Son
0

Monsieur Moisange – Fred Bernard et Gwendal Le Bec

9782226257918,0-2539918

Monsieur Moisange est un drôle d’oiseau, si l’on en croit les gens. En dehors de ses collègues au bureau, il ne côtoie guère que sa mère, oiselière sur les quais du Louvre. Pierre Moisange vit seul, il appelle tout le monde « coco » et malgré son allure séduisante, est un homme célibataire. « Ah si je pouvais voler… » se disait-il…ce qu’il fait dans ses rêves en compagnie d’une belle inconnue. Jusqu’au jour où son vœu s’exauce, et deux ailes lui poussent au bout des bras…

★★★★☆

Que va-t-il alors arriver à Monsieur Moisange ? C’est une toute nouvelle vie qui l’attend, entre célébrité et voyages autour du monde. Mais Pierre n’a réellement qu’un objectif : celui de retrouver la jeune femme qu’il voit en rêve, car elle existe et elle aussi rêve de lui. Pourtant, avant de la retrouver, il lui faudra tenir la promesse faite à sa mère, celle de ramener les oiseaux de sa boutique dans leurs pays à sa mort. Et c’est ainsi que notre drôle de bonhomme voyage à travers le monde, la beauté des paysages se disputant aux dangers de la nature…ou de l’homme. Sa mission terminée, il se rend alors en Inde, où semble vivre l’amour de ses rêves.
Mr-MOISANGE-r3
Monsieur Moisange est un petit roman illustré, presque un conte, qui célèbre le rêve, l’amour et la liberté. Le texte de Fred Bernard est très poétique, parfois teinté d’humour, et est merveilleusement mis en image par Gwendal Le Bec et ses illustrations douces et colorées. Le livre m’a pas mal fait penser à Mon père est un homme-oiseau, de David Almond et Polly Dunbar, que j’aime beaucoup. Le propos n’est pas tout à fait le même, mais je trouve quand même qu’il y a d’agréables similarités. En tous cas, Monsieur Moisange est un bel ouvrage, qui n’aurait pas démérité un format un peu plus grand pour en apprécier encore plus les illustrations. A conseiller à tous les enfants amoureux de l’imaginaire et du rêve. 😉

Monsieur Moisange, Fred Bernard et Gwendal Le Bec (Albin Michel-Jeunesse)
en librairie depuis le 4 mars 2015
9782226257918 – 11,90 €
à partir de 8 ans

Son
2

Les petites reines – Clémentine Beauvais

On continue notre début de semaine consacré à Clémentine Beauvais avec son deuxième livre attendu pour le mois d’avril, et cette fois à destination du public adolescent. 🙂 Vous allez avoir envie d’enfourcher à nouveau vos vélos après cette lecture, foi de Bob et Jean-Michel ! En plus, il fait beau en ce moment, alors profitez-en. 😛 Et l’interview de Clémentine sera disponible incessamment sous peu (c’est le truc qu’on dit pour dire que ce n’est pas vraiment tout à fait prêt, huhu). Hum.

9782848657684, 0-2553377

A cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le concours de « Boudins » de leur collège-lycée. Rapprochées par ce « prix » et pour d’autres raisons personnelles, les trois adolescentes décident de se rendre à Paris et de fêter le 14 juillet à l’Elysée. Leur périple se fera à vélo et elles s’improviseront vendeuses ambulantes…de boudin !

