Son
0

Ueno Park – Antoine Dole

Et voilà ! Les vacances sont terminées…place désormais à la très célèbre rentrée littéraire, dont cette fin de mois d’août est particulièrement riche en nouvelles parutions à ajouter à sa gigantesque pile à lire ! 😀

Hanami est une fête au Japon où l’on célèbre l’éclosion des fleurs de cerisiers. C’est l’occasion pour les japonais, comme pour les touristes qui viennent en masse assister à ce spectacle entre mars et avril, de se retrouver dans les parcs de la ville Tokyo et observer le spectacle de la nature. Et c’est à Ueno Park que huit adolescents assistent à cette célébration…

★★★★☆

Vous ne le saviez peut-être pas – parce que ça ne transparaît pas forcément dans ses autres romans pour ados – mais Antoine Dole est un féru de culture japonaise ! Pour ce roman choral, ou ce recueil de nouvelles, c’est comme vous voulez, il nous emmène ainsi à la rencontre de huit adolescents, aux personnalités et aux trajectoires très différentes, qui sont tous à Ueno Park un jour précis pour assister à l’éclosion des fleurs de cerisiers. Huit portraits de jeunes garçons et de jeunes filles qui tentent de s’extraire d’une société japonaise qui n’acceptent pas leur différence, une société trop normée, trop étriquée pour ces jeunes qui rêvent d’autre chose. En cela, ces jeunes japonais ne sont pas bien différents de leurs congénères adolescents du monde entier, et c’est ce qui donne à ces histoires une résonance toute particulière, un attachement immédiat à ces jeunes « différents » de ce qu’on attend d’eux.

Leurs histoires sont multiples, parfois étonnantes, et ne se rejoignent pas, ou peu : on trouve ainsi une jeune fille hikikomori, incapable de quitter sa chambre, trop oppressée par ce que ses parents et la société attendent d’elle ; un jeune garçon qui tente de se reconstruire après avoir vécu un tsunami ; un autre qui subit les moqueries car il assume son look genderless kei, soit asexué ; et bien d’autres histoires où la volonté de vivre libre et de s’affirmer sont les moteurs de ces solitudes adolescentes. Un recueil d’une rare sensibilité, où la douceur de l’éclosion des fleurs de cerisiers n’a d’égale que la bienveillance de l’auteur à l’égard de ses personnages qui vont connaître espoir, renaissance ou apaisement.

Ueno Park, Antoine Dole (Actes Sud junior)
disponible depuis le 22 août 2018
9782330108274 – 13,50€
à partir de 13 ans
Son
1

Lectures d’été #2

Deuxième et dernière partie des lectures d’été de Bob…eh oui, ça sent déjà la rentrée littéraire ! Mais vous verrez, il est encore question de pas mal de voyages et ceux qui aiment se faire du mal y trouveront aussi leur compte. 😛

Catégorie #vacances de la loose

Un mois à l’ouest

A l’époque où Internet, les SMS et Google Maps n’existaient pas encore (quand vos ados n’étaient même pas nés), Fred tombe amoureux d’une canadienne et décide d’aller la rejoindre. Sauf qu’en fait, la miss partageait pas franchement les sentiments, et notre pauvre garçon se retrouve tout seul à errer sur un continent bien loin de chez lui. Commence alors un road-trip entre Canada et États-Unis, où les quelques dollars en poche fondent comme neige au soleil et où gros ratages et belles rencontres se succèdent. Comme toujours, le style de Claudine Desmarteau est vif, incisif, rythmé et nous offre ici de belles tranches d’oralité québécoise. On se régale des tribulations de ce frenchie un poil loser, qui cache malgré tout une véritable profondeur. Des photos en noir et blanc, comme des petites respirations apaisantes dans la galère, parsèment ce road-trip qui sent le vécu !

