Son
1

Le complexe du papillon – Annelise Heurtier

9782203102286,0-3169392

A la rentrée, Mathilde remarque une fille incroyablement belle. C’est Cézanne, une ancienne camarade de classe jusque-là plutôt banale qui, au retour de l’été, est devenue la plus belle plante du collège. Invitée au mariage de la sœur de sa meilleure amie Louison, et désireuse de séduire Jim qui y sera également, Mathilde veut à tout prix perdre du poids pour rentrer dans le robe bleue magnifique vue au centre commercial et être aussi jolie que Cézanne…

★★★☆☆

Annelise Heurtier s’attaque souvent à des sujets audacieux dans ces livres, ce que j’aime tout particulièrement chez elle. Ici, c’est un sujet un peu plus rebattu qu’elle aborde : l’anorexie. Malgré ce thème souvent lu en roman jeunesse, elle prend le parti de s’intéresser plutôt à l’anorexie mentale, et pas seulement physique. Ainsi, point de poncifs ou de scènes difficiles, mais plutôt une lente descente aux enfers pour Mathilde qui, de jeune fille sportive (elle fait de l’athlétisme, on imagine aisément un corps souple et musclé : a priori, un très beau corps !) souhaite avoir un corps de mannequin et plus particulièrement un « thigh gap » (l’espace entre les deux cuisses quand on sert les jambes), rendu populaire par la it-girl Cara Delevingne (vue récemment dans l’adaptation ciné de La face cachée de Margo). Tout ça pour plaire à un garçon et ressembler à une fille de sa classe dont la transformation a été spectaculaire durant l’été ! Quand on repense à sa propre adolescence (ou même maintenant que nous sommes plus grandes à voir chaque jour des affiches de publicité), on se met sans difficulté dans la peau de Mathilde, avec l’envie nous aussi, parfois, de ressembler à ces si belles filles à qui le monde semble réussir. Un complexe dont il est bien difficile de se débarrasser…

Annelise Heurtier décrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité l’état de Mathilde, sa volonté de passer d’une moche chenille à un magnifique papillon et l’engrenage terrible dans lequel elle tombe, à quel point il est si facile de ne pas se rendre compte quel danger cela représente… Cet aspect-là est vraiment très bien traité, sans jugement mais avec tous les outils de réflexion nécessaires pour le lecteur.
J’ai seulement regretté la rapidité de la fin, la facilité avec laquelle Mathilde abandonne son crush pour Jim (qui, de toute manière, n’est pas particulièrement présent et pour lequel on se demande bien ce qui plaît à notre héroïne) et la résolution du deuil qui frappait aussi Mathilde. Je n’ai pas beaucoup parlé de cet aspect-là de l’histoire, qui a pourtant son importance, puisque la mort de la grand-mère de Mathilde et l’incapacité de sa mère à en parler vont aussi faire partie des raisons du mal-être de la jeune fille, de la maladie. Il n’en reste pas moins un très beau roman, accessible et bien écrit. :)

Le complexe du papillon, Annelise Heurtier (Casterman)
disponible depuis le 6 avril 2016
9782203102286 – 12,90€
à partir de 12 ans
Son
2

Ma mère, le crabe et moi – Anne Percin

GetBlob.ashx

Bob et Jean-Michel adorent les textes d’Anne Percin. Qu’elle soit drôle (on est tous fan de Maxime de Comment (bien) rater ses vacances) ou moins. Alors on avait particulièrement hâte de lire son nouveau texte… :D

Tania a 14 ans et vit avec sa mère dans un petit village près de Clermont-Ferrand. Passionnée de loups-garous, elle tient un blog gothique tandis que celui de sa mère est plutôt « Lectures & confitures ». Et puis un jour, Tania apprend que sa mère a un cancer du sein. Une maladie qui va peu à peu changer leurs vies à toutes les deux, ainsi que la relation qu’elles entretiennent…