★★★★★

On vous avait déjà parlé de l’humour de Clémentine Beauvais dans son titre de la collection Pépix. Alors accrochez-vous bien, car elle récidive dans la collection Exprim’ et autant que vous dire que Les petites reines, c’est juste génial ! 😀
Comme le laisse comprendre le résumé, nos héroïnes sont donc des jeunes filles « moches ». Du moins selon les critères de Malo, créateur du classement des Boudins du collège-lycée où vont les trois filles. En fait, tout le monde est d’accord sur la mocheté des filles et le leur font bien savoir. Mais pour Mireille, Boudin de Bronze cette année, et narratrice de cette histoire, il y a bien longtemps que tout cela ne lui fait plus ni chaud ni froid. Elle le prend même avec humour, reine du sarcasme et de la mauvaise foi qu’elle est. Sauf que pour Astrid et Hakima, les deux nouvelles du classement, l’acceptation est beaucoup moins évidente. Alors Mireille se met en tête de les trouver et de les soutenir. Ce sera le moment pour elles de se confier et, très vite, non seulement liées par les résultats de ce classement, elles vont se trouver d’autres points communs. Des points communs qui seront tous réunis lors d’un événement en particulier : la garden-party du 14 juillet à l’Elysée. A partir de là, tout s’éclaire pour les filles et il ne faudra pas longtemps pour que leur projet fou mûrisse et se mette en marche… Elles deviennent alors les “Trois Boudins”.
Je ne vous en dis pas plus sur l’histoire, ce serait vous gâcher le plaisir. 😛 Mais vous allez voir, dès la première page, vous allez adorer Mireille et sa vision du monde : ce personnage est tout simplement exceptionnel d’impertinence. L’histoire est d’une fraîcheur qui fait du bien au moral : un road-trip improbable et complètement décalé servi par une écriture énergique. Mais en plus d’être un livre drôle qu’on peut apprécier juste pour cet aspect, Clémentine Beauvais réussit aussi à nous faire réfléchir sur des sujets de société très importants, notamment notre rapport à la beauté et aux réseaux sociaux. Sujets ô combien importants pour nos ados, pour qui Facebook et les selfies font partie intégrante de leurs vies. Mais c’est surtout une belle leçon de vie, mâtinée d’aventure, de moments d’émotions… On se croirait presque dans ces films pour les ados des années 80 (style Les goonies ou Stand by me) où tous ces ingrédients étaient réunis. Peut-être bien que ça en ferait d’ailleurs un film génial ! Avec Jean-Michel, on a aussi beaucoup aimé le côté science-fictionnesque parce que figurez-vous que dans le monde des Trois Boudins, il y a plein de mairesses et une présidente ! Fou, non ?
On pourrait dire encore beaucoup de choses sur cet excellent roman, mais je vais vous laisser ici, pour que vous couriez vite chez votre libraire vous procurer cette merveille (d’autant plus que la couverture est trop cool) dès sa sortie. Clémentine, Sarbacane, merci pour cette belle pépite, gros coup de cœur de Bob et Jean-Michel. Purée, ça fait du bien des livres comme ça ! 😀

Les petites reines, Clémentine Beauvais (Sarbacane)
collection Exprim’
en librairie le 1er avril 2015
9782848657684 – 17 €
à partir de 14 ans

0

Les voyages fantastiques de Jules Verne

julesverneUn grand auteur accessible aux plus jeunes, voilà un livre qui manquait dans nos rayons et qui satisfait une demande qui était devenue récurrente : “existe t-il un beau livre de Jules Verne pour les petits ?” Eh bien pas tellement voyez-vous… Et pouf! L’éditeur Auzou s’y est collé, avec Eric Puybaret aux illustrations, ce que je qualifie de gage de qualité. Au premier contact visuel, ce fut le coup de foudre – et je ne suis pas la seule : la couverture inspire douceur et simplicité et avec envie, on le feuillette. Le tour du monde en 80 jours, Voyage au centre de la Terre, De la Terre à la Lune, Cinq semaines en ballon et Vingt mille lieues sous les mers ont été abrégés avec efficacité par Claude Carré (l’auteur, entre autres, de la chouette bd “Michel, le hamster fétiche” chez Bayard Jeunesse) et nombreux sont les parents qui ont été conquis par un si bel objet : c’est un livre qu’on a plaisir à offrir ou même à garder dans sa bibliothèque. Ce recueil fait mouche, tant mieux c’est mérité. Avec Bob, nous avons l’intention de nous pencher plus amplement sur l’éditeur Auzou – que vous connaissez peut-être déjà avec leur série du Loup, nous vous tiendrons informés si nous trouvons des choses aussi jolies 🙂

julesvernes_int
Les voyages fantastiques de Jules Verne, adapté par Claude Carré & illustré par Eric Puybaret (Auzou)
9782733830543 – 17,50€
sorti le 23 octobre 2014
à partir de 6 ans

0

Pyjamarama !

Enfile ton pyjama en pilou, on t’invite à ouvrir des livres qui vont faire du bien à tes rétines !
Au Rouergue, je me dis qu’on doit bien s’amuser dans les bureaux parce qu’en ce qui me concerne, plusieurs fois on m’a attrapé à la librairie à jouer avec cette superbe série de livres alors que j’étais censée travailler. Le principe ? Faire bouger les images à l’aide d’une grille super-sophistiquée sur des illustrations hyper-graphiques : cela s’appelle l’ombro-cinéma – une technique d’animation ancestrale paraît-il ! La lumière éteinte, un petit garçon file sous ses couvertures et pars en vadrouille : Paris, New-York, Lunaparc…Vous voulez que votre enfant soit bouche bée ? C’est très facile : une démonstration et rien ne sera plus comme avant. Des albums très originaux, poétiques, pleins de magie et ingéniosité en perspective…Vous êtes prévenus. On vous laisse avec une démonstration trouvée dans l’internet – je voulais la faire moi-même mais je baby-sittais Bob, je ne peux pas tout faire :

