Son
2

Les petites reines – Clémentine Beauvais

On continue notre début de semaine consacré à Clémentine Beauvais avec son deuxième livre attendu pour le mois d’avril, et cette fois à destination du public adolescent. :) Vous allez avoir envie d’enfourcher à nouveau vos vélos après cette lecture, foi de Bob et Jean-Michel ! En plus, il fait beau en ce moment, alors profitez-en. :P Et l’interview de Clémentine sera disponible incessamment sous peu (c’est le truc qu’on dit pour dire que ce n’est pas vraiment tout à fait prêt, huhu). Hum.

9782848657684, 0-2553377

A cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le concours de « Boudins » de leur collège-lycée. Rapprochées par ce « prix » et pour d’autres raisons personnelles, les trois adolescentes décident de se rendre à Paris et de fêter le 14 juillet à l’Elysée. Leur périple se fera à vélo et elles s’improviseront vendeuses ambulantes…de boudin !

★★★★★

On vous avait déjà parlé de l’humour de Clémentine Beauvais dans son titre de la collection Pépix. Alors accrochez-vous bien, car elle récidive dans la collection Exprim’ et autant que vous dire que Les petites reines, c’est juste génial ! :D
Comme le laisse comprendre le résumé, nos héroïnes sont donc des jeunes filles « moches ». Du moins selon les critères de Malo, créateur du classement des Boudins du collège-lycée où vont les trois filles. En fait, tout le monde est d’accord sur la mocheté des filles et le leur font bien savoir. Mais pour Mireille, Boudin de Bronze cette année, et narratrice de cette histoire, il y a bien longtemps que tout cela ne lui fait plus ni chaud ni froid. Elle le prend même avec humour, reine du sarcasme et de la mauvaise foi qu’elle est. Sauf que pour Astrid et Hakima, les deux nouvelles du classement, l’acceptation est beaucoup moins évidente. Alors Mireille se met en tête de les trouver et de les soutenir. Ce sera le moment pour elles de se confier et, très vite, non seulement liées par les résultats de ce classement, elles vont se trouver d’autres points communs. Des points communs qui seront tous réunis lors d’un événement en particulier : la garden-party du 14 juillet à l’Elysée. A partir de là, tout s’éclaire pour les filles et il ne faudra pas longtemps pour que leur projet fou mûrisse et se mette en marche… Elles deviennent alors les “Trois Boudins”.
Je ne vous en dis pas plus sur l’histoire, ce serait vous gâcher le plaisir. :P Mais vous allez voir, dès la première page, vous allez adorer Mireille et sa vision du monde : ce personnage est tout simplement exceptionnel d’impertinence. L’histoire est d’une fraîcheur qui fait du bien au moral : un road-trip improbable et complètement décalé servi par une écriture énergique. Mais en plus d’être un livre drôle qu’on peut apprécier juste pour cet aspect, Clémentine Beauvais réussit aussi à nous faire réfléchir sur des sujets de société très importants, notamment notre rapport à la beauté et aux réseaux sociaux. Sujets ô combien importants pour nos ados, pour qui Facebook et les selfies font partie intégrante de leurs vies. Mais c’est surtout une belle leçon de vie, mâtinée d’aventure, de moments d’émotions… On se croirait presque dans ces films pour les ados des années 80 (style Les goonies ou Stand by me) où tous ces ingrédients étaient réunis. Peut-être bien que ça en ferait d’ailleurs un film génial ! Avec Jean-Michel, on a aussi beaucoup aimé le côté science-fictionnesque parce que figurez-vous que dans le monde des Trois Boudins, il y a plein de mairesses et une présidente ! Fou, non ?
On pourrait dire encore beaucoup de choses sur cet excellent roman, mais je vais vous laisser ici, pour que vous couriez vite chez votre libraire vous procurer cette merveille (d’autant plus que la couverture est trop cool) dès sa sortie. Clémentine, Sarbacane, merci pour cette belle pépite, gros coup de cœur de Bob et Jean-Michel. Purée, ça fait du bien des livres comme ça ! :D

Les petites reines, Clémentine Beauvais (Sarbacane)
collection Exprim’
en librairie le 1er avril 2015
9782848657684 – 17 €
à partir de 14 ans

