Son
0

Les jours pairs : 179 histoires à lire avec qui on veut – Vincent Cuvellier & Thomas Baas

LESJOURSPAIRS_couv_2017.04.12_02-1

Enfant, Bob n’avait pas beaucoup de livres mais il en avait un qui s’appelait quelque chose comme « 365 histoires pour toute l’année ». Un recueil avec une histoire pour chaque soir. C’était sans doute sur un thème, peut-être des contes. En tous cas, il n’en lisait pas qu’une seule par soir… ;)

★★★★★

Les jours pairs, 179 histoires à lire avec qui on veut, reprend le principe pour mieux le détourner. Vincent Cuvellier explique en effet que l’idée du livre vient du fait que beaucoup d’enfants ont des parents séparés et qu’il n’est pas toujours possible d’avoir une histoire de maman ou de papa chaque soir de la semaine ! (Bon, il paraît que c’est aussi parce qu’il était un peu flemmard et que 365 histoires, quand même, ça fait un paquet !) Du coup, ça donne une histoire pour chaque jour pair de l’année ! Et en plus, on est même pas obligé de les lire dans le bon jour ou dans le bon ordre ! La preuve, je vous en parle un jour IMPAIR, et j’en ai lu plein d’affilés (Bob le rebelle) !

JOURSPAIRS_int_2017.05.2297

C’est donc avec un plaisir nostalgique non dissimulé que l’on découvre toutes les courtes histoires inventées par Vincent Cuvellier, qui est vraiment très très fort sur ce format ! On peut ainsi lire tous les deux jours : des histoires de la vie de tous les jours, des histoires du monde entier, des histoires d’extraterrestres, des histoires avec Jojo et son papa, des histoires avec des gens inconnus, des histoires en trois chapitres, et plein d’autres encore, mais aussi d’autres types de textes, comme des lettres (au lapin de Pâques ou à Saint-Valentin), des recettes de cuisine (à tester impérativement !) ou encore des règlements intérieur (de la piscine ou du jardin public) et des traités de zoologie (pour savoir comment c’est fait, les animaux). Le tout avec évidemment beaucoup – très beaucoup – d’humour, de naïveté, d’absurdité et d’innocence enfantine. Vincent Cuvellier a le don de faire des petits moments de la vie une aventure extraordinaire, dans une langue à hauteur d’enfant, pleine d’inventions rigolotes et de légèreté, pour une réelle complicité parent/enfant.

JOURSPAIRS_int_2017.05.22132

Un aussi gros pavé d’histoires de près de 300 pages ne pouvait pas se contenter que de mots, et c’est Thomas Baas qui vient ajouter son univers graphique tout en tendresse et en humour. Des illustrations réalisées à la plume sur chaque page, avec des touches de couleurs légères, qui complètent à merveille les mots de Vincent Cuvellier et qui représentent d’ailleurs l’auteur dans son rôle de papa et de raconteur d’histoires.

Un album exceptionnel, à offrir à tous les enfants et à tous les parents, pour que se prenne l’habitude de l’histoire du soir. Et si vous n’êtes toujours pas convaincus, les éditions hélium vous proposent de découvrir une quinzaine de pages juste ici ! Profitez-en ! :)

Les jours pairs : 179 histoires à lire avec qui on veut, Vincent Cuvellier, illustré par Thomas Baas (hélium)
disponible depuis le 6 septembre 2017
9782330065379 – 19,90€
à partir de 5 ans
Son
0

En vadrouille avec Magali Le Huche

Si vous ne connaissez pas Magali Le Huche, c’est que vous vivez dans une grotte ! Impossible d’être passé à côté de la série des Jean-Michel (qui aura inspiré celui que vous connaissez bien ?) ou bien des Paco ou encore de toutes les dizaines et dizaines d’histoires qu’elle a illustré ! D’ailleurs, si, comme Bob il y a d’autres fans d’Hector, l’homme extraordinairement fort, sachez qu’il vient de sortir, accompagné de la belle Rosa-Lune, en livre-cd chez Didier jeunesse ! Aujourd’hui, on vous propose une petite balade, dans une famille de sorcières et à Lisbonne, dans deux des dernières parutions de la pétillante et fabuleuse illustratrice.