…non mais comment voulez-vous travailler ?
parispyjnewyorkpyjlunaparcpyjmoipyjrobotspyj
Paris en pyjamarama – Michaël Leblond & Frédérique Bertrand (Rouergue)
9782812606885 – 14.80€
en librairie depuis septembre 2014
à partir de 4 ans

New-York en pyjamarama – 9782812602603 – 16.80€
Lunaparc en pyjamarama – 9782812603334 – 16.80€
Moi en pyjamarama – 9782812604362 – 16.80€
Mes robots en pyjamarama (cahier d’activités, woo génial !) – 9782812605598 – 9.90€

Son
0

Eleanor – Holly Black

9782747047708,0-2283387

Aujourd’hui, c’est Halloween, alors quoi de mieux que vous présenter un livre censé faire peur ? Alors voici Eleanor…mais tiendra-t-elle le pari de vous filer la pétoche ?

Zach, Poppy et Alice partagent la même passion : les jeux de rôles avec des figurines. Ils ont inventé leur propre monde, peuplé des pirates, de sirènes et de trésors, gouverné par la Sublime Reine, une étrange poupée de porcelaine qui trône dans une vitrine chez Poppy. Mais un jour, Zach est contraint d’arrêter de jouer et le plus étrange se produit : la poupée s’anime et ordonne à Poppy de la ramener auprès des siens ou les trois enfants ne connaîtront jamais le repos…

★★☆☆☆

« Certains jeux peuvent s’avérer dangereux », telle est la phrase d’accroche de la quatrième de couverture. Malheureusement, je n’ai pas été aussi effrayée que je l’espérais. Le début du roman est un peu long à se mettre en place, l’auteur prend le temps de nous présenter les personnages, leur vie plutôt tranquille ou les difficultés familiales qu’ils rencontrent. Il faut attendre d’être arrivé au tiers du livre pour que l’aventure commence véritablement, quand les enfants décident de se lancer dans cette quête folle de ramener la Sublime Reine, qui contiendrait les cendres d’une petite fille morte, dans sa ville d’origine afin de l’enterrer. C’est également à ce moment que les éléments de peur ou d’horreur entrent dans l’histoire, car des choses bien étranges se déroulent durant leur périple, des choses auxquelles la poupée ne serait pas étrangère… Eleanor fera-t-elle peur aux plus jeunes ? Peut-être, mais j’ai trouvé que le roman aurait pu être un peu plus effrayant ou, du moins, garder le suspense jusqu’au bout et jouer un peu plus sur les doutes des personnages. Car j’ai trouvé que les enfants acceptaient assez facilement l’histoire de cette poupée (qui est pourtant terrible !) et ne semblaient pas toujours être dans une peur constante. A un moment donné, l’auteur insiste plus sur l’aspect initiatique de son histoire, et la façon dont cette quête fait grandir Zach et Alice. Déçue, donc, par cette histoire que j’attendais vraiment effrayante…

Eleanor, Holly Black (Bayard jeunesse)
en librairie depuis le 16 octobre
9782747047708 – 13,90 €
à partir de 10 ans

Son
0

Barnabé ou la vie en l’air – John Boyne

9782070650156,0-2356421

J’aime beaucoup les romans de John Boyne et c’est toujours avec beaucoup d’impatience que j’attends ses nouveaux livres… J’avais lu The terrible thing that happened to Barnaby Brocket l’année dernière, en anglais, et voyant que Gallimard le publie enfin (dommage qu’ils n’aient pas gardé l’idée du titre original), je vous propose une petite chronique en avant-première ! 🙂

Alistair et Eléonore Chevreau sont un couple tout ce qu’il y a de plus normal. Ils ne se font jamais remarquer et ne le désirent aucunement. Alors le jour où naît Barnabé et qu’on découvre qu’il flotte dans les airs, ses parents sont mortifiés par la honte. Barnabé vole et, en grandissant, va devoir apprendre à vivre avec ce don bien dérangeant pour sa famille. Jusqu’au jour où ses parents, n’en pouvant plus, font une chose terrible…