Son
4

Carambol’Ange : l’affaire Mamie Paulette – Clémentine Beauvais

Pour ce début de semaine chez Bob et Jean-Michel, on vous propose de (re)découvrir Clémentine Beauvais, une auteure phare de Sarbacane qui va sortir non pas un, mais DEUX livres au mois d’avril. Pourquoi spécialement sur elle, allez-vous demander ? Eh bien d’abord parce qu’on avait envie, et ensuite parce que la jolie Clémentine nous a fait l’honneur de répondre à une INTERVIEW !!! Avec des questions posées par Bob et Jean-Michel, oui oui !!! Mais avant de découvrir ses paroles de sagesse, on vous propose d’abord de découvrir ses livres… :P

9782848657660,0-2553504

Nel est un ange de rang 47 qui partage sa vie entre les cours et les travaux pratiques : des missions durant lesquelles il doit conduire les personnes récemment décédées à leur destination (Paradis, Enfer, ou Purgatoire). Le jour où il emmène Mamie Paulette, vieille dame tuée par une bête sauvage, il est loin de se douter que cela va complètement changer sa petite vie d’ange !

★★★★☆

Je vous entend déjà, là, me dire qu’un roman avec des anges, c’est chiant, c’est niais, blablabla…ben vous avez franchement tort ! En tous cas pour Carambol’ange car il dépote super grave !!! Je vous dis pourquoi ? Allez, j’vous dis ! Une mamie de 93 ans et toutes ses dents ; un ange qui roule dans une vieille décapotable avec des ailes ; une bête terrifiante qui tue des gens ; un cyclone qui dévore tout sur son passage ; des Hell’s Angels qui roulent à toute berzingue dans le ciel ; des démons fans du groupe Images… Bref, de quoi ne pas vous ennuyer un seul instant dans ce roman déjanté et plein de bonnes trouvailles. Plein de références aussi, depuis Arthur Conan Doyle jusqu’à…Sharknado ! Ouais, si c’est pas cool, ça ! :D
En tous cas, Clémentine Beauvais manie l’humour avec beaucoup de réussite et cette histoire d’anges est vraiment très très chouette. D’ailleurs, pour ceux qui aiment les jeux de rôles, ça ressemble à INS/MV, dans le côté administration angélique ou diabolique et dans l’humour très second degré. Et c’est une idée qui fonctionne très bien, tellement qu’on regrette presque que le roman soit si court car on aimerait bien en savoir plus sur le fonctionnement du Paradis (en tous cas moi, car j’adore les histoires où l’administration est improbable et compliquée et débile et tout le toutim). Je me suis vraiment amusée dans cette lecture, Nel est très drôle dans sa naïveté d’ange, le personnage de Mamie Paulette est savoureux et ravira les jeunes lecteurs qui aiment les mamies qui envoient du pâté. En plus, les illustrations d’Églantine Ceulemans sont géniales et malicieusement en accord avec le texte. J’espère d’ailleurs de cette Affaire Mamie Paulette n’est que la première et que nous aurons droit à d’autres aventures rocambolesques de Nel ? :)

Carambol’Ange : l’affaire Mamie Paulette, Clémentine Beauvais (Sarbacane)
collection Pépix
en librairie le 1er avril 2015 (ce n’est pas une blague !)
9782848657660 – 10,90 €
à partir de 9 ans

Son
1

La petite sirène à l’huile – Emilie Chazerand et Aurélie Guillery

couv-Petite-sirene-a-lhuile-copie

Ulysse n’est pas super enchanté d’aller chez tatie Frida et tonton Lucien pendant les vacances de Pâques. D’ailleurs, il les appelle Tatie-Prout et Tonton-Bigleux, c’est dire ! Non seulement tous deux ont des particularités un peu spéciales, mais en plus, ils ont un chat qu’ils traitent comme leur petit bébé. Et tout ça, c’est sans compter que les repas se composent uniquement de boîtes de conserve…pour les humains comme pour le chat !