Un mois à l’ouest, Claudine Desmarteau (Thierry Magnier)
disponible depuis le 18 avril 2018
9791035201470 – 14,50€
à partir de 15 ans
Y aller

On continue avec un autre loser du voyage : Solal, complètement accro aux jeux vidéo, et notamment à Zelda, qui décide un jour de tout arrêter, de se débrancher, et se lance dans un périple un peu fou : rejoindre le centre de la France, à Bruère-Allichamp. Équipé d’un sac à dos plus lourd que lui et de toute sa motivation, le garçon se lance, il y va ! Hervé Giraud nous offre un road-trip totalement décalé qui fonctionne à merveille : on rit de ce retour à la nature de ce geek un peu halluciné qui n’a que le monde de Zelda pour repère (et qui obtient d’ailleurs des « objets magiques » au fur et à mesure des rencontres de son périple) et on s’attendrit de sa naïveté et de son exaltation en toute situation. Une aventure initiatique jubilatoire !

Y aller, Hervé Giraud (Thierry Magnier)
disponible depuis le 16 mai 2018
9791035201777 – 12,90€
à partir de 13 ans

Catégorie #ouille, ça pique !

Les collisions

Quand deux lycéens de terminale L s’ennuient et décident de jouer les Merteuil et Valmont de leur classe, attendez-vous à un remake des Liaisons dangereuses où les lettres deviennent textos mais où la manipulation et la perversité sont exactement les mêmes ! Gabriel et Laëtitia n’ont absolument rien à envier à leurs aînés de fiction, et Joanne Richoux nous brosse un portrait à l’acide de cette jeunesse qui s’ennuie et qui n’a – presque – que faire des conséquences, nous montrant par là-même à quel point la transposition de la cour du XVIIIe siècle à cette classe de lycée est d’une étonnante modernité. Un roman terriblement dérangeant, mais tellement juste, porté par un style acéré, intransigeant, qui nous place dans la position non moins honteuse d’un voyeur impuissant qui se délecte des drames à venir. Une vraie claque !

Les collisions, Joanne Richoux (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 4 avril 2018
9782377310739 – 15,50€
à partir de 14 ans
Son
1

La sauvageonne – Anne Schmauch

Fleur vit dans une station-essence avec son frère Kilian, prodige du violon, sa mère qui gère la boutique et son père, pompiste et garagiste. Mais depuis de nombreuses années, la station n’attire plus personne et il est difficile de s’en sortir… Fleur et son frère ne rêvent que d’une chose : se tirer de là et monter à Paris, d’autant plus que Kilian a la possibilité de passer le concours du Conservatoire. Le jour où un malfrat vient s’échouer chez eux avec une valise pleine de billets, Fleur et Kilian décident de prendre la tangente…

★★★★☆

Première incursion d’Anne Schmauch dans le roman adolescent après l’excellent Mémé Dusa dans la collection Pépix, l’autrice quitte le registre de l’humour pour un texte beaucoup plus sombre et survolté, sur la quête de liberté de deux adolescents. On commence dans un cadre étonnant : celui d’une station-service perdue dans la cambrousse, entre Laon et Maubeuge, où la vie de Fleur se limite à une montagne de pneus d’un côté et à une odeur tenace d’essence de l’autre avec un père macho et tyrannique entre les deux. Vous aussi ça vous donnerait envie de vous tirer, non ? Quand l’opportunité se présente, si le vent de la liberté souffle très fort, tout comme la promesse d’une vie dorée, Fleur, son frère et leur copain de vacances et d’enfance Rodrigue se retrouvent finalement dans un environnement sans doute aussi gris et empuanti qu’avant : un vieil immeuble crado de Bagnolet avec vue plongeante sur l’autoroute A3. Gaz d’échappements et bruits de circulation ne vont pas les empêcher de continuer à croire à l’impossible. Sauf que ! Dépenser des billets volés, surtout des grosses coupures, c’est pas simple. Et quand on a jamais eu autant d’argent entre les mains, difficile de faire comme si un billet de 500 c’était la routine. On essaye de se faire à cette nouvelle vie qui commence et on fait également des rencontres. La plus marquante étant celle avec un petit groupe de graffeurs qui tente de survivre grâce à des petites combines sur l’autoroute. Et on se retrouve à nouveau dans un environnement totalement inédit, parallèle, invisible… C’est en fait l’une des grandes forces de ce roman que ces lieux inhabituels, habités de personnages bizarres, fantomatiques, terrifiants et, parfois, amicaux. L’autre force de La sauvageonne, c’est sa galerie de personnages, depuis la bagarreuse Fleur jusqu’aux rôles secondaires, dont l’épaisseur malgré leur nombre rend le texte particulièrement bien tenu. Enfin, Anne Schmauch maîtrise parfaitement son action, et ses scènes d’action, pour un rendu aussi brutal qu’efficace. Vaut mieux pas lui chercher des noises à la petite Fleur ! 😛