Verte

9782369811954, 0-4090425

Verte a 11 ans et vit avec sa mère, une sorcière. Ne manifestant absolument aucun pouvoir, cette dernière décide d’envoyer sa fille chez sa grand-mère Anastabotte afin qu’elle lui apprenne quelques sorts…

★★★★☆

Roman paru en 1996 sous la plume de Marie Desplechin, c’est Magali Le Huche qui adapte et dessine les aventures désormais bien connues de la petite sorcière au drôle de prénom. (Sérieux, qui appelle son enfant « Verte » ?) Si vous avez lu le roman, vous vous souvenez de sa forme : 4 personnages différents racontent leur version de la même histoire, cette journée particulière où Verte se lance dans la confection d’un sort avec sa grand-mère et ce qui s’en suit… Un procédé que Magali Le Huche adapte avec beaucoup de finesse en mêlant les points de vue dans un récit aussi drôle qu’intelligent. Car Verte n’est pas tant un roman sur la sorcellerie qu’une évocation de la famille, de la difficulté à trouver sa place quand on attend beaucoup de vous et de la séparation. Avec ses crayons et son style inimitable, Verte et son étonnante famille prennent vie dans un tourbillon de couleurs et d’espièglerie. Une BD tendre et ensorcelante, qui ravira les fans du roman ou qui donnera envie à une nouvelle génération de lecteurs de découvrir ce classique de la littérature jeunesse.

verte-p10 verte-p13

Verte, Magali Le Huche et Marie Desplechin (Rue de Sèvres)
disponible depuis le 22 mars 2017
9782369811954 – 14€
à partir de 9 ans
Eléctrico 28

9782368361047, 0-4157803

Amadeo est conducteur de tram à Lisbonne. A bord de son Elétrico 28, il est fier et heureux. Mais voilà que c’est son dernier jour en tant que conducteur… Qui rendra alors les gens heureux, qui aidera les amoureux timides à se faire des bisous ?

★★★★☆

C’est avec Davide Cali que nous retrouvons cette fois Magali Le Huche, pour une découverte du plus célèbre tram de la capitale portugaise : l’Eléctrico 28. Mais également une belle histoire d’amour, où Amadeo, conducteur-cupidon, n’a eu de cesse de rapprocher tous ces garçons et filles qui montaient ou descendaient de son tram sans jamais avoir le courage de s’avouer leurs sentiments. Une petite manœuvre par-ci et une autre par-là auront raison de la timidité de ces amoureux transis. Et rassembler les amoureux est ce qui aura le plus compté dans son métier de conducteur de tram. Mais lorsque son dernier jour de travail arrive, Amadeo se rend compte qu’il lui manque aussi peut-être quelque chose… ? Un très bel album, où la tendresse du sujet comme des illustrations illumine des personnages doux et heureux, où les couleurs chatoyantes nous invitent à découvrir cette ville ensoleillée et où Amadeo trouvera sans doute lui aussi son bonheur. Si avec tout ça on ne vous a pas donné envie de partir en vacances au Portugal !

electrico28_booklet_p8-9_BD

Eléctrico 28, Davide Cali, illustré par Magali Le Huche (ABC Melody)
disponible depuis le 18 mai 2017
9782368361047 – 14€
à partir de 5 ans
Son
0

L’ourse – José Ramon Alonso & Lucia Cobo

9782278085378,0-4105447

Vous avez sans doute vu ces adorables vidéos de bébés hippopotames ou girafes nés dans les zoos dernièrement ? Eh bien chez Bob & Jean-Michel, on vous propose d’assister vous aussi à une superbe naissance, celle d’un petit ourson. ❤

C’est l’automne. Pour la dernière fois avant son hibernation, une ourse s’enfonce dans la forêt à la recherche de graines, de fruits, de nourriture. Puis l’hiver est là, et l’ourse s’endort. Lorsqu’elle se réveille, ce n’est pas la fin qui lui tiraille le ventre, mais un tout petit…

★★★★★

C’est avec douceur et simplicité que José Ramon Alonso, biologiste de son état, nous raconte l’histoire de cette ourse, oscillant entre l’album et le premier documentaire. Au gré des saisons, nous suivons ainsi cette majestueuse créature dans sa préparation à l’hibernation, qui fait ses provisions pour l’hiver et construit l’habitat qui lui permettra de dormir au chaud au cœur de l’hiver. Jusqu’à son réveil où le printemps est revenu et, avec lui, l’ourson qui s’agite dans son ventre, prêt à découvrir le vaste monde. Si tout cela nous est dit de façon épurée, le texte est également très poétique et on s’imagine très bien le susurrer à l’oreille de l’enfant.