★★★★☆

Vous comprenez maintenant pourquoi Ulysse n’avait pas franchement envie d’aller chez son oncle et sa tante ! Mais heureusement pour lui, comme pour nous lecteurs, il va arriver un truc assez incroyable à notre jeune héros. Et quand je dis “incroyable”, je ne vous raconte pas de salades, foi de Bob ! Car, le jour où Ulysse s’apprête à manger avec un enthousiasme non feint une boîte de sardines, il y découvre une sirène ! Les vacances, qui promettaient d’être super nazes, prennent alors un tour nouveau… Eh oui, maintenant qu’Ulysse s’est trouvé une occupation : cacher sa petite sirène, notamment des griffes du chat, et s’en occuper, il se pourrait bien que le séjour chez tatie et tonton ait un tout nouveau goût…

Petite-sirene-a-lhuile-p8-9

Drôle et coloré, cet album devrait plaire aux enfants qui aiment les contes…et que font rire les prouts ! Les illustrations d’Aurélie Guillerey sont très chouettes, entre les personnages un peu ridicules et les couleurs qui pètent (oups !), et se marient très bien avec le texte joueur et irrévérencieux. Un album qui s’intéresse à l’imagination enfantine et, franchement, il faut vraiment s’ennuyer comme un poisson mort pour créer du fantastique à partir d’une boîte de conserve ! Pauvre Ulysse !

La petite sirène à l’huile, Emilie Chazerand et Aurélie Guillery (Sarbacane)
en librairie depuis le 4 février 2015
9782848657530 – 14,90 €
à partir de 5 ans

4

Pablo et la chaise – Delphine Perret

pablochaiseJ’en ai assez de Delphine Perret : je ne peux ja-mais écrire du mal d’elle. Pourtant j’essaie de trouver un point faible, un trait irrégulier très très moche, une faute d’orthographe, un manque d’émotion, une couleur qui pique les yeux…mais rien, elle est toujours à la hauteur. Pablo et la chaise est adorable à souhait. Au début, cet enfant m’agaçait : encore un petit égocentrique me disais-je. Mais pas du tout ! Un môme qui déborde d’imagination voilà tout.

★★★★☆

Personne ne parle de lui dans les journaux aujourd’hui, pourtant, il s’en est passé des choses le matin de son anniversaire : une croûte au genou et hier une victoire au foot. On apprend en plus que Pablo est un cascadeur – encore méconnu, mais ça ne saurait tarder, il n’a peur de rien. Les croûtes ça le connait, il en a des tas : au tibia, au coude, à l’avant-bras, au menton, à la cheville et au poignet. Mais quand on est cascadeur professionnel ma bonne dame, on les tolère comme un homme. Je m’égare avec cette histoire de croûtes…Aujourd’hui c’est donc l’anniversaire de Pablo, en déballant son cadeau il s’attendait à tout sauf à ça : une chaise. Imaginez sa détresse. “C’est pour te tenir un peu tranquille !” lui dit-on.

Pablo trouve rapidement une utilité à son cadeau d’anniversaire peu commun. Et le voici donc prenant la route, sa chaise sur le dos. Il allât jusqu’au bout du pays pour ensuite épater une foule de passants en faisant un numéro d’équilibriste incroyable avec sa chaise. Il écuma les pays jusqu’à devenir un artiste de grande renommée. Mais après la gloire, le luxe et les paillettes, il décida finalement de reprendre la route pour rentrer chez lui, où toute sa famille patientait sagement.
“- Ah te voilà !
Une assiette l’attendait, il manquait juste une chaise.
– J’ai tellement de choses à vous raconter !
Pablo tira sa chaise sous ses fesses et s’assit dessus, pour la première fois.”

Je me souviens de ma première chaise, une chaise de bureau qui signifiait : tu grandis, pas d’bol hein ? Voilà comment j’ai interprété le message de Delphine Perret : grandir, mes fesses : l’imagination se conserve même dans l’émancipation. N’est-ce pas lorsque l’on est petit que l’on rêve de son avenir ? Maîtresse, coiffeuse, écrivain, pompier…ou artiste de cirque ? :) Pablo a su garder son imagination, a peut-être découvert sa vocation mais surtout il a trouvé sa place dans sa famille : il y aura toujours une chaise pour lui. Beaucoup de jolis messages dans cet album ravissant. On t-on vraiment besoin de faire remarquer qu’on est vachement contentes ?