★★★★★

Bon, je vous la fais courte : Bob a A-DO-RÉ ! Décidément, Anne Percin sait comment parler aux lecteurs. Le personnage de Tania, qui s’adresse très directement à nous, est savoureux. On s’attache instantanément à elle et à son humour d’ado qui se la joue un peu rebelle. J’ai beaucoup aimé le style très direct, très oral qui sert à merveille cette histoire qui peut sembler au premier abord un peu sérieuse (on parle de cancer du sein, de chimiothérapie, de vivre avec une personne considérablement malade et affaiblie quand on a 14 ans) mais qui fait la part belle à l’humour. Je vous avoue que j’ai plusieurs fois éclaté de rire lors de ma lecture (je vous mets l’eau à la bouche en vous disant qu’il y a une scène de piscine tout à fait extraordinaire). Alors attention, Anne Percin ne traite pas le sujet à la rigolade, hein, mais c’est la relation entre Tania et sa mère, la volonté de la jeune fille de soutenir sa maman dans son combat en lui donnant le sourire qui fait que les deux vont surmonter cette épreuve avec le plus de positivisme possible. Il y a une belle émotion dans cette relation, dans ce désir de Tania d’être là pour sa mère quoi qu’il advienne, sans se soucier de ce que les autres pensent, des conseils débiles ou de la pitié des gens. Mais le roman ne se limite pas à ça, car on suit également Tania dans sa vie au collège, avec ses amis, dans sa préparation du cross départemental… Des petits moments de la vie quotidienne qui disent aussi de grandes choses : de l’amour au dépassement de soi. Un coup de cœur pour Bob ! Merci Anne pour ce très beau moment de tendresse, d’humour et d’espoir. :)

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin (Rouergue)
collection DoAdo
disponible le 16 septembre 2015
9782812609299 – 11,70€
à partir de 13 ans

Son
1

Ses griffes et ses crocs – Mathieu Robin

GetBlob.ashx

Bob avait prévu de faire son article un peu plus tôt mais figurez-vous que, à l’instar des personnages du roman qu’il va vous présenter, votre morse préféré est parti en vacances dans une contrée sauvage (la Bourgogne) et n’avait aucun moyen de communication avec le monde…jusqu’à aujourd’hui. :P

Marcus a toutes sortes de tocs qui font de sa vie une suite de cauchemars. Lorsque sa famille part en vacances avec des amis dans un chalet perdu au fond de la forêt, ses repères sont complètement chamboulés. Et cela ne s’arrange pas lorsqu’il tombe sur un livre parlant de la montagne où ils se trouvent, une montagne que la légende dit maudite…

★★★★☆

Si vous souhaitez vous faire peur cet été, alors Ses griffes et ses crocs est fait pour vous ! L’intrigante et magnifique couverture du livre donne très bien le ton : il y a aura du mystère, des légendes et sans doute du frisson. Et tout y est, en effet. On découvre tout d’abord Marcus et ses angoisses qui l’amènent à ne pas pouvoir marcher sur les rainures du parquet ou à devoir prendre absolument le même chemin à l’aller et au retour ; on apprend à connaître sa famille, et notamment sa grande sœur Lia, rebelle un peu gothique qui le traite avec mépris. Puis ceux avec qui ils vont passer leurs vacances : Mary et Paul, jumeaux parfaits, et Sam, leur grand frère trisomique, accompagné de son gros chien Hercule. Tout ce petit monde va être enfermé dans un chalet à flan de montagne et devoir s’adapter aux manies déroutantes de Marcus. Jusqu’au moment où les parents disparaissent suite à une promenade…
C’est à ce moment que tout va se jouer et que l’on se retrouve dans un roman oscillant entre l’aventure et l’horreur, où des enfants vont être livrés à eux-mêmes et devoir s’improviser « héros ». Car Marcus découvre très vite les secrets de la montagne et la légende qui l’accompagne, une légende terrible qui parle d’une Bête, un monstre qui dévore tout sur son passage. Et quand tous les animaux de la forêt s’enfuient, Marcus est persuadé que la Bête s’est réveillée par sa faute. Car il a enfreint ses tocs.
Mathieu Robin parvient à nous emporter dans son roman dès les premiers instants. On sait que quelque chose va arriver, mais quoi ? Il nous fait passer de surprises en surprises, des vrais surprises, car on ne voit rien venir et on a pas l’habitude de voir certaines choses arriver… Qu’il est difficile de vous en parler sans dévoiler des moments importants !
En tous cas, Ses griffes et ses crocs est un roman captivant et angoissant, qui parvient à maintenir son suspense et ses révélations jusqu’à la dernière page.