La sauvageonne, Anne Schmauch (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible depuis le 2 mai 2018
9782377311002 – 15,50€
à partir de 14 ans
Son
5

Soixante-douze heures – Marie-Sophie Vermot

9791035201357,0-4694228

72 heures. C’est le temps dont dispose Irène, 17 ans, qui vient d’accoucher d’un petit garçon, pour revenir sur la décision qu’elle a prise depuis le jour où elle s’est rendu compte de sa grossesse. Elle accouchera sous X. Dans sa chambre d’hôpital, en attendant de sortir et de signer les papiers qui permettront à son enfant d’être adopté, Irène repense à ces derniers mois de sa vie, qui a révélé et changé beaucoup de choses autour d’elle…

★★★★★

Irène est une jeune fille discrète, bonne élève, qu’on ne remarque pas tellement mais qu’on imagine mal faire une « erreur ». Mais un jour, chez sa grand-mère, Irène rencontre un voisin, Alban, un garçon qui aime cette maigreur qu’on lui reproche et la fait se sentir désirable. Ils font l’amour, sans réellement se poser de questions, mus par le désir – et oubliant de se protéger. C’était la première fois pour Irène et, comble de malchance, elle tombe enceinte ! Alors qu’elle sent l’enfant grandir en elle, Irène prend une décision. Elle n’avortera pas, elle mènera sa grossesse à son terme et accouchera sous X. Une annonce à la famille de son état, puis sa décision, chamboulent tout dans la vie d’Irène. Et alors que l’adolescente vient tout juste d’expulser le bébé de son corps, alors qu’elle se remet doucement de cette expérience sur son lit d’hôpital, alors qu’elle attend impatiemment la fin des 72 heures qui marqueront l’abandon de son enfant, elle nous raconte comment cet événement a fait exploser les barrières autour d’elle.

Sur le thème de la maternité et de la grossesse adolescente, Marie-Sophie Vermot nous livre un portrait bouleversant de cette jeune fille dont la décision pourtant bien claire pour elle est sans cesse remise en cause par les autres. Le récit se déroule sur les 72 heures où Irène est à l’hôpital, attendant de poser un point final à son accouchement sous X et l’on se laisse totalement emporter par le flot de ses souvenirs, de ses impressions, de ses découvertes sur sa famille qui n’ont fait que renforcer sa décision, et sur cet amour qu’elle porte malgré tout à cet enfant qui a grandi en elle. Une alternance entre l’avant et le maintenant qui fonctionne parfaitement, qui semble parfois semer le doute dans l’esprit de la jeune fille, et qui explique sa décision. Les réflexions sur le désir, sur la réputation d’une grossesse adolescente, sur l’abandon, sur la famille, sont particulièrement subtiles et j’ai également beaucoup aimé cette description de l’accouchement, un événement qui passe souvent bien vite dans les histoires, et qui nous est raconté ici dans ce qu’il a de plus cru.
Un roman magnifique, une écriture sensible et intime sur un sujet peut-être souvent déjà abordé mais raconté ici avec intelligence, sans jugement. Saluons enfin la très jolie illustration de couverture d’Édith Carron, en parfaite adéquation avec le contenu du roman, et le ressenti de lecture. Un très très beau livre. ❤

Soixante-douze heures, Marie-Sophie Vermot (Thierry Magnier)
disponible depuis le 14 février 2018
9791035201357 – 13€
à partir de 14 ans
Son
2

Nightwork – Vincent Mondiot

9782330086688,0-4499100

Patrick a 14 ans, vit avec sa mère borderline dans une cité où la drogue se vend en bas de son immeuble et qui a valu six mois de prison à son grand frère Abdel. Au collège, il est la proie favorite des harceleurs les plus brutaux. Son seul refuge, ce sont les jeux vidéo, une passion qu’il partage avec Mégane, sa meilleure amie. Mais lorsqu’Abdel sort enfin de prison, la vie déjà pas bien grandiose de Patrick ne va pas s’arranger…