Bravo les Fourmis Rouges. ça m’énerve les gens parfaits comme ça là.
Et merci à Delphine Perret pour avoir inséré le mot “croûte” à plusieurs reprises, on aime beaucoup ce mot, il en faut peu pour nous faire plaisir.
Croûte Croûte Croûte.

Pablo et la chaise, Delphine Perret (Les Fourmis Rouges)
en librairie aujourd’hui ! (19/02/15)
9782369020349 – 14€
à partir de 4 ans

Son
0

L’année de Jules – Hubert Ben Kemoun

Cette jeune série ce concentre sur Jules, petit garçon qui, mois après mois, va découvrir la vie et apprendre à grandir. Les événements de la vie de tous les jours, l’école, les copains…de nombreux sujets traités dans, à ce jour, 8 histoires, de septembre à mars. Je vous propose aujourd’hui de découvrir deux titres : La surprise des surprises (septembre) et Le jour des amoureux (février), qui tombe à pic !

★★★★☆

9782700243680, 0-2172831Dans La surprise des surprises, Jules va découvrir l’élection des délégués de classe. En effet, peu après la rentrée, c’est l’heure de choisir les délégués. Mais sur les vingt-six élèves de sa classe, dix-huit se présentent à l’élection. Le choix devient alors très difficile, surtout quand Léo, le meilleur ami de Jules, et Clarisse, son amoureuse, font partie des candidats. Il faudra alors toute l’intelligence de Jules, et son observation de ses camarades, pour que cette journée soit…surprenante !

9782700243819, 0-2506024Dans Le jour des amoureux, la Saint-Valentin approche. Jules ne connaissait pas cette fête et son ami Léo le prévient qu’il va falloir offrir un cadeau à son amoureuse, Clarisse. Mais Jules n’a pas d’idées. Ou plutôt si, il en a plein, mais il les offre à Clarisse toute la semaine avant le 14 février et, le jour J, il n’a pas de cadeau à lui offrir…

Pour les plus jeunes lecteurs, cette série écrite par Hubert Ben Kemoun, aussi doué pour les ados que pour les plus petits, est un petit régal de tendresse. L’écriture est simple et accessible, les sujets variés et au plus proche des enfants sont très bien abordés. Le système du vote dans le premier est très bien expliqué et, même s’il n’est qu’à l’échelle de la classe, il est tout à faire valable pour en discuter avec les enfants après la lecture. J’ai aussi beaucoup aimé l’espièglerie de Jules dans le deuxième et sa compréhension de l’amour. Les illustrations de Colonel Moutarde apportent un certain dynamisme et correspondent parfaitement à l’univers de la série. En bref, de très bons petits romans à mettre entre les mains des jeunes lecteurs.

L’année de Jules, Hubert Ben Kemoun (Rageot)
collection Petit Roman (8 tomes parus)
en librairie depuis juin 2014 et janvier 2015
9782700243819 – 5,70 €
à partir de 6-7 ans

0

EMILE – Il est 7 heures.

emile7hAh Emile. Quand un nouvel album arrive dans en librairie c’est toujours avec une grande une excitation qu’il est accueilli. Avec Bob on fait des têtes comme ça :O avec la mâchoire qui tombe, les jambes qui deviennent coton et on pousse des p’tits cris aigus qui rappellent la cérémonie nuptiale des lapins à l’arrivée du printemps (on ne va pas vous faire un dessin). Emile est un petit garçon qui a toujours raison, lorsqu’il veut quelque chose “c’est comme ça et pas autrement”. Son obstination fait rire, les chutes sont hilarantes et les illustrations de Ronan Badel correspondent avec brio aux textes de Vincent Cuvellier. Les expressions faciales d’Emile sont les plus drôles que je connaisse !