393766-001-C

De même que l’émerveillement sera total quand il faudra tourner les pages. Les illustrations de Lucia Cobo, à l’acrylique, sont extraordinaires ! C’est l’illustration de couverture qui ouvre l’album, et on se retrouve instantanément aux côtés de cette ourse, subjugué par son regard avant de la suivre dans sa dernière balade dans la forêt. La poésie des mots de José Ramon Alonso se retrouve complètement dans les images de Lucia Cobo, d’une grande maîtrise et qui ajoute dans ses tableaux l’évocation du cycle de la nature suggérée par le texte. Des illustrations d’autant plus belles et invitant à la contemplation que l’album est un grand format.

393767-001-C

Un album sublime autour de la maternité, de la vie qui se perpétue et de ses bonheurs simples.

L’ourse, José Ramon Alonso, illustré par Lucia Cobo (Didier Jeunesse)
disponible le 19 avril 2017
9782278085378 – 14,20€
à partir de 2 ans
Son
0

Des petits, des grands, des gros, des maigres…

Aujourd’hui, Bob vous présente deux albums autour de personnages trop petits, trop grands, trop gros ou trop maigres qui voudraient bien changer un peu… Il lui semblait d’autant plus intéressant de vous parler des deux en même temps qu’ils se finissent de la même manière et sont l’occasion de découvrir le travail de deux très belles illustratrices… :P

Monsieur Martin

9791096067053,0-3740245Monsieur Martin est un homme charmant, qui croule sous le travail, mais que personne ne remarque jamais. En effet, Monsieur Martin a quelques (et on est gentils) centimètres en moins, si bien qu’il est totalement invisible pour les gens de « taille normale ». Mais voilà qu’un jour, il semble grandir !

★★★★☆

Vous pensez bien que Monsieur Martin est très heureux de prendre enfin quelques centimètres ! Sauf que non, ses poussées de croissance sont totalement incontrôlables : seul un bras pousse démesurément, puis c’est la tête qui ne rentre même plus dans sa voiture et ainsi de suite, jusqu’à ce que le bout de son nez touche la Lune. Et sur la Lune, une toute petite femme boit son thé et, d’un baiser…on vous laisse deviner ! Avec cet album, Caroline Attia nous propose une très jolie histoire autour de la différence, de l’apparence, avec un texte rythmé et plein de fantaisie. Une fantaisie que l’on retrouve également dans ses illustrations saturées de couleurs, du roux flamboyant des cheveux de Monsieur Martin au jaune de ses pulls et de sa bibliothèque bien garnie. Un très bel album où l’amour triomphe de tout !

fbf4bf41893469.57b88908821e1

Monsieur Martin, Caroline Attia (Maison Eliza)
collection Pistache
disponible depuis le 13 février 2017
9791096067053 – 13,50€
à partir de 4 ans

Quatre quarts

9782362661709,0-3527872Au pays des Quarts, le gros aimerait maigrir, le maigrir voudrait grossir. Quant au petit, qu’est-ce qu’il aimerait être plus grand ! Le grand, lui, se verrait bien plus petit… Ils font alors chacun des efforts, entre régimes et sports, mais bientôt, il leur semble évident que rien ne marche (c’est parfois même pire !) et qu’il ne reste plus qu’à inventer une machine pour les remodeler selon leurs envies…

★★★★☆

Voilà une histoire un peu farfelue où des Quarts aux problèmes variés vont essayer de tout faire pour ne plus être grand, gros, petit ou maigre. Chacun essaye des choses dans son coin, avec des résultats le plus souvent ratés, jusqu’à ce qu’ils commencent à s’allier, pour faire des Demis, et enfin pour faire un Tout. Et c’est un peu bizarre d’être en entier et plus en quart mais lorsque l’on trouve quelqu’un d’autre comme soi, tout va beaucoup mieux… Encore plus de fantaisie dans cet album étonnant, qui s’intéresse lui aussi à l’apparence et aux complexes qu’on en retire parfois. Mais aussi beaucoup d’humour, que l’on retrouve non seulement dans le texte mais aussi dans les illustrations foisonnantes et pleines de détails de Violaine Costa. Un trait fin, des couleurs toutes douces et des personnages tout en rondeurs délicates, des machines délicieusement tarabiscotées, ça donne un livre aussi savoureux qu’un véritable quatre-quarts sortant du four et tout juste saupoudré d’amour. Un très bel album là aussi !