★★★★☆

C’est un Patrick de 21 ans qui nous raconte son histoire, celle qui a peut-être débuté lors de ce sauvetage de moineau sur le chemin du retour de l’école, mais qui a surtout commencé bien des pages plus loin, quand il fut cet adolescent gringalet accro aux jeux vidéo, que son frère était en prison et qu’il ne pouvait même pas compter sur sa mère alcoolique et au chômage. Il lui faudra un certain temps avant de nous révéler cet « élément perturbateur » qui va chambouler totalement sa vie et peut-être a-t-il bien fait de nous raconter tout cela avant, d’amener du contexte à ce qui va suivre, à ce qu’on ne manquera pas de penser de lui si on ne connaissait que cet « élément perturbateur » ?

Difficile de ne pas trop en dire sur ce magnifique roman ! Vincent Mondiot dresse le portrait d’un jeune garçon qui ne demandait qu’à être aimé et s’est retrouvé à n’être qu’un ado égoïstement transparent et malingre avec pour seul espèce d’amour la protection d’un demi-frère. Et pourtant, on s’attache à Patrick, à sa volonté de se rappeler le bon en lui et dans sa famille, de rêver ce jeu vidéo qu’il s’imagine concevoir lorsqu’il sera plus grand, et de penser à son avenir, se débarrasser des mauvais souvenirs. Le jugera-t-on pour cet acte unique qui a bouleversé sa vie ? C’est toute la question qui hante Patrick alors qu’il nous déroule le fil de ses pensées. Et c’est tout le talent de Vincent Mondiot de nous proposer avec justesse et sincérité de découvrir l’histoire de Patrick, ses longues journées au collège et les soirées plus longues encore avec cette mère quasi-folle, son amitié improbable avec une fille qui cumule comme lui les tares attitrées de têtes de turc et l’espoir qu’un frère rentré de prison sera capable de tout arranger. Un roman touchant, poignant, pour sa franchise, son authenticité et pas du tout pour une volonté de nous apitoyer sur le sort d’un pauvre gars. Patrick est un personnage qui marque, tant dans son apparente adolescence toute en autocentrisme dont il finit par avoir parfaitement conscience que dans sa décision finale, qui le marquera lui à tout jamais. Un très beau roman !

Et pour ceux qui avaient lu Tifenn : 1 Punk : 0 chez Sarbacane, vous devriez avoir une surprise assez plaisante. 😛

Nightwork, Vincent Mondiot (Actes Sud junior)
collection Ado
disponible depuis le 4 octobre 2017
9782330086688 – 14,50€
à partir de 14 ans
Son
2

Naissance des cœurs de pierre – Antoine Dole

NE LISEZ PAS LA QUATRIÈME DE COUVERTURE DE CE ROMAN ! Celui qu’on en a fait, ça va, vous pouvez y aller, c’est certifié sans spoilers. 😛

9782330081416,0-4318610

Jeb a douze ans et se prépare à entrer dans le Programme, pour être enfin utile à la Communauté. Pour cela, on va lui retirer ses émotions, des émotions qui sont pour lui extrêmement fortes, à tel point qu’il ne comprend pas pourquoi sa mère ne l’aime pas autant que lui l’aime. Aude, elle, fait sa rentrée au lycée Henri IV et ça ne se passe vraiment pas bien. Harcelée par les autres, elle se réfugie dans une aile en travaux…et rencontre Mathieu, séduisant surveillant.