★★★★★

“Emile, debout ! il est 7 heures”
Emile a bien du mal à se lever, c’est sacrément tôt 7 heures, mais si maman dit qu’il est cette heure-là c’est que c’est vrai. Il finit par sortir de son lit, mange 7 œufs au chocolat, s’habille, se brosse les dents et dit au revoir à sa lampe. “Il est 8 heures” dit sa maman. Mais Emile sait très bien qu’il est 7h et non pas 8, elle l’a dit tout à l’heure. C’est comme ça et pas autrement. A 10h il y a la récré mais Emile ne sort pas puisqu’il est 7h. A 12h c’est carottes râpées à la cantine mais à 7h on ne mange pas de carottes râpées. A 14h il y a gym…courir à 7h ? n’importe quoi ! A 17h, maman récupère Emile à la sortie de l’école et lui prépare un goûter, mais on ne goûte pas à 7h ! On prend un petit déjeuner.
“Mais qu’est-ce que tu racontes mon chéri ? 7 heures, c’est passé, c’était ce matin.”
Mais Emile est têtu, il persiste : il est 7 heures, c’est comme ça et pas autrement. Il va dans sa chambre quand soudain…maman l’appelle :
“Emile mon chéri, tu viens manger, il est 7 heures !”
“Ah ! Emile l’avait bien dit : il est 7 heures.”

Emile : il est 7 heures, Vincent Cuvellier & Ronan Badel (Gallimard jeunesse)
en librairie depuis le 5 février 2015
9782070658855 – 6€
à partir de 4 ans

Dans la même collection
emilechauvesourisemileinvisibleemileplatreemilefeteemiledeguiseemilefroid

emilecauchemaremileautresemileinvitecopine

Emile veut une chauve-souris  9782070644247
Emile est invisible  9782070644254
Emile veut un plâtre  9782070648351
Emile fait la fête  9782070648344
Emile se déguise  9782070651146
Emile a froid  9782070651153
Emile fait un cauchemar  9782070657032
Emile et les autres  9782070657049
Emile invite une copine  9782070658848
Emile descend les poubelles (ça promet)  à paraître sans date

joueavecemileSi vous ne pouvez pas vous passer d’Emile, un su-perbe cahier d’activités vient de sortir mais attention, ce ne sont pas des jeux ordinaires…Vous allez pouvoir colorier son pyjama, créer une moustache de votre choix à sa chérie Julie, dessiner un cadeau à offrir le plus moche du monde ou mettre une culotte a un Emile tout nu !
Joue avec Emile. C’est comme ça et pas autrement !
en librairie depuis le 5 février 2015
9782070664252 – 6.50€
à partir de 4 ans

Son
2

Afterworlds – Scott Westerfeld

3240707997_1_3_23WoqIz0

Il y avait longtemps que Bob n’avait pas lu un bon gros pavé (670 pages bien tassées), qui lui a pris un certain temps mais qui va être aussi un peu compliqué à commenter…car il s’agit d’un livre dans un livre ! Voici donc le tout nouveau roman de Scott Westerfeld, découvert notamment grâce à la série Uglies, qui était particulièrement réussie.

Darcy Patel a 18 ans et vient de décrocher un juteux contrat d’édition pour son premier roman Afterworlds. Elle met alors l’université entre parenthèse pour s’installer à New York et devenir un véritable écrivain, comme elle en a toujours rêvé. Lizzie, le personnage inventé par Darcy, découvre “l’envers du décor”, le monde où se rendent les fantômes, lorsqu’une attaque terroriste dans l’aéroport où elle se trouve l’oblige à se faire passer pour morte…