quatrequarts

Quatre quarts, David Guyon, illustré par Violaine Costa (Talents Hauts)
disponible le 16 mars 2017
9782362661709 – 15€
à partir de 5 ans
Son
0

Le tunnel – Hege Siri et Mari Kanstad Johnsen

9782226394231,0-3719974

Hier, c’était la Saint-Valentin et comme Bob et Jean-Michel étaient occupés à dragueur leurs voisines, ils vous parlent, le lendemain, d’un album tout plein d’amour et de beauté. ❤

Nuit et jour, deux lapins creusent le sol. Lui est blanc, elle est brune comme un lièvre. Ils s’aiment et rêvent d’aller dans la belle herbe verte de l’autre côté de la terrifiante route. Pour s’y rendre, ils doivent creuser un tunnel.

★★★★★

Venu de Norvège, Bob est littéralement tombé amoureux de ce magnifique album et de ce fort joli couple de lapins. Dans ce texte d’une grande poésie, Hege Siri évoque tout l’amour et toute l’affection que ces deux êtres se portent, leur désir de parvenir à cet endroit où l’herbe semble délicieuse par la seule force de leurs petites pattes, pas aussi puissantes que celles des lièvres. Alors ils creusent, dans le noir, à quelques centimètres sous la route qui tremble et fait s’ébouler leur excavation, mais ils creusent ensemble. Ce travail de longue haleine est entrecoupé de souvenirs, de moments calmes au bord d’un cours d’eau… Et puis vient l’hésitation : et si on essayait de passer la route plutôt que dessous ? Mais les lapins se souviennent, ils se rappellent ce chat avec lequel ils jouaient et qui s’est retrouvé écrasé sur le goudron, et cet écureuil, puis ce renard sans doute pas aussi rusé que ses congénères… Alors ils continueront à creuser prudemment. Ensemble.

38694_hegesiriill Le tunnel illu 3

Non seulement l’histoire est belle, les mots d’une fulgurante simplicité, transparaissant d’un amour profond, mais les illustrations de Mari Kanstad Johnsen achèvent de nous conquérir. Entre de grands aplats de couleur, des planches en coupe et un graphisme où se mélangent minutie des détails et sobriété des décors, le travail graphique de l’illustratrice est tout simplement splendide. Ses images ajoutent aux sentiments ressentis et induits par le texte : la complicité entre les deux lapins, leur empressement et leur prudence, leurs rêves et la crainte de ce qu’impliquent la route et les voitures.
Un album magnifique, à découvrir absolument !

Le tunnel, Hege Siri, illustré par Mari Kanstad Johnsen, traduit par Jean-Baptiste Coursaud (Albin Michel jeunesse)
collection Trapèze
disponible depuis le 1er février 2017
9782226394231 – 11,90€
à partir de 5 ans
Son
2

L’ombre d’un nuage – Nicolas Poupon

Bon, vous avez remarqué, on a un peu loupé le coche sur les cadeaux de Noël cette année et on a pas eu le temps de vous présenter tous les trésors qu’on avait trouvé. Mais c’est pas grave ! A la place de la fève, mettez un livre dans la galette des rois, ou tartinez vos crêpes de la Chandeleur avec quelques pages… Et puis il y a bien des anniversaires chaque jour de l’année, non ? :P

97828486590220-3606502

C’est l’été et il fait incroyablement chaud ! Même pas d’ombre où se reposer ! La petite bande de Nestor s’ennuyait ferme sous un arbre jusqu’à ce que Carlos déboule en courant en disant qu’il avait vu un nuage. Ni une ni deux, les enfants partent à la recherche de ce nuage, espérant qu’il leur fournira de l’ombre et, surtout, de la pluie ! Pour la bande de copains, l’aventure commence…

★★★★★

Dans cet album entre roman illustré et bande-dessinée, Nicolas Poupon nous présente une bande de joyeux copains super attachants et en manque d’aventure, et ce dès la page de garde ! On rencontre ainsi Nestor, notre narrateur, qui n’est pas trop doué dans l’écriture mais plein de bonne volonté ; son petit frère Prosper, le plus petit et le plus mignon ; Pedro, qui ne sait pas s’exprimer autrement que sous forme de question ; Coin-Coin, l’intello avec toujours un bouquin dans les mains ; Meredith, la seule fille du groupe et la plus futée ; et Carlos, le chef de bande dont le papa fait un peu peur. Très vite, nos jeunes héros se lancent à l’aventure, bien décidés à s’emparer de ce nuage qui en devenait presque légendaire tant le soleil brille depuis un temps pas possible !