Ses griffes et ses crocs, Mathieu Robin (Actes Sud junior)
collection Ado
disponible depuis le 3 juin 2015
9782330050795 – 13€
à partir de 13 ans

Son
1

L’immeuble qui avait le vertige – Coline Pierré

9782812608537, 0-2559769

Aujourd’hui, Hannah et sa famille emménagent dans leur tout nouvel appartement, tout juste inauguré par le maire, qui a prénommé l’immeuble Hector. Hannah est évidemment très heureuse de découvrir sa nouvelle chambre et son superbe placard…jusqu’au moment où l’immeuble se met à trembler. Tremblement de terre ? Bizarre, ça n’a frappé que l’immeuble ! Et voilà que ça recommence ! C’est la panique chez les habitants car Hector continue de trembler…

★★★☆☆

Avec un tel titre, on ne pouvait s’attendre à rien d’autre qu’à un brin de fantaisie. Et c’est le cas ! En témoignent les citations de Roald Dahl et d’Astrid Lindgren en début de roman (au cas où vous auriez toujours eu un doute sur le contenu). Car, franchement, vous connaissez des immeubles qui ont le vertige, vous ? C’est donc tout le sujet du livre, et son petit côté loufoque.
Au début, on essaye quand même de rester rationnel : après tout, un immeuble qui tremble de partout, ce n’est pas normal. Alors on fait venir les architectes, les scientifiques. Rien, aucune idée de ce qui se passe. Il faudra attendre que notre jeune Hannah soit elle-même sujette au vertige pour qu’elle fasse le parallèle entre ses symptômes et ceux d’Hector. Et alors ce seront désormais des docteurs, des spécialistes de la médecine, qui vont intervenir et déclarer que, en effet, Hector souffre de vertige. Mais comment le soigner ? Ça, je ne vous le dis pas et vous laisse le découvrir en lisant le roman…
En tous cas, L’immeuble qui avait le vertige est un petit roman très chouette, avec un petit côté fou qui devrait plaire aux plus rêveurs. Très vite, on s’attache à Hannah, son amie Louise et Hector, que l’on finit par considérer comme un être à part entière, avec ses émotions. On rit aussi des frasques du maire, de la politique et de l’urbanisme des villes qui sont gentiment moquées par l’auteur. Et on apprécie le côté solidarité qui se crée au sein de cette communauté de locataires, prêts à tout pour garder leur immeuble et capables d’inventer des choses complètement folles pour le sauver…

L’immeuble qui avait le vertige, Coline Pierré (Rouergue)
collection DacOdac
en librairie depuis le 8 avril 2015
9782812608537 – 7€
à partir de 9 ans

Son
0

Docteur Pim et moi – Irène Cohen-Janca

Nino, un jeune garçon de 11 ans, est à l’hôpital depuis plusieurs mois. Tous les vendredis, des Docteurs clowns viennent divertir les enfants malades et, pour Nino, ces spectacles lui sont vraiment insupportables. Jusqu’au jour où il rencontre le clown Docteur Pim, un clown pas comme les autres, et où l’infirmière en chef décide de d’arrêter ces spectacles, qui perturbent l’hôpital et se révèlent parfois dangereux pour les petits…

★★★☆☆
Les histoires d’enfants malades sont régulières dans la littérature jeunesse, mais ce roman proposé par Irène Cohen-Janca, tout en douceur, se veut optimiste et positif. Ici, on n’insiste pas tellement sur les maladies (probablement graves pour certains) puisqu’on ne sait même pas de quoi Nino ou ses camarades sont malades. L’auteur s’attache plutôt à ce que ces docteurs-clowns apportent aux enfants, la bonne humeur qu’ils transmettent, leur effet « oubli de la maladie » le temps de rire et aux sentiments des enfants. Un peu d’action vient donner du rythme à l’histoire, quand il faut se battre pour que les docteurs-clowns continuent de venir à l’hôpital, et apporte aussi une touche d’humour bienvenu. Quant au docteur Pim, il est celui qui va aider Nino à grandir dans sa tête, à comprendre des choses sur les adultes.

Une jolie histoire, servie par une écriture simple et douce, qui se termine avec une belle touche d’espoir et de bonheur.

9782812606847, 0-2248606

Docteur Pim et moi, en librairie le 10 septembre
Irène Cohen-Janca
Editions du Rouergue, collection DacOdac
9782812606847
7€
à partir de 9 ans