★★★☆☆

Le roman se compose de deux histoires entremêlées : celle de Darcy, auteur dans le « monde réel » et celle de Lizzie, l’héroïne du roman écrit par Darcy (fans de Jane Austen, c’est pour vous !). Chaque chapitre passe ainsi de l’une à l’autre. Le procédé est plutôt chouette et permet d’alterner entre chaque histoire tout en distillant un suspense réussi.
Le roman commence tout d’abord avec Darcy Patel, jeune auteure de 18 ans qui a reçu un contrat très juteux pour publier son livre Afterworlds. Très vite, la jeune fille se rend à New York, où elle retrouve son agent, découvre son éditeur et les soirées consacrées aux auteurs « young adults ». Durant tout son séjour à New York, elle va devoir retravailler l’écriture de son roman selon les demandes non seulement des éditeurs mais aussi du service marketing et, surtout, entamer la suite de son roman. Tout un processus éditorial qui va non seulement stresser notre jeune auteure mais également l’aider à grandir et à s’émanciper.
Intercalée à l’histoire de Darcy se trouve celle de son héroïne, Lizzie, qui commence sur les chapeaux de roue avec une scène d’ouverture digne des meilleurs films d’action : une attaque terroriste dans un aéroport. Coincée, Lizzie appelle les secours qui, dans l’absence de portes de sortie, lui conseillent de faire la morte. Et elle le fait si bien qu’elle va se retrouver dans « l’envers du décor », l’endroit où vont les fantômes avant de rejoindre l’enfer. Elle y rencontre Yamaraj, un jeune homme « psychopompe » (guide des âmes), qui va lui révéler sa nouvelle nature et, bien évidemment, devenir son amoureux…
Pour être honnête, j’ai beaucoup plus aimé l’histoire de Darcy et tout le processus lié à la création littéraire et éditoriale (ce doit être mon côté bibliothécaire), même s’il y a de grandes différences entre l’édition aux États-Unis et celle en France. L’histoire d’Afterworlds est une romance fantastique un peu lue et relue, même si la mythologie hindoue qui y est associée apporte une touche exotique plutôt chouette. Mais il est possible que le lectorat ciblé par ce roman soit plus sensible à l’histoire de Lizzie qu’à celle de Darcy, pleine de jargon éditorial et d’une love-story peu conventionnelle. En plus, vu le pavé, il y a des chances que certains lecteurs sautent les passages qui les intéressent moins pour ne s’attacher qu’à une seule histoire. Je dois aussi avouer que, au vu du slogan de couverture, je m’attendais à un roman un peu plus « science-fictionnesque », alors que pas du tout, il s’agit d’un roman tout à fait ancré dans la réalité. On pourrait alors se demander : quel intérêt de raconter deux histoires totalement indépendantes dans un même livre ? Peut-être est-ce une façon pour Scott Westerfeld de montrer que l’écriture d’un roman est longue et complexe ? Ou alors de dire aux jeunes auteurs, lancez-vous et réalisez vos rêves ! Le lecteur sera libre de choisir. En tous cas, j’ai trouvé ce roman vraiment très intéressant sur l’écriture d’un livre et les questions et réécritures auxquelles un auteur doit se confronter pour voir un jour son œuvre publiée. Selon moi, il aurait pu se consacrer uniquement à Darcy mais les ados y trouveront peut-être à redire… :)

Afterworlds, Scott Westerfeld (Pocket Jeunesse)
en librairie le 5 mars 2015
9782266256285 – 18,90 €
à partir de 14 ans

Son
9

On est tous faits de molécules – Susin Nielsen

1507-1

Dites, Hélium, c’est quoi cette agréable et exclusive surprise ? Figurez-vous que nous, lecteurs français, sommes les premiers à lire le tout nouveau roman de Susin Nielsen car il ne sort dans son pays d’origine (le Canada) qu’au mois de mai !!! Ce n’est pas génial ? Et vous savez ce qu’il est encore plus : ce roman, On est tous faits de molécules, qui est le tout premier méga-giga-gros coup de cœur de l’année 2015 de Bob. Alors merci, merci Hélium. :)

PETITE MODIFICATION (mais qui a son importance !) : Malgré ce que Bob vous a annoncé, le roman ne sortira finalement que le 15 avril pour des causes indépendantes de la volonté de l’éditeur (le livre est en effet sélectionné pour de prestigieux prix en Angleterre, la Carnegie Medal et le Guardian Prize, qui ont donc l’exclusivité pour la parution). 2 petits mois et demi à attendre…vous allez survivre ?

Stewart, 13 ans, et enfant surdoué, a perdu sa mère il y a deux ans. Quand son père a retrouvé l’amour, les voilà tous deux à emménager chez cette nouvelle femme et sa fille, Ashley, la fille la plus populaire du collège. Stewart est ravi, il va enfin avoir une sœur ! Sauf qu’Ashley l’est beaucoup moins, surtout que son père a récemment révélé être homosexuel, ce qui est bien plus que la jeune fille peut supporter…