Lombre-dun-nuage-p.14-15

Découpé en plusieurs chapitres dessinés, le récit de ces aventures est tout simplement délicieux ! On se laisse entraîner dans la quête de cette petite bande, ses découvertes (les double nœuds : absolument génial !) et ses questionnements (un nuage pleut-il ou pleure-t-il ?). L’écriture de Nicolas Poupon, à hauteur de ses personnages, est espiègle et pleine de vie, quand bien même les derniers mots de Coin-Coin nous demandent d’excuser son copain Nestor qui écrit vraiment mal ! Quant aux illustrations : c’est un régal : de la vivacité, de l’expressivité, de l’inventivité, que ce soit en pleine double-pages ou en médaillons, avec des bulles ou sans. Un superbe album, où l’émotion et l’humour se mêlent habilement et où la capture de ce petit nuage va réserver bien des surprises à nos jeunes héros. A découvrir absolument ! ❤

L’ombre d’un nuage, Nicolas Poupon (Sarbacane)
disponible depuis le 10 octobre 2016
9782848659022 – 18€
à partir de 8 ans
0

On n’est pas des moutons ! Claire Cantais & Yann Fastier

onnestpasdesmoutons

Enfin un livre où la notion d’individualisme est exploitée à bon escient ! Un imagier qui rend hommage au non-conformisme et à l’acceptation de sa propre différence, l’encourageant même. Une lecture fondamentale adressée aux enfants qui suscite de nombreuses réflexions dont la plus importante : qu’est-ce qui fait de moi ce que je suis ?

★★★★★

La notion de liberté déclinée

Cet ouvrage offre la perspective de donner une nouvelle définition sur être un enfant aujourd’hui. Laissons-le se forger sa propre opinion, prendre la parole, donner son avis, exprimer ses idées, ses émotions, faire de sa différence une force. Qu’il apprenne à s’accorder du temps, à ne pas se laisser polluer par les différentes composantes de la société, prendre soin de soi. C’est aussi ça, grandir. Des idées progressistes ont la part belle également : inutile d’user du machisme, cela ne fera pas de vous un homme, de même que l’adoption du strass et de la paillette ne vous rendra pas plus féminine : qu’importe le genre, on a rien à prouver.
Ne pas être un mouton aujourd’hui c’est aussi lâcher nos technologies en faveur du monde qui nous entoure (la nature, la lecture…) il est facile de devenir accroc à son smartphone alors qu’il suffit de relever la tête pour croiser un regard bienveillant, une inspiration, une idée, de la beauté.

Les subtilités des auteurs 

Ahah, Claire, Yann : vous ne trompez personne nous avons lu entre les lignes ! Le choix des verbes est minutieux. “Pouvoir, vouloir, savoir : trois mots qui mènent le monde” (Victor Hugo. C’est lui le coupable) L’usage de ces verbes ainsi que celui de l’impératif dans cet ouvrage appuie cette implacable volonté de s’affirmer et outre les notions de liberté, l’autre message est capté : l’importance de l’expression de l’assurance et de la confiance en soi. Une fois les illustrations de Claire décryptées, j’ai été charmée : elles sont brutales, franches, empruntes de réalisme…L’adéquation avec le texte est parfaite : Claire Cantais nous met à l’épreuve en nous imposant des métaphores honnêtes de la réalité. Entre le bestiaire et le manifeste, une poésie futée se dégage de cet album sincère et féroce.

La clôture du livre offre des témoignages d’enfants qui ont choisi à un moment de leur vie, l’individualisme au détriment des us et coutumes de la société. Leur lecture est dérangeante car révélateurs des malaises quotidiens : ces enfants sont tournés en ridicule mais au fond ce sont eux qui se sont moqués du reste des autres en étant eux-mêmes.