★★★★★

Ce qui me plaît beaucoup chez John Boyne, c’est sa façon de nous raconter des histoires loufoques, parfois absurdes, toujours étonnantes. On retrouve un humour qui n’est pas sans faire penser à Roald Dahl, tout en délivrant un message d’une importance capitale : l’acceptation de la différence. L’histoire est tout de même terrible : des parents abandonnent volontairement leur enfant pour la simple raison qu’il ne correspond pas à leur critère de « normalité ». Pourtant, Barnabé ne va jamais leur en vouloir, trop surpris et curieux de découvrir le monde. Car son étrange pouvoir, celui de voler dans les airs, va lui faire quitter son Australie natale pour des contrées presque magiques : le Brésil, le Canada, New York, etc. Et, surtout, il va rencontrer durant ses voyages des personnages tous plus étonnants les uns que les autres, tous différents à leur manière. Je trouve le message de John Boyne dans ce livre vraiment magnifique, une véritable ode à la différence, à s’accepter tel que l’on est et à accepter les autres tels qu’ils sont. Le tout passe par l’humour et la douceur, par ce regard si innocent de Barnabé. John Boyne a un vrai don pour nous faire rire tout en nous faisant réfléchir. A signaler également, les illustrations d’Oliver Jeffers, un artiste que j’adore, qui complètent à merveille le texte de John Boyne.

Barnabé ou la vie en l’air, John Boyne (Gallimard jeunesse)
en librairie le 30 octobre
9782070650156 – 13,50 €
à partir de 9 ans

Son
2

La gueule du loup – Marion Brunet

9782848657097,0-2306151

Jean-Michel et moi, on avait adoré Frangine, premier roman de Marion Brunet. Du coup, on avait vraiment hâte de découvrir son nouveau titre dans la toujours excellente collection Exprim’. Et comme d’habitude avec ces histoires, on n’en ressort pas totalement indemne !

Leur bac en poche, Lou et Mathilde décident de se rendre à Madagascar pour y passer des vacances de rêves, dignes d’une carte postale. Mais leur visite de l’île ne sera pas aussi idyllique qu’elles l’imaginent et leurs vies en seront bouleversées à jamais…

★★★★☆

Le nouveau roman de Marion Brunet frappe encore une fois très fort dans ce thriller d’aventure tout à fait glaçant. Nous suivons le périple de ces deux jeunes filles aux personnalités bien prononcées à travers Madagascar, où la pauvreté et la misère se dispute à la beauté des paysages. Dès le début et cette scène d’ouverture angoissante, on sait que quelque chose de terrible nous attend. Et bientôt, Lou et Mathilde croisent la route du loup, celui qui va faire d’elles des proies, qui va s’attaquer à leur innocence et les marquer à jamais. Difficile de ne pas trop en dire… En tous cas, j’ai retrouvé avec un immense plaisir le style de Marion Brunet, son écriture directe, dynamique, au plus proche des ados, sa façon de raconter son histoire, entre beauté et cruauté. J’ai beaucoup aimé sa description de Madagascar et ses coutumes, qui nous transportent littéralement auprès des héroïnes, dans une atmosphère à la fois sublime, dangereuse et étouffante. Je me suis indignée comme Lou et Mathilde de la pauvreté qui sévit là-bas, de la façon dont les riches hommes blancs viennent rechercher de jeunes esclaves sexuelles…et me suis laissée emporter par la douceur de la plage et de la vie là-bas, du rythme lent et bienheureux des habitants… Bref, un pays tout en contradictions, pour une histoire qui commence sur une plage idyllique et qui devient vite remplie d’épreuves et de souffrances…
Marion Brunet signe ici un thriller d’une grande qualité, effrayant, mais aussi un roman initiatique, qui va faire passer nos deux jeunes filles à l’âge adulte de la pire des manières…

La gueule du loup, Marion Brunet (Sarbacane)
Collection Exprim’
en librairie le 27 août
9782848657097 – 15,50 €
à partir de 15 ans

Son
0

Les jumeaux de l’île rouge – Brigitte Peskine

Cléa et Brice sont des jumeaux nés à Madagascar et adoptés par un couple de français. Seize ans plus tard, le garçon semble parfaitement bien dans sa peau alors que sa sœur ne sait plus où elle en est et inquiète ses parents. Ces derniers décident alors d’envoyer les jumeaux dans leur pays de naissance afin, peut-être, d’aider la jeune fille à surmonter son mal-être.