★★★★☆

Difficile de vous parler de ce roman sans en révéler trop (surtout quand l’éditeur le fait déjà un peu dans son résumé, hum hum.) ! Car Naissance des cœurs de pierre se découvre au fil des pages, piquant notre curiosité avec ces deux histoire que tout oppose. Le récit de Jeb nous emmène en effet sur les rivages du genre dystopique. Une société où les émotions sont réprimées – très sévèrement – et où parents et enfants n’ont d’autres liens que celui du sang. Et Jeb se rend bien compte que tout l’amour qu’il porte à Niline, sa mère, ne lui est pas retourné. Pire, il lui est interdit, haï. Alors, à l’âge de 12 ans, comme tous les autres enfants, il rencontre le préparateur qui décidera si, oui ou non, il est apte à rester dans la Communauté. S’il n’est pas capable de montrer un cœur de pierre, alors il disparaîtra, comme d’autres avant lui. En parallèle, on suit donc Aude, 15 ans, qui fait sa rentrée dans un nouveau lycée et dont les parents exercent une pression constante sur elle, lui traçant son avenir sans son avis. Elle ne parvient pas à s’y faire d’amis et finit par se rapprocher de Mathieu, le surveillant qui plaît à toutes les filles et qui lui témoigne l’attention qu’elle recherche…

Deux histoires au premier abord différentes, sans liens apparents, qui résonnent pourtant l’une avec l’autre. Car Antoine Dole nous parle de l’enfance et de l’adolescence brisée, de la violence des parents et de la société sur la jeunesse. Les mots sont durs, les émotions intenses, violentes, dans un monde ou une famille où elles sont considérées comme inutiles, comme une faiblesse. Deux destins déchirés, déchirants, qui laissent un goût étrange, entre espoir et amertume, à toute cette cruauté. Et pourtant, il s’agit d’un hymne à la liberté de ressentir, à ne pas céder au renoncement, à exprimer ses émotions. Un roman fort dont l’intensité nous tient en haleine jusqu’à la dernière page et cette dernière scène à briser les cœurs de pierre. A découvrir !

Naissance des cœurs de pierre, Antoine Dole (Actes Sud junior)
collection Ado
disponible depuis le 23 août 2017
9782330081416 – 14,50€
à partir de 14 ans
Discussion
1

T’arracher – Claudine Desmarteau

9791035200763, 0-4318608

Un torse nu de jeune mâle, une couverture étonnamment douce au toucher… vous pensiez que Claudine Desmarteau se mettait au new adult ? 😛

Lou est en terminale. Entre les copains, les fêtes et l’Admission Post Bac, ce pourrait être une année tout à fait « normale » pour la jeune fille, mais ce n’est pas le cas. Mais Lou a été quittée par son mec. Et ça, ça l’a proprement anéantie. Son absence l’obsède tandis que son chagrin semble grandir chaque jour. En fait, il n’y a plus rien qui compte que Lui, l’absence de lui…

Bob s’arrache les cheveux

★★★★☆

Le roman s’ouvre sur une page complète de « Toi » répétés inlassablement, qui donne le ton et nous plonge aussitôt dans les affres de la douleur sentimentale. Lou s’est fait jeter comme une vieille chaussette, sans explications et, malheureusement pour elle, elle aimait bien ce trop ce mec qui lui a brisé le cœur. Son chagrin prend de telles proportions qu’elle saoule sa meilleure amie Sacha, qu’elle est encore plus exécrable avec ses parents, et prend les mauvaises décisions. Incapable de le supprimer de Facebook, elle le stalke continuellement, se faisant encore plus mal de le voir en photo avec d’autres filles, elle croit l’apercevoir dans la rue, partout. Et elle essaye de comprendre pourquoi il l’a laissée tomber. Pendant ce temps-là, plus rien d’autre n’a d’importance, malgré son dossier scolaire dont on lui rabâche les oreilles : ses retards, ses notes qui chutent, son avenir, etc. La terminale, c’est l’année importante, n’est-ce pas ?

Sans doute pas quand on a le cœur brisé en mille morceaux. Claudine Desmarteau explore l’une des plus intenses périodes de l’adolescence : le chagrin d’amour. Le vrai, celui où tu te dis que c’est bon, ta vie ne vaut plus d’être vécue et que personne ne peut comprendre ton malheur. Celui qui te vrille les tripes, qui te rend imperméable et aveugle à tout ce qui t’entoure, qui te transforme en tout ce que tu n’es pas. La sincérité transparaît immédiatement dans le texte de Claudine, on retrouve son style vif, à la fois cru et sensible, tout en intensité, où les émotions de l’adolescence sont exacerbées à l’extrême. A tel point qu’on se demande même si le « Toi » de Lou existe vraiment ? Interprétation personnelle sûrement fausse mais qui donne une autre dimension à mes lectures de T’arracher. Et parvenir à oublier ce garçon, à se relever va être toute une épreuve pour Lou, que je vais vous laisser découvrir… Un roman où, encore une fois dans l’œuvre de Claudine Desmarteau, la musique vient jouer son rôle d’expression des sentiments à fleur de peau de son héroïne. Si T’arracher ne m’a pas autant remuée que le fabuleux Jan (qu’il faut lire si vous ne l’avez toujours pas fait), il n’en reste pas moins un roman gonflé de sincérité, et d’espoir.