“Le vendredi 10 octobre 2008, Albertina Gorrochategui, une grande de 8 ans, aurait aimé savoir pourquoi il faut se lever quand un adulte entre dans la classe. Elle a posé la question. Elle attend toujours la réponse.”
On n’est pas des moutons, Yann Fastier, illustré par Claire Cantais
(La ville brûle)
collection Jamais trop tôt
disponible depuis le 17 mars 2016
9782360120727 – 13€
à partir de 5 ans
A découvrir également dans la collection Jamais trop tôt

onestpasdespoupees

onestpasdessuperheros

onestpassidifferents

monsupercahierdactivitesantisexiste

nipoupeesnisuperheros

0

Passion et Patience – Rémi Courgeon

élégance (n.f) : qualité de ce qui est exprimé avec justesse et délicatesse, Rémi Courgeon.

passionetpatience

Deux jumelles prénommées Passion et Patience sont dépeintes comme physiquement similaires mais aux caractères totalement opposés. Deux fillettes qui s’entendent à merveille et se distinguent par leur complémentarité : “Passion entraînait Patience, Patience calmait Passion”. Gus, leur voisin les a toujours connues et, grand amateur de constructions ravissait les sœurs avec cabanes et balançoires. En grandissant, il fît de sa passion son métier et les deux sœurs seront d’une grande inspiration dans sa carrière…

★★★★★

Un album qui commence par une citation de James Brown extraite de sa chanson This is a man’s world sur l’influence d’une femme dans la vie d’un homme, on sait que ce livre sera intelligent dans sa dédicace faite aux femmes. Rémi Courgeon a créé l’essence de l’inspiration de Gustave Eiffel : le voisin Gus n’est autre que ce célèbre architecte !
Muses de toute une vie, les sœurs se révèlent perspicaces et d’un soutien sans failles envers Gustave. Elles furent d’ailleurs les premières à croire en l’originalité de la tour bien avant qu’elle ne soit matérialisée et célèbre. L’auteur ne laisse rien au hasard : l’usage des prénoms Passion et Patience représentent des qualités propres à tout bon architecte.

Les deux jeunes femmes font chaleureusement écho à Camille et Madeleine de Fleurville, sans doute grâce à cet esprit Second Empire qui règne à chaque page mais plus moderne, grâce à l’usage maîtrisé de la couleur. Passion est incarnée par le rouge et Patience le rose. Une page sublime montre Patience rongée par son désarroi amoureux tenant en sa main un livre rouge : témoin de la passion qui l’habite. Quant au vert : il est présent à chaque page, subtilement utilisé comme trace indélébile des deux femmes dans la vie de Gus.

Un album audacieux, sensible et indéniablement abouti entre les mains qui laisse échapper une question : mais qui sont donc les muses de Rémi Courgeon ?

0

Réclamez des contes ! – Delphine Jacquot

reclamezdescontes

Vous vous souvenez peut-être de Delphine Jacquot pour ses nombreuses collaborations avec Didier Jeunesse (Casse-Noisettes, Monsieur Offenbach à la fête, Monsieur Chopin) avec Cécile Roumiguière (Un éléphant à New-York, le fil de soie), son Cabinet de curiosités dans la collection Grandimage ou encore Les aventures improbables de Peter et Herman aux Fourmis Rouges avec lesquelles elle signe un nouvel album, précieux.

★★★★★

Delphine Jacquot semble ne pas voir apprécié les dénouements des classiques de son enfance. Son talent sous le bras elle est donc partie à la réparation des bleus à l’âme des plus grands héros connus en leur concoctant des produits miracles présentés à travers des réclames personnalisées. Usant de rimes et d’ingéniosité, cette lecture promet d’être insolite et euphorique !

On trouve le titre bien astucieux : “réclamez [des contes]” pour “réclames”, les jeux de mots c’est la petite empreinte des Fourmis Rouges toujours appréciable.
Delphine a introduit la publicité dans un monde dépourvu de cette technologie et de ses pouvoirs. Un anachronisme fabuleux ! Pris immédiatement au sérieux, ce vent de fraîcheur moderne souffle sur la poussière de ces contes que l’on connait trop bien. On ferme cet album avec le sentiment que tous ces produits sont indispensables pour les personnages : comment ont-ils pu s’en passer pendant tant d’années ? Vont-ils enfin pouvoir vivre heureux ? Le but est atteint, on en réclame encore (elle était facile).