★★★★★

Autant vous le dire tout de suite : vous n’allez pas lâcher ce roman ! Susin Nielsen a le don de nous attacher instantanément à son histoire et à ses personnages. Même les plus casse-pieds on les aime bien ! Et, surtout, ses personnages ont toujours une originalité et une personnalité qui les distinguent de tous les autres. Ce sont des héros sans l’être, ce sont des garçons surdoués mais pas si doués que ça pour la vie sociale et qui nous promettent des réflexions pertinentes, parfois débiles, toujours très drôles. Le roman est à deux voix, celle de Stewart puis celle d’Ashley et, si les scènes se répètent de l’un à l’autre pour avoir le point de vue de chacun, on ne s’en lasse pas une seule seconde. Il y a des thèmes abordés dans ce roman qui semblent chers à l’auteur : la différence (ici, Stewart est un « petit génie » avec des problèmes d’adaptation), l’homosexualité et la façon dont elle est perçue par les personnages (honte pour Ashley, homophobie pour d’autres). Le tout avec un humour qui fait toujours mouche ! On se moque un peu d’Ashley et sa passion unique pour l’apparence et la mode qui la font souvent passer pour plus bête qu’elle ne l’est et, pourtant, elle ressemble à tellement d’ados ! Mais on frissonne aussi pour elle quand des situations dérapent… Quant à Stewart, les souvenirs de sa maman qu’il chérit, sa volonté de s’intégrer, son désir de former une nouvelle famille et sa façon de mettre les pieds dans le plat le rendent extrêmement touchant et attachant. Contrairement à son précédent roman Le journal malgré lui de Henry K. Larsen, qui était très sombre, Susin Nielsen renoue ici avec une légèreté qu’on retrouve de plus en plus rarement dans la production adolescente actuelle et ça fait vraiment du bien ! Un titre parfait dans notre sélection du moment et un premier gros coup de cœur de cette année 2015 ! A lire d’urgence !

On est tous faits de molécules, Susin Nielsen (Hélium)
en librairie le 15 avril 2015
9782330039332 – 14,50 €
à partir de 13 ans

Son
2

Le Chevalier Ventre-à-Terre – Gilles Bachelet

De bon matin, il est temps pour Bob d’écrire un article pour son site. C’est parti ! Mais d’abord, gros petit déjeuner, longue douche chaude, choix des vêtements (important !) et on y va ! En fait, Bob n’a pas encore regardé ses mails, il faudrait regarder. Et puis Facebook, aussi. Ah tiens c’est déjà l’heure de manger ! Et après manger, petite sieste. Et puis aussi le tout dernier épisode de sa série préférée, il serait temps de le regarder. Un autre encore. Et nous voilà déjà au soir, un Bob tout fatigué et plus capable d’écrire son article. Allez, ça peut attendre demain…

9791023503548,0-2345098

C’est toute l’histoire de cet album trop génial que Gilles Bachelet raconte quand même vachement mieux que Bob ! D’abord parce qu’un escargot, c’est mieux qu’un morse (même si ça bave tout autant) et que la vie du Chevalier Ventre-à-Terre est plus palpitante que celle de Bob. Eh oui, notre Chevalier se réveille frais comme un gardon pour livrer bataille à Corne Molle, son ennemi juré. Sauf qu’avant de se rendre sur le champ de bataille, il faut quand même se préparer un minimum. Et quand en plus on est un escargot, ça peut prendre du temps… Ah la procrastination ! C’est bien le sujet de cet album savoureux, aux illustrations splendides et humoristiques (en plus, avec Jean-Michel, on a vu les planches originales de Gilles Bachelet – et le môssieur lui-même – lors de la présentation des nouveautés du Seuil en septembre dernier). On y retrouve d’ailleurs plein de clins d’œil et références à ses précédents albums ou même à d’autres illustrateurs (Tomi Ungerer, Janik Coat, Jean de Brunhoff, etc.), ce qui nous amuse beaucoup avec Jean-Michel. En tous cas, les enfants vont se régaler avec cet anti-héros sympathique ! Et nous, on apprécie le message de cet album anticonformiste. Les bisous, c’est quand même mieux que la guerre, non ? :)

Le Chevalier Ventre-à-Terre, Gilles Bachelet (Seuil Jeunesse)
en librairie depuis le 6 novembre
9791023503548 – 15 €
à partir de 4 ans