Jean-Michel s’arrache la tête

★★★★☆

Ce roman m’a semblé interminable – pas parce qu’il était écrit avec les pieds ou que le sujet était mal traité – simplement parce que la passion étouffante selon Claudine Desmarteau est si réaliste qu’on se croit volontiers dans le cortex cérébral de Lou. T’arracher, sous-titre : “je l’ai dans la peau” car loin d’être une histoire d’amour, Claudine débarque sans crier gare avec la thématique de l’aliénation amoureuse. Frustrée par l’absence de son ancien amour, Lou n’est qu’un paillasson, privée de volonté et de sens critique. Ses attentes sont asphyxiantes : un regard, un mot, un geste, une attention de la part de l’autre qui ne viendront pas. Tout cela rend l’atmosphère plus que nébuleuse et on attend avec impatience qu’elle finisse enfin de se renier afin de se reconstruire. Mon gros Bob mentionne plus haut “on se demande même si le « Toi » de Lou existe vraiment ?” tant les émotions négatives sont poussées à l’extrême. Et bien mon cher, ce questionnement est légitime et tu t’es bien fait dupé par la machiavélique Claudine qui voulait probablement que tu en arrives là : ce lien amoureux qui flotte tellement dans le vide et l’absence de réciprocité (parce qu’elle est impossible) faussent le jugement de Lou qui s’enterre toujours un peu plus.
C’est ça, l’aliénation amoureuse.
Claudine Majax, troublante magicienne, on aime ton style.
Et tes goûts musicaux.
Et sinon vous avez lu Jan ?

T’arracher, Claudine Desmarteau,(Thierry Magnier)
disponible depuis le 23 août 2017
9791035200763 – 13,80€
à partir de 14 ans
Son
4

La fourmi rouge – Emilie Chazerand

Bob et Jean-Michel reviennent en forme après des vacances bien méritées ! Et comme tous les ans, c’est avec la rentrée littéraire qu’on se retrouve… Pour se faire un peu plaisir avant de retourner sur les bancs de l’école, on vous propose de rester un peu en vacances avec ce premier roman qui explose de drôlerie comme un feu d’artifice !

9782848659985,0-4372232Un prénom de protège-slip, un nom de pâtisserie allemande (qu’on peut aussi déformer pour en faire le petit nom d’une partie de l’anatomie humaine), un œil qui part en vrille et un père taxidermiste qui l’emmène au lycée dans une voiture customisée à la fourrure ? Oui, il s’agit bien de Vania Strudel, 15 ans, présidente du club très fermé des Minables. Heureusement qu’elle a son meilleur ami Pierre-Rachid pour voir la vie du bon côté… Mais voilà qu’après les vacances d’été, le jeune homme revient beau comme un dieu et, surtout, accompagné d’une horrible petite amie…

★★★★☆

Et quand Vania apprend que cette nouvelle girlfriend n’est autre que sa pire ennemie, cette pouffiasse de Charlotte Kramer, autant vous dire que son monde s’effondre définitivement ! Entre le nouveau prof qui ne lui fait pas de cadeaux, les looses quotidiennes, Pirach (pour Pierre-Rachid) qui s’éloigne peu à peu d’elle, et ses conversations à sens unique avec le vieux monsieur du dessus qu’elle garde parfois, la vie de Vania est HORRIBLE. Jusqu’au jour où elle reçoit un mail anonyme qui lui démontre qu’elle n’est pas qu’une vulgaire fourmi noire et qu’elle pourrait être bien plus que ce qu’elle pense d’elle-même et se démarquer réellement, être une « fourmi rouge ».