Comme ses plus grands camarades de crayons, Delphine Jacquot organise intelligemment textes et images : la réclame sur la page de gauche et l’illustration de son propos sur la page de droite pour un jeu d’observation percutant (François Roca use souvent cette technique et le résultat est à la hauteur de son talent). Une mise en valeur impeccable, une cohérence, de l’humour élégant : cet album est un travail d’orfèvre.

reclamezdescontescendrillon

L’expression du temps a une importance particulière. Comme si nous voyagions dans une capsule temporelle, Delphine nous transporte à des instants charniers des contes de fées où tout est prêt à basculer et soudain…COUPURE PUBLICITAIRE produits de super-héros les méchants seront trollés le malheur sera hors-la-loi : des réalisations au service des célébrités de la littérature, on devine que plus rien ne sera pareil.
Aussi, Le vilain petit canard a acquit confiance en lui grâce aux altères Poiplum : au sommet de tous ses comparses c’est un être affirmé, la belle-mère de Blanche-Neige obtiendra satisfaction grâce à son miroir amical et bienveillant qui l’éloignera de la jalousie, Le Petit Poucet ne se perdra pas grâce à ces post-its à coller sur son chemin…Une force se dégage des couleurs employées par Delphine : peut-on faire plus expressif et réconfortant ? Car ses personnages rayonnent et triomphent. Le format est idéal et rend justice à la lumière et aux détails que Delphine insuffle.

reclamezdescontesplanche
Ca me rend fière d’être libraire tiens.

Réclamez des contes !, Delphine Jacquot
(Les Fourmis Rouges)
disponible depuis le 20 octobre 2016
9782369020677 – 18,50€
à partir de 5 ans
Son
2

La Grande Forêt – Anne Brouillard

97822112169130-3561722

Killiok est inquiet. Son ami le magicien Vari Tchésou ne donne plus de nouvelles depuis le Printemps. De plus, une étrange roulotte serait apparue au cœur de la Grande Forêt, épaississant le mystère. Killiok se rend alors chez Veronica, dans l’espoir qu’elle puisse l’aider. Bientôt, les deux amis décident de quitter leurs maisons et de se rendre dans la Grande Forêt, à la recherche du magicien…

★★★★★

Avec La Grande Forêt, Anne Brouillard signe sans doute son œuvre la plus belle et la plus aboutie. Dans ce premier tome d’une série qui explorera le Pays des Chintiens, un monde imaginaire comprenant onze pays, l’auteure nous transporte dans son univers avec une étonnante facilité. Ses personnages, humains, animaux ou créatures rêvées (à quoi Killiok peut-il bien ressembler ? une sorte de Moomin ?) sont tout de suite attachants et nous rappellent les héros de notre enfance, ceux capables de planifier une randonnée sans rien oublier, de s’aventurer dans les sous-bois sans peur aucune, et de rencontrer d’étranges personnages qui les aideront ou les distrairont de leur quête. Il y a chez Anne Brouillard un imaginaire foisonnant d’une très grande douceur, mais aussi beaucoup d’humour et d’absurde, ce genre de choses propre à l’enfance.

24316-2

Un récit magique qui va bien au-delà de l’album : Anne Brouillard passe de l’illustration en pleine page à un découpage en bande dessinée avec une parfaite aisance. Un mélange des genres qui fonctionne à merveille, qui permet de faire avancer l’histoire plus rapidement ou bien de nous laisser le temps d’apprécier tous les détails des maisons, des paysages ou des situations vécues par nos héros dans le Pays du Lac Tranquille. Et pour parfaire son univers, des cartes du pays des Chintiens, des environs de la Grande Forêt ou encore une page de journal viennent apporter toujours plus d’authenticité et d’honnêteté à cette histoire merveilleuse.

24316-0

Un album extraordinaire qui plaira autant aux petits qu’aux grands et qui nous donne envie de continuer à explorer la Chintia avec Killiok et Veronica, ou d’autres beaux personnages. :)

La Grande Forêt (Le pays des Chintiens), Anne Brouillard (École des loisirs – Pastel)
disponible depuis le 5 octobre 2016
9782211216913 – 18€
à partir de 7 ans