★★★☆☆

Roman épistolaire et récit initiatique, inspiré d’une histoire vraie, Brigitte Peskine nous fait découvrir la triste coutume des jumeaux de Mananjary, une communauté dans laquelle le fait d’accoucher de jumeaux est considéré comme maudit, tabou. Véritable hymne à la tolérance, l’histoire de Brice et Cléa nous fait surtout découvrir une facette totalement méconnue d’un pays, ses coutumes et traditions. J’ai beaucoup aimé ce récit qui mêle entrées de journal et mails, qui nous permettent d’entrer dans la tête de chacun des protagonistes. La façon, d’ailleurs, dont Cléa, le personnage principal de ce roman, s’adresse à nous et à l’auteur, renforce ce sentiment d’histoire vraie. Le sujet est vraiment très intéressant, et démontre à quel point il peut être difficile de faire changer les mentalités. La seule chose que je regrette est peut-être la suite de « secrets » qui se révèlent au fur et à mesure de l’histoire, ça apporte du suspens et de la surprise mais je trouve que c’est parfois un peu « gros ». Il n’empêche que c’est une histoire à découvrir !

LesJumeauxDeLileRouge-691x1024
Les jumeaux de l’île rouge, Brigitte Peskine (Bayard Jeunesse)
Collection Millézime
en librairie le 4 septembre
9782747049894 – 11,50 €
à partir de 12 ans

Discussion
0

Tant que nous sommes vivants – Anne-Laure Bondoux

S’il y a une auteure que je souhaite serrer dans mes bras, c’est Anne-Laure Bondoux. Son prochain roman est une merveille, il a fait fondre mon coeur de pierre et c’est plutôt rare.

★★★★★

tant-que-nous-sommes-vivantsBo et Hama travaillent tous les deux dans l’usine de métallurgie de la ville et vivent d’un bel amour comme on en voit peu. A la suite d’un accident, ils sont contraints de fuir vers des terres inconnues, face à face avec la rudesse de la vie et ses épreuves.

Un roman initiatique où on assiste à la transformation des personnages, l’adversité les fait grandir et les bonheurs qu’ils connaissent les font survivre.

Une histoire qui m’a fait pensé à Billy Elliot de Melvin Burgess, sans doute pour l’aspect ouvrier de la ville, la forte présence du chômage et les combats plein d’espoir des personnages. Un bel écho en somme. Mais il y a d’autres dimensions dans ce roman : empreinte de magie et d’aventure, cette lecture nous consume et on comprend peu à peu qui est ce mystérieux narrateur qui nous conte l’histoire de Bo et Hama…Je me retiens de ne pas tout vous révéler de ce roman mais je vous donne quelques indices de lecture parce que je suis sympa : une explosion, un cabaret, un nouveau-né, la nature sauvage et hostile, 19 petits personnages, des allures de légendes et des questions fondamentales qui résonnent souvent dans ce roman, comme celle de Hama :
“Faut-il perdre une part de soi pour que la vie continue ?”

Un conte au goût métallique doublé d’une écriture presque lyrique, merci Anne-Laure Bondoux pour ce roman si bien achevé.

Et Bob aussi l’a lu !

★★★★★
Anne-Laure Bondoux est une raconteuse d’histoires incroyable ! J’avais adoré ses précédents romans (en particulier Les larmes de l’assassin) et je n’ai pas été déçue avec celui-ci, que j’attendais avec impatience ! Ce roman aux allures de conte ne vous laissera sûrement pas indifférent : on se laisse entraîner dans un univers sans nom ni temps ni histoire. La seule chose que l’on sait : c’est la guerre, passée, présente ou future. Il y a l’usine, sombre et gigantesque, nerf d’acier de cette ville où vivent Bo et Hama, deux jeunes gens unis par un amour digne d’un conte de fées. Et il y a des rumeurs lointaines, des prophéties énoncées par un vieil homme, une femme aux jambes de fer, des rêves étranges… Une atmosphère qui nous enveloppe, nous transporte de la froideur du métal au soleil de la mer, en passant par les entrailles de la terre. L’histoire de Bo et Hama se déroule sous nos yeux fascinés, le narrateur se dévoile peu à peu et le cheminement de la vie se poursuit jusqu’à la dernière page… L’on pourrait discourir encore longtemps sur ce merveilleux roman, mais je vais m’arrêter là et, comme Jean-Michel, vous inviter chaudement à lire Tant que nous sommes vivants.

Tant que nous sommes vivants
en librairie le 25 septembre
Anne-Laure Bondoux
Gallimard Jeunesse éditions
9782070653799
17 €
à partir de 13 ans

* Entretien avec Anne-Laure Bondoux suivi d’un extrait, à lire sur le site de Gallimard
* Le site de l’auteur
* Je le mentionnais plus haut –> “Billy Elliot” de Melvin Burgess à découvrir

disponible en Folio Junior à 6€