On connaissait Emilie Chazerand pour ses albums joueurs et irrévérencieux et c’est avec beaucoup de plaisir que l’on découvre sa plume en long format avec ce roman qui se pose en digne héritier des Petites Reines, dans la même collection, et à rapprocher également de Je suis ton soleil, paru au printemps. On y retrouve en effet une héroïne cynique à souhait, qui aurait sans doute eu sa place sur le podium des Boudins, et dont la vie semble particulièrement vide et improbable. (En vrai, on aimerait bien vivre parfois des trucs aussi loufoques qu’elle !) Entre répliques bien envoyées et dialogues savoureux, Emilie Chazerand nous propose des scènes délectables, des personnages sympathiquement humains, quoi-qu’affublés de beaucoup de tares. Il vous faudra parfois prendre un peu de recul car Vania est une ado qui ne prend pas de pincettes et qui risque fort de vous faire grincer des dents… Un roman particulièrement bien rythmé et piquant dans lequel on ne s’ennuie pas un seul instant ! Un humour qui cache aussi une véritable profondeur, où des sujets « graves » sont abordés avec finesse et sensibilité, comme le deuil ou le harcèlement scolaire. Une mention toute spéciale pour papa Strudel, un adulte responsable, présent, aimant (quand bien même Vania en a parfois honte, le trouve ringard, moche ou relou) et personnage essentiel du roman. Les parents ne sont pas toujours au top dans les romans jeunesse (quand ils sont là, bien sûr) et ça fait du bien d’en voir un qui fait bien son job. Pour ça, merci Emilie !
Petite et insignifiante fourmi noire deviendra-t-elle une belle et piquante fourmi rouge ? On vous laisse le découvrir ! 😀

La fourmi rouge, Emilie Chazerand (Sarbacane)
collection Exprim’
disponible le 23 août 2017
9782848659985 – 15,50€
à partir de 13 ans
Son
1

La petite romancière, la star et l’assassin – Caroline Solé

Il y a deux ans, Caroline Solé sortait un premier roman percutant qui avait beaucoup plus à Bob. Cette année, elle récidive avec un roman au titre tout aussi long, toujours aussi percutant et avec une nouvelle manière d’aborder l’adolescence et la célébrité…

9782226396716,0-4034289

Cheyenne a quinze ans et décide de mettre à profit les vacances sans sa famille pour réaliser son funeste projet : en finir avec la vie. Mais voilà que la célèbre actrice qui vit en face de chez elle débarque dans sa belle villa et que, une nuit, Cheyenne est témoin d’une scène étrange : un homme enterre le cadavre d’un enfant dans le jardin…

★★★★☆

C’est un rapport de police, mentionnant la découverte du cadavre d’un enfant dans la poche duquel figurait le portait de la star, qui ouvre le roman où les trois personnages principaux vont être interrogés. On commence avec Cheyenne, jeune fille mal dans sa peau qui voulait profiter de l’absence de sa famille pour mettre fin à ses jours mais qui, faute d’un peu plus de courage, se met à jouer les Fenêtre sur cour. Puis c’est au tour de Tristan, assistant de la star qui vit en face de chez Cheyenne, de raconter sa présence dans cette histoire et son désir de devenir cinéaste. Et enfin l’actrice, celle dont tout le monde parle et dont personne ne sait véritablement rien de sa triste vie. Comment ses trois personnages totalement différents peuvent-ils être liés ? Ont-ils vraiment quelque chose à voir avec le cadavre repêché de cet enfant ?

C’est bien la question qui nous taraude jusqu’à la fin du roman. Car, de déposition en circonvolutions, chacun des personnages va nous révéler bien plus que ce qu’ils pensent. Cela ne sera sans doute d’aucune aide à la police pour résoudre son affaire, mais cela nous ravira, nous lecteurs, de découvrir l’envers du décor, comment l’une assiste à une scène terrible, comment l’autre révèle la vérité sur son geste et comment la dernière observe malgré son absence. Ce procédé du huis-clos de la salle d’interrogatoire où chacun parle sans s’arrêter, jamais interrompu, fonctionne particulièrement bien, faisant monter la tension, nous emmenant sur des fausses pistes et révélant petit à petit le fin mot de l’histoire. Mais là où Caroline Solé est vraiment forte, c’est dans sa dépiction de l’adolescence et de ses affres, la dépression terrible dont souffre Cheyenne, la marginalité (on remarquera d’ailleurs que Christopher n’est pas loin…), la solitude induite par la célébrité. Des thèmes déjà abordés dans son précédent roman, qui trouvent une toute autre dimension dans ce récit à plusieurs voix particulièrement touchant.

