habitants… Bref, un pays tout en contradictions, pour une histoire qui commence sur une plage idyllique et qui devient vite remplie d’épreuves et de souffrances…
Marion Brunet signe ici un thriller d’une grande qualité, effrayant, mais aussi un roman initiatique, qui va faire passer nos deux jeunes filles à l’âge adulte de la pire des manières…

La gueule du loup, Marion Brunet (Sarbacane)
Collection Exprim’
en librairie le 27 août
9782848657097 – 15,50 €
à partir de 15 ans