La petite romancière, la star et l’assassin, Caroline Solé (Albin Michel Jeunesse)
collection Litt’
disponible depuis le 29 mars 2017
9782226396716 – 12€
à partir de 13 ans
Son
4

Je suis ton soleil – Marie Pavlenko

9782081396623,0-4031862

Déborah entre en terminale et son année commence mal. Non seulement son chien miteux lui a dévoré toutes ses godasses et elle doit se rendre au lycée en bottes de pluie, mais il y a aussi sa mère qui découpe des magazines à en garnir tout le salon, et c’est sans compter son père qu’elle découvre au bras d’une belle inconnue… Heureusement, Déborah va pouvoir compter sur l’amitié toute neuve de Jamal et Victor, sans oublier sa meilleure amie Éloïse.

★★★★☆

Tu pensais en te levant ce matin que ta vie c’était un peu la loose ? Genre t’as pas révisé ton contrôle, ton collant est troué ou le chat a fait pipi sur ton tapis ? LOL. Tu n’as aucune chance contre Déborah, reine de la malchance (ou scoumoune, selon son théorème) qui assiste au chamboulement de sa vie, et pas juste à cause de son chien galeux, Isidore, qui pue du bec et lui détruit ses ballerines. Sa mère agit comme une folledingue, découpant des magazines et collant des post-it partout sur le miroir de l’entrée avec un mystérieux numéro de téléphone et que dire de son père, le sale traître qui embrasse une autre femme ? Et puis sa meilleure amie Éloïse qui s’amourache d’un beau neuneu et la laisse doucement tomber, la contraignant à devenir amie avec Jamal, alias mygale-man et ses dents de cheval et…le beau Victor, le nouveau. Bon, ok, tout n’est pas totalement naze…sauf quand Victor a en fait déjà une copine. Échec et mat.

Mais Déborah a de la chance, c’est Marie Pavlenko qui s’occupe de nous raconter son histoire. Après s’être plutôt illustrée dans les genres de l’imaginaire (Le livre de Saskia, Marjane…), l’auteure nous emmène dans le quotidien ébouriffant de cette ado un peu perdue mais volontaire et pleine d’humour ! Car le roman est aussi lumineux que sa couverture dorée et son titre estival : Déborah est incroyablement drôle et l’écriture enlevée de Marie Pavlenko d’une grande fraîcheur. Le secret des coquillettes sur la couverture vous sera révélé en lisant le roman, tout comme d’autres éléments de l’histoire qui, vous le découvrirez, ne sont pas tous aussi comiques que ce que peut le laisser penser cette chronique, mais la gouaille de cette lycéenne foutraque, son chien-clochard qui schlingue (mais qui est super attachant) et tous les personnages qui gravitent autour d’elle ne pourront que vous ravir le cœur. C’est en tous cas ce qui est arrivé à Bob.

Il y a une vraie justesse dans cette description de l’adolescence, que ce soit dans le ton ou dans les personnages et Marie Pavlenko parvient à nous toucher et à nous bidonner en même temps (ou presque, hein, vous verrez qu’il y a quand même des trucs pas rigolos rigolos). On a dit à Bob que le roman faisait penser aux Petites reines, de Clémentine Beauvais. Au début, il trouvait que non, mais en fait, oui, il est tout aussi jubilatoire, notamment grâce à Déborah, qui n’a en effet rien à envier à la truculente Mireille. Le propos n’est pas le même, mais le plaisir de lecture, assurément ! Bref, laisse tomber les remèdes de grand-mère pour réparer ton collant troué et cours vite te procurer les épatantes aventures de Déborah ! ;D

Je suis ton soleil, Marie Pavlenko (Flammarion jeunesse)
disponible depuis le 8 mars 2017
9782081396623 – 17,50€
à partir de